Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Mézidon-Canon (Calvados). Église du Breuil

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 291

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0136667

Texte intégral

1Le projet de travaux liés à la gestion des eaux de surface dans et autour de l’église du Breuil a amené la prescription d’un diagnostic archéologique sur une surface de 450 m². Les sondages ont tout d’abord permis d’observer les fondations de l’édifice. Construites en plaquettes calcaires liées au mortier, elles sont toutes débordantes et percent le terrain naturel sur au moins 0,40 m.

2Le sol de l’église a été fortement remanié depuis la période moderne, un seul lambeau de niveau de circulation ayant été mis en évidence dans le transept nord. Les nombreux fragments de pavés glaçurés, recueillis essentiellement dans le chœur, permettent de restituer un pavage décoré de motifs végétaux et de fleur de lys, dont la majeure partie a dû être récupérée.

3Les tombes les plus anciennes stratigraphiquement se trouvent dans la nef, à près d’1 m de profondeur. Aucune fosse sépulcrale n’a pu être mise en évidence, mais les traces de bois et les clous prouvent l’utilisation de cercueils en bois. Une deuxième phase d’inhumation, toujours dans des cercueils en bois, est caractérisée par un remplissage très meuble, voire même par la présence de vides dans les fosses. La décomposition des cercueils a laissé un espace entre le corps et le remplissage final de la fosse, et seul l’effondrement partiel de ce dernier a recouvert le squelette. La datation de ces sépultures est rendue difficile par le peu de mobilier datant recueilli, remontant globalement au xvie s. Le terminus post quem de la sépulture étudiée dans le chœur est fourni par un denier tournoi de Gaston d’Orléans, frappé vers 1650, issu du remblai recouvrant la fosse.

4Le peu d’ossements humains recueillis dans les remblais montre un faible recoupement des sépultures, donc une utilisation peu dense de l’espace sépulcral, excepté dans la partie nord de la nef, où ils contenaient plus de 150 ossements épars. C’est également à cet endroit que se trouve le seul recoupement avéré.

5À l’extérieur, la terre de cimetière observée dans les trois sondages externes présente un terminus du xviiie s., confirmé par la présence d’un liard de Louis XIV (frappé vers 1693-1707). Aucune fosse sépulcrale n’a été mise en évidence, les sépultures apparaissant à la profondeur de 0,50 m seulement aux abords du porche d’entrée et à plus d’1 m au nord. Si le sondage le long du transept nord contenait très peu d’ossements, ce n’est pas le cas pour les deux autres, qui ont livré près de 200 fragments d’os au-dessus de deux sépultures.

6La position des défunts, sur le dos avec les membres inférieurs en extension dans l’axe du corps et les membres supérieurs le long du corps, avant-bras remontés sur la poitrine ou repliés à angle droit sur le ventre, correspond au schéma classique des enterrements aux périodes médiévale et moderne. La majorité des squelettes sont des adultes, sans possibilité de connaître leur sexe. Seule une sépulture, aux abords du porche d’entrée, appartient à un enfant d’environ 7 ans (étude anthropologique réalisée par Raphaëlle Lefebvre).

7Les ossements épars recueillis dans les remblais au-dessus des sépultures en place confirment que l’on se trouve bien dans le cadre d’un cimetière paroissial, sans emplacement spécifique dédié à une classe d’âge ou à un sexe. En effet, toutes les parties du squelette sont représentées, appartenant aussi bien à des adultes (hommes et femmes) qu’à des enfants (périnataux à adolescents).

8Les résultats de l’étude sanitaire de la population sont eux aussi assez banals pour l’époque moderne. Dans le cimetière, on observe des lésions traumatiques, notamment un cal osseux sur une fibula témoignant d’une fracture de la jambe consolidée, des traces d’arthrose sur plusieurs vertèbres, des caries ou des pertes de dents ante-mortem. Dans l’église, l’individu enterré dans la nef porte de fortes traces d’atteintes dégénératives sur la clavicule droite avec une arthrose importante de l’épaule, probablement dues à un surmenage consécutif à des activités répétées du membre supérieur droit, sans qu’il soit possible de déterminer précisément la nature du geste effectué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Mézidon-Canon (Calvados). Église du Breuil », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 291.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Mézidon-Canon (Calvados). Église du Breuil » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8060

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals