Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Couronne (La) (Charente). Place de la mairie, rue Pasteur

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 286-287

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0140831

Texte intégral

1La commune de La Couronne est localisée au SO de la ville d’Angoulême. La cité angoumoisine, assise sur un promontoire particulièrement escarpé, surplombe le village qui s’est développé sur un plateau calcaire délimité tant au nord qu’au sud par deux vallées humides. Le lieu très marécageux a valu à la paroisse la dénomination de la Palud jusqu’en 1810.

2L’église Saint-Jean-Baptiste apparaît dans les textes en 1110 (Cartulaire de l’église d’Angoulême, éd. J. Nanglard, 1899, p. 149), même si des auteurs évoquent la présence d’un lieu de culte plus ancien fondé dès la fin du vie s. En 1118, le chapelain fonde au sein des marécages, l’abbaye Notre-Dame de la Couronne, qui prend possession du lieu de culte paroissial. L’église romane, malgré de nombreuses restaurations, s’est maintenue au sein du bourg en préservant jusqu’à nos jours sa vocation paroissiale. Le cimetière était limitrophe de l’église jusqu’à son déplacement en 1835.

3Un programme de restauration est envisagé sur l’ensemble de l’édifice, classé Monument historique depuis 1903, accompagné d’un aménagement paysager des abords. Dans ce cadre, un diagnostic archéologique composé de onze sondages a été réalisé sur l’ensemble de l’emprise (5889 m²). Ceux-ci témoignent d’une très bonne conservation des vestiges pour les différentes périodes appréhendées, depuis le viis. jusqu’au xixs.

4Au sud de l’église, l’occupation funéraire paraît relativement préservée. Elle se développe depuis le chevet jusqu’au parvis. Les premières inhumations observées sont réalisées au sein de sarcophages trapézoïdaux en calcaire, dont seules les cuves sont conservées ; elles attestent une occupation funéraire assez courte et centrée autour des vie-viie s. comme semblent l’indiquer la datation réalisée sur une sépulture ainsi que l’analyse typochronologique des contenants. 19 sarcophages ont été identifiés, concentrés au SE de l’église actuelle, édifiée à l’emplacement d’une nécropole mérovingienne comme le suggérait la tradition. Plusieurs auteurs anciens évoquent l’existence d’un lieu de culte dès la fin du vie s., mais les fondements de cette assertion demeurent méconnus, puisqu’aucun édifice n’a été observé au cours du diagnostic archéologique. Toutefois, la lecture très partielle de l’occupation funéraire ne permet pas d’exclure cette hypothèse, confirmée dans quelques sites de la région (Saint-Martin de Cognac et Chasseneuil-sur-Bonnieure en Charente, ainsi que Pouthumé dans la Vienne). Dans ce cas, l’édifice autour duquel se développe la nécropole sert de cadre structurel à l’édification de l’église, qui matérialise dès lors le développement de l’encadrement paroissial commencé autour de l’an Mil. La très bonne conservation des vestiges sur le site de La Couronne constitue une réelle opportunité, susceptible de documenter une telle problématique.

5À l’ouest de cet espace funéraire, les inhumations persistent, mais celles-ci sont plus récentes et attestent l’utilisation du lieu en tant que cimetière paroissial depuis le xiis. Une sectorisation de l’espace sépulcral semble avoir été pratiquée, épargnant ainsi les sépultures les plus anciennes. Parmi les 72 tombes mises au jour, seuls 4 recoupements ont été identifiés. Ce particularisme garantit une très bonne lecture des différentes architectures funéraires mises en œuvre sur le site depuis la fin du xis. jusqu’au xviiis. La conservation de 23 pierres tombales attribuées aux xiie-xivs. en témoigne. Très massives, certaines présentent quelques décors, au contraire d’autres très peu ouvragées. Ce type de pratique funéraire relativement méconnu se distingue très nettement, sur le site de la Couronne, des sépultures plus récentes en linceul et cercueil de bois (xvie-xviiis.).

6À l’intérieur de l’église, l’espace paraît très perturbé par des travaux de restauration du xixs., notamment à la croisée du transept. Toutefois, les inhumations récentes semblent relativement épargnées au sein de la nef. Aucun témoin susceptible d’appartenir à un édifice de culte plus précoce n’a pu être identifié.

7Au nord de l’église, la nature de l’occupation évolue. Des aménagements bâtis contigus au mur gouttereau nord ont été découverts. En dépit de leur très grande proximité avec l’édifice religieux, ces bâtiments ne sont pas apposés contre celui-ci, un espace vide de construction étant maintenu entre les deux ensembles bâtis. L’abondant mobilier associé rend compte d’un ensemble à vocation domestique développé vers les xiie-xivs., mais la fonction et la forme de ces constructions n’ont pu être précisées dans le cadre du diagnostic.

8Cette opération archéologique atteste une occupation précoce (fin vie-viis.) qui précède la construction de l’église paroissiale (début xiis.). Si le développement de cette première nécropole et sa possible association avec un premier lieu de culte ne peuvent pas être établis, un dégagement plus exhaustif de ces nombreux vestiges permettrait de mieux définir la topographie du bourg de La Couronne.

La Couronne, vue d’ensemble des sarcophages découverts dans une tranchée de diagnostic réalisée contre le transept sud de l’église.

La Couronne, vue d’ensemble des sarcophages découverts dans une tranchée de diagnostic réalisée contre le transept sud de l’église.

Cl. E. Barbier, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Couronne, vue d’ensemble des sarcophages découverts dans une tranchée de diagnostic réalisée contre le transept sud de l’église.
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Couronne (La) (Charente). Place de la mairie, rue Pasteur »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 286-287.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Couronne (La) (Charente). Place de la mairie, rue Pasteur » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8051

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals