Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Toulouse (Haute-Garonne). 16, rue des 36 Ponts

Responsable d’opération : Benoît Kirschenbilder
p. 278-279

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1La fouille a livré de nombreuses informations sur l’occupation du secteur situé au SE de la porte Narbonnaise, à l’extérieur du rempart antique et médiéval. Le dégagement des vestiges a permis de faire apparaître une occupation qui s’étale du Bas-Empire à l’Époque moderne.

2Les vestiges datés du Bas-Empire correspondent à des murs de galets et de briques organisés selon des axes N-S et O-E pouvant fonctionner avec un parcellaire s’organisant le long de la via narbonensis située une centaine de mètres à l’ouest. La datation préliminaire situe leur démolition vers les iiie-ive s. La fonction de ces bâtiments reste pour l’heure inconnue. Néanmoins, à proximité de ces murs, et sans qu’aucun rapport stratigraphique n’ait pu être mis en évidence, un ensemble de sépultures individuelles de l’Antiquité tardive, orientées E-O et datées au 14C de la fin du ive-moitié vie s., a été dégagé. Son développement semble tenir compte de l’existence du bâtiment principal, puisque toutes les tombes sont localisées au SO de ce dernier, qui mesure 22 m de large et est conservé sur une longueur de plus de 27 m.

3La moitié nord de la parcelle a livré des sépultures individuelles postérieures à cette occupation, les données stratigraphiques permettent de les situer entre les niveaux de l’Antiquité tardive et les remblais des xiiie-xive s. Elles sont orientées E-O et présentent une certaine organisation dans leur implantation. Si leur datation est confirmée, ces sépultures pourraient appartenir au cimetière dit « du château Narbonnais » (xie-xiiie s.) déjà connu par les sources documentaires et la fouille du métro Saint-Michel. Cet ensemble funéraire semble scellé par un niveau de remblais (xiiie-xve s.), dans lequel s’installent plusieurs structures : un puits, quelques trous de poteau, une plaque foyère, ainsi qu’une zone dédiée au travail du bronze, probablement en lien avec trois fosses ayant servi pour la fonte de plusieurs cloches. Ces structures sont certainement à mettre en relation avec la construction de l’église Saint-Michel au xive s. Par ailleurs, pour la même période, un ensemble de 32 sépultures multiples a été mis au jour au centre de la parcelle. Trois fosses se distinguent particulièrement, puisqu’elles renferment plus de 300 individus. Les observations ostéologiques préliminaires et l’organisation interne de ces structures correspondent à la typologie des sépultures utilisées en cas de crise de mortalité de grande ampleur, comme l’épidémie de Peste Noire qui a touché Toulouse à partir de 1348. Des analyses en paléobiochimie moléculaire ainsi qu’une recherche en archives confirmeront ou infirmeront cette hypothèse.

4La fouille de ce site présente donc un intérêt majeur pour la compréhension de l’organisation et de l’évolution des faubourgs sud de la ville de Toulouse entre le Bas-Empire et l’Époque moderne, ainsi que sur la gestion d’une crise de mortalité d’importance ayant touché la ville au xive s.

Toulouse, 16, rue des 36 Ponts, vue d’ensemble d’une sépulture de catastrophe.

Toulouse, 16, rue des 36 Ponts, vue d’ensemble d’une sépulture de catastrophe.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Toulouse, 16, rue des 36 Ponts, vue d’ensemble d’une sépulture de catastrophe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Kirschenbilder, « Toulouse (Haute-Garonne). 16, rue des 36 Ponts », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 278-279.

Référence électronique

Benoît Kirschenbilder, « Toulouse (Haute-Garonne). 16, rue des 36 Ponts » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8125

Haut de page

Responsable d’opération

Benoît Kirschenbilder

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals