Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Niort (Deux-Sèvres). Rue des Tournelles

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 273-274

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0136007

Texte intégral

1Le quartier Saint-Florent est situé à l’ouest de la ville de Niort en dehors des remparts qui délimitaient l’espace urbain jusqu’à la fin du xviiie s. Le bourg s’est développé autour d’une église, mentionnée dès le ixe s., dont la fondation paraît ancienne. La présence de bas-reliefs en remploi tant sur la façade que sur le parement interne du mur gouttereau sud tend à confirmer ces hypothèses, en suggérant une occupation relativement précoce, probablement dès la période antique. Toutefois, ce secteur extra-muros demeure peu documenté à l’exception de quelques mentions souvent anciennes de découvertes fortuites pour la période antique et le haut Moyen Âge.

2La prescription d’un diagnostic archéologique a été motivée par le projet de construction d’une maison, sur une parcelle de 790 m² située au chevet de l’église Saint-Florent. Trois tranchées ont été réalisées.

3Une occupation précoce (ier s. av. JC-iie s. ap. JC) a été partiellement appréhendée. Concentrée sur les marges méridionales de l’emprise du diagnostic, elle se traduit par des rejets de mobilier céramique issus principalement des niveaux de jardins ou de dépotoirs. Peu de structures peuvent être potentiellement attribuées à cette période. Deux maçonneries situées à l’ouest du site, c'est-à-dire aux abords de l’église, semblent contemporaines de cette première grande phase. Par ailleurs, trois fosses comblées par des dépôts relativement organiques confirment cette occupation qui ne semble pas se poursuivre au delà du iie s. L’abondance et la diversité du mobilier céramique découvert tendent à confirmer la vocation domestique de cette première installation. La nature des vestiges mis au jour ne permet pas d’identifier d’ensemble bâti majeur. L’occupation décelée au sein de la parcelle semble donc s’être développée en marge du cœur de l’habitat.

4Ces vestiges sont largement perturbés par l’occupation funéraire qui s’étend au Moyen Âge et couvre l’ensemble de l’espace. Celle-ci paraît plus concentrée aux abords de l’église où l’on distingue trois phases sépulcrales distinctes. Coffrages, pleine terre, linceul, etc., ont été observés. Au contraire, les inhumations semblent moins denses sur la partie nord de la parcelle, plus éloignée de l’église.

5Près de 30 sépultures ont été identifiées au gré des différents sondages (7,5 % de la surface totale). La période d’inhumation paraît relativement longue même si les jalons chronologiques font défaut en l’absence de fouille. Ainsi, le rare mobilier identifié permet d’appréhender au mieux une fourchette chronologique relativement large (ixe-xive s.), qui mériterait d’être précisée. En effet, l’absence ­d’inhumation pour les vie-viiie s. peut surprendre au regard des informations issues de données archéologiques anciennes. Toutefois, la diversité des architectures funéraires observées confirme la longueur de la période d’inhumation. Sépultures en coffrage maçonné et non maçonné à couverture en bâtière, en coffrage anthropomorphe se répartissent sur l’ensemble de l’espace. Ces différents modes d’inhumation apparaissent comme les plus anciens. Les coffrages sont généralement reconnus pour la période médiévale jusqu’au xive s., qu’ils soient anthropomorphes ou plus « classiques ». D’autres modes d’inhumation (cercueil, linceul, pleine terre, etc.) ont été partiellement observés. Ceux-ci semblent plus récents, concentrés sur la partie SO de la parcelle, témoignant probablement d’une rétraction de l’espace funéraire autour de l’église à l’image du cimetière actuel réparti de part et d’autre du portail occidental. Les inhumations semblent s’interrompre à la fin du Moyen Âge.

6Par ailleurs, le paysage du cimetière a pu être appréhendé. Un niveau de cailloutis semble sceller la plupart des fosses sépulcrales et témoigne d’une circulation sommairement aménagée au sein de l’espace funéraire, où certaines tombes étaient vraisemblablement signalées au moyen d’une petite stèle en pierre calcaire. Ce type d’aménagement, rarement conservé, a pu être vérifié pour deux sépultures situées dans la partie centrale de l’emprise. Il devait exister pour la plupart des fosses sépulcrales.

7Ce diagnostic confirme donc le très fort potentiel archéologique de ce secteur extra muros peu perturbé et méconnu. Seule une étude plus large permettrait de mieux appréhender la diversité de l’occupation identifiée aux abords de l’église Saint-Florent qui apparaît comme un des monuments religieux les plus anciens des confins occidentaux du Poitou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Niort (Deux-Sèvres). Rue des Tournelles », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 273-274.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Niort (Deux-Sèvres). Rue des Tournelles » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8107

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals