Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Rochelle (La) (Charente-Maritime). 30 avenue des Cordeliers

Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau
p. 293-294

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0138319

Texte intégral

1Le diagnostic concerne une parcelle récemment constituée, incluse dans le bastion des Cordeliers de l'enceinte dite de Ferry créée à la fin du xviie s. Une parcelle voisine vient de faire l'objet d'une fouille par le service archéologique du Conseil départemental de la Charente-Maritime, mettant au jour un cimetière médiéval et moderne dépendant vraisemblablement de l'église paroissiale Notre-Dame de Cougnes ainsi qu'une poudrière construite dans la seconde moitié du xviiie s.

2Le cimetière se poursuit dans la nouvelle parcelle dont il occupe environ le tiers ouest ; plus de 40 sépultures y ont été repérées. Si leur densité est importante à l'ouest, elles sont absentes de la partie orientale et sont éparses ou isolées au nord et au NO. Ces dernières sont installées dans les remblais qui comblent de profondes et vastes excavations dont les limites n'ont pas pu être observées : il pourrait s'agir de carrières. Les fosses des autres sépultures sont presque toutes creusées dans le calcaire. Les modes d'inhumation sont variés : pleine terre, cercueil et coffre de pierre sur chant avec couverture de dalle. De nombreuses perturbations apparaissent avec le remploi des coffres et la réduction de certaines tombes. Leur datation semble s'échelonner du xiie au xvie s. Lors des guerres de Religion, avec l'extension des nouvelles fortifications et plus particulièrement la construction de la demi-lune de la nouvelle porte de Cougnes en 1616/17, le cimetière est abandonné et une partie des sépultures est détruite ; celles du terrain furent vraisemblablement enfouies sous les glacis. Après 1630, un modeste habitat se développe au nord le long du chemin qui mène à la porte de Cougnes, peut-être associé à des aménagements de jardin sous forme de palissades et d'empierrement de galets ; il disparaît à la suite de la construction de l'enceinte de Ferry à partir de 1689. L'enclos du couvent des Cordeliers, établi au sud depuis 1630, est réduit à l'est et un nouveau mur d’enceinte est construit dans la partie ouest du terrain. Dans le bastion des Cordeliers, le terrain militaire reçoit des aménagements divers : d'importants remblais y sont déposés pour constituer le rempart ; un petit bâtiment est construit au SE puis détruit avant la fin du xixe s. Plusieurs creusements y sont réalisés au xixe et au xxe s., tels un vaste bac à chaux et des tranchées (à usage d'entraînement ?), encore visibles sur une photographie aérienne de 1921. Trois barres d'immeubles sont construites dans sa partie nord au début des années 1960.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 30 avenue des Cordeliers », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 293-294.

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 30 avenue des Cordeliers » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8068

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals