Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Ternay (Vienne). Le Bourg

Responsable d’opération : David Martins
p. 296

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0137444

Texte intégral

1La découverte de sépultures lors de l’aménagement d’un parking à proximité du cimetière de Ternay est à l’origine de la prescription d’un diagnostic. Trois tranchées ont été réalisées sur une superficie de 1065 m2, soit 12,3 % de l’emprise totale du projet. Les 66 sépultures enregistrées s’ajoutent aux 84 précédemment mises au jour au nord de la parcelle, durant les travaux de terrassement.

2Les sépultures apparaissent généralement entre 0,70 m et 0,30 m, entamant à la fois un limon sableux brun plus ou moins gravillonneux et caillouteux et une marne blanche/grise compacte. Une organisation en rangées parallèles, avec de probables regroupements (familiaux ?), semble se dessiner.

3Une grande partie des fosses sépulcrales possèdent une couverture constituée de blocs calcaires grossièrement taillés ou de dalles calcaires plus ou moins plates, voire même d’éléments architecturaux en remploi. Ainsi, une sépulture possédait un jeu de mérelles, très populaire en Europe dès l’époque médiévale, inscrit sur l’un de ses blocs. Il est toutefois difficile, dans le cas présent, de déterminer si ce bloc gravé provient d’un bâtiment démantelé ou s’il répond à un rituel religieux ou magique.

4Les orientations des tombes sont majoritairement E-O, avec la tête placée à l’ouest. Cette organisation tend néanmoins à se rompre et le maillage à se resserrer dans la partie NE de la parcelle, où apparaissent aussi des recoupements et des changements d’orientation : des sépultures orientées NO-SE et NE-SE viennent s’adjoindre aux précédentes. Il ne paraît pas exister de sélection dans le recrutement du cimetière, puisque des adultes aussi bien que des immatures sont représentés dans la population inhumée.

5Les sépultures n’ayant fourni aucun jalon chronologique, les datations 14C réalisées sur trois échantillons d’ossements humains ont permis de proposer une fourchette assez large, entre le xie et le xiiis.

6Dans le cadre restrictif de cette opération, les éléments à disposition pour l’interprétation du site demeurent assez minces. La concentration et les recoupements de fosses observés dans la partie NE de la parcelle pourraient induire la présence d’un édifice cultuel à proximité, à l’exemple des villages de Saint-Jouin-de-Marnes (79) et des Trois-Moutiers (86) qui ne possédaient pas moins de trois églises sur leur terroir. L’hypothèse d’une nécropole en rapport avec une communauté de malades (lépreux ou pestiférés par exemple) peut également être envisagée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Martins, « Ternay (Vienne). Le Bourg », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 296.

Référence électronique

David Martins, « Ternay (Vienne). Le Bourg » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8074

Haut de page

Auteur

David Martins

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Martins

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals