Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Verres médiévaux (xiiie-xive sièc...

Verres médiévaux (xiiie-xive siècle) à décor de gouttes rapportées

Les témoignages du midi de la France et leurs parallèles  : variantes, chronologie et filiations
13th and 14th century medieval glass-ware with applied droplet decoration – Evidence from the South of France and parallels: variants, chronology and connexions
Südfranzösische Nuppengläser des 13. und 14. Jhs. und ihre Entsprechungen – Varianten, Chronologie, Ableitungen
Danièle Foy
avec la collaboration de Marie-Christine Bailly-Maître
p. 125-154

Résumés

La présentation de mobilier inédit provenant du Languedoc (Montpellier ; Saint-Laurent-le-Minier), de Provence (Marseille ; prieuré de Saint-Symphorien à Bonnieux) et de Damas (citadelle) est l’occasion de faire le point sur les gobelets à gouttes de verre appliquées. Ce décor est le dénominateur commun d’une vaisselle utilisée au xiiie et xive siècle dans une grande partie des mondes chrétien et islamique. On s’intéressera à la distribution de ces objets, à leurs variantes et à leur datation ainsi qu’aux aires de production très dispersées. Les parentés de forme et de décor obligent à s’interroger sur l’origine de ces objets, les influences ou les connexions stylistiques ainsi que sur de possibles déplacements d’artisans.

Haut de page

Dédicace

Cet article est dédié à la mémoire de David Whitehouse qui a magistralement contribué à la connaissance de cette verrerie et à l’étude des relations transméditerranéennes à travers le verre et la céramique du Moyen Âge.

Texte intégral

Nous remercions Catherine Brut, Michel Cruciani et François Guyonnet pour leur apport documentaire et Laurent Deguara qui nous a permis d’étudier le mobilier du puits de Montpellier.

  • 1 Premières mentions en 1280 de « moiolos de girlanda e imperlatos » et d’un transport de cent pièces (...)
  • 2 Baumgartner et Krueger 1988, p. 194, no 166. Verre conservé au Glasmuseum Hentrich-Museum Kunst Pal (...)
  • 3 Tyson 2000, p. 50-70 ; Renaud 1959, p. 32 ; Harden 1978.

1Imperlati. C’est sous ce terme que sont signalées, dans les textes médiévaux italiens, les vaisselles de verre décorées de petites gouttes ou de plus grandes pastilles de verre appliquées. Les écrits qui mentionnent les moioli ou ciati imperlati ou encore mogolis cum perlis, gobelets emperlés, apparaissent dans le dernier quart du xiiie siècle, subsistent au tout début du xve siècle et concernent des productions des ateliers de Murano1. L’ornementation qui consiste à poser, sur les parois d’un verre, des nodules de matière vitreuse de forme grossièrement pyramidale n’est pas une invention des verriers médiévaux, mais cette technique décorative a joui d’une grande popularité sur une aire géographique étendue dépassant le cadre de la lagune vénitienne. Rapportée au bout d’une tige métallique, déposée en vrille ou bien appliquée comme une pastille, puis étirée de façon à former des aspérités pointues, la goutte de verre peut aussi être pincée pour accentuer la pointe sommitale. L’ensemble de ce décor, formé de protubérances régulièrement disposées sur plusieurs rangs horizontaux afin de couvrir presque toute la panse du récipient, est le dénominateur commun d’une catégorie de verres médiévaux nommée dans la littérature archéologique « Nuppenbecher », « prunted beaker ». La verrerie dotée de cette ornementation semble avoir été fabriquée et/ou adoptée sur un très large territoire de l’Occident et de l’Orient médiévaux qui comprend l’Italie, le midi de la France, la Suisse, l’Allemagne (surtout le Sud) et l’Alsace, mais aussi la République Tchèque, la Hongrie, les pays balkaniques, le monde égéen, l’Asie mineure et la côte levantine et peut-être même la Crimée ou encore des aires plus orientales puisqu’un bel exemplaire aurait été trouvé en Iran à Nishapur2. Des importations en Grande-Bretagne et en Hollande sont également reconnues3.

  • 4 Ce décor de protubérances appliquées en rangs est également présent sur d’autres formes notamment d (...)

2Les objets dotés de ce décor sont presque toujours des gobelets qui offrent néanmoins des proportions et des profils différents4. Les premiers verres identifiés, principalement dans les fouilles de l’acropole de Corinthe, ont été longtemps considérés comme des prototypes. Ils sont de profil cylindrique et leur rebord est évasé. Leur fond est cerné d’un cordon de verre rapporté, lisse ou pincé, et un filet de verre est habituellement appliqué au-dessus des gouttes en relief ; il matérialise la séparation entre la panse et l’embouchure. On peut distinguer un type élancé au rebord très largement ouvert en entonnoir (type A). La base de la pièce étroite est entourée d’un cordon festonné. Le second modèle (type B1), contemporain du premier, est un plus large contenant. Ce gobelet trapu, de plus grande capacité possède une embouchure plus courte et moins évasée ; le cordon qui ceint la base est laissé lisse. D’autres modèles existent cependant et des particularités dans les profils et les décors ont été relevées, certaines sont révélatrices d’une évolution chronologique ou d’une aire de fabrication.

3Pour faciliter la description de ces verres, nous renvoyons à la figure 21 qui regroupe les principaux types.

4Dans un premier temps nous tenterons de réunir la principale documentation française (inédite ou déjà publiée) afin de la comparer avec celle des pays voisins ou plus lointains. Recenser les différents types de verre ayant tous en commun le même décor appliqué, établir leur chronologie et essayer d’esquisser les filiations et les évolutions en tenant compte des aires de production avérées ou fortement supposées est notre propos. De rares ateliers ont été directement reconnus, mais la répartition des objets, leur concentration et la reconnaissance de particularismes induisent l’existence de bien d’autres aires de fabrication. Les récentes trouvailles de Damas ainsi que les découvertes anciennes ou nouvelles faites en Grèce, en Turquie, sur la rive septentrionale de la mer Noire, au nord d’Israël et en Syrie, souvent dans les états d’Orient conquis par les Latins, sont le point de départ d’un débat sur la provenance de ces verres ou sur l’origine des artisans qui les ont façonnés. Ces mobiliers témoignent-ils de simples déplacements d’objets, c’est-à-dire d’échanges commerciaux, ou bien de transferts de techniques décoratives et de modes ? Traduisent-ils des déplacements d’artisans ? Quels sont les prototypes ? Quelle filiation établir ? Peut-on parler de verres syro-francs comme on l’a fait pour les verres émaillés ?

1. Les découvertes du midi de la France

5Les attestations de verres médiévaux à décor de protubérances proviennent de plusieurs sites de nature diverse : atelier de verrier forestier, habitats et dépotoirs urbains, établissement religieux, motte castrale, galerie de mine, mais nous ne connaissons pas de découverte en contexte funéraire. Les trouvailles languedociennes ne sont pas les plus nombreuses, mais les plus spectaculaires : elles comprennent deux pièces complètes et bien datées qui seront présentées avec l’ensemble des objets associés.

1.1. Les mobiliers languedociens et leur contexte de découverte

1.1.1. Montpellier (fig. 1 à 4)

  • 5 Leenhardt 1999. Les comptages du verre permettent de modifier très légèrement les proportions donné (...)
  • 6 Ibid. p. 179.
  • 7 Plaisirs et Manières de table 1992, no 131, 132 ; Foy 1995, p. 48-49 ; L’Art au temps des Rois Mau (...)

6Le comblement d’un puits, dans la rue de la Barallerie à Montpellier, a fourni un mobilier exceptionnellement abondant (593 objets), diversifié et relativement bien conservé5. Au sein de ce dépotoir essentiellement composé de céramiques (plus de 75 %), la vaisselle de verre ne représente que 2,5 % de l’ensemble, mais ces chiffres ne traduisent pas parfaitement la réalité de l’utilisation du verre, du métal (environ 3 %) ou du bois (environ 13 %) dans la vie quotidienne car ces matériaux, à l’inverse de la céramique, se recyclent ou se brûlent. Les 15 verreries incluses dans le remplissage du puits sont pour la plupart identifiables et forment un lot homogène que l’on situerait, par comparaison avec ce que l’on connaît ailleurs, dans la seconde moitié du xiiie siècle. Datation en accord avec l’étude des céramiques qui montre que si quelques pièces peuvent être en usage au xiie siècle, la majorité de ces vases marquent les décennies centrales du xiiie ou la seconde moitié de ce siècle6. Quelques-uns de ces verres ont figuré dans diverses expositions, mais aucun d’eux n’a réellement été étudié7.

Fig. 1 n° 1 à 15 Montpellier : ensemble des verres du puits de la rue de la Barallerie.

Fig. 1 n° 1 à 15 Montpellier : ensemble des verres du puits de la rue de la Barallerie.

Dessins : D. Foy

  • 8 Les verriers occidentaux de l’Antiquité et de la période mérovingienne utilisent du verre brut impo (...)

7Bien qu’aucune analyse chimique n’ait été entreprise pour en connaître la composition, leur aspect laisse penser à la présence de deux grandes familles de verre. Les pièces verdâtres (fig. 1, no 1 à 5), mais très altérées en surface, pourraient avoir été fabriquées avec des cendres potassiques ; les autres, en verre clair mieux conservé, sont probablement produites avec des salicornes régionales qui fournissent un fondant sodique. Ces deux catégories ne signifient pas forcément des datations très divergentes et le passage de l’une à l’autre n’est pas très bien cerné. De manière imprécise nous situons le changement de fondant entre le xiie et les décennies centrales du xiiie siècle8. Il n’est donc pas étonnant de voir se côtoyer des objets fabriqués avec des fondants végétaux de nature différente. Cela ne signifie pas que toutes les verreries retrouvées dans le puits ont été fabriquées à la même époque, mais elles ont pu être utilisées sur les mêmes tables et rejetées dans un laps de temps relativement court. Les formes les plus précoces (fig. 1, no 1 à 5) ne sont plus soufflées dans les ateliers postérieurs au xiiie siècle, mais d’autres (fig. 1, no 6 à 15) qui sont assurément produites dans les ateliers languedociens et provençaux en activité au xive siècle sont déjà présentes à la fin du siècle précédent.

8Cinq verres semblent de composition potassique.

Fig. 2 n° 1 et 2 Montpellier : verres à tige du puits de la rue de la Barallerie.

Fig. 2 n° 1 et 2 Montpellier : verres à tige du puits de la rue de la Barallerie.

Cliché : D. Foy

  • Deux tiges creuses et torsadées (fig.  1 et 2, no 1, 2) reposent sur un pied en forme de disque ; elles ont été fabriquées d’un seul tenant comme le prouve la double épaisseur du verre. Les torsades sur la tige et les festons sur le pourtour des pieds sont probablement dus à des mouvements de torsion et à des incisions d’outils. En revanche, la coupe conique pouvait être décorée de petits motifs obtenus par soufflage dans un moule : des côtes sont visibles sur l’objet le mieux conservé. Ces deux supports renvoient très probablement à des verres à boire identiques à ceux qui furent exhumés d’un puits de Roujan et datés de la fin du xiiie ou du début du xive siècle9. Ces mêmes supports sont présents dans les fouilles de la place Camille Jullian, à Bordeaux, dans plusieurs contextes datés entre le xiie siècle et le xive siècle10. D’autres parallèles proviennent des abbayes languedociennes de Psalmodi et de Saint-Roman11.
  • Le troisième verre relève certainement d’une série commune au xiiie siècle et largement répandue dans le Bassin parisien et les pays du centre et de l’ouest de la France. Ces coupes carénées, supportées par un pied tronconique, sont côtelées en très haut relief. Le fragment de Montpellier conserve le profil et le décor caractéristiques (fig. 1, no 3).
  • Un nœud de jonction entre la coupe et le pied d’un verre bitronconique massif signe la présence d’une pièce datable du xiie-xiiie siècle (fig. 1, no 4). Les motifs en creux sur le pied sont probablement obtenus par des incisions. Les parallèles les plus proches sont les découvertes funéraires de Châteauneuf-de-Gadagne12.
  • Le dernier verre vraisemblablement potassique est une fiole dont ne reste que la base du goulot (fig. 1, no 5).

9Les dix autres verres se différencient par leur matière plus claire.

Fig. 3 n° 7 Montpellier : flacon soufflé dans un moule du puits de la rue de la Barallerie.

Fig. 3 n° 7 Montpellier : flacon soufflé dans un moule du puits de la rue de la Barallerie.

Cliché : D. Foy

  • Deux fioles à goulot cylindrique et panse sphérique sont identifiables (fig. 1 et 3, no 6, 7). L’une n’a conservé que son col ; le profil de l’autre est complet. Très simple, cette ampoule a pour décor 15 côtes hélicoïdales qui couvrent le goulot et le haut de la panse ; en fort relief sur le col, cette ornementation s’estompe ensuite et les nervures ne sont plus visibles à mi-hauteur de l’objet. Ces fioles de 12 à 15 cm de hauteur sont déjà connues à Nîmes et à Avignon et peuvent être considérées comme des productions régionales. Les quatre trouvailles de Nîmes, dans des contextes funéraires, sont datées de la seconde moitié du xiiie siècle ; l’unique fiole d’Avignon est coupée de son contexte de découverte13.
  • Un verre à tige creuse, soufflé dans une matière incolore légèrement rosée, est agrémenté d’un cordon de verre plissé entourant la base large de la coupe (fig.  1, no 8). Ce type d’objet rappelle diverses trouvailles à Aix-en-Provence14, Avignon15 ou Toulouse16, dans des niveaux attribués à la seconde moitié du xiiie siècle.

Fig. 4 n° 9 Montpellier : gobelet à décor appliqué du puits de la rue de la Barallerie.

Fig. 4 n° 9 Montpellier : gobelet à décor appliqué du puits de la rue de la Barallerie.

Cliché : D. Foy

  • L’ornementation de gouttes de verres appliquées couvre un gobelet cylindrique dont tout le profil est conservé (fig. 1 et 4, no 9). En verre incolore jaunâtre, ce récipient presque aussi large (7,5  m) que haut (7,8 cm) porte trois rangées de huit pastilles déposées en quinconce ; après application du verre, chaque goutte a été étirée pour former une pointe. La partie haute du verre est laissée nue : un filet de verre coloré en bleu cobalt sépare ce bandeau lisse du décor. La base du verre est cernée par un cordon lisse et incolore. Le profil presque cylindrique de ce verre et son bord vertical font de cet objet un type différent des modèles habituels ; nous l’appellerons type C (cf. fig. 21).

10Les autres verreries, représentées parfois par un unique fragment de taille très modeste, appartiennent au panel de formes fabriquées durant un laps de temps assez long. Les nombreux ateliers méridionaux, languedociens et provençaux, actifs pendant tout le xive siècle, les ont produites mais elles sont déjà présentes à la fin du siècle précédent.

  • Deux ou trois coupelles dont le bord à marli concave (fig. 1, no 10 à 12) est souligné par l’application d’un filet bleu sur la lèvre, sont parmi les types les plus communs. Destinés à contenir des denrées ou plus vraisemblablement à servir de lampes, ces récipients pouvaient être soufflés dans un moule et porter une ornementation côtelée comme c’est le cas pour une de ces pièces (fig. 1, no 10).
  • Le verre à boire le plus fréquent dans le Midi méditerranéen, depuis le milieu du xiiie siècle et jusqu’à la fin du siècle suivant, est un gobelet au fond refoulé. Tronconique ou cylindrique et de proportions variables, il possède un rebord droit (fig. 1, no 13) et peut être soufflé dans un moule qui imprime une ornementation gaufrée formée de petits motifs circulaires (fig. 1, no 14) ou allongés en grains de riz (fig. 1, no 15). Les trois fragments appartiennent à des pièces distinctes, incolores ou légèrement rosées.

1.1.2. Le verre de Saint-Laurent-le Minier (fig. 5 et 6)

Fig. 5 n° 16 Saint-Laurent-le-Minier (Gard) : gobelet à décor appliqué.

Fig. 5 n° 16 Saint-Laurent-le-Minier (Gard) : gobelet à décor appliqué.

Dessin : M.-N. Baudrand

Fig. 6 n° 16 Saint-Laurent-le-Minier (Gard) : gobelet à décor appliqué.

Fig. 6 n° 16 Saint-Laurent-le-Minier (Gard) : gobelet à décor appliqué.

Cliché : Ch. Durand, Centre Camille Jullian-CNRS

  • 17 Fouilles de M.-C. Bailly-Maître, verre découvert lors de la campagne de 2002.
  • 18 Bailly-Maitre 2011.

11Un second verre à décor de gouttes rapportées, fragmenté, mais presque complet (fig. 5 et 6, no 16), a été découvert lors des recherches menées autour du bourg de Saint-Laurent-le-Minier (Gard)17. Cette région a connu au Moyen Âge une intense activité autour de l’exploitation des gisements miniers. Les textes et en particulier la charte dite « Charte d’Hierle », rendent compte de l’organisation stricte et hiérarchisée qui régit l’exploitation des ressources minières depuis le xiie siècle au moins. Les argentiers, hommes importants, obtiennent du seigneur de Sauve-Anduze de grandes libertés d’exploitation. C’est l’objet de la charte de 1227 qui contient, en annexe, un code plus ancien comportant onze articles en languedocien, véritable manuel pratique qui témoigne de la pression de ­l’administration seigneuriale sur l’activité. L’argent, particulièrement recherché en ce temps de quasi-monométallisme, est lié à la frappe monétaire : le contrôle du minerai argentifère est donc un enjeu aussi bien économique que politique. Les travaux de terrain, prospections et fouilles archéologiques, en révélant un grand nombre de sites liés et organisés en un réseau complexe de plusieurs kilomètres de galeries, confirment l’importance de ce district de la Terre d’Hierle. L’exploitation minière s’y est développée de manière très coordonnée autour du bourg de Saint-Laurent18.

  • 19 L’étude du mobilier céramique a été faite par Lucy Vallauri, céramologue, LA3M UMR 7298.
  • 20 Ce verre a été présenté dans deux expositions : Le verre un art du feu 2004, p. 12 ; Bailly-Maitre (...)

12La fouille d’un carreau minier, implanté devant l’entrée du réseau Petra Alba, a mis au jour les vestiges d’un laboratoire d’essai de teneur du minerai. On y pratiquait l’« emplombage » afin de séparer l’argent du cuivre. La découverte, dans cet atelier, d’un verre décoré, a été une surprise. Il était dans le même contexte qu’un pot ventru, en céramique grise, qui appartient au répertoire des ateliers d’Uzès de la fin du xiiie ou du début du xive siècle19. On sait que les mineurs jouissaient d’un bon statut social, d’une réelle reconnaissance qui peut se manifester dans leur niveau de vie, mais la présence de ce verre fragile, dans ce lieu de travail ou d’expérimentation, reste incongrue. Destiné à boire ou peut-être à éclairer, cet objet revêt un triple intérêt : sa forme est restituable dans son entier, il est daté et offre une variante ornementale nouvelle20.

13Soufflé dans un verre incolore de nuance jaunâtre et criblé de minuscules bulles, comme le sont de nombreux autres objets partageant le décor appliqué, il atteint 8,5 cm de hauteur pour une largeur maximale à l’embouchure de 7,2 cm. Cylindrique dans sa partie basse il s’évase ensuite reproduisant un des profils les plus habituels de cette gobeleterie, même si dans ces proportions, il se situe entre les deux types (A1 et B1) des ateliers de Corinthe. Le fond rentrant qui porte la marque du pontil est entouré d’un cordon de verre non travaillé à l’outil. Un filet de verre fin, déposé à la jonction de la panse et du bord, accentue le tracé du profil et limite le décor. Celui-ci est composé de deux rangées de cinq gouttes rapportées en quinconce et très espacées. Cet espacement inhabituel permet d’inclure dans le décor un filet de verre disposé en zigzag. Chaque protubérance, formée par l’application d’une pastille de verre ensuite étirée en un fil de verre qui s’enroule sur lui-même en créant un relief, se trouve ainsi incluse dans un triangle défini par trois pointes de la frise. Cette syntaxe décorative n’a pas de parallèle exact, mais plusieurs fragments, collectés lors de fouilles provençales sur le village médiéval de Rougiers et sur l’atelier de verrier de Planier, présentent une combinaison de gouttes et de filets rapportés parfois colorés. Ces débris (infra, fig. 7, no 17 à 20 ; 28, 29) reflètent peut-être le même agencement ou une composition voisine.

  • 21 Archéolabs ARC04/R3084C - échantillon couche C11. Prélèvement fait dans la couche C11 du bâtiment 1 (...)

14Le contexte stratigraphique qui contenait ce verre est bien défini. L’objet se trouvait au pied de l’un des murs de l’atelier, pris dans une couche charbonneuse correspondant au sol d’occupation et de fonctionnement de l’atelier. Une datation 14C a été réalisée sur ce niveau charbonneux et le résultat calibré se situe entre 1245 cal AD et 1335 cal AD à 61,9 % ou entre 1335 cal AD et 1395 cal AD à 34,9 %21. Ces données rejoignent les datations attribuées aux verres comparables : ce gobelet a très probablement été utilisé dans la seconde moitié du xiiie siècle ou tout au début du siècle suivant.

1.1.3. Autre site languedocien

  • 22 Tricoire et Mathieu 1974, p. 24-25 ; Despaux et al. 1980.

15Les fouilles de la forteresse de Montségur, dès les années 1970, ont exhumé une quinzaine de fragments toujours de teinte incolore jaunâtre ; ils portent une ou deux pastilles plates ou vrillées22. Ces fragments provenant de divers contextes prouvent la popularité de ce type de verre, mais sont trop réduits pour apporter des informations sur les types d’objets munis de ce décor ; ils ne bénéficient pas d’une datation précise.

1.2. Le mobilier provençal

16Les verres à décor appliqué qui nous intéressent ici ont été collectés sur une dizaine de sites provençaux, en milieu rural, urbain et dans des ateliers de verrier.

1.2.1. Les ateliers (fig. 7)

Fig. 7 n° 17 à 27 Atelier de verrier de Planier, Signes (Var) ; n° 28 et 29, Rougiers, Var.

Fig. 7 n° 17 à 27 Atelier de verrier de Planier, Signes (Var) ; n° 28 et 29, Rougiers, Var.

Dessins, clichés : D. Foy

  • 23 Foy 1988, p. 105-107 et p. 210.

17L’officine de Planier (Signes, Var) dont l’activité se situe au milieu ou dans la seconde moitié du xiiie siècle, d’après le mobilier céramique (sgrafitto ligure, céramique grise) et monétaire recueilli lors des fouilles, était installée en milieu forestier et dépendait de l’abbaye de Montrieux23. La fouille a révélé un bâtiment arasé, un four et une zone d’épandage des cendres et des déchets. Il reste peu d’indices pour avoir une idée des produits qui étaient élaborés, mais les fragments de verre et les creusets collectés assurent que l’on y faisait des verres communs et décorés, incolores, mais aussi colorés. Les gobelets ornés de petites protubérances (types A1, A2 et A3) faisaient très certainement partie des productions locales. Il ne subsiste de ces objets que des fragments ne permettant pas de restituer les profils, mais suffisants pour imaginer une ornementation de gouttes de verres incolores disposées à l’intérieur d’une résille (en onde ou en quadrillage) de verre bleu cobalt (fig. 7, no 17 à 20). Une vingtaine de débris ont été retrouvés principalement aux abords du four (fig. 7, no 17 à 27) ; des creusets fissurés, qui contenaient du verre incolore et du verre bleu cobalt, ont été rejetés dans le dépotoir cendreux. Les analyses chimiques ont révélé l’utilisation de cendres sodiques.

  • 24 Foy 1988, p. 114-115 et p. 121.

18Les fouilles du village déserté de Rougiers ont mis en évidence un atelier de verrier en activité dans le second quart du xive siècle24. Rien ne permet de penser que l’on y soufflait des gobelets à gouttes appliquées, mais deux fragments (fig. 7, no 28-29), recueillis dans des contextes antérieurs à l’installation des verriers, offrent un décor appliqué combinant des gouttes incolores et des fils bleu cobalt. Disposés en quadrillage, ils sont comparables aux fabrications de l’atelier de Planier.

1.2.2. Le prieuré de Saint-Symphorien à Bonnieux (fig. 8)

  • 25 Guyonnet 1993, pl. VII.

19En plein cœur du massif du Lubéron, les fouilles d’un habitat semi-rupestre installé à proximité du prieuré Saint-Symphorien (Bonnieux, Vaucluse) ont mis au jour du mobilier en céramique et en verre rejeté dans des silos transformés en dépotoir25. Dans le comblement d’une de ces cavités, plusieurs verres étaient assemblés. Les fonds conservés révèlent trois gobelets incolores, étroits, de types différents mais parfaitement contemporains.

Fig. 8 n° 30 à 32 Prieuré de Saint-Symphorien, Bonnieux (Vaucluse) (dessins d’après Guyonnet 1993).

Fig. 8 n° 30 à 32 Prieuré de Saint-Symphorien, Bonnieux (Vaucluse) (dessins d’après Guyonnet 1993).

Clichés : A. Chéné, Centre Camille Jullian-CNRS

  • 26 Foy 1988, type B6, p. 211-214. De nombreuses autres découvertes inédites ont été faites dans les fo (...)
  • 27 Baumgartner et Krueger 1988, p. 180-183.

20L’un, soufflé dans un moule, était couvert de côtes hélicoïdales épaissies à la base (fig. 8, no 30). Ces verres à boire dont les nervures forment des S en fort relief sur le pourtour du fond sont très communs en Provence, dans des contextes de la fin du xiiie siècle, tant en milieu rural qu’urbain ; ils sont considérés comme des productions régionales26. Le second verre, dont la base est festonnée (fig. 8, no 31), est doté d’un cordon incolore et incisé qui devait être approximativement situé à mi-hauteur. Au-dessus et au-dessous de ce ruban godronné, ont été enroulés des filets de verre bleu cobalt. Il subsiste trois rangs. Cette ornementation unique en Provence, trouve un écho dans plusieurs trouvailles faites en Allemagne et datées entre la fin du xiiie et le xive siècle27. Le dernier fond (fig. 8, no 32) est celui d’un gobelet à gouttes appliquées. Deux rangs de protubérances disposées en quinconce sont limités par deux filets de verre. Le profil général, tel qu’il a été reconstitué avec son rebord évasé, l’apparente au type A (type A3).

  • 28 Guérard 1857, p. 440, chartre 435, datée du xiie siècle.

21L’hypothèse d’une production régionale est assurée, mais celle d’une fabrication locale est aussi recevable dans la mesure où nous savons, qu’au xiie siècle, le prieur de Saint-Symphorien était astreint à une redevance annuelle de vingt-quatre verres28 pour les besoins du réfectoire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille dont dépendait la communauté religieuse. On peut donc supposer qu’une verrerie était sur les terres du prieuré, mais plusieurs décennies, voire un siècle, séparent la charte de la datation des verres recueillis dans les fouilles. Les comblements des silos, dans lesquels se trouvait le petit ensemble de verreries et de céramiques communes et décorées (décor vert et brun), ont probablement été effectués au tout début du xive siècle.

1.2.3. Les découvertes urbaines (fig. 9 et 10)

22Modestes, mais relativement nombreuses, ces trouvailles témoignent de variations dans les décors et montrent que les verres à gouttes rapportées sont de bons marqueurs des contextes du xiiie siècle.

Fig. 9 n° 33 et 34 Avignon, Petit-Palais.

Fig. 9 n° 33 et 34 Avignon, Petit-Palais.

Dessins : D. Foy

  • 29 Baumgartner et Krueger 1988, p. 190-191.

23L’organisation du décor de deux verres d’Avignon est particulière : la base du verre est laissée nue ; les gouttes de verre se plaçant uniquement dans la partie médiane, parfois sur un seul rang limité par deux filets de verres bleus. Les profils de ces pièces (fig. 9, no 33, 34) ne sont pas complets, mais on peut sans trop d’hésitations restituer des verres cylindriques au rebord sans doute évasé (type A2). Des pièces comparables trouvées à Strasbourg et Worms pourraient être des importations provençales29.

Fig. 10 Mobilier de Marseille.

Fig. 10 Mobilier de Marseille.

N° 35 à 37 Sainte-Barbe ; n° 38-42 Alcazar ; n° 43 à 46 Place Villeneuve-Bargemon 1995 et 2002 ; n° 47 à 53 Place Général de Gaulle ; n° 54 Tunnel de la Major ; n° 55 rue J. Trinquet ; n° 56 et 57 Place Jules Verne, secteur JV9.

Dessins : D. Foy

  • 30 Fouilles conduites par l’Inrap sous la responsabilité de A. Hesnard, O. Maufras, F. Paone, M. Bouir (...)
  • 31 Foy 1997, p. 60-62.

24Les fouilles préventives de Marseille ont également mis au jour ces verreries à décor appliqué sur sept sites, au moins, localisés dans la rue Jean Trinquet, les places Jules Verne, Villeneuve-Bargemon et Général de Gaulle, ainsi que sur les chantiers du tunnel de la Major, de l’Alcazar30 et de Sainte-Barbe. Seules ces dernières découvertes ont été publiées31. La matière de ces débris est toujours incolore jaunâtre et souvent a très bien conservé sa brillance. Les fragments les plus complets montrent une disposition du décor toujours en quinconce. On note l’absence de filets de verre bleu cobalt. Les profils sont difficiles à restituer, mais il semble que plusieurs types soient présents. Les pièces relativement massives, certaines cylindriques jusqu’au rebord rectiligne (fig. 10, no 46, type C1) ont un pied annulaire constitué d’un cordon de verre lisse (fig. 10, no 45, 46, 50, 54, types B ou C1). Des rebords évasés et des fonds étroits, entourés d’un pied annulaire festonné, relèvent du type A (fig. 10, no 42, 53, 56). Les gouttes de verre sont le plus souvent faites par enroulement du verre, mais leur taille est variable : les protubérances, sur un gobelet des fouilles du Tunnel de la Major, sont deux ou trois fois plus petites que la moyenne (fig. 10, no 54). En revanche, l’emprise des pastilles appliquées sur un verre découvert dans la place Jules Verne est large (fig. 10, no 57).

25Rarement, ces protubérances sont allongées et étirées en pointe à l’aide d’une pince (fig. 10, no 37, 41, 49, 51). Cette technique est bien visible sur un élément de panse venant des fouilles de la rue Trinquet. Outre ce détail décoratif, ce verre se caractérise par son profil particulièrement étroit (fig. 10, no 51). Ces deux particularités (étirement des gouttes et étroitesse du récipient) évoquent les trouvailles italiennes de Tarquinia (voir supra) et laissent penser à une importation du xive siècle. Enfin, un fragment de profil curviligne portant une très grosse applique faite d’un fil de verre enroulé en pyramide et en partie incisé à l’outil signe la présence d’un récipient inhabituel, plus pansu qu’un verre à boire (fig. 10, no 55).

26Les trouvailles marseillaises les plus précoces, apparaissent dans les fouilles de la place Villeneuve-Bargemon et de Sainte-Barbe : l’une d’elles proviendrait d’un niveau de rue constitué au cours du xiie siècle (fig. 10, no 45) ; l’autre est dans un contexte antérieur au milieu du xiiie siècle correspondant au début de l’occupation du quartier Sainte-Barbe par les potiers (fig. 10, no 37). Ces attestations pourraient laisser penser que les gobelets à pastilles appliquées apparaissent plus tôt que ce qui est habituellement observé (seconde moitié du xiiie s.). On rappellera que ce type de verres est présent dans d’autres contextes qui renferment du mobilier de la fin du xiie et du xiiie siècle mais qui se sont constitués plus tard (comblement du puits de Montpellier, supra). Dans le midi de la France, nous n’avons pas, en dehors de la trouvaille de la place Villeneuve-Bargemon, d’autres arguments pour situer l’apparition de ces verres avant le xiiie siècle, en revanche, il est possible d’imaginer l’émergence de ces verres avant le milieu du xiiie siècle. On verra que d’autres trouvailles extérieures à la Provence et au Languedoc appuient cette hypothèse.

1.2.4. Autres sites provençaux

  • 32 Mouton 1994.
  • 33 Dans les niveaux médiévaux, ont été découverts un fragment de paroi incolore avec une goutte de ver (...)

27Des fragments très modestes, mais suffisamment conservés, permettent de localiser d’autres vaisselles à gouttes rapportées sur une motte féodale à Cadarache (Bouches-du-Rhône), dans les fouilles de la synagogue de Carpentras32 et en Provence orientale au Cannet-des-Maures sur le site des Blaïs33.

2. Les découvertes parisiennes et de l’est de la France

  • 34 Ces vaisselles ne sont pas présentes dans les lots de verres, abondants et bien datés du xiiie sièc (...)

28Hors des terres méridionales, ce type de verre a été peu fréquemment retrouvé sur le territoire français, sauf dans le nord-est du pays34. On rappellera ici les découvertes les plus pertinentes.

Fig. 11 Verres à gouttes appliquées incolores et bleu foncé.

Fig. 11 Verres à gouttes appliquées incolores et bleu foncé.

N° 58 Paris, Cour Carrée du Louvre (d’après Brut 1982 et 1994b) ; n° 59 : Sarrebourg (d’après Cabart 2008, fig.1-3) ; n° 60 : Saranda Kolones, Pathos, Chypre.

  • 35 Brut 1994a.
  • 36 Brut 1992 ; Id. 1994b ; Fleury et al. 2002.
  • 37 Ce verre n’est pas analysé. Les analyses publiées montrent que les autres verres sont potassiques à (...)
  • 38 Trouvailles hors contexte en Apulie, à Salpi : Harden 1966, p. 75, fig. 13 et à Torrione del Casone (...)
  • 39 Baumgartner et Krueger 1988, p. 204-207, no 184, 185, 188 : trouvailles de Würzbourg, Château de Dü (...)
  • 40 L’objet appartient à un lot de mobilier daté de la fin du xiiie siècle par la dendrochronologie. D’ (...)
  • 41 Han 1972, p. 118 et fig. 3a. La description et le dessin ne sont pas totalement convaincants. Les p (...)
  • 42 Newby 1987, p. 263.
  • 43 Baumgartner et Krueger 1988, p. 204-205, no 184.

29La plus spectaculaire provient des fouilles du vieux Louvre (fig. 11, no 58). Le contexte de découverte, une fosse comblée par des restes végétaux, près de 400 céramiques et une centaine de verres, était scellé par des remblais du xive siècle et plusieurs sols superposés35. Les verres offrent les formes caractéristiques de cette époque fréquemment retrouvées dans le Bassin parisien, le centre et l’ouest de la France : coupes côtelées de divers profils et portées par un pied tronconique, massif ou plus élancé ; lampes, flacons, urinaux36. On n’y trouve pas de verre à tige mince caractéristique de la fin du xiiie et du xive siècle. Homogène, le mobilier de ce riche dépotoir est daté du courant du xiiie siècle. À côté de ces verreries, d’aspect verdâtre et fabriquées avec un verre à cendres potassiques, se trouvait un gobelet incolore très vraisemblablement de composition sodique37. Le verre, dont on ne connaît pas la hauteur, peut cependant être restitué : son profil à fût étroit et embouchure évasée, est conforme à la vaisselle méridionale du xiiie siècle. La base est cerclée par un cordon lisse et la panse est couverte de pastilles rapportées, disposées en quinconce sur quatre rangs au minimum et alternativement incolores et bleu cobalt (type A4). Un filet incolore sépare l’embouchure de la panse ornementée. À juste titre ce vase a été reconnu comme une importation méridionale. La bichromie des pastilles, rare, est cependant observée sur d’autres pièces découvertes dans le sud de l’Italie38, mais aussi en Suisse, dans le sud de l’Allemagne39, à Sarrebourg dans une latrine transformée en dépotoir (fig. 11, no 59)40 et peut-être dans la forteresse de Belgrade41. D’autres trouvailles très comparables viennent de sites orientaux conquis par les Latins : monastère de Daphni (Chaïdari), près d’Athènes42 et du château franc de Saranda Kolones, à Pathos (Chypre) ; ce dernier objet a la particularité d’avoir, outre des pastilles bleues, un filet appliqué bleu (fig. 11, no 60) tout comme la trouvaille de Würzbourg en Bavière43.

  • 44 De nombreux exemplaires sont publiés dans : Baumgartner et Krueger 1988, p. 336-366 et p. 392-398 e (...)

30En Alsace, la vaisselle de verre ornée de protubérances appliquées est signalée en plusieurs lieux. On mentionnera ici quelques découvertes datées des xiiie et xive siècle, à l’exclusion des pièces plus tardives. Dans cette région, comme en Allemagne, le décor de pastilles appliquées a survécu et s’est transformé en grosses aspérités : il est présent jusqu’à l’époque postmédiévale sur des verres de formes diverses. Le Krautstrunk en forme de tonnelet et le Stangenglass au corps haut et cylindrique, fréquents aux xve et xvie siècles dans les pays germaniques et en Bohême, et les Römer des régions du Rhin, utilisés du xve au xviiie siècle, illustrent bien le goût récurrent pour ce décor de pastillage44. Ce large éventail de forme est caractéristique de la verrerie germanique.

Fig. 12 Verres à gouttes appliquées provenant du nord-est de la France.

Fig. 12 Verres à gouttes appliquées provenant du nord-est de la France.

Verres incolores : n° 61 Strasbourg (d’après À travers le verre 1989, n° 136 dessin J.-P. Rieb) ; n° 62-63 Strasbourg (d’après Watton 1990, n° 31, 29) ; n° 64 : Strasbourg (d’après Baumgartner et Krueger 1988, n° 164) ; n° 65 Rougemont-le-Château (d’après Rieb 1987, p. 7587, pl. 1-4).Verres verdâtres ou bleutés : n° 66 Strasbourg d’après Watton 1990, n° 50 (dessin D. Watton) ; n° 67 Strasbourg d’après Watton 1990, n° 51 (dessin D. Watton) ; n° 68 Strasbourg d’après Watton 1990, n° 47 (dessin D. Watton) ; n° 69 Strasbourg d’après Rieb 1987, p. 7587, pl. 1-7 ; n° 70 Colmar d’après À travers le verre 1989, n° 139.

Dessins : J.-P. Rieb

  • 45 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 5 ; Foy et Sennequier 1989, p. 197 no 136. Les verres verdâtres (...)
  • 46 Waton 1990, p. 20, fig. 4, no 29-31.
  • 47 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 4.

31Les gobelets à pastilles découverts en Alsace, en Allemagne et en Suisse sont soufflés dans une matière incolore, mais aussi verdâtre ou bleutée. Une dizaine de pièces incolores relevant du type A1, ont été signalées à Strasbourg : la plus belle, dotée de pastilles serrées et de petite taille disposées sur huit rangées (fig. 12, no 61), provient d’une fosse comblée vers la fin du xiiie siècle45 ; d’autres, plus fragmentées, issues d’un dépotoir du site d’Istra46, sont de datation similaire (fig. 12, no 62, 63). Des débris de bords et de fonds, décorés à la fois de pastilles incolores et de filets bleus (fig. 12, no 64), rappellent des productions provençales. Le gobelet cylindrique à bord vertical et à base dentelée de type C2 est également représenté par un exemplaire incolore, exhumé du château de Rougemont-le-Château (fig. 12, no 65) d’un contexte antérieur au troisième quart du xive siècle47.

  • 48 Ibid., pl. 1, no 6 ; Foy et Sennequier 1989, p. 197 no 138 et Waton 1990, fig. 6, no 50 et 51 (repr (...)
  • 49 Waton 1990, fig. 6, no 51.
  • 50 Baumgartner et Krueger 1988, p. 202-203, no 181 ; Waton 1990, fig. 6, no 47 (reproduit ici sous le (...)
  • 51 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 8 ; Foy et Sennequier 1989, p. 197 no 139.
  • 52 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 7.

32Des verres de teinte verdâtre ou bleutée reproduisant les formes usuelles (types A et B) proviennent encore de niveaux de la première moitié du xive siècle de Strasbourg (fig. 12, no 66-67)48, mais se distinguent par quelques traits annonciateurs des modèles de l’extrême fin du Moyen Âge. On remarque, en effet, un agrandissement et un étirement des pastilles en pointe ; les embouchures évasées sont de profil curviligne (type J). Cet étirement des pastilles affecte plusieurs types de verres fabriqués au nord des Alpes49 (fig. 12, no 67 à 69), mais aussi en Italie (mobilier de Tarquinia, voir infra, fig. 13, no 81). D’autres variations dans les profils et l’organisation du décor sont également notables : des gobelets cylindriques, mais au bord éversé, et uniquement décorés sur la moitié inférieure de la panse pourraient constituer un modèle propre aux régions germaniques (type I) : quelques exemplaires, datés entre la première moitié du xive et la fin du xve siècle et réalisés aussi bien en verre incolore que bleuté, viennent de Strasbourg (fig. 12, no 68), de Bavière et de Moravie50. Parmi les formes émergentes dans la seconde moitié du xive siècle, les gobelets trapus sont relativement nombreux. À Colmar, un verre bleuté, deux fois plus large que haut (type G2), présente le décor habituel de protubérances sur trois rangs toujours limitées par un filet supérieur (fig. 12, no 70)51. Il reste à signaler l’émergence du Krautstrunk caractérisé par sa panse en tonnelet et son rebord concave : les premiers exemplaires du début du xve ont des pastilles étirées, mais de format assez semblable aux gobelets précédents (fig. 12, no 69)52 ; par la suite les pastilles seront agrandies et aplaties jusqu’à couvrir toute la panse, sans laisser beaucoup de surface nue entre elles ; leur pointe est de plus en plus tirée vers le haut.

33Cette relative abondance des découvertes de l’est de la France ne peut s’expliquer que par la connaissance du mobilier découvert en Suisse et en Allemagne.

3. Le mobilier en Suisse et en Allemagne

  • 53 Baumgartner et Krueger 1988, notices 167 à 204.
  • 54 À titre d’exemple voir : Röber 2007 ; Prohaska-Gross et Gross 2007.
  • 55 Holl-Gyürky 1986, fig. 4, no 1 et 5.
  • 56 Hejdová, Nechvátal 1970 ; Hejdová 1975, p. 147 et fig. 15, no II/3 ; Sedlácková 2005, p. 237-238.
  • 57 Renaud 1959, fig. 3 ; Harden 1975, p. 41.

34L’exposition Phoenix aus Sand und Ashe, Glas des Mittelalters, essentiellement consacrée au mobilier découvert en Suisse et en Allemagne, a révélé l’importance numérique des gobelets à décor de pastilles appliquées en présentant, en 1988, près d’une quarantaine de pièces antérieures au xve siècle53. Parmi de nombreux sites de découverte, on relève en Suisse : Bâle, Dübendorf, Flums, Münsterhof et Schauffhouse et dans la moitié méridionale de l’Allemagne : Constance, Vieux-Brisach (Breisach), Regensburg, Lingenfeld et Würzbourg. Depuis, les trouvailles se sont multipliées dans ces pays54 et dans les terres voisines – où elles étaient déjà remarquées – en Europe centrale, en Hongrie, principalement dans la capitale Buda55, en Bohême et Moravie (à Brno)56, et jusqu’en Hollande57. La présence de verres emperlés dans une enluminure des années 1420 représentant un four en activité en Bohême ne laisse aucun doute sur la fabrication de ces objets (fig. 20, no 100).

  • 58 Baumgartner 1985 ; Baumgartner et Krueger 1988, p. 192-193.
  • 59 Découvertes à Strasbourg (au moins 5 pièces dont 4 provenant d’un même contexte au 15 de la rue des (...)
  • 60 Zecchin 1989, p. 19-20.

35Les gobelets datés de la fin du xiiie ou du xive siècle ont le plus souvent les profils de type A, mais quelques pièces cylindriques s’apparentent au type C. D’autres objets du xive siècle se différencient par leur panse ventrue et leur bord droit ou rétréci, à la manière d’un petit bocal. Ces vases sont aussi bien soufflés dans une matière incolore que dans un verre verdâtre ou bleuté. La plupart des chercheurs ne discutent pas le fait que les pièces verdâtres ou bleutées soient très probablement des productions du nord des Alpes. En revanche, l’origine de la vaisselle incolore est discutable. Certains défendent l’hypothèse d’une fabrication locale58, mais l’absence de traces d’atelier ne permet pas de trancher le débat. L’intensité du trafic sur les voies commerciales reliant l’Italie vers l’au-delà des Alpes, avéré tant dans l’Antiquité qu’au Moyen Âge, peut aisément expliquer un volume considérable d’importations. Les territoires actuels de la Suisse, de l’Autriche et de l’Allemagne ont de tout temps été les débouchés naturels des productions de l’Italie et des arrivées des ports de l’Adriatique. La répartition des verres émaillés de la fin du xiiie siècle, produits sur la côte levantine, mais aussi et surtout dans les officines vénitiennes, traduit a elle seule l’importance de ces relations mercantiles. Les verres émaillés, produits luxueux, ont été diffusés jusqu’aux bords de la mer Baltique et vers l’ouest jusqu’en Grande-Bretagne et au Portugal ; une concentration est cependant notable en Suisse et en Allemagne. Sur le territoire français, alors que ces verres sont rares, on constate que l’essentiel des trouvailles se localisent en Alsace et en Lorraine59. Il est donc possible que la part incolore des gobelets à pastilles appliquées découverte en Suisse, en Allemagne et dans l’est de la France relève d’importations méridionales venues avec d’autres vaisselles dont les verres émaillés. L’importance du commerce transalpin de l’artisanat vénitien – et sans doute aussi des vaisselles importées, transitant par les ports italiens de l’Adriatique – peut aussi se déduire de l’implantation à Venise, au début du xiiie siècle, d’un comptoir des marchands allemands : pour favoriser les échanges au delà des Alpes, des exemptions fiscales furent accordées aux colporteurs chargés de verres vénitiens60.

  • 61 Fontaine-Hodiamont et Hossey 2010, pl. IV-20, 21, 24, 25.

36Si une part des verres des xiiie et xive siècles a peut-être été importée, d’autres (au moins ceux qui sont verdâtres) ont été fabriqués régionalement. Cette technique ornementale a eu la faveur de plusieurs ateliers septentrionaux tel celui de Herbeumont (Luxembourg) qui fonctionnait vers la fin du xive siècle61. Dans les pays germaniques et en Europe centrale, on retrouve, à partir du xve siècle, le large éventail des formes (Krautstrunk, Stangenglas, Römer) évoquées en Alsace (voir supra).

4. Le mobilier d’Italie

  • 62 Whitehouse 1981, p. 172-174. Le mobilier inventorié vient de Sicile, d’Apulie, de Basilicate, de Ca (...)

37En Sicile et dans toute la Péninsule italienne, les gobelets à gouttes appliquées sont présents. Une liste des découvertes dressée à la fin des années 1970 révélait une large distribution de ce mobilier62 qui n’a fait que croître. Aucune trace d’atelier n’a été mise au jour, mais la fabrication de ce type de verrerie en plusieurs points de l’Italie est très probable, surtout dans le sud où les trouvailles sont très fréquentes, bien plus que dans la région vénitienne où les textes, pourtant, attestent la production de verres imperlati.

Fig. 13 Verres à gouttes appliquées provenant d’Italie.

Fig. 13 Verres à gouttes appliquées provenant d’Italie.

N° 71 et 72 Lucera (d’après Whitehouse 1966) ; n° 73 et 74 Palerme, palais Chiaramonte-Steri et quartier du Castello san Pietro (cl. D. Foy) ; n° 75 Farfa, (d’après Newby 1987 et 1991) ; n° 76 à 81 Tarquinia (d’après Whitehouse 1987) ; n° 82 Piegaro (dessin d’après Stiaffini 1991, pl. IX).

  • 63 Whitehouse 1966 ; Harden 1972, p. 101-103.
  • 64 Sogliani 2000, p. 403.
  • 65 Güll 2007, p. 161-162.
  • 66 Les fragments recueillis appartiennent à des verres cylindriques et les fonds sont cernés de cordon (...)
  • 67 Giannotta 1992, p. 222, fig. 8-4, no 86, phase VI ; Whitehouse 1993, p. 661.

38Plusieurs variantes de ces gobelets peuvent être distinguées. Les deux types précoces, A1 et B1 sont reconnus sur de très nombreux sites, en particulier dans la partie la plus orientale de la Péninsule et en Sicile. À Lucera, dans les Pouilles, le comblement d’un puits, riche en mobilier permet de dater deux gobelets (fig. 13, no 71, 72) des décennies centrales du xiiie siècle63. Parmi les trouvailles récemment publiées on peut citer celles de Pouzzoles64, de Lecce65 et de Cannes (Bari)66. Toujours dans les Pouilles, les fouilles d’Otranto ont mis au jour, dans une phase d’occupation datée du xiiie au début du xive siècle67, des éléments de gobelets à gouttes appliquées dont le filet supérieur, séparant l’embouchure évasée de la panse, est bleu. Il s’agit très probablement d’un verre de type A.

  • 68 Falsone 1976, fig. 28 ; Bonnano et D’Angelo 1972  ; D’Angelo 1976, p. 380-381 et 1991 ; Whitehouse (...)
  • 69 Les types A et B sont présents dans ce contexte de la seconde moitié du xiiie siècle : Fiorilla1996 (...)
  • 70 Découvertes de Segeste datées du xiiie siècle : Molinari 1997, p. 162 et de Calathamet : Tisseyre 2 (...)

39En Sicile, ce mobilier est également très commun. Outre les pièces bien conservées provenant du Palazzo Chiaramonte-Steri68 (fig. 13, no 73) et du quartier du Castello San Pietro (fig. 13, no 74) à Palerme, ou encore du puits de la place San Giacomo à Gela, très riche en céramiques du xiiie siècle69, d’autres fragments ont été recueillis en de nombreux points de la Sicile, mais restent trop réduits pour être associés à un type de verre bien défini70.

  • 71 Newby 1987 et 1991, p. 39.

40Dans la Péninsule italienne, outre le mobilier du sud du pays, les découvertes les plus pertinentes viennent du Latium et plus précisément de l’abbaye de Farfa (Rieti) et des fosses-dépotoirs du palais Vitelleschi à Tarquinia. Nombreuses, ces trouvailles ont permis la restitution de plusieurs profils. Les gobelets identifiés à Farfa (fig. 13, no 75) sont issus d’une phase d’occupation comprise entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle et relèvent du modèle à bord droit71. Presque parfaitement cylindriques, ces récipients atteignent 7 à 7,5 cm de haut pour une largeur moyenne de 6,5 cm et portent quatre rangs de pastilles ; le cordon annulaire de la base est lisse (type C1). Ils sont comparables au verre découvert à Montpellier (fig. 1 et 4, no 9) et ne s’en séparent que par les nodules plus serrés et par le filet rapporté au-dessus des pastilles qui est incolore comme le restant de la pièce et non bleu comme l’exemplaire languedocien.

  • 72 Whitehouse 1987, voir en particulier fig. 3.
  • 73 Stiaffini 1991 distingue les groupes H2c du xiiie s., H3c du xive et H4b du xve s.
  • 74 Ibid., p. 248, pl. IX-3 (mention et dessin d’après Gasparetto 1982, fig. 49 que nous n’avons pas pu (...)
  • 75 Zecchin 1987, p. 51 et p. 59 (acte du 15 mars 1457 et du 15 mars 1383).
  • 76 Piegaro : cf. notes 74 et 114 ; Viterbe : ce verre de type A1 est coupé de son contexte de découver (...)
  • 77 Kojić et Wenzel 1967, fig. 4-5 (Veličani), fig. 11 (Gacko) ; Wenzel 1977. Les relations commerciale (...)
  • 78 Une pièce inédite est dans un contexte d’époque moderne (xvi-xviie s.) des fouilles de la place Cam (...)

41À partir des milliers de fragments collectés dans des fosses à Tarquinia, plusieurs types de verre ont été restitués72. Ce registre de formes parfaitement contemporaines, donne une excellente image de l’utilisation de la verrerie vers la fin du xive siècle puisque le comblement des fosses s’est arrêté vers 1390 comme le garantissent les nombreuses monnaies et céramiques associées. Cet ensemble traduit une évolution des gobelets à pastilles. On note l’absence du type A très étroit ; en revanche certaines pièces, bien que plus massives, sont proches du type B, (fig. 13, no 76, B2). On voit là que sans l’apport des données de fouilles, l’objet aurait pu être daté au moins un siècle plus tôt. D’autres gobelets sont assez voisins par leur forme et leur proportion du type B, mais s’en différencient nettement par le profil plus rectiligne et surtout par la taille des pastilles beaucoup plus grandes (fig. 13, no 77, type B3) ; ce détail a déjà été mis en exergue lors des études de la verrerie d’Alsace et d’Allemagne. Une autre série s’individualise par son profil tronconique (fig. 13, no 78, type H). Les formes basses, plus larges que hautes (fig. 13, no 79, type G1), font écho aux trouvailles du nord-est de la France (fig. 12, no 70) et d’Allemagne datées du xve siècle ; on note cependant que le cordon annulaire de la base est traité différemment. Les vaisselles les plus originales, celles qui se séparent le mieux des modèles antérieurs, sont les gobelets étroits, hauts et tronconiques, au bord plus ou moins évasé, et dotés d’un cordon annulaire festonné à leur base. L’aspect effilé de la pièce et la forme très étirée des pastilles caractérisent ces verres (type F), qui se déclinent dans plusieurs formats (fig. 13, no 80, 81). L’essai d’évolution des gobelets à pastilles qui a été dressé à partir des découvertes italiennes73, range au nombre des pièces du xve siècle une trouvaille ancienne de Piegaro74. Parfaitement cylindrique, ce verre décoré de trois rangs de pastilles (fig. 13, no 82) est pourtant comparable aux découvertes de Montpellier (fig. 1 et 4, no 9) et de Farfa (fig. 13, no 75) et pourrait donc être plus précoce. Il semble, toutefois, que le décor de gouttes appliquées ait encore été fabriqué dans les ateliers de la lagune vénitienne à l’extrême fin du Moyen Âge ; en témoignent les mentions de « cietos gropolosos » et de « goti gropolosi », gobelets à nodosités, portées dans des actes commerciaux du milieu et de la fin du xve siècle à Murano75. Nous ne savons pas à quels objets renvoient ces appellations : deux pièces italiennes attribuées au xve siècle : le verre cylindrique de Piegaro et celui d’une collection de Viterbe nous semblent relever de modèles plus anciens76. Les seules pièces qui pourraient correspondre aux productions tardives sont les gobelets à corps ovoïde dotés de grosses pastilles appliquées, de type Krautstrunk. Emblématique de la verrerie germanique, ces gobelets à corps ovoïde ont pu être produits essentiellement pour l’importation. Sur les rives septentrionales de l’Adriatique, dans l’arrière-pays de Dubrovnik, le gobelet déposé dans une tombe datée de la fin du xive siècle à Veličani pourrait faire partie de ces importations sans doute arrivées par le port de Raguse (ou Dubrovnik), tout comme l’exemplaire de Gacko du milieu du xve siècle77. Les Krauststrünke découverts en Italie sont relativement peu nombreux ; ils peuvent avoir été produits à Venise ou relever d’importations. La majeure partie de ces vaisselles, soufflées dans un verre verdâtre ou bleuté, constitue les produits des officines sises au nord des Alpes. En France, en dehors du nord-est du pays, ces verres sont rares et relèvent très certainement d’importations78.

5. le mobilier en Méditerranée orientale

5.1. Les travaux fondateurs de Corinthe

42Bien que ces verres imperlati aient été signalés dès 1930 par Carl Lamm, ce sont les études sur l’acropole de Corinthe, fouillée en 1937, qui les ont fait connaître comme une catégorie de vaisselle importante qui s’est finalement révélée plus abondante dans l’Occident chrétien que dans les territoires des états latins d’Orient et des terres islamiques.

Fig. 14 Verres à gouttes appliquées provenant des États chrétiens d’Orient (Grèce et Palestine).

Fig. 14 Verres à gouttes appliquées provenant des États chrétiens d’Orient (Grèce et Palestine).

N° 83 et 84 Corinthe (d’après Davidson Weinberg 1975) ; n° 85 Saint-Jean d’Acre (d’après Gorin Rosen 1997).

  • 79 Davidson 1940 et 1952.
  • 80 Whitehouse 1991 et 1993.
  • 81 Williams II et Zervos 1992 ; Williams II 20003.
  • 82 De rares débris de verre ornés de gouttes appliquées proviennent de Fostat (cf. note 98) et du litt (...)

43Les deux types de gobelets à corps cylindrique et bord évasé (fig. 14, no 83, 84, types A1 et B1), ont été découverts sur un atelier de verrier, fixé à l’emplacement de l’agora grecque. Cette vaisselle, trouvée associée à d’autres types de verreries, a incontestablement été produite sur place. En revanche, la datation de l’atelier et l’origine supposée des artisans qui s’y activaient, exposées lors des premières publications, ont été remises en cause. Daté à l’origine du xiie siècle, avant le pillage de la ville par les Normands en 114779, l’atelier reconsidéré par David Whitehouse à la lumière des verreries comparables découvertes en Italie et du réexamen des anciennes et nouvelles données des fouilles corinthiennes, est aujourd’hui daté du xiiie siècle80, le mobilier le plus abondant étant dans des contextes du second tiers du xiiie siècle81. L’idée selon laquelle ces verreries seraient l’œuvre d’artisans égyptiens est également abandonnée. En effet, rien ne relie ces objets à ce que l’on découvre en Égypte, dans les contextes médiévaux82. En revanche, les parentés de forme avec le mobilier découvert en Italie, en France, en Allemagne et dans le Levant sont manifestes, c’est pourquoi David Whitehouse a proposé de voir dans les artisans verriers de Corinthe une main d’œuvre italienne.

5.2. Le mobilier du Levant et d’Asie Mineure

  • 83 Davidson Weinberg 1987, en part. p. 313, fig. 14-15 et p. 316.
  • 84 Gorin-Rosen 1997.
  • 85 Dean 1927, fig. 56-F ; Whitehouse 2005.
  • 86 Jennings 2004-2005, p. 229 et fig. 10.10, no 2.
  • 87 Gorin-Rosen 1997, fig. 2, no 20a et 20b.
  • 88 Reproduction de ce verre dans Boas 1999, p. 153, fig. 6-4.

44Les trouvailles faites dans le nord d’Israël, sur un atelier de verrier et sur des fortifications franques ne laissent aucun doute sur l’existence de multiples centres de fabrication de ces verreries dans le courant du xiiie siècle. L’officine de Somelaria83 et, à quelques kilomètres plus au sud, le contexte de la fortification croisée de Saint-Jean d’Acre84 d’où viennent les gobelets à gouttes rapportées (fig. 14, no 85), sont antérieurs à 1291. Dans la même région, les fouilles du château de Montfort ont mis au jour un mobilier semblable, très vraisemblablement antérieur à la prise de la forteresse teutonique par le sultan mamelouk Baybars, en 127185. À Beyrouth, un seul fragment, la partie supérieure d’un gobelet étroit, a été exhumé d’un contexte du xiiie siècle des fouilles des souks86. Les trouvailles des forteresses des croisés, bien que mutilées, montrent des similitudes avec le matériel de Corinthe et de l’Europe chrétienne ; le type B1 en particulier est reconnaissable87 : il fait écho à une trouvaille ancienne de Beit She’an88.

Fig. 15 Verres à gouttes appliquées provenant de Syrie, Hama n° 86 et 87 Hama (croquis d’après photos de Riis 1957, n° 158 et 160).

Fig. 15 Verres à gouttes appliquées provenant de Syrie, Hama n° 86 et 87 Hama (croquis d’après photos de Riis 1957, n° 158 et 160).
  • 89 Lamm 1929/1930, vol I, p. 89, vol. II, pl. 27-15.
  • 90 Riis 1957, no 157 à 162.

45Toujours dans le Levant, mais plus au nord et à l’intérieur des terres hors des territoires conquis par les croisés, d’autres ateliers fabriquaient des gobelets à décor appliqué ; aucune structure de fabrication n’a été mise au jour, mais les caractéristiques de ces objets laissent fortement penser à une production régionale, différente de ce que l’on a présenté ci-dessus. Depuis la publication de C.J. Lamm89 et surtout depuis les travaux de la mission danoise à Hama, nous savons que ces vaisselles sont présentes en Syrie90. Bien que ces objets ne soient pas précisément datés à Hama, ils ont l’avantage d’offrir la répétition d’une même forme sur laquelle le décor s’organise toujours de manière semblable. Le profil tulipiforme de ces gobelets (type D), commun à d’autres verreries islamiques, ne marque pas de rupture franche entre la panse et l’embouchure (comme c’est le cas dans les types A, B et parfois F) ; leur base est toujours cernée par un cordon lisse. Le décor, fait de gouttelettes serrées (type D2) ou de plus grandes protubérances réparties sur un ou plusieurs rangs (type D1), est placé dans la partie médiane du récipient ; il est limité, en haut et en bas – ce qui est inhabituel – par des filets de verre (fig. 15, no 86, 87).

Fig. 16 Verres à gouttes appliquées provenant de Syrie, Damas : n° 88 à 94 Citadelle de Damas.

Fig. 16 Verres à gouttes appliquées provenant de Syrie, Damas : n° 88 à 94 Citadelle de Damas.

Clichés et dessins : D. Foy

  • 91 Fouilles entreprises au début des années 2000 et dirigées par Sophie Berthier (Institut Français du (...)
  • 92 Foy à paraître.
  • 93 Les céramiques du contexte 1063, dans lequel étaient des gobelets à pastilles, ont été étudiées : M (...)
  • 94 Ce qui ne signifie pas que ce globule soit fabriqué avec la même matière vitreuse. On note en effet (...)

46Lors des fouilles menées dans la citadelle de Damas, de nouvelles trouvailles effectuées dans des contextes clos de la « Salle à Colonnes » confirment ces descriptions91. Dans les comblements de plusieurs caniveaux et de puisards ont été mis au jour de nombreux débris de bords, de panses et de fonds appartenant à une dizaine de pièces au moins, toutes soufflées dans une matière presque parfaitement incolore et très mince92. L’intérêt de ces découvertes est non seulement de confirmer la popularité de ces vaisselles, mais aussi d’offrir une datation. Les données stratigraphiques et architecturales ainsi que l’étude de la céramique montrent que ces comblements qui ne renferment que du mobilier du xiie siècle ne peuvent pas s’être constitués après le tout début du xiiie siècle93. On est donc en présence d’un mobilier précoce, antérieur à la majorité des découvertes habituellement placées dans la seconde moitié ou dans les décennies centrales du xiiie siècle. Les témoins de ces gobelets proviennent principalement des remplissages de deux canalisations (US 1096 et 1098) – remplissages contemporains puisque des recollages ont été faits entre les deux contextes – d’un puisard (1063) et des contextes 1042 et 1073. Les pièces qui ont été partiellement restituées sont très comparables aux trouvailles anciennes de Hama et se distinguent des fabrications corinthiennes et européennes : profil tronconique, anneau lisse pour ceinturer la base et ornementation des pastilles couvrant une surface restreinte. D’autres détails décoratifs sont caractéristiques de ce mobilier syrien : quelques exemplaires ont la particularité d’avoir chaque pastille surmontée d’un second globule de petite taille qui accentue le relief. Ce globule peut être incolore comme le restant du verre94 (fig. 16, no 90) ou bleu turquoise opaque (fig. 16, no 89) ; souvent il a disparu et ne reste que son négatif (fig. 16, no 91). Il existe également dans le mobilier damascène des verres à pastilles ovales simplement appliquées (fig. 16, no 88) et d’autres dont la pastille rapportée a été vrillée (fig. 16, no 92). Deux autres particularités dans l’ornementation sont à noter : l’alternance de pastilles et de filets disposés en zigzag (fig. 16, no 93) et la présence de pastilles estampillées en rosette (fig. 16, no 94).

Fig. 17 Verre à gouttes appliquées incolores surmontés d’une gouttelette bleue provenant d’Égypte n° 95 Fostat-Istabl’Antar, Le Caire.

Fig. 17 Verre à gouttes appliquées incolores surmontés d’une gouttelette bleue provenant d’Égypte n° 95 Fostat-Istabl’Antar, Le Caire.

Clichés et dessins : D. Foy

  • 95 Baumgartner et Krueger 1988, no 189, 190.
  • 96 Lamm 1929/1930, vol. 2, pl. 27, no 2, 4 ; Clairmont 1977, p. 80, no 270 et 271.
  • 97 Riis 1957, p. 57-58 et fig. 153. Voir une reproduction en couleur dans L’Orient de Saladin, 2001, n(...)
  • 98 Site d’Istabl’Antar, fouilles de l’IFAO sous la direction du R. P. Gayraud. Découvert lors de la pr (...)
  • 99 Riis 1957, no 163-164.
  • 100 Sur ce gobelet tronconique, on note la présence conjointe de pastilles estampées en rosette et de p (...)
  • 101 Carboni 2001, p. 184-185.
  • 102 Verre conservé à Copenhague, David Collection. Reproduit dans Carboni et Whitehouse 2001, no 40.
  • 103 Découverte de Hamas : Riis 1957, p. 58, no 162 ; Lazarus 1978, no 16 (contrairement à ce qui est po (...)

47L’usage de surmonter les pastilles appliquées par un second globule est avéré par plusieurs trouvailles occidentales faites dans le sud de l’Allemagne à Constance ; mais dans ces cas, le second apport est en verre bleu cobalt95, une matière souvent utilisée dans la décoration médiévale occidentale. Le verre bleu turquoise et opaque est, en revanche, l’apanage des verriers orientaux qui s’en sont servi pour former des décors de filets ou de gouttes appliqués ou pour façonner la totalité d’un objet. Des gobelets dotés d’un décor comparable sont dans plusieurs collections de musées96 ; cette ornementation est également sur une aiguière, trouvée à Hama97, ainsi que sur un fragment découvert dans les niveaux de surface du site de Fustat au Caire (fig. 17, no 95) ; c’est probablement une importation syrienne98. Le décor de rosette, estampé sur une pastille, est encore un trait des fabriques syriennes : on le connaît sur des fragments issus des fouilles de Hama99 et sur un gobelet d’origine syrienne conservé au Musée de la céramique à Sèvres100. Enfin, les filets en zigzag combinés aux pastilles rondes constituent une syntaxe décorative encore due aux officines syriennes : cette combinaison est visible sur un objet conservé au musée du Koweit et attribué à la Syrie101. D’autres fantaisies ornementales consistent en l’application d’une résille emprisonnant des gouttes de verre turquoise102 ou bien de rubans formant une ou deux lignes de chevrons sans apport de pastilles103.

48Bien qu’aucune trace d’atelier produisant des gobelets à pastilles n’ait été mise au jour en Syrie, la présence de nombreuses pièces à Hama et à Damas, leur profil, l’ordonnance du décor et les particularités de celui-ci ne laissent aucun doute sur l’existence d’un artisanat verrier en activité au xiie siècle ou, au plus tard dans les premières années du xiiie siècle.

Fig. 18 Verre à gouttes appliquées provenant de Turquie : n° 96 Samsat, Turquie (d’après Öney 1990, p. 68).

Fig. 18 Verre à gouttes appliquées provenant de Turquie : n° 96 Samsat, Turquie (d’après Öney 1990, p. 68).
  • 104 Öney 1990, p. 66, pl.1a et fig. 81 hors texte.
  • 105 Schwarzer 2009a, p. 94 et fig. 51 SG, 52 SG.
  • 106 Bakirer 2009, p. 203-208. L’auteur signale d’autres découvertes en Asie mineure à Myra (église Sain (...)
  • 107 Lamm 1929/1930, vol. 2, fig. 27,15. Schwarzer 2009a, p. 94, note 74. Ce verre également publié dans (...)
  • 108 Verre conservé au Metropolitan Museum of Art à New York ; il proviendrait d’un tumulus près de Abra (...)

49Le mobilier syrien a certainement fait l’objet d’importations ou d’imitations. Les trouvailles en Asie mineure, aussi bien sur la côte ionienne qu’à l’intérieur des terres révèlent, en effet, des objets au décor comparable à celui des produits syriens. Certains, tels les gobelets de Samsat, en Anatolie (fig. 18, no 96), pourvus d’un décor de gouttelettes de verre rapportées sur plusieurs rangs, sont vraisemblablement des importations104. D’autres trouvailles, notamment à Pergame, présentent une ornementation proche de celle des verres de Damas, mais la matière vitreuse verdâtre dans laquelle elles sont soufflées et des détails décoratifs (pastilles de petite taille, double filet supérieur), pourraient signer une production locale105. Les découvertes d’Alanya, dotées de gouttes appliquées formant des protubérances en très haut relief bien différentes de ce que l’on connaît ailleurs, laissent penser à l’existence de multiples fabriques106. Il est possible que les importations d’Asie mineure aient atteint les rives septentrionales de la mer Noire : en témoigneraient les verres à pastilles retrouvés en Crimée à Kertch107 et au sud de la Russie (fig. 19, no 97) près de Novorossiysk108 ; à moins que ces objets signent des productions de Crimée ?

Fig. 19 Verre à gouttes appliquées provenant de la mer Noire : n° 97 Abrau-Durso, Russie, (d’après Whitehouse 2010, p. 152, n° 49).

Fig. 19 Verre à gouttes appliquées provenant de la mer Noire : n° 97 Abrau-Durso, Russie, (d’après Whitehouse 2010, p. 152, n° 49).

Conclusions

Aires de fabrication et production

50Au cours de l’inventaire des principales découvertes de verres à pastilles appliquées, plusieurs zones productrices, distantes les unes des autres, ont été mentionnées.

51Dans le sud de la France, des officines sont implantées dans la seconde moitié du xiiie siècle ; l’atelier de Planier (commune de Signes) dans le Var est le seul révélé, mais d’autres ont pu exister. Les rares pièces découvertes en Provence et Languedoc et suffisamment bien conservées laissent penser que les verres perlés, incolores ou légèrement jaunâtres, relèvent de trois ou quatre types contemporains. Quatre sortes de verres à fût cylindrique et embouchure évasée (fig. 5 et 6, no 16 ; fig. 8, no 32 ; fig. 9, no 33, 34) sont au premier abord assimilables au type A1 des productions de Corinthe, mais ils s’en différencient par plusieurs détails décrits ci-dessous.

  • Le verre de Saint-Laurent-le Minier (fig. 5 et 6, no 16) offre un décor particulier conjuguant pastilles et filets et, de plus, le cordon qui entoure sa base est lisse (type A2).
  • Les verres avignonnais (fig. 9, no 33, 34), bien qu’incomplets, révèlent également une organisation du décor originale et assez proche de ce que nous connaissons dans le Levant. Les pastilles ne couvrent qu’une partie de panse et sont limitées par deux filets, appliqués au-dessus et au-dessous. Situées à mi-hauteur de la pièce, les protubérances sont parfois alignées sur un seul rang. La disposition des gouttes, la présence de deux filets appliqués et leur coloration bleue sont des traits propres aux officines provençales. Ils ne se retrouvent guère hors du Midi et les rares découvertes extérieures, à Strasbourg (fig. 12, no 64) et Worms pourraient refléter un commerce à longue distance109. Le gobelet découvert au prieuré de Saint-Symphorien, à Bonnieux (fig. 8, no 32) possède également un nombre réduit de pastilles encadrées par deux filets horizontaux (type A3).

52Outre ces variantes du type A, type qui est sans doute présent à Marseille, on rencontre dans le Midi de la France le gobelet cylindrique jusqu’au rebord (fig. 1 et 4, no 9 ; fig. 10, 46, type C1) qui peut être doté d’un filet bleu (fig. 1 et 4, no 9). En revanche, nous n’avons pas d’éléments pour imaginer des décors alliant pastilles et résille sur ces verres de type C.

  • 110 Lambert 1972.
  • 111 Foy 1988.

53Les indications stratigraphiques dont nous disposons montrent que ces gobelets, en Provence et Languedoc, sont majoritairement dans des contextes de la seconde moitié du xiiie siècle, bien que quelques pièces, à Marseille, laissent penser qu’ils apparaissent sans doute dans la première partie de ce siècle. Le seul fragment qui pourrait être antérieur (fig. 10, no 45) ne suffit pas pour affirmer que ces gobelets sont produits avant le xiiie siècle. Cette vaisselle, dans le midi méditerranéen de la France, ne semble pas avoir été utilisée sur un temps long et constitue un bon marqueur. En effet, on constate que les ateliers du xive siècle ont délaissé ce procédé ornemental qui est absent dans le mobilier de l’officine languedocienne de la Seube, active au tout début du xive siècle110, et dans les productions des fours provençaux de Rougiers et de Cadrix111 allumés respectivement dans le second et troisième quarts du xive siècle.

54Des importations postérieures au xiiie siècle sont rarement notables. Sur un fragment de panse d’un récipient étroit, les protubérances se distinguent par leur aspect très étiré : ce débris (fig. 10, no 51) qui pourrait appartenir au type F est probablement un apport d’Italie. Un second fragment détonne dans le mobilier méridional (fig. 10, no 55) : son profil curviligne et la très grosse pastille appliquée signalent une forme autre que celle du gobelet.

  • 112 Stiaffini 1991, p. 207-209. À titre d’exemple, on notera que le gobelet de Piegaro (trouvé en 1950) (...)

55En Italie, c’est la carte de distribution du mobilier et les sources archivistiques de Murano qui laissent imaginer des officines dans le sud de la Péninsule, sans doute aussi en Sicile et dans la lagune vénitienne. La répartition des trouvailles sur l’ensemble du territoire italien n’exclut pas d’autres aires de fabrication. Les datations les plus précoces qui se rapportent à ces verres imperlati de type A et B couvrent la période xiie-xiiie siècle, mais aucun argument n’est avancé pour étayer la chronologie la plus haute ou pour la restreindre au xiie siècle112. Il semble cependant acquis que ces gobelets sont en usage dans la première moitié du xiiie siècle, voire plus tôt pour les verres cylindriques de Farfa (fig. 13, no 75, type C1). Contrairement à ce que l’on peut observer dans le Midi de la France, il est prouvé que la décoration de gouttes rapportées a persisté comme en témoignent certaines formes nouvelles, tels les types F (fig. 13, no 80, 81) en forme de flûte, ou bien G1 tronconique et plus large que haut (fig. 13, no 79) ou encore H qui présente un profil intermédiaire entre le verre cylindrique et tronconique (fig. 13, no 78) ; ces formes sont caractéristiques de la seconde moitié du xive siècle. À cette époque encore, les verres proches des types B (fig. 13, no 76, B2) sont toujours utilisés et les pastilles ­appliquées tendent à s’élargir (fig. 13, no 77, type B3). Certains de ces modèles de la fin du Moyen Âge sont uniquement reconnus en Italie (type F, peut-être H). Les verres imperlati sont encore produits dans la seconde moitié du xve siècle dans les ateliers de Murano (Krautstrunk), mais la rareté de ce mobilier dans les fouilles archéologiques en Italie sous-entend une production marginale.

  • 113 Type présent en Allemagne, Europe centrale, Alsace et en Hollande : gobelet de Merwede daté du xve(...)

56Dans le nord des Alpes, parviennent sans doute aux xiiie et xive siècles les importations italiennes, mais des ateliers locaux sont capables de les reproduire, au moins dans une matière verdâtre. Des circulations transalpines d’objets, peut-être de matières premières et d’artisans sont envisageables. Les artisans locaux réinterprètent les formes primitives (type J)113 et en créent de nouvelles (type I, fig. 12, no 68). Se développe à la fin du Moyen Âge, une série de pièces (krautstrunk et autres formes postmédiévales) qui trouveront un grand succès pendant plusieurs siècles, principalement dans les pays germaniques et en Bohême.

Fig. 20 Verres à gouttes appliquées dans l’iconographie.

Fig. 20 Verres à gouttes appliquées dans l’iconographie.

N° 98 Assise, Noces de Cana, J. Torriti  (1292) d’après Ciappi 1991 ; n° 99 Codex Manesse (1310-1340) ; n° 100 Voyages de John de Mandeville (vers 1410) ; n° 101 Tractatus de Herbis (vers 1458).

  • 114 Ciappi 1991, p. 283.
  • 115 Bibliothèque de l’Université de Heidelberg : Cod.Pal.germ.848, fo271ro. Le codex et ses miniatures (...)
  • 116 Ciappi 1991, p. 297-299.
  • 117 Voyages de John Mandeville; Bohême, vers 1410. British Library, Londres, ms. add. 24189, fol. 16. (...)

57La datation et la popularité de ces verres à boire transparaissent à travers l’iconographie italienne, germanique et bohémienne. L’image la plus précoce qui est aussi l’une des plus précises apparaît dans les Noces de Cana peintes par Jacopo Torriti dans l’église supérieure d’Assise (fig. 20, no 98), vers 1292114. On y voit un verre à boire tout à fait conforme au type A. Une autre représentation fidèle, mais plus tardive du même modèle de gobelet, est dans le Codex Manesse (fig. 20, no 99), recueil de chants compilés et illustrés de 1310 à 1340115. Les verres cylindriques (type C) sont également représentés sur plusieurs peintures murales et manuscrits des xive et xve siècles : on les remarque sur les tables des Noces de Cana peintes dans la collégiale de San Gimignano dans le second quart du xive siècle et sur les murs du baptistère de Padoue dans les années 1376-1378116. Les verres emperlés apparemment cylindriques ont été produits jusqu’au milieu du xve siècle au moins et dans différentes régions comme semblent le prouver deux représentations de fours de verriers (fig. 20, no 100, 101)117 ; on ne peut toutefois exclure que la dernière image puisse renvoyer à des vaisselles dont le décor est obtenu par soufflage dans un moule.

58Parallèlement aux ateliers occidentaux, l’atelier de Corinthe fonctionnait dans le courant du xiiie siècle et produisait les types A1 et B1. Installé après que l’acropole est tombée entre les mains des Francs en 1210, il semble particulièrement actif dans le second tiers du xiiie siècle mais a pu perdurer au-delà.

59D’autres centres étaient fixés en Syrie-Palestine. Seul l’atelier de Somelaria est matériellement reconnu ; mais l’abondance des trouvailles en Syrie induit l’existence de plusieurs foyers. Le mobilier découvert dans le Royaume latin de Jérusalem, en particulier dans les forteresses de Saint-Jean d’Acre et de Montfort, est antérieur à l’extrêmement fin du xiiie siècle ou même au dernier quart de ce siècle. Il est identique à celui qui provient de Corinthe, dans la Principauté de Morée.

  • 118 Le gobelet conservé au musée de la céramique à Sèvres est probablement plus ancien (début xiiie siè (...)
  • 119 Verre (inv. Nr. I 732 des Musées de Berlin) reproduit dans Baumgartner et Krueger 1988, no 167. Le (...)

60Les découvertes de la citadelle de Damas, identiques aux pièces trouvées naguère à Hama, se distinguent de celles des états latins et permettent de faire remonter la fabrication de cette vaisselle au xiie siècle, sans doute vers la fin de cette période. Ces objets ont été rejetés au plus tard dans les premières années du xiiie siècle. Ces productions (types D1) que l’on peut désormais bien individualiser (profil et disposition du décor particuliers, renfort des protubérances par ajout d’une seconde goutte de verre ; usage du verre bleu turquoise et emploi de pastilles estampées) permettent de proposer une nouvelle datation de pièces de musée118 et de retirer certains objets du nombre des œuvres attribuées aux verriers orientaux119.

61Les trouvailles d’Asie mineure traduisent l’existence de plusieurs centres qui soufflent des gobelets comparables aux modèles syriens, mais aussi des verres différents. Certains qui reprennent le profil des productions levantines se caractérisent par leur matière plus verdâtre, l’agencement des pastilles et le double filet supérieur (type E). Ces objets, datés de la fin du xiiie ou du début du xive siècle, traduisent certainement l’existence d’ateliers sis en Asie mineure ou bien autour de la mer Noire (Crimée ?).

Influences et échanges

62La mise en parallèle de toutes ces données met en évidence l’existence de plusieurs centres verriers en activité avant les années 1220 en Syrie et probablement à la même époque ou peu après sur la côte palestinienne, à Corinthe et en Occident. Tous fabriquaient des objets munis d’un décor comparable de gouttes de verre appliquées. Des détails morphologiques et/ou ornementaux permettent parfois de séparer ces productions, mais dans d’autres cas les similitudes des produits issus de plusieurs aires sont parfaites.

  • 120 On trouvera un bon résumé historique de la question dans Flambard Héricher 2006.
  • 121 Les analyses chimiques montrent que les variations au sein d’un même atelier ne permettent pas touj (...)

63Le fait que cette vaisselle se soit épanouie durant la présence des Croisés et les ressemblances ou parentés indéniables suggèrent des connexions ou des filiations entre les régions productrices, d’autant plus que des contacts étroits ont toujours été maintenus entre l’Europe chrétienne et les royaumes des Croisés. La question de l’origine de ces objets est une problématique analogue à celle qui concerne la céramique protomajolique d’Italie et de la Méditerranée orientale. Les raisonnements pour établir l’origine de ces deux artefacts ont suivi un cheminement comparable. Diverses opinions se sont succédé pour voir d’abord dans ces poteries glaçurées une production de Méditerranée orientale qui aurait par la suite influencé les artisans italiens ; l’idée qui prévaut aujourd’hui est celles d’artisans latins qui seraient venus dans le sillage des Croisés pour s’installer dans les états latins d’Orient120. La « problématique verrière » est cependant plus difficile à traiter car la documentation archéologique est beaucoup moins abondante et parce qu’il est très souvent impossible de comparer les matières vitreuses qui permettraient de distinguer les provenances121. Il n’a pas été possible de mettre en évidence un commerce de ces objets de verre entre les deux rives de la Méditerranée bien que celui-ci ait pu exister à l’instar des déplacements avérés des céramiques. Qu’il y ait eu apport ou non de vaisselle de verre, force est de constater qu’il existait des productions concomitantes en Europe chrétienne et en Méditerranée orientale, dans les seigneuries latines, mais sans doute aussi dans des cités islamiques. Dans quelle région ce procédé ornemental, dénominateur commun de la vaisselle de verre ici étudiée, est-il né ? Par qui est-il mis en œuvre ? Pour répondre de manière assurée à la première question il faudrait placer sur une échelle chronologique l’ensemble des découvertes, ce qui n’est pas parfaitement réalisable car celles-ci sont dans des intervalles chronologiques – larges ou étroits – qui se recoupent ; les trouvailles de la citadelle de Damas laisseraient cependant penser que les productions syriennes débutent un peu avant la fin du xiie siècle.

64L’ensemble de la documentation réunie fait apparaître au sein de ces verres à gouttes appliquées deux familles principales. Le mobilier des terres chrétiennes, en Occident comme à Corinthe et dans les états latins d’Orient, est très homogène et se distingue aisément des productions syriennes ainsi que de celles d’Asie mineure et/ou de mer Noire. Les liens entre artisanat « européen » et artisanat corinthien, mais aussi des autres royaumes chrétiens du Levant sont indubitables. D. Whitehouse a démontré que l’atelier de Corinthe n’est certainement pas antérieur aux années 1210 et a suggéré qu’il pouvait être animé par des artisans italiens du fait des ressemblances parfaites entre mobilier issu d’Italie et de Corinthe. Cette hypothèse est recevable, mais implique une fabrication antérieure en Italie, ce qui ne peut être prouvé, mais il est vrai que ces verres sont abondants en Occident. Des déplacements de main-d’œuvre sont possibles, mais des imitations d’objets par des artisans locaux sont tout aussi envisageables. Les gobelets décorés d’applications ne sont pas des pièces qui nécessitent une habileté prodigieuse et le savoir-faire des artisans de Méditerranée orientale, héritiers d’une longue tradition verrière, était très certainement suffisant. L’une ou l’autre de ces éventualités implique une influence latine qu’elle soit directe ou indirecte. L’opinion qui voudrait que les verres fabriqués en Méditerranée orientale soient des répliques des produits latins, réalisées par des artisans expatriés ou autochtones, se fonde sur l’idée que les Latins installés dans leurs royaumes d’Orient ont eu le désir de mener une vie « à l’occidentale chrétienne » en s’entourant d’objets d’aspect familier. De la même manière que l’art de la construction a été transféré, des artefacts plus humbles ont pu être reproduits. La plupart de ces verres proviennent de sites qui étaient sous l’emprise des Croisés (Somelaria, Acre et Montfort dans le royaume de Jérusalem, Corinthe dans la Principauté d’Achaïe et Sarada Kolones à Paphos). Les autres lieux de découvertes, Damas, Hama, étaient de grandes cités qui n’ignoraient pas les façons de vivre des « colons latins ».

  • 122 Mention en 1277 d’un traité pour taxer les marchands vénitiens venant charger du verre à recycler à (...)
  • 123 Zecchin 1987, p. 6, 7, 9 (documents de 1280, 1281 et 1290) ; Id, 1990, p. 6-8. Baumgartner et Krueg (...)

65Bien que l’on ne puisse établir de préséance chronologique nette, il est possible de développer un point de vue contraire qui ferait de l’Orient et plus particulièrement de la Syrie, le berceau de ce type de vaisselle. Les liens entre le verre islamique de Syrie et la verrerie vénitienne sont assurément établis, dès le xiiie siècle, à travers des échanges commerciaux et la circulation des procédés ornementaux. Des matières premières en provenance de la côte levantine (cendres, verre à recycler) approvisionnaient les fours de la lagune122. Les verres émaillés constituent un bon exemple de la diffusion des techniques et des goûts orientaux. Produits par les verriers syriens pour une demande locale ou étrangère, ils furent reproduits dans les ateliers vénitiens comme en témoignent des sources archivistiques datées entre 1280 et 1348 et plusieurs découvertes archéologiques montrant de petites différences entre les fabrications italiennes et islamiques123. Les verres à gouttes rapportées ont peut-être suivi le même parcours que les gobelets émaillés, initialement dénommés « syro-francs » parce qu’ils semblaient répondre à une demande de riches clients européens.

66Ces fabrications syriennes, précoces et originales, sont certainement les œuvres d’artisans locaux et ont pu influencer les ateliers vénitiens avant même que le grand développement de cet artisanat entraîne le regroupement des fabriques sur l’île de Murano, dans la dernière décennie du xiiie siècle. Deux points pourtant pourraient affaiblir ce raisonnement. Les verres émaillés syriens et vénitiens sont soufflés dans des formes très comparables ce qui n’est pas le cas pour les verres à protubérances : les fabrications syriennes se distinguent des produits des ateliers de Méditerranée occidentale et des royaumes latins d’Orient, alors que les analogies entre les verres européens et ceux qui proviennent des ateliers et de l’ensemble des sites occupés par les Croisés sont exactes. La plupart des types de verres, créés en terre d’Islam aux époques fatimide, ayyubide et mamelouk, se retrouvent dans une large partie du monde islamique or ce n’est pas le cas pour les verres à protubérances principalement circonscrits aux états latins et aux régions environnantes ; cette géographie restreinte pourrait refléter le rôle initiateur des modèles latins.

Fig. 21 Gobelets à gouttes appliquées : variantes.

Fig. 21 Gobelets à gouttes appliquées : variantes.

Fig. 21b Gobelets à gouttes appliquées : variantes.

Fig. 21b Gobelets à gouttes appliquées : variantes.
  • 124 Zecchin 1990, p. 6 : cet artisan est mentionné entre 1280 et 1288.

67Une grande prudence s’impose pour retracer les flux à l’origine de productions géographiquement éloignées, mais présentant des caractères communs. L’hypothèse qui nous semble aujourd’hui la plus vraisemblable serait de voir dans la verrerie syrienne une source d’inspiration transmise aux artisans occidentaux par le relais vénitien. Ces artisans après avoir transformé cet héritage en produits bien différents auraient ensuite transporté directement (par migration de main-d’œuvre) ou indirectement (par déplacement de vaisselle) ces nouveaux modèles dans les royaumes des Croisés. Ces cheminements expliqueraient pourquoi la verrerie de régions relativement proches telles que la côte levantine et les villes d’Hama et de Damas est différente, alors que les verres du Levant, de Corinthe et de l’Europe chrétienne sont similaires. Si la verrerie italienne s’est inspiré d’une décoration mise au point en Syrie, elle a su s’en détacher pour créer ses propres modèles qui ont été repris et « personnalisés » par les artisans installés au nord des Alpes ainsi qu’en France méditerranéenne. Les variantes dans les formes et les décors, décrites ci-dessus et rassemblées dans la fig. 21, en témoignent. Les verres trouvés à Pergame et sur la rive septentrionale de la mer Noire présentent des analogies qui signifient soit un commerce d’objet de verre, soit une influence stylistique sans que le circuit soit possible à établir. Les relations transméditerranéennes à « l’époque des croisades », reconnues de longue date, sont parfaitement perceptibles dans l’artisanat du verre, mais les itinéraires des objets, des techniques, des goûts et des mains-d’œuvre restent à préciser ; ces mouvements ne sont certainement pas à sens unique. Si on peut admettre que les verriers latins aient exercé une activité à Corinthe vers le milieu ou la seconde moitié du xiiie siècle, on doit aussi retenir qu’un des plus anciens verriers émailleurs de Murano, Gregorio de Naples, venait de la principauté de Morée124.

68L’ornementation de gouttes appliquées sur les récipients en verre constitue un trait commun à un grand nombre de verreries médiévales produites de la fin du xiie au début du xive siècle sur un large territoire. Elle s’est ensuite transformée et a survécu plus ou moins longtemps dans certaines régions. Aucun autre procédé décoratif porté par des verres à boire médiévaux n’a été partagé sur une aussi grande étendue géographique et à une même époque. Ces objets qui ne relèvent pas d’une vaisselle très luxueuse sont ceux qui reflètent le mieux les échanges au sein de plusieurs régions occidentales, mais aussi les interactions entre les rives nord et sud de la Méditerranée et de la mer Noire et entre les civilisations chrétienne et islamique.

Fig. 22 Localisation des principaux sites mentionnés.

Fig. 22 Localisation des principaux sites mentionnés.
Haut de page

Bibliographie

L’art au temps des Rois Maudits
1998, L’art au temps des Rois Maudits Philippe le Bel et ses fils 1285-1328, catalogue d’exposition, Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 17 mars-29 juin 1998, Paris, Réunion des Musées nationaux.

Bailly-Maitre M.-Ch.
2011, « Medieval district of Hierle – Saint-Laurent-le-Minier », dans Claughton P. et Mills C. (éd.), Mining Perspectives  : Proceedings of the 8th International Mining History Congress, 2009 Cornwall, Redruth, Truro, Cornwall and West Devon Mining Landscape Word Heritage Site, Cornwall Council, p. 92-100.

2012, De roches et d’hommes, mines et minéraux en Cévennes, catalogue d’exposition, Musée cévenol, Le Vigan (13 avril -31 octobre 2012).

Bakirer Ö.
2009, « Glass from the Seljuk Palace at Alanya », dans Lafli E. (ed.), Late Antique/early Byzantine Glass in the Eastern Mediterranean, Izmir, p. 199-212.

Baumgartner E. et Krueger I.
1988, Phoenix aus Sand und Asche. Glas des Mittelalters, catalogue d’exposition, Rheinisches Landesmuseum Bonn (3 mai-24 juillet 1988), Historisches Museum Basel, 26 août-28 nov. 1988, Munich, Klinkhardt & Biermann.

Berthier S.
2002, « L’approche archéologique d’un monument et d’un site : stratégie, méthodes et lieux d’investigation », dans Berthier, S. et El-Ajji E. (éd.), Études et travaux à la citadelle de Damas 2000-2001 : un premier bilan, Bulletin d’Études Orientales, LIII-LIV supplément, Damas, Institut Français d’Études Arabes de Damas, p. 29-46.

Boas A. J.
1999, Crusader archaeology. The material culture of the Latin East, Londres et New York, Routledge.

Bonanno M. et D’Angelo F.
1972, « La vetreria di Cefalà Diana ed il problema del vetro siciliano nel medioevo », Archivio storico siciliano, s. III, t. XXI-XXII, p. 337-348.

Brut C.
1992, « Verres des xiiie et xive siècles trouvés à Paris », Bulletin de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, 1992, p. 9-10.

1994a, « Les ensembles clos », Dossiers de l’Archéologie, 192, p. 48-55.

1994b, « Le verre à Paris au Moyen Âge. L’apport essentiel des fouilles archéologiques de la Cour Carrée du Louvre pour le xiiie siècle », Dossiers de l’Archéologie, 192, 1994, p. 56-59.

Cabart H.
1985, « Fouille de quatre fosses (xve-xviie siècle) situées dans le quartier Saint-Dominique à Châlons-sur-Marne (Marne) », Bulletin de la Société archéologique champenoise, 100/4, p. 31-66.

2008, « La verrerie d’un dépotoir xiiie-xive de Sarrebourg (Moselle) », Bulletin de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, 2008, p. 95-96.

Carboni S.
2001, Glass from Islamic lands. The Al-Sabah collection, Kuwait national Museum, New York, Thames & Hudson.

Carboni S. et Whitehouse D.
2001, Glass of the Sultans, catalogue d’exposition, The Metropolitan Museum of Art, New York, mai-septembre 2001, New York.

Ciappi S.
1991, « Bottiglie e bicchieri : il vetro d’uso comune nell’arte figurativa medioevale », dans Mandera M. (dir.), Archeologia e storia della produzione del vetro preindustriale, (atti del convegno internazionale « l’Attività vetraria in Valdesa ed il problema delle produzione preindustriale del vetro : esperienze a confronto », Colle Val d’Elsa-Gambassi 1990), Florence, All’Insegna del Giglio, p. 267-312.

Clermont C. W.
1977, Benaki Museum  : Catalogue of Ancient and Islamic glass, Athènes.

Corrado M.
2012, « Vetri dagli scavi della cittadella medievale di Canne (Bari). Primi dati », dans Larese A. et Seguso F. (dir.), Il vetro nel Medioevo tra Bisanzio l’Islam e Europa (vi-xiii secolo). Aggiornamenti scavi e ricerche sul vetro (atti delle XII giornate nazionali di studio, Venise, mars 2007), Venise, Comitato Nazionale italiano, Association internationale pour l’Histoire du Verre, p. 27-39.

D’Angelo F.
1976, « Produzione e consumo del vetro in Sicilia », Archeologia Medievale, 23, p. 379-389.

1991, « La produzione del vetro a Palermo. Materie prime locali et maestranze toscane », dans Mendera M. (éd.), Archeologia e storia della produzione del vetro preindustriale, (atti del convegno internazionale « l’Attività vetraria in Valdesa ed il problema delle produzione preindustriale del vetro : esperienze a confronto », Colle Val d’Elsa-Gambassi 1990), Florence, All’Insegna del Giglio, p. 107-116.

Davidson G. R.
1940, « A Medieval Glass Factory at Corinth », American Journal of Archaeology, XLIV, p. 297-324.

1952, Corinth: Results of Excavations conducted by the American School of Classical Studies at Athens, vol. 12, The Minor Objects. Princeton, New Jersey, Harward University Press.

Davidson Weinberg G.
1975, « A Medieval Mystery : Byzantine Glass Production », Journal of Glass Studies, 17, p. 127-141.

1987, « A Glass Factory of Crusader Times in northern Israel », Annales du 10Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Madrid-Ségovie 1985), Amsterdam, p. 305-316.

Dean B.
1927, « The exploration of a Crusader’s fortress (Montfort) in Palestine », A Crusader’s fortress in Palestine : A report of explorations made by the Museum (1926), The Metropolitan Museum of Art Bulletin, 22, no 9, part. 2 (sept. 1927), p. 5-46.

Deguara L.
2007, Le verre et l’éternité. Du verre antique au verre contemporain, catalogue d’exposition, Musée languedocien, Montpellier, Société archéologique de Montpellier.

Despaux M.-C., Bardel M.-E. et Mathieu J.
1980, « Les activités domestiques. La vaisselle de verre », dans Montségur 13 ans de recherches archéologiques 1964-1976, Bulletin du groupe de Recherches archéologiques de Montségur et des environs, numéro spécial, p. 145-150.

Falsone G.
1976, « Gli scavi allo Steri », Atti del Colloquio internazionale di Archeologia medievale, Palerme, Erice, p. 110-122.

Fiorilla S.
1996, « I materiali vitrei », dans Fiorilla S. (dir.), Gala. Le ceramiche medievali dai pozzi di Piazza S. Giacomo, Messine, Società Messinese di Storia Patria, p. 291-295 ; 462-463.

Flambard Hericher A.-M.
2006, « Un témoin des relations trans-Méditerranée au Moyen Âge : la poterie peinte glaçurée d’Italie méridionale », Les Cahiers de l’urbanisme, Mélanges d’archéologie médiévale, Liber amicorum, en hommage à André Matthys, hors série, p. 90-110.

Fleury M., Brut C., Velde B.
2002, « 13th-Century drinking Glasses from the Cour Carrée Louvre », Journal of Glass Studies, 44, 2002, p. 95-110.

Fontaine-Hodiamont C. et Hossey G.
2010, « L’atelier de verrier d’Herbeumont et la production de verres soufflés-moulés xive-début xve siècle », dans Fontaine-Hodiamont C. (éd.), D’Ennion au Val Saint-Lambert. Le verre soufflé-moulé (colloque international de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, Bruxelles-Namur, oct. 2008), Bruxelles, Scientia Artis 5, p. 345-374.

Foy, D.
1988, Le Verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, CNRS Éditions.

1995, « Verreries de Montpellier », dans Leenhardt M. (dir.), Poteries d’Oc. Céramiques languedociennes viie-xviie siècles, catalogue d’exposition, musée archéologique de Nîmes, octobre 1995-février 1998, Aix-en-Provence, Narration, p. 48-49 et fig. 37.

1997, « Le verre médiéval », dans Marchesi H., Thiriot J. et Vallauri L. (dir.), Marseille, les ateliers de potier du xiiie siècle et le quartier Sainte-Barbe (ve-xviie siècle), DAF, no 65, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, p. 60-62.

2013, « Les fouilles de la place Camille Jullian à Bordeaux : le verre médiéval », Bulletin de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, p. 98-112.

à paraître, « Verres islamiques de la Citadelle de Damas (ixe-xiiie siècle) : un aperçu », Annales du 19Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Piran, septembre 2012).

Foy D. et Sennequier G. (éd.)
1989, À travers le verre, Moyen Âge et Renaissance, catalogue d’exposition, Musée départemental des Antiquités, Rouen, Sept 1989-avril 1990, Rouen, Édition des Musées et Monuments départementaux de la Seine-Maritime.

Gasparetto A.
1982,
« Catalogo delle opere dalle origini all’età moderna », dans Mille anni di arte del vetro a Venezia, catalogue d’exposition, Palazzo Ducale, Museo Correr (24 juillet- 24 oct. 1982), Venise, Abrizzi.

Gerspach E.
1885, l’Art de la verrerie, Paris, Quantin.

Giannotta M. T.
1992, « Vetri romani e medioevali », dans D’Andria F. et Whitehouse D. (éd.), Excavations at Otranto, the Finds, Excavations at Otranto, v. II, Università degli Studi, Lecce, p. 221-240.

Goldstein S. M.
2005, Glass from Sasanian antecedents to European imitations, The Nasser D. Khalili collection of Islamic art, vol. XV, The Nour Fondation, Londres.

Goerig F. et Plouin S.
2006, Merveilles de verre. Trésors des musées et des collections privées d’Alsace de l’Antiquité à l’Art nouveau, catalogue d’exposition, Musée d’Unterlinden, Strasbourg, La nuée Bleue.

Gorin-Rosen Y.
1997, « Excavations of the Courthouse Site at’Akko : Medieval Glass Vessels (Area TA) », Atiquot, 31, 1997, p. 75-85.

Guérard B.
1857, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, 2 vol., Paris, C. Lahure.

Güll P.
2007, « Lecce, ex convento del Carmine. Un’associazione di reperti ceramici, vitrei, faunistici e botanici in un silo del xiv secolo », Archeologia Medievale, 35, p. 147-168.

Guyonnet F.
1993, « Les fouilles d’habitats semi-rupestres au prieuré Saint-Symphorien », Bonnieux (Vaucluse), mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix-en-Provence, inédit.

Han V.
1975, « The origin and style of Medieval Glass found in the Central Balkans », Journal of Glass Studies, 17, p. 114-126.

1979, Les sources écrites sur le verre et la production verrière à Dubrovnik (xive-xvsiècles), Institut des études balkaniques, éditions spéciales, 9, Belgrade.

Han V. et Zecchin L.
1975, « Presenze balcaniche a Murano e presenze muranesi nei Balcani » dans Zecchin 1990, p. 197-209 (reprise d’un article publié en 1975 dans la revue Balcanica VI).

Harden, D.
1966, « Some Fragments mainly of the 12th-13th Century A.D., from Northern Apulia », Journal of Glass Studies, 8, 70-79.

1972, « Ancient Glass III : Post-Roman », Archaeological Journal, CXXVIII, p. 78-117.

1975, « Table-glass in the Middle Ages », Rotterdam Papers II. A contribution to Medieval Archaeology, actes du colloque Woning en huisraad in de Middeleeuwen, Rotterdam 1973, Rotterdam, 1975, p. 35-45.

1978, « Anglo-Saxon and later Medieval glass in Britain : some recents developments », Medieval Archaeology, XXII, p. 1-24.

Hayes J. W.
1992, « Late Roman and Byzantine Glass » in Hayes (J.W.), Excavations at Saraçhane in Istanbul, vol. 2, chapitre 36, p. 400-409, Washington, Princeton Universiy Press, Dumbarton Oaks.

Hejdová D.,
1975, « Types of Medieval Glass Vessels in Bohemia », Journal of Glass Studies, 17, p. 142-150.

Hejdová D. et Nechvátal B.
1970, « Late 14th-to mid 15th century Medieval Glass from a well in Plzeň, western Bohemia », Journal of Glass Studies, 12, p. 84-101.

Holl-Gyürky K. H.
1986, « The use of Glass in Medieval Hungary », Journal of Glass Studies, 28, p. 70-81.

Jennings S.
2004-2005, « Vessel Glass from Beirut. Bey 006, 007 and 045 », Berytus, 48-49, p. 1-325.

Kojić L. et Wenzel M.
1967, « Medieval Glass found in Yugoslavia », Journal of Glass Studies, 9, p. 76-93.

Lambert N.
1972, « La Seube : témoin de l’art du verre en France méridionale du Bas-Empire à la fin du Moyen Âge », Journal of Glass Studies, 14, p. 77-116.

Lamm C. J.
1929/1930, Mittelalterliche Gläser und Steinschnittarbeiten aus dem Nahen Osten, vol. I, II, D. Reimer, Berlin.

Lazarus P.
1978, La collection de verrerie Cinzano, Londres.

Leenhardt M.
1999, « Un puits : reflet de la vie quotidienne à Montpellier au xiiie siècle », Archéologie du midi Médiéval, 17, p. 109-186.

Le verre, un art du feu
2004, Le verre, un art du feu au Moyen Âge, catalogue d’exposition, église Saint-Sauveur de l’Hauture, Fos-sur-Mer (1er juillet-15 octobre 2004), Fos-sur-Mer, Service Patrimoine, Ouest Provence.

L’Orient de Saladin
2001, L’Orient de Saladin, l’art des Ayyoubides, catalogue d’exposition, Institut du Monde Arabe, Paris (23 octobre 2001-10 mars 2002), Paris, Gallimard.

Luzi R.
1988, « I vetri della farmacia. Note sul recupero di Viterbo », dans Carosi A., Luzi R., Clodomiro M., Mazzucato O. et Romagnoli M., Speziali e speziere a Viterbo nel ‘400, Viterbe, ed. Libri d’Arte Viterbo, p. 103-107.

McPhillips S.
2002, « Twelfth century pottery from the citadel of Damascus », dans Berthier S. et El-Ajji E. (éds.), Études et travaux à la citadelle de Damas 2000-2001 : un premier bilan, Bulletin d’Études Orientales, LIII-LIV supplément, Damas, Institut Français d’Études Arabes de Damas, p. 139-156.

Meyer C.
1992, Glass from Quseir al-Qadim and the Ocean trade (Studies in Ancient Oriental civilization, 53), Oriental Institute of University of Chicago, Chicago.

Meyer N.
2011, « Des latrines médiévales à Sarrebourg (Moselle) », dans Archéologie et usages du verre. L’en-verre du décor, catalogue d’exposition, Musée de la Cour d’Or, Metz, Serpenoise, p. 104.

Molinari A.
1997, « I vetri », dans Segesta II, il Castello e la moschea, scavi 1989-1995, Palerme, Flaccovio, p. 159- 165.

Mouton D.
1994, « Deux mottes dans un terroir provençal en transformation : Saint-Paul-lès-Durance, xie-xiiie siècles », Archéologie Médiévale, XXIV, p. 201-249.

Newby M.
1987, « Medieval Glass from Farfa », Annales du 10e Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Madrid-Ségovie 1985), Amsterdam, p. 255-270.

1991, « The glass from Farfa Abbey : an interim report », Journal of Glass Studies, 33, p. 32-41.

Öney G.
1990, « 12.-13. Yüzyil Anadolu cam işçiliğinde kadeh (Anatolian glass beakers of the 12th and 13th centuries) », Ist international Anatolian Glass Symposium (avril 1988), Istanbul, p. 64-69.

Plaisirs et manières de table aux xive et xve siècles, catalogue d’exposition, musée des Augustins (23 avril-29 juin 1992), Toulouse.

Prohaska-Gross Ch et Gross U.
2007, « Heimliche Kostbarkeiten, Prachtvolle Glasfunde aus Ulmer Latrinen », Denkmalpflege in Baden-Württemberg, 3, p. 181-187.

Renaud J .G. N.
1959, « Das Hohlglas des Mittelalters unter besonderer Berücksichtigung der neuesten in Holland und anderwo gemachten Funde », Glastechnische Berichte, 32, VIII, p. 29-33.

Rieb J.-P.
1957, « Les verreries », dans Riis P. J. et Poulsen V., Hama: fouilles et recherches de la fondation Carlsberg, 1931-1938, vol. 4. Copenhague, chapitre 2.

1986, « Verrerie », dans Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Publitotal, vol. 12, p. 7586-7598 (article repris dans Objets de la vie quotidienne au Moyen Âge et à la Renaissance en Alsace dans Cahier du Groupe d’Archéologie Médiévale d’Alsace, 7, 1987, Direction des Antiquités Historiques d’Alsace, Strasbourg).

Röber R.
2007, « Datum mitgeliefert : ein Glasbecher des 13. Jahrhunderts aus einer dendro-­datierten Fundschicht im Hafen von Konstanz ». Archäologischten Nachrichten aus Baden, Heft 74/75, p. 51-56.

Saldern A. von
1974, Glassammlung Hentrich. Antike uns Islam, Düsseldorf, Kunstmuseum Düsseldorf

1980, Glas von der Antike bis zum Judendstil. Sammlung Hans Cohn. Los Angeles/Cal., Mayence, Philipp von Zabern.

Schwarzer H.
2009a, « Spätantike, byzantinische und islamiche Glasfunde aus Pergamon », dans Lafli E. (éd.), Late Antique/early Byzantine Glass in the eastern Mediterranean, Izmir, p. 85-109.

2009b, « Spätantike und byzantinische Glasfunde aus Alexandreia Troas », dans Lafli E. (éd.), Late Antique/early Byzantine Glass in the eastern Mediterranean, Izmir, p. 67-84.

Sedlácková, H.
2005 : « Abriss einer Typologie der mittelalterlichen Glasimporte aus Brno/Brünn, Mähren, Tschechische Republik », Annales du 16Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Londres 2003), Amsterdam, p. 237-240.

Sogliani F.
2000, « La ceramica ed i vetri medievali degli scavi del Rione Terra di Pozzuolo : aspetti e problemi di circolazione e di produzione nella Campania costiera tra XII e XIV secolo », Archeologia Medievale, XXVII, p. 391-406.

Stiaffini D.
1991, « Contributo ad una prima sistemazione tipologica dei materiali vitrei medievali », dans Mendera M. (éd.), Archeologia e storia della produzione del vetro preindustriale, (atti del convegno internazionale « l’Attività vetraria in Valdesa ed il problema delle produzione preindustriale del vetro : esperienze a confronto », Colle Val d’Elsa-Gambassi 1990), Florence, All’Insegna del Giglio, p. 177-266.

Syrie. Mémoire et civilisation
1993, Syrie. Mémoire et civilisation, catalogue d’exposition, Institut du Monde arabe (14 septembre 1993 -28 février 1994), Paris, Flammarion.

Tait H. (éd)
2012, 5000 Years of Glass, Londres, British Museum (réédition, première édition 1991).

Tricoire J. et Mathieu J.
1974, « La verrerie du Pog », La recherche archéologique à Montségur, Bulletin du groupe de Recherches archéologiques de Montségur et des environs, 2, 1974, p. 17-29.

Tisseyre P.
2010, « Nouvelles données sur le verre en Sicile », Bulletin de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, p. 75-83.

Tyson R.
2000, Medieval Glass Vessels Found in England, c. AD 1200-1500, Council for British Archaeology Research Report, no 121, York.

Waton M.-D.
1990, « Strasbourg-Istra : Verrerie des xive-xve siècles », Verrerie de l’Est de la France, xiiie-xviiie siècles. Fabrication-Consommation, Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est (9e supplément), Dijon, p. 17-27.

Wenzel M.
1977, « A Reconsideration of Bosnian Medieval Glass », Journal of Glass Studies, 19, p. 63-76.

Williams II C. K.
2003, « Frankish Corinth : An Overview » dans Williams II C.K. et Bookidis N. (éd.), Corinth, XX: Corinth, the centenary 1896-1996, Athènes, The American School of Classical Studies in Athens, p. 423- 434.

Williams II C. K. et Zervos O. H.
1993, « Frankish Corinth : 1992 », Hesperia, 62, p. 1-52.

Whitehouse, D.
1966, « Ceramiche e vetri medioevali provenienti dal castello di Lucera », Bollettino d’Arte, III-IV, 1966, p. 171-178.

1981, « Notes on late Medieval Glass in Italy », Annales du 8e Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Londres Liverpool, 1979), Liège, p. 165-177.

1987, « Medieval Glass from Tarquinia », Annales du 10e Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Madrid-Ségovie 1985), Amsterdam, p. 317-330.

1991, « Glassmaking at Corinth : A Reassessment » in Foy D. et Sennequier G., Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, actes du colloque de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, Rouen  1989, Rouen, p. 73-82

1993, « The Date of the “Agora South Centre” Workshop at Corinth », Archeologia Medievale, 20, 659-662.

2005, « Glass from the Crusader Castle at Montfort », Annales du 16e Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Londres 2003), Amsterdam, p. 191-193 et pl. couleur 42.

2010, Medieval glass for popes, princes and peasants, catalogue d’exposition, Corning Museum of Glass (15 mai 2010-2 janvier 2011), Corning, Corning Museum of Glass.

Zecchin L.
1987, Vetro e vetrai di Murano, Studi sulla storia del vetro, vol. I, Venise, ed. Arsenale (Recueil d’articles de L. Zecchin).

1989, Vetro e vetrai di Murano, Studi sulla storia del vetro, vol. II, Venise, ed. Arsenale (Recueil d’articles de L. Zecchin).

1990, Vetro e vetrai di Murano, Studi sulla storia del vetro, vol. III, Venise, ed. Arsenale (Recueil d’articles de L. Zecchin).

Haut de page

Notes

1 Premières mentions en 1280 de « moiolos de girlanda e imperlatos » et d’un transport de cent pièces « cietos perlatos » de Murano à Trévise  : Zecchin 1987, p. 6 et p. 51. Au début du xve siècle, le 12 août 1406, à Murano, sont également signalés des flacons et des gobelets à protubérances (ciatis imperlatis) dans une vente à l’encan ; en 1410 apparaît dans un inventaire : « unum spetum de imperlare », sans doute un pontil, c’est-à-dire une tige de fer qui sert, en l’occurrence, à prélever un peu de verre pour le déposer sous forme de gouttes ou de perles sur les objets déjà soufflés ; les termes « moilos imperladi» sont encore mentionnés en 1446 : Zecchin 1987, p. 36, 39, 48. Les mêmes sources sont répétées dans : Zecchin 1990, p. 5, 20, 35, 134, 142, 164.

2 Baumgartner et Krueger 1988, p. 194, no 166. Verre conservé au Glasmuseum Hentrich-Museum Kunst Palast, Düsseldorf, no inv. 91980-1.

3 Tyson 2000, p. 50-70 ; Renaud 1959, p. 32 ; Harden 1978.

4 Ce décor de protubérances appliquées en rangs est également présent sur d’autres formes notamment des cruches et des verres à pied dits iraniens et datés entre le xe et le xiie siècle : à titre d’exemples voir Saldern 1980, no 177 ; Id. 1974, no 325 et Goldstein 2005, no 287, 294.

5 Leenhardt 1999. Les comptages du verre permettent de modifier très légèrement les proportions données dans le tableau p. 113.

6 Ibid. p. 179.

7 Plaisirs et Manières de table 1992, no 131, 132 ; Foy 1995, p. 48-49 ; L’Art au temps des Rois Maudits 1998, p. 416 ; Deguara 2007, no 130 à 133.

8 Les verriers occidentaux de l’Antiquité et de la période mérovingienne utilisent du verre brut importé contenant du natron (soude minérale.) L’introduction de cendres végétales se fait dans le cours du ixe siècle. La composition de la plupart des verres occidentaux datés entre le ixe et le xiie-xiiie siècle contient des cendres de végétaux forestiers qui donnent un fondant potassique. Ce fondant sera utilisé jusqu’à la fin du Moyen Âge dans de nombreuses régions, mais dans les terres méditerranéennes le fondant sodique, fait à partir de végétaux halophytes, est introduit au xiie ou au début du xiiie siècle.

9 Foy et Sennequier 1989, notices 105, 106.

10 Foy 2013, fig. 14.

11 Id. 1988, fig. 48 et 49.

12 Ibid. p. 195-200.

13 Avignon, Musée Calvet, no inv. M135.

14 Fouilles du musée Granet ; Mission archéologique de la ville d’Aix-en-Provence. Reproduction de ce verre dans Le verre un art du feu 2004, p. 11.

15 Foy 1988, fig. 51-8.

16 Foy et Sennequier 1989, no 167, 168.

17 Fouilles de M.-C. Bailly-Maître, verre découvert lors de la campagne de 2002.

18 Bailly-Maitre 2011.

19 L’étude du mobilier céramique a été faite par Lucy Vallauri, céramologue, LA3M UMR 7298.

20 Ce verre a été présenté dans deux expositions : Le verre un art du feu 2004, p. 12 ; Bailly-Maitre 2012, p. 5-19.

21 Archéolabs ARC04/R3084C - échantillon couche C11. Prélèvement fait dans la couche C11 du bâtiment 1, au contact du Fait 5 (table de broyage). Il s’agit de branchettes et de charbons de bois de chêne à feuilles persistantes (Quercus t. ilex) et nerprun purgatif (Rhamnus cathartica). La datation ayant porté sur des éléments comportant parfois plusieurs dizaines de cernes de croissance, il faut rajeunir la date 14C de quelques dizaines d’années pour obtenir la date de coupe des bois.

22 Tricoire et Mathieu 1974, p. 24-25 ; Despaux et al. 1980.

23 Foy 1988, p. 105-107 et p. 210.

24 Foy 1988, p. 114-115 et p. 121.

25 Guyonnet 1993, pl. VII.

26 Foy 1988, type B6, p. 211-214. De nombreuses autres découvertes inédites ont été faites dans les fouilles urbaines de Marseille, dans des contextes antérieurs au xive siècle. Il ne faut donc pas confondre ces vaisselles avec les gobelets du nord de la France, stylistiquement comparables mais datés du xve siècle tel celui découvert à Châlons-sur-Marne : Cabart 1985, fig. 21, no 11.

27 Baumgartner et Krueger 1988, p. 180-183.

28 Guérard 1857, p. 440, chartre 435, datée du xiie siècle.

29 Baumgartner et Krueger 1988, p. 190-191.

30 Fouilles conduites par l’Inrap sous la responsabilité de A. Hesnard, O. Maufras, F. Paone, M. Bouiron.

31 Foy 1997, p. 60-62.

32 Mouton 1994.

33 Dans les niveaux médiévaux, ont été découverts un fragment de paroi incolore avec une goutte de verre appliquée et un débris de fond de gobelet soufflé dans un moule : son décor est comparable à celui du prieuré de Saint-Symphorien no 30. Renseignement communiqué par Michel Cruciani.

34 Ces vaisselles ne sont pas présentes dans les lots de verres, abondants et bien datés du xiiie siècle des fouilles de Saint-Denis ou de Tours. Plus au sud à Bordeaux, ils sont toujours absents : Foy 2013.

35 Brut 1994a.

36 Brut 1992 ; Id. 1994b ; Fleury et al. 2002.

37 Ce verre n’est pas analysé. Les analyses publiées montrent que les autres verres sont potassiques à l’exception d’un urinal sans doute fabriqué avec des cendres sodiques : Fleury et al. 2002, p. 106-110.

38 Trouvailles hors contexte en Apulie, à Salpi : Harden 1966, p. 75, fig. 13 et à Torrione del Casone : Whitehouse 1981, p. 174. Les fragments découverts dans les fouilles du monastère de Farfa sont datés de la première moitié du xiiie siècle : Newby 1987, p. 263 ; Id. 1991, p. 39.

39 Baumgartner et Krueger 1988, p. 204-207, no 184, 185, 188 : trouvailles de Würzbourg, Château de Dübelstein (Dübendorf), Constance.

40 L’objet appartient à un lot de mobilier daté de la fin du xiiie siècle par la dendrochronologie. D’autres pièces étaient associées à ce verre, dont un gobelet émaillé importé de Murano : Cabart 2008.

41 Han 1972, p. 118 et fig. 3a. La description et le dessin ne sont pas totalement convaincants. Les pastilles bleues qui semblent très aplaties pourraient signaler un verre d’un type tout à fait différent.

42 Newby 1987, p. 263.

43 Baumgartner et Krueger 1988, p. 204-205, no 184.

44 De nombreux exemplaires sont publiés dans : Baumgartner et Krueger 1988, p. 336-366 et p. 392-398 et dans Goerig et Plouin 2006.

45 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 5 ; Foy et Sennequier 1989, p. 197 no 136. Les verres verdâtres ou bleutés ne sont pas colorés intentionnellement ; ce sont les impuretés contenues dans le sable et les cendres qui donnent cet aspect. Les verres incolores sont fabriqués avec des pierres siliceuses ou des sables choisis pour leur pureté et des cendres lessivées ; l’ajout de manganèse contribue à la décoloration.

46 Waton 1990, p. 20, fig. 4, no 29-31.

47 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 4.

48 Ibid., pl. 1, no 6 ; Foy et Sennequier 1989, p. 197 no 138 et Waton 1990, fig. 6, no 50 et 51 (reproduits ici sous les no 66 et 67).

49 Waton 1990, fig. 6, no 51.

50 Baumgartner et Krueger 1988, p. 202-203, no 181 ; Waton 1990, fig. 6, no 47 (reproduit ici sous le no 68) ; Sedlácková 2005, p. 238-239 et pl. couleur 73 hors texte.

51 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 8 ; Foy et Sennequier 1989, p. 197 no 139.

52 Rieb 1986, p. 7587-7588, pl. 1, no 7.

53 Baumgartner et Krueger 1988, notices 167 à 204.

54 À titre d’exemple voir : Röber 2007 ; Prohaska-Gross et Gross 2007.

55 Holl-Gyürky 1986, fig. 4, no 1 et 5.

56 Hejdová, Nechvátal 1970 ; Hejdová 1975, p. 147 et fig. 15, no II/3 ; Sedlácková 2005, p. 237-238.

57 Renaud 1959, fig. 3 ; Harden 1975, p. 41.

58 Baumgartner 1985 ; Baumgartner et Krueger 1988, p. 192-193.

59 Découvertes à Strasbourg (au moins 5 pièces dont 4 provenant d’un même contexte au 15 de la rue des Juifs), à Ottrott, à Metz et à Sarrebourg : Rieb 1986, p. 7587 ; Baumgartner et Krueger 1988, notices 105 et 112 ; Foy et Sennequier 1989, notices 126, 127 ; Waton 1990, p. 20 ; Goerig et Plouin 2006, p. 52 et p. 62 ; Cabart 2008 ; Meyer 2011 (voir note 40).

60 Zecchin 1989, p. 19-20.

61 Fontaine-Hodiamont et Hossey 2010, pl. IV-20, 21, 24, 25.

62 Whitehouse 1981, p. 172-174. Le mobilier inventorié vient de Sicile, d’Apulie, de Basilicate, de Campanie, du Latium, d’Ombrie, de Toscane, d’Émilie-Romagne et de Ligurie.

63 Whitehouse 1966 ; Harden 1972, p. 101-103.

64 Sogliani 2000, p. 403.

65 Güll 2007, p. 161-162.

66 Les fragments recueillis appartiennent à des verres cylindriques et les fonds sont cernés de cordon lisse. L’état de conservation et l’absence de dessin ne permet pas de reconnaître une forme précise : Corrado 2012, p. 29, fig. 7.

67 Giannotta 1992, p. 222, fig. 8-4, no 86, phase VI ; Whitehouse 1993, p. 661.

68 Falsone 1976, fig. 28 ; Bonnano et D’Angelo 1972  ; D’Angelo 1976, p. 380-381 et 1991 ; Whitehouse 1981, p. 166-167.

69 Les types A et B sont présents dans ce contexte de la seconde moitié du xiiie siècle : Fiorilla1996, p. 291-292 et p. 461, no 1 à 4.

70 Découvertes de Segeste datées du xiiie siècle : Molinari 1997, p. 162 et de Calathamet : Tisseyre 2010, p. 80.

71 Newby 1987 et 1991, p. 39.

72 Whitehouse 1987, voir en particulier fig. 3.

73 Stiaffini 1991 distingue les groupes H2c du xiiie s., H3c du xive et H4b du xve s.

74 Ibid., p. 248, pl. IX-3 (mention et dessin d’après Gasparetto 1982, fig. 49 que nous n’avons pas pu consulter).

75 Zecchin 1987, p. 51 et p. 59 (acte du 15 mars 1457 et du 15 mars 1383).

76 Piegaro : cf. notes 74 et 114 ; Viterbe : ce verre de type A1 est coupé de son contexte de découverte. Le dessin publié dans Luzi 1988, p. 104-105 n’est pas fidèle à la photographie qui est jointe. Dessin repris dans Stiaffini 1991, p. 248, pl. IX-6.

77 Kojić et Wenzel 1967, fig. 4-5 (Veličani), fig. 11 (Gacko) ; Wenzel 1977. Les relations commerciales entre Venise et Raguse durant le Moyen Âge sont intenses. Déplacements d’artisans et envois de verres dans les deux sens sont mentionnés : Han et Zecchin 1975 ; Han 1979.

78 Une pièce inédite est dans un contexte d’époque moderne (xvi-xviie s.) des fouilles de la place Camille Jullian à Bordeaux.

79 Davidson 1940 et 1952.

80 Whitehouse 1991 et 1993.

81 Williams II et Zervos 1992 ; Williams II 20003.

82 De rares débris de verre ornés de gouttes appliquées proviennent de Fostat (cf. note 98) et du littoral de la mer Rouge en Égypte : Meyer 1992, no 427, 429.

83 Davidson Weinberg 1987, en part. p. 313, fig. 14-15 et p. 316.

84 Gorin-Rosen 1997.

85 Dean 1927, fig. 56-F ; Whitehouse 2005.

86 Jennings 2004-2005, p. 229 et fig. 10.10, no 2.

87 Gorin-Rosen 1997, fig. 2, no 20a et 20b.

88 Reproduction de ce verre dans Boas 1999, p. 153, fig. 6-4.

89 Lamm 1929/1930, vol I, p. 89, vol. II, pl. 27-15.

90 Riis 1957, no 157 à 162.

91 Fouilles entreprises au début des années 2000 et dirigées par Sophie Berthier (Institut Français du Proche-Orient) et Edmond Al Ajji (Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie) ; Berthier 2002.

92 Foy à paraître.

93 Les céramiques du contexte 1063, dans lequel étaient des gobelets à pastilles, ont été étudiées : McPhillips 2002. Les verres associés aux gobelets à gouttes rapportées ne peuvent pas être datés avec précision, mais ne contredisent pas la datation des céramiques ; dans ces lots de mobilier, on ne trouve ni les verres marbrés ni les verres émaillés présents dans les contextes du courant du xiiie siècle.

94 Ce qui ne signifie pas que ce globule soit fabriqué avec la même matière vitreuse. On note en effet qu’il est d’un aspect craquelé et qu’il a moins bien résisté au temps.

95 Baumgartner et Krueger 1988, no 189, 190.

96 Lamm 1929/1930, vol. 2, pl. 27, no 2, 4 ; Clairmont 1977, p. 80, no 270 et 271.

97 Riis 1957, p. 57-58 et fig. 153. Voir une reproduction en couleur dans L’Orient de Saladin, 2001, no 186.

98 Site d’Istabl’Antar, fouilles de l’IFAO sous la direction du R. P. Gayraud. Découvert lors de la première intervention en 1985.

99 Riis 1957, no 163-164.

100 Sur ce gobelet tronconique, on note la présence conjointe de pastilles estampées en rosette et de petites pastilles bleu turquoise. L’ensemble du décor, toujours placé dans la partie médiante du gobelet est limité par des filets horizontaux selon le schéma syrien habituel ; voir reproduction dans Syrie. Mémoire et civilisation 1993, no 340.

101 Carboni 2001, p. 184-185.

102 Verre conservé à Copenhague, David Collection. Reproduit dans Carboni et Whitehouse 2001, no 40.

103 Découverte de Hamas : Riis 1957, p. 58, no 162 ; Lazarus 1978, no 16 (contrairement à ce qui est porté dans la légende le décor n’est pas « à la taille » mais appliqué).

104 Öney 1990, p. 66, pl.1a et fig. 81 hors texte.

105 Schwarzer 2009a, p. 94 et fig. 51 SG, 52 SG.

106 Bakirer 2009, p. 203-208. L’auteur signale d’autres découvertes en Asie mineure à Myra (église Saint-Nicolas) et sur la côte ionienne à Ania, près de Kusadasi. Il faut y rajouter les fragments de Saraçhane-Istanbul (Hayes 1992, fig. 158-68), de Kadikalesi (Schwarzer 2009a, note 72) et de Alexandrie de Troade (Schwarzer 2009b, p. 73-74 et fig. 51 UA et 52 UA).

107 Lamm 1929/1930, vol. 2, fig. 27,15. Schwarzer 2009a, p. 94, note 74. Ce verre également publié dans Tait 2012, fig. 189a (réédition) est actuellement attribué à une fabrique italienne ; l’origine islamique avait d’abord été proposée.

108 Verre conservé au Metropolitan Museum of Art à New York ; il proviendrait d’un tumulus près de Abrau Durso : Whitehouse 2010, p. 152.

109 Baumgartner et Krueger 1988, no 164, 165.

110 Lambert 1972.

111 Foy 1988.

112 Stiaffini 1991, p. 207-209. À titre d’exemple, on notera que le gobelet de Piegaro (trouvé en 1950), donné pour être dans un contexte du xiie-xiiisiècle, provient d’un niveau de surface : Harden 1966, p. 73. Pour ce qui est des découvertes de Palerme, un temps datées du xiie siècle, Whitehouse 1991, p. 76, démontre qu’elles sont dans des contextes contenant des céramiques des xiie et xiiie siècles. Les verres de Farfa sont dans des contextes datés entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle.

113 Type présent en Allemagne, Europe centrale, Alsace et en Hollande : gobelet de Merwede daté du xve siècle : supra note 57.

114 Ciappi 1991, p. 283.

115 Bibliothèque de l’Université de Heidelberg : Cod.Pal.germ.848, fo271ro. Le codex et ses miniatures sont consultables en ligne http://digi.ub.uni-heidelberg.de/deglit/cpg848.

116 Ciappi 1991, p. 297-299.

117 Voyages de John Mandeville; Bohême, vers 1410. British Library, Londres, ms. add. 24189, fol. 16. Foy et Sennequier 1989, no 47. Tractatus de herbis, 1458. Bibliothèque Estense, de Modène, ms lat. 993, L.9 28 fol. 138r. Foy et Sennequier 1989, no 48.

118 Le gobelet conservé au musée de la céramique à Sèvres est probablement plus ancien (début xiiie siècle) que ce qui est proposé (1300)  : Syrie. Mémoire et civilisation, 1993, no 340.

119 Verre (inv. Nr. I 732 des Musées de Berlin) reproduit dans Baumgartner et Krueger 1988, no 167. Le profil de cet objet rappelle des productions italiennes du xiiie ou du xive siècle. En revanche, il semble plus raisonnable, d’attribuer aux ateliers d’Asie mineure ou de Crimée (et non pas aux officines vénitiennes) le verre de la mer Noire : cf. note 108 supra.

120 On trouvera un bon résumé historique de la question dans Flambard Héricher 2006.

121 Les analyses chimiques montrent que les variations au sein d’un même atelier ne permettent pas toujours d’individualiser la composition du verre d’une officine à l’autre lorsque les fondants utilisés sont des cendres de végétaux.

122 Mention en 1277 d’un traité pour taxer les marchands vénitiens venant charger du verre à recycler à Antioche : Gerspach 1885, p. 140. Zecchin 1987, p. 9 : cendres de Syrie mentionnées en 1290.

123 Zecchin 1987, p. 6, 7, 9 (documents de 1280, 1281 et 1290) ; Id, 1990, p. 6-8. Baumgartner et Krueger 1988, p. 126-128.

124 Zecchin 1990, p. 6 : cet artisan est mentionné entre 1280 et 1288.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 n° 1 à 15 Montpellier : ensemble des verres du puits de la rue de la Barallerie.
Crédits Dessins : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 2 n° 1 et 2 Montpellier : verres à tige du puits de la rue de la Barallerie.
Crédits Cliché : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 3 n° 7 Montpellier : flacon soufflé dans un moule du puits de la rue de la Barallerie.
Crédits Cliché : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4 n° 9 Montpellier : gobelet à décor appliqué du puits de la rue de la Barallerie.
Crédits Cliché : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5 n° 16 Saint-Laurent-le-Minier (Gard) : gobelet à décor appliqué.
Crédits Dessin : M.-N. Baudrand
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 6 n° 16 Saint-Laurent-le-Minier (Gard) : gobelet à décor appliqué.
Crédits Cliché : Ch. Durand, Centre Camille Jullian-CNRS
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 7 n° 17 à 27 Atelier de verrier de Planier, Signes (Var) ; n° 28 et 29, Rougiers, Var.
Crédits Dessins, clichés : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 8 n° 30 à 32 Prieuré de Saint-Symphorien, Bonnieux (Vaucluse) (dessins d’après Guyonnet 1993).
Crédits Clichés : A. Chéné, Centre Camille Jullian-CNRS
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 9 n° 33 et 34 Avignon, Petit-Palais.
Crédits Dessins : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 10 Mobilier de Marseille.
Légende N° 35 à 37 Sainte-Barbe ; n° 38-42 Alcazar ; n° 43 à 46 Place Villeneuve-Bargemon 1995 et 2002 ; n° 47 à 53 Place Général de Gaulle ; n° 54 Tunnel de la Major ; n° 55 rue J. Trinquet ; n° 56 et 57 Place Jules Verne, secteur JV9.
Crédits Dessins : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 11 Verres à gouttes appliquées incolores et bleu foncé.
Légende N° 58 Paris, Cour Carrée du Louvre (d’après Brut 1982 et 1994b) ; n° 59 : Sarrebourg (d’après Cabart 2008, fig.1-3) ; n° 60 : Saranda Kolones, Pathos, Chypre.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 12 Verres à gouttes appliquées provenant du nord-est de la France.
Légende Verres incolores : n° 61 Strasbourg (d’après À travers le verre 1989, n° 136 dessin J.-P. Rieb) ; n° 62-63 Strasbourg (d’après Watton 1990, n° 31, 29) ; n° 64 : Strasbourg (d’après Baumgartner et Krueger 1988, n° 164) ; n° 65 Rougemont-le-Château (d’après Rieb 1987, p. 7587, pl. 1-4).Verres verdâtres ou bleutés : n° 66 Strasbourg d’après Watton 1990, n° 50 (dessin D. Watton) ; n° 67 Strasbourg d’après Watton 1990, n° 51 (dessin D. Watton) ; n° 68 Strasbourg d’après Watton 1990, n° 47 (dessin D. Watton) ; n° 69 Strasbourg d’après Rieb 1987, p. 7587, pl. 1-7 ; n° 70 Colmar d’après À travers le verre 1989, n° 139.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 13 Verres à gouttes appliquées provenant d’Italie.
Légende N° 71 et 72 Lucera (d’après Whitehouse 1966) ; n° 73 et 74 Palerme, palais Chiaramonte-Steri et quartier du Castello san Pietro (cl. D. Foy) ; n° 75 Farfa, (d’après Newby 1987 et 1991) ; n° 76 à 81 Tarquinia (d’après Whitehouse 1987) ; n° 82 Piegaro (dessin d’après Stiaffini 1991, pl. IX).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Fig. 14 Verres à gouttes appliquées provenant des États chrétiens d’Orient (Grèce et Palestine).
Légende N° 83 et 84 Corinthe (d’après Davidson Weinberg 1975) ; n° 85 Saint-Jean d’Acre (d’après Gorin Rosen 1997).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 15 Verres à gouttes appliquées provenant de Syrie, Hama n° 86 et 87 Hama (croquis d’après photos de Riis 1957, n° 158 et 160).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 16 Verres à gouttes appliquées provenant de Syrie, Damas : n° 88 à 94 Citadelle de Damas.
Crédits Clichés et dessins : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 17 Verre à gouttes appliquées incolores surmontés d’une gouttelette bleue provenant d’Égypte n° 95 Fostat-Istabl’Antar, Le Caire.
Crédits Clichés et dessins : D. Foy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 18 Verre à gouttes appliquées provenant de Turquie : n° 96 Samsat, Turquie (d’après Öney 1990, p. 68).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 19 Verre à gouttes appliquées provenant de la mer Noire : n° 97 Abrau-Durso, Russie, (d’après Whitehouse 2010, p. 152, n° 49).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 20 Verres à gouttes appliquées dans l’iconographie.
Légende N° 98 Assise, Noces de Cana, J. Torriti  (1292) d’après Ciappi 1991 ; n° 99 Codex Manesse (1310-1340) ; n° 100 Voyages de John de Mandeville (vers 1410) ; n° 101 Tractatus de Herbis (vers 1458).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Fig. 21 Gobelets à gouttes appliquées : variantes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 21b Gobelets à gouttes appliquées : variantes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 22 Localisation des principaux sites mentionnés.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8193/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Foy, « Verres médiévaux (xiiie-xive siècle) à décor de gouttes rapportées »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 125-154.

Référence électronique

Danièle Foy, « Verres médiévaux (xiiie-xive siècle) à décor de gouttes rapportées »Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 01 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.8193

Haut de page

Auteur

Danièle Foy

CNRS, Centre Camille Jullian, UMR 7299, MMSH Aix-en-Provence

Haut de page

Collaborateur

Marie-Christine Bailly-Maître

CNRS, LA3M, UMR 7298, MMSH Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search