Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
VII. – Diverses chroniques
VII 1. – Opérations de terrain

Blois (Loir-et-Cher). Avenue Docteur Jean Laigret

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 294-295

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0135522

Texte intégral

1Nous ignorons la disposition des jardins du château de Blois avant la création de ceux de Charles d’Orléans, réalisés vers 1460. Connus sous l’appellation Jardin de la Bretonnerie, ils consistent en un verger dans les fossés devant le côté NO de l’enceinte avec un jardin clos d’environ 7 m de large sur 15 m de long, situé au NO, à l’extérieur des fossés.

2Ce n’est qu’au début du xvie s. avec la présence de Louis XII et d’Anne de Bretagne que les jardins vont être agrandis par l’italien Pacello da Mercogliano. Les seules images de ces jardins au xvie s. ont été réalisées par Jacques Androuët du Cerceau en 1579, soit une soixantaine d’années après la mort de Louis XII.

3L’implantation des jardins devait composer avec la pente du terrain et ils furent aménagés sur trois terrasses : le Jardin Haut et le Jardin Bas sont de créations nouvelles dont les travaux commencent en 1499 avec la réalisation des murs de soutènement qui délimitent les terrasses à l’est. Ces constructions subsistent encore sous la forme de limites parcellaires.

4La dernière terrasse, la plus basse, reprend le jardin de Charles d’Orléans. Celui-ci est délimité au NE par le bâtiment de l’Orangerie auquel s’ajoute un petit édifice avec chapelle, le pavillon d’Anne de Bretagne, aussi connu sous le nom des Bains de la Reine. Ce sont les seules constructions de cette époque qui subsistent. Le Jardin de la Bretonnerie a été prolongé vers le NE avec l’Orangerie dont l’emprise contient le Jeu de Paume, connu sous François Ier mais dont l’origine peut être attribuée à Louis XII. La limite orientale est constituée d’un mur de soutènement important qui surplombe la rue du Pont du Gast avec un dénivelé de 5 m environ entre la surface actuelle du jardin et la chaussée en contrebas.

5L’aménagement et l’embellissement des jardins se poursuivent sous tous les monarques du xvie s. L’étude des plantes médicinales commencée par Marie de Médicis est développée par Gaston d’Orléans qui crée des jardins botaniques qui rivalisent avec ceux de Paris et de la faculté de médecine de Montpellier. Les jardins déclinent rapidement après sa mort en 1660 et les galeries en pierre construites par Henri IV entre 1599 et 1603 sont démolies en 1765.

6Le diagnostic concerne la cour, immédiatement au sud du bâtiment de l’Orangerie et du pavillon d’Anne de Bretagne, donc une partie de l’emprise du jardin de la Bretonnerie de Charles d’Orléans. Quatre sondages ont mis en évidence le nivellement du substrat argileux et la présence d’un niveau de piétinement sous les horizons des jardins. Quatre structures creuses pouvant correspondre aux trous de plantation ont également été identifiées. En revanche, il est difficile d’utiliser la stratigraphie et le mobilier céramique ne permet pas d’affiner la datation au-delà de la fourchette comprise entre la fin du xve s. et le milieu du xviiie s. Les aménagements les plus récents (xixe et début xxe s.) reposent directement sur les vestiges des jardins historiques. Néanmoins, cet état de conservation laisse présager un potentiel archéologique intéressant pour les secteurs subsistants des jardins qui n’ont pas été urbanisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Avenue Docteur Jean Laigret »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 294-295.

Référence électronique

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Avenue Docteur Jean Laigret » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8160

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals