Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Rémire-Montjoly (Guyane). Habitation Loyola  : le cimetière

Responsable d’opération : Zocha Houle-Wierzbicki
p. 274

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Texte intégral

1L’habitation Loyola, une des plantations sucrières les plus importantes de l’époque coloniale pour la Guyane Française, est composée d’un moulin à vent, d’une forge, d’un secteur résidentiel, d’une chapelle et de son cimetière, d’un magasin, d’un hôpital et encore bien d’autres bâtiments de production. Couvrant une superficie de plus de 1 000 ha, elle servait, selon les époques, à la production de café, de cacao, de canne à sucre, d’indigo et de coton, dans le but de financer des missions d’évangélisation chez les populations amérindiennes d’Amérique du sud. Son ampleur et son importance économique illustre bien la qualité de bons gestionnaires des jésuites. Si à l’époque, on mesurait la force d’une habitation au nombre d’esclaves, Loyola en comptait à son apogée plus de 400, ce qui était énorme en comparaison avec les habitations contemporaines des Caraïbes.

2Depuis 1994, le complexe de l’habitation de Loyola fait l’objet d’une campagne annuelle de fouilles archéologiques. À partir de 2012, les interventions ont été menées dans l’espace du cimetière. Le principal objectif pour cette année était d’en retracer les limites afin d´estimer sa superficie.

3Malgré l’acidité des sols de Guyane peu propice à la conservation des matières organiques, l’opération de 2013 avait déjà permis de documenter le contenu du cimetière et d’identifier deux niveaux superposés de fosses d’inhumations, ainsi que certains ornements corporels (bijoux) et des objets religieux. Des perles de verre noires, bleues et blanches, ainsi qu’un anneau en argent et les restes d’un Christ de crucifix en cuivre ont été retrouvés lors du tamisage du sol des fosses. L’intervention de cet été s’étant principalement concentrée sur les limites du cimetière, le secteur fouillé s’est résumé à son emprise.

4La découverte d’un alignement E-O d’au moins quatre taches circulaires dans le sol pourrait être associée aux négatifs d’anciens trous de poteau en bois. L’absence de traces supplémentaires s’explique par l’importante bioturbation caractérisant cette zone du cimetière. Ces négatifs (vestiges supposés de trous de poteau) avaient tous un diamètre d’environ 0,22 m et une profondeur similaire. En fonction des précédentes découvertes, et de l’organisation générale du secteur résidentiel de l’habitation, nous pouvons estimer la position de la limite perpendiculaire. En partant du principe que, comme tous les autres bâtiments de l’habitation, le cimetière était rectangulaire, sa superficie serait d’environ 450 m2. Les fouilles antérieures ayant montré que la densité des sépultures n’est pas uniformement répartie dans le cimetière, il est malheureusement impossible d’estimer le nombre d’inhumés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zocha Houle-Wierzbicki, « Rémire-Montjoly (Guyane). Habitation Loyola  : le cimetière »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 274.

Référence électronique

Zocha Houle-Wierzbicki, « Rémire-Montjoly (Guyane). Habitation Loyola  : le cimetière » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8108

Haut de page

Auteur

Zocha Houle-Wierzbicki

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Zocha Houle-Wierzbicki

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals