Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 3. – Projets collectifs de recherche

Haute-Normandie. L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ?

Responsable d’opération : Florence Carré
p. 280

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1L’étude des éléments organiques préservés dans les tombes du haut Moyen Âge à proximité des objets métalliques a surtout été développée en Suisse et en Allemagne, apportant des renseignements essentiels sur le costume et les pratiques funéraires. Le PCR a pour objectif de promouvoir cette approche en France.

2Quelques sépultures d’une importante nécropole mérovingienne fouillée à Harfleur (Seine-Maritime) ont été sélectionnées pour illustrer la méthodologie et ses résultats. Cette année, quatre jours d’étude en atelier ont permis d’effectuer les premières observations sur les fibules de 19 tombes. De plus, deux cas ont été examinés de manière plus approfondie. Il s’agit des sépultures 1411, contenant du mobilier féminin, et 1357, dotée d’armes et d’objets de prestige, dont un bassin en bronze et une boucle de ceinture en cristal de roche.

3En ce qui concerne les pratiques funéraires, des traces de dépôts végétaux en fond de contenant ont été repérées dans la tombe masculine, où le bassin et l’épée du défunt étaient peut-être emballés dans du tissu.

4Les informations recueillies apportent également une contribution à la connaissance du costume funéraire féminin. Ainsi, deux tombes documentent les tissus fixés par trois éléments situés au niveau du cou, une grande épingle et deux petites fibules. Il existe encore peu d’informations dans le cas de cette association. D’ores et déjà, la variété des pratiques est perceptible. Les fibules de la femme 1485 fermaient un vêtement de lin et l’épingle un manteau ou une cape en fourrure. En revanche, dans la sépulture 1411, l’épingle et l’une des fibules sont piquées dans le même textile en laine, alors que l’autre fibule ferme, à l’aide de brides, une étoffe en lin.

5Par ailleurs, l’observation de nombreuses fibules montre des systèmes de fixation de deux types, direct, piqué dans le textile, ou indirect, car l’ardillon est passé dans des brides, qui protègent l’étoffe. La présence de ces dernières indique sans ambiguïté un vêtement plutôt qu’un linceul.

6Dernier point, l’étude des matériaux organiques renseigne sur les objets. Un fragment de récipient en bois tourné découvert au fond du bassin en bronze de la tombe 1357 appartient à une catégorie rare, représentée uniquement dans des cas de conservation exceptionnelle. Le fourreau de l’épée de cette même tombe, constitué de trois couches – fourrure, bois et cuir – vient s’ajouter au faible corpus documentant ces éléments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Carré, « Haute-Normandie. L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ? », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 280.

Référence électronique

Florence Carré, « Haute-Normandie. L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ? » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8136

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Carré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals