Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Paris. Église Saint-Germain-des-Prés

Responsable d’opération : Jean-François Goret
p. 292-293

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1La restauration des peintures murales de Saint-Germain-des-Prés nécessite en préalable l’assainissement des maçonneries de l’église qui présentent d’importantes remontées capillaires. Des travaux sont ainsi projetés sur plusieurs années, impliquant la réalisation d’opérations archéologiques préalables. Une première intervention a été menée en 2015 au sud de l’église dans deux secteurs distincts : un premier au pied du transept sud (230 m2) et un second au niveau du chevet (125 m2). Ces deux espaces formaient jusqu’à présent des « réserves archéologiques », en dehors de l’emprise des fouilles entreprises par Théodore Vacquer dans les années 1870, qui avaient permis de documenter la vaste nécropole aristocratique des vie et viis., développée autour de l’édifice voulu par Childebert et consacré à sa mort en 558. Si cette opération devait compléter les données connues sur ce vaste ensemble funéraire, elle avait aussi pour objectif de mieux renseigner l’intégralité de la stratigraphie et de reconnaître d’éventuels vestiges antérieurs à l’époque mérovingienne.

2Un premier ensemble de sept sépultures forme les indices d’une occupation primitive sur le site. Orientés selon deux axes, O-E avec la tête à l’ouest et S-N avec la tête au sud, les défunts étaient inhumés dans des fosses sans aménagements ou dans des coffrages en bois avec, dans un cas, du mortier. En l’absence de mobilier, cette première phase d’inhumation n’est pas datée, des analyses 14C sont prévues et permettront certainement de rattacher ces tombes, soit à une nécropole antique dont l’existence était déjà supposée par Théodore Vacquer, soit à une phase d’inhumation précoce au tout début de l’époque mérovingienne, avant la généralisation des contenants en plâtre. Pour la nécropole des vie et viis., 21 sarcophages trapézoïdaux en plâtre moulé ont été reconnus, avec, pour les cuves bien conservées, des décors sur les panneaux de tête et de pied (croix pattée dans un double cercle à frise de dents de loup, rosace inscrite dans un cercle ou damier croisillonné). Les individus observés proviennent majoritairement de réutilisations, avec parfois des réductions associées. Le mobilier funéraire est peu abondant : perles en pâte de verre, plaque-boucle, plaque de châtelaine avec, dans de nombreux cas, des textiles minéralisés en surface. À partir du viiis., l’espace au pied du chevet perd sa vocation funéraire. Un angle de maçonnerie, des sols et des fosses témoignent d’une occupation domestique difficile à qualifier en raison du caractère lacunaire des vestiges. Vers l’an Mil, une vaste sablière est ouverte. Son ampleur permet de la rattacher au chantier de reconstruction de l’église, qui avait été en grande partie détruite lors des expéditions normandes, conduit par l’abbé Morard (entre 990 et 1014). Au cours des xie et xiis., le secteur est de nouveau dédié à un cimetière, dont 15 sépultures dans des cuves maçonnées ont été fouillées. Dans la seconde moitié du xivs., un fossé de 4 m de large à l’ouverture et d’environ 2 m de profondeur est creusé. La fonction de cet aménagement, reconnu sur toute la partie sud de l’édifice actuel entre le transept et le chevet, reste énigmatique (fossé défensif ou de plantation ?).

3Enfin, cette opération offrait l’opportunité de réinterroger une maçonnerie en abside dégagée au xixs. au pied du transept par Théodore Vacquer, qui la considérait comme un des rares éléments subsistant de la première église mérovingienne. Des réserves avaient été formulées depuis, plusieurs chercheurs associant ce mur à des phases de constructions ultérieures. Malgré l’absence de stratigraphie associée, un premier examen de ses composants (moellons antiques en remploi, mortier de tradition antique) tend à confirmer l’interprétation d’origine. Des analyses complémentaires sont en cours.

Paris, Saint-Germain-des-Prés, vue des sarcophages au pied du chevet.

Paris, Saint-Germain-des-Prés, vue des sarcophages au pied du chevet.

Cl. Pascal Saussereau, DHAAP

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paris, Saint-Germain-des-Prés, vue des sarcophages au pied du chevet.
Crédits Cl. Pascal Saussereau, DHAAP
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Goret, « Paris. Église Saint-Germain-des-Prés »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 292-293.

Référence électronique

Jean-François Goret, « Paris. Église Saint-Germain-des-Prés » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8064

Haut de page

Auteur

Jean-François Goret

DHAAP

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Goret

DHAAP

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals