Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Rouen (Seine-Maritime). Place Martin Luther King

Responsable d’opération : Laurence Eloy-Epailly
p. 275

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d'un programme d'enfouissement de conteneurs pour la récolte des déchets ménagers, la Métropole Rouen-Normandie procède depuis l'automne 2013 à des travaux de terrassement limités sur 23 emplacements localisés intra muros dans la cité antique et la ville médiévale et moderne. Celui de la place Martin Luther King est situé au SO, dans l'ancien quartier des marchés qui se développe à partir de la seconde moitié du xiie s. L’archéologie a cependant identifié des traces antérieures d'habitats, datés des ixe et xe s., qui annoncent la naissance du faubourg inclus dans la première enceinte rouennaise. Sur un ancien bras de la Seine comblé à la fois naturellement par les alluvions et artificiellement par l'apport de remblais, aurait été édifiée au xie s. une chapelle remplacée au xiiie s. par la première église dédiée à Saint-Éloy. Elle sera reconstruite et agrandie au milieu du xvie s.

2La zone, d’une dizaine de mètres carrés, concernée par la surveillance est précisément localisée à 7,6 m à l’aplomb du mur nord de l’ancienne église Saint-Éloy, devenue temple en 1803, et sur l’emprise nord de son cimetière paroissial. À 3,20 m de profondeur, dans un niveau de loess, une demi-douzaine de gros blocs calcaires très grossièrement taillés et de calibre similaire (0,50 à 0,70 m de diamètre) ont été dégagés, alignés selon un axe N-S (perpendiculaire à la Seine) et simplement juxtaposés sans mortier pour les maintenir. Leur mise en place (antérieure au xiiie s.) est chronologiquement calée par défaut, à partir de la céramique issue des niveaux de sépultures qui les recouvrent. Des découvertes comparables réalisées depuis le xixe s. sur plusieurs chantiers localisés le long de l’ancienne rive droite de la Seine incitent à y voir des installations portuaires datant peut-être de la cité antique, ou, selon une autre hypothèse, des aménagements pour protéger les berges contre les marées hautes, alors plus élevées qu'aujourd'hui.

3Les sépultures, observées en place sur environ 1 m d’épaisseur, étaient contenues par un mur de clôture au nord de l’excavation. Aucun mobilier ne leur était directement associé, mais 14 fragments de céramique fournissent les jalons chronologiques extrêmes de ce premier niveau sépulcral, compris entre la seconde moitié du xiiie-début xive s. et le courant du xvie s. Aucun aménagement ou marquage, ni agencement particulier tels que des sarcophages, empierrements, présence de clous, etc., ne signalait les tombes. Une seule présentait, à proximité du crâne, des traces brunâtres et ligneuses de l'ordre du centimètre, évoquant des éléments de bois. Les squelettes, tous adultes, adoptaient la même orientation, tête à l'ouest et en position dorsale, sans recoupements entre eux. Trois crânes très proches pourraient cependant contredire cette observation et suggérer une inhumation multiple. Parmi les ossements très bien conservés et pour la plupart entiers, une quinzaine de crânes ont été décomptés, ce qui correspond aux trois quarts des individus recensés. Les sépultures se poursuivent sous les parois est, ouest et sud de l'excavation. Dans l’angle ouest de la paroi nord, elles butent contre le mur de clôture du cimetière, large de 0,5 m et construit en double appareil de pierres calcaire, en cubes ou en pains rectangulaires, liées au mortier jaune. Des petits éléments de silex installés de manière disparate ont dû jouer un rôle de blocage lors de son élévation. Le parement présente ainsi un aspect peu soigné et à priori sans assises régulières sur une élévation de près de 1,5 m. Il est orienté NE-SO et se dirige obliquement vers l'entrée du temple, se prolongeant au delà des parois de l’excavation. Son arase coïncide stratigraphiquement avec le dépôt des remblais postérieurs à la fermeture du cimetière en 1782.

4Ce premier niveau de sépultures était scellé par un remblai grisâtre hétérogène et fortement induré (épaisseur : 0,60 m) constitué de terre, de nombreux petits cailloux, d'abondantes traces de charbons de bois et également, de manière erratique, de restes osseux humains très fragmentés. Le mobilier hétéroclite recueilli, se compose de petits tessons de céramique, d'un morceau de verre irisé bleuté, de clous, d'éclats de silex, d'ardoise et de brique moderne ainsi que de quelques éléments de faune. Les treize fragments de céramique dont sept de faïence rouennaise de la fin du xviiie ou du début du xixe s., un fragment de Martincamp (production régionale) et les quelques petits éléments de grès du Beauvaisis fournissent une large fourchette chronologique, comprise entre le xvie et le xixe s. L'ensemble évoque une perturbation massive, sans doute en relation avec l'abandon du cimetière, son déplacement et/ou les aménagements récents ; seuls les niveaux des inhumations les plus profondes et les plus anciennes, mises en terre entre les xiiie et xvie s., seraient donc conservés.

5L'emprise cémétériale a été maintenue pendant plusieurs dizaines d'années, au moins jusqu’en 1827, année où le cimetière est effacé du paysage urbain comme l’atteste, entre autres, le cadastre napoléonien. Il est remplacé à partir de 1840 par un marché aux volailles. En 1858 une place publique est aménagée après un abaissement du sol sur près de 1 m pour dégager les parties basses des murs du temple. Ces travaux ont occasionné de nouvelles découvertes funéraires sous forme de fragments osseux ainsi que le rapporte le Journal de Rouen du 25 août 1858.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Eloy-Epailly, « Rouen (Seine-Maritime). Place Martin Luther King », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 275.

Référence électronique

Laurence Eloy-Epailly, « Rouen (Seine-Maritime). Place Martin Luther King » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8111

Haut de page

Auteur

Laurence Eloy-Epailly

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurence Eloy-Epailly

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals