Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Vicq (Yvelines). 1 rue du Radet

Responsable d’opération : Laure Pecqueur
p. 267

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Une fouille préventive sur 1 200 m2, réalisée entre février et avril 2016 suite au projet de construction d’un pavillon au 1 rue du Radet, a permis d’appréhender un petit secteur de la vaste nécropole alto-médiévale de Vicq, plus particulièrement au niveau de son angle SE. Une limite, au sud de l’espace funéraire, a été clairement reconnue lors du diagnostic puis confirmée au moment de la fouille, mais sa localisation exacte vers l’est reste à découvrir. Elle est néanmoins proche, puisqu’un diagnostic effectué en 2012 à moins de 80 m avait montré l’absence de sépultures (Abadie 2012).

2Près de 170 sépultures ont été fouillées, s’ajoutant aux 2 141 tombes déjà observées au cours des différentes opérations archéologiques qui ont eu lieu depuis la fin du xixe s. Orientées globalement O-E, elles s’inscrivent le plus souvent au sein de rangées très denses. Plusieurs phases chronologiques ont pu être mises en évidence du fait des nombreux recoupements de fosses. Les modes funéraires sont variés avec des inhumations dans des coffrages en bois, dans des sarcophages en plâtre ou en calcaire. L’association de plusieurs sarcophages en plâtre de forme trapézoïdale sur une même rangée a conduit à une disposition en éventail. Les sarcophages de pierre ont conservé assez régulièrement leur couvercle qui porte systématiquement des traces de pillage.

3La moitié des sépultures a livré un abondant matériel (plus de 350 objets recensés), de nature variée (métallique, céramique, verre…). Parmi ces éléments, on compte des perles en pâte de verre, des pots en céramique et un en verre, des armes, des couteaux, outils et autres ustensiles, des accessoires vestimentaires et des éléments de parure ; ces deux dernières catégories d’objets étant, avec les couteaux, les plus courantes. Le mobilier est déposé ou porté par le défunt lors de l’inhumation ; sa qualité et sa quantité sont faussées par l’importante activité de pillage qui a sévi au sein de cet espace funéraire, probablement au moment de son utilisation, mais aussi postérieurement puisque certaines structures de pillage sont clairement datées du xive s. Un premier bilan fait état de 55 % de sépultures pillées, soit partiellement (la moitié supérieure du corps étant plus particulièrement ciblée), soit totalement (cela affecte l’ensemble des sarcophages en calcaire et de manière moindre les sarcophages en plâtre et les architectures périssables). On observe également une sélection des objets puisque nombre d’entre eux sont laissés dans la tombe (notamment les objets en fer et en céramique) et que plusieurs éléments isolés (ardillons et bossettes) témoignent de la présence de garnitures de ceinture telles que des plaques-boucles, non retrouvées dans les tombes. Ce fort taux de pillage est probablement à mettre en relation avec le caractère visible des sépultures (au moins pendant un temps), ce qui est confirmé par la découverte d’une stèle et de pierres retrouvées en position secondaire dans le comblement supérieur du trou d’effraction de plusieurs sépultures.

4L’étude du mobilier métallique apporte les premiers éléments chronologiques. Ce secteur de la nécropole de Vicq est occupé par des tombes datées de la fin du ve à la fin du viie, voire au début du viiie s. Cependant, la présence de plusieurs tombes sans mobilier pourrait suggérer une zone plus récente d’époque carolingienne. Des analyses 14C sont prévues pour tenter d’appréhender au mieux l’évolution de la nécropole.

5La fouille a également mis en évidence des occupations médiévales plus tardives. La première est composée de sept structures situées au niveau de l’angle SO de l’emprise (fosses, silos, fond de cabane, trous de poteau appartenant à un probable grenier). Datée de la seconde moitié du xie au début du xiie s., elle correspond à une zone de stockage et d’activités artisanales au maillage lâche. Bordant par le sud l’espace funéraire, cette occupation semble en respecter sa limite. La seconde est constituée de deux fosses à vocation indéterminée, datées de la seconde moitié du xiiie à la seconde moitié du xive s. Tous ces éléments sont très probablement à mettre en relation avec des ensembles de la même époque, mis au jour plus à l’est lors du diagnostic de 2012 : les résultats de la fouille permettront certainement d’en préciser l’évolution chronologique et spatiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Pecqueur, « Vicq (Yvelines). 1 rue du Radet », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 267.

Référence électronique

Laure Pecqueur, « Vicq (Yvelines). 1 rue du Radet » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8034

Haut de page

Auteur

Laure Pecqueur

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laure Pecqueur

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals