Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Maria Stella Calò Mariani, Françoise Piponnier (†), Patrice Beck et Caterina Laganara (édité par), Fiorentino, ville désertée nel contesto della Capitanate medievale (richerche 1982-1993)

Anne-Marie Flambard Hericher
p. 339-340
Référence(s) :

Maria Stella Calò Mariani, Françoise Piponnier (†), Patrice Beck et Caterina Laganara (édité par), Fiorentino, ville désertée nel contesto della Capitanate medievale (richerche 1982-1993), Collection de l’École française de Rome, 441, Rome, École française de Rome, 2013, 1 vol., 22 × 28 cm, 837 p., nombreuses illustrations noir et blanc (photos et dessins au trait) et couleur (photos) dans le texte. ISBN  : 978-2-7283-0915-3, prix  : 190 €

Texte intégral

1La domus de Fiorentino en Capitanate (actuelle province de Foggia), dans les Pouilles (Italie), est avant tout connue pour avoir reçu le dernier soupir de Frédéric II le 13 décembre 1250, elle n’est pourtant que la partie émergente d’un très vaste domaine sur lequel une équipe franco-italienne issue de multiples institutions (École des hautes études en Sciences Sociales, École française de Rome, Institut d’histoire de l’art de l’université de Bari, Surintendance archéologique des Pouilles) a travaillé pendant plus d’une dizaine d’années puisque la fouille, seule, conduite sur le terrain selon les méthodes de recherche développées par Jean-Marie Pesez, a débuté en 1983, pour se poursuivre jusqu’en 1993. Le fruit de cette très longue enquête est un ouvrage de 837 pages, rédigé en français et en italien selon les auteurs. Vingt-cinq chercheurs y ont contribué. On note, parmi eux, l’implication particulièrement forte de Maria Stella Calò Mariani qui a lancé ce projet en 1980-1982, qui l’a piloté en accord avec les diverses institutions et qui en a dirigé la publication.

2Après une introduction présentant le territoire, l’ouvrage aborde successivement  : le milieu, la forme de l’occupation et le contexte historique, puis l’étude archéologique, suivie de celle des artefacts, et enfin l’architecture défensive résidentielle et sacrée, la sculpture et le mobilier.

3Ouvrant la première partie, Jean-Marie Martin dresse un inventaire des sources écrites et définit le cadre historique et chronologique de l’étude, il montre que la cité de Fiorentino, créée ex nihilo par les autorités impériales au début du xi s., est caractéristique de ce qu’était alors une cité byzantine  : bien plus vaste au départ qu’un simple village, elle devait intégrer une ligne de fortifications et coloniser les territoires encore vides situés à l’est. Probablement en raison de sa situation dans un territoire reculé et bien qu’elle ait assumé jusqu’au bas Moyen Âge le rôle de centre administratif et religieux, la cité n’a jamais acquis de fonctions économiques proprement urbaines. Les principales causes de ses transformations sont à rechercher dans la politique frédéricienne, avec la création de la colonie sarrasine de Lucera, de massarie et d’autres centres d’exploitation dépendant directement de la curia, qui ont fait disparaître les établissements ruraux de l’est du diocèse et fragilisé la petite cité. La conversion de la Capitanate en terrain de pâture à partir du xive, et surtout au xv s., a réduit Fiorentino à un simple petit établissement rural qui disparaît totalement au xvie ou xvii s.

4Le cadre étant défini, Maria Stella Calò Mariani évoque la genèse du projet d’étude. L’idée d’entreprendre une enquête multidisciplinaire sur les villes désertées de Capitanate et sur les dynamiques de transformation des territoires au Moyen Âge est partie d’une constatation d’ordre historique. Après l’an Mil, le catépan Basile Boiôannes fonde une couronne de cités pour contenir la pression des Lombards de Bénévent et repeupler la région ; toutes ces villes, à l’exception de Troia, déclineront entre le xive et le xv s., jusqu’à l’abandon définitif. Après examen des photos aériennes des différents sites, le choix s’est porté sur Fiorentino et l’étude a commencé, en 1984, par des ramassages de surface. Les documents qui ont permis ce choix sont présentés ensuite, ils visent à mettre en évidence l’évolution de la perception du site à travers les siècles.

5Jean-Marie Martin et Ghislaine Noyé rappellent qu’après une période de prospérité dans l’Antiquité tardive les habitats médiévaux dans la zone de Fiorentino ont été souvent abandonnés, seules ont subsisté les cités d’Ascoli Satriano, Bovino et Lucera. Des établissements d’importance, mis en évidence par leurs nécropoles et rassemblés autour d’une église étaient bien apparus entre le viie et le ix s. ; mais c’est la campagne de fondations menée dans le premier quart du xi s. par le catépan Basile Boiôannès qui a vraiment créé la Capitanate  : il s’agissait alors de borner le territoire impérial en installant une double ligne de petites cités le long de la partie la plus franchissable de la frontière. Parmi elles, Civitate, Dragonara, Montecorvino et Tertiveri ont fait l’objet de prospections. Dans un premier temps, au début de la colonisation normande, les cités n’ont pas joué le rôle défensif attendu puisque les Normands ont d’abord été cantonnés au sud, à Melfi. Mais elles ont joué un rôle dans le domaine du peuplement, en effet la région s’est couverte d’habitats d’un type nouveau, imposé par le pouvoir. Les conquérants normands se sont installés dans les cités et ont édifié des châteaux comme celui de Vaccarizza. L’habitat rural des dernières décennies du xi s. n’est pas fortifié : ce sont les casali qui réutilisent fréquemment des matériaux de construction issus de bâtiments romains, pourtant les plus importants se fortifient et deviennent des castra. Les contraintes imposées par Frédéric II et l’installation de domus solatiorum, de massarie et de nouveaux casali impériaux ne sont peut-être pas étrangères à leur disparition. La grande transhumance entre le xiie et le xv s. a ruiné toutes les tentatives de mise en valeur.

6La seconde partie de l’ouvrage rassemble les résultats des fouilles archéologiques. Sans méconnaître l’indéniable intérêt des faits présentés dans le premier chapitre, on pourra regretter que la présentation, trop proche de la forme du rapport, alourdisse le propos. Patrice Beck étudie en premier lieu la zone castrale occidentale et la domus impériale où les recherches ont démontré la présence de quatre phases antérieures à cette dernière qu’il a été impossible de caler chronologiquement et de définir avec plus de précision comme témoignages d’une présence byzantine ou normande. Les sources écrites indiquent que l’édifice impérial est implanté en 1220, la qualité des techniques et les matériaux employés montrent l’importance qu’on lui accorde et confirment son rang. Vers le milieu du xiii s. (1255 selon les textes) la domus est partiellement détruite. Elle sera cependant occupée jusqu’au xiv s. mais il ne subsiste alors qu’une enceinte découverte abritant des installations hâtives.

7L’espace médian, espace urbain situé entre la domus et le fossé qui isole la pointe de l’éperon, a été étudié sous la conduite de la regrettée Françoise Piponnier. Et, tout en étant profondément satisfait de la publication de ces recherches, le lecteur ne peut que déplorer la disparition brutale de cette chercheuse qui prive le site d’une véritable synthèse. Les documents qu’elle a laissés présentent tour à tour la stratigraphie et les structures de la dernière phase d’occupation, puis des éléments plus anciens. Malgré les tableaux récapitulatifs joints il est assez malaisé de situer les éléments les uns par rapport aux autres aussi bien dans l’espace que dans le temps  : bâtiments, fosses, église, et sépultures découverts sont décrits mais l’organisation des espaces reste difficile à percevoir.

8C’est au lapidaire épars et aux réemplois, qu’il s’agisse de blocs de belle facture découverts lors de la fouille, de sculptures réutilisées dans les ruines ou de fragments de terres cuites architecturales, que Maria Stella Calò Mariani consacre le troisième chapitre de cette seconde partie.

9Quant au mobilier archéologique, il est étudié dans la troisième partie introduite par Caterina Laganara. Il comporte une étude de la céramique prémédiévale par Angela Maria Melilli, puis de la céramique médiévale par Caterina Laganara. Chaque vase est décrit et illustré d’un dessin. Quelques planches couleur viennent heureusement compléter ces descriptions. L’étude des fragments de verre qui suit est réalisée selon les mêmes principes par Angela Maria Melilli, les dessins sont hélas de très médiocre qualité et peu de photos rendent compte de ce mobilier parfois exceptionnel, ainsi les fragments de vitrail, ou l’oiseau doré qui ornait un verre. Austacio Busto adopte pour le mobilier métallique la même technique : une description sous forme de fiches, dépourvue d’interprétation comme de contexte stratigraphique précis, les illustrations photographiques placées dans le texte sont assez rares et les planches de dessins de qualité médiocre sont reportées en fin de chapitre. Enfin l’ensemble de cette étude de mobilier est présenté sans échelle.

10Marie-Pierre Ruas complète cette partie avec une étude des semences carbonisées qui met en évidence les activités à caractère domestique pratiquées dans l’édifice castral (tri et nettoyage des éléments récoltés) et l’exploitation des terroirs environnants (culture des céréales  : froment et orge vêtue, et dans une moindre mesure : avoine, amidonnier et engrain, plantes adventices, mais aussi vigne, fruits et potagers comme le mentionnent les sources écrites). Seule la faune de la zone castrale a fait l’objet d’une étude archéozoologique due à Corinne Beck qui identifie : bœuf, mouton et chèvre, porc, chien, chat, équidé, mais aussi cervidé, lièvre et lapin en grande quantité. Enfin l’étude anthropologique des 39 individus inhumés (Anne-Christel Besnard) complète cette partie. La surmasculinité confirme un recrutement probablement non paroissial. On note la jeunesse des individus et la présence de plusieurs traumatismes crâniens qui révèle une population violente ou vivant dans un contexte violent.

11L’étude architecturale de l’ensemble des bâtiments compose la quatrième partie presque intégralement due à Maria Stella Calò Mariani. Elle aborde successivement le système défensif urbain – enceinte et tours –, presque totalement disparu mais illustré par les plans publiés par Arthur Haseloff en 1920 dans Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien (I, Leipzig) et le compare aux fortifications de Tertiveri, Civitate et Dragonara. Un bel ensemble de photographies récentes ou plus anciennes, puisque largement puisées dans l’œuvre d’Arthur Haseloff, illustre efficacement le propos. Elle évoque ensuite la cathédrale dont la dédicace à saint Ange témoigne du rayonnement du culte de saint Michel autour du Mont Gargan, principalement sur les routes de pèlerinage. Sur la foi des témoignages conservés, elle tente de retrouver l’aspect du monument et dans ce but le compare à Sant’Egidio al Pantano, à Troia et à Voltura. Elle reprend l’étude de la domus pour tenter d’en retrouver le décor et les aménagements à partir de la documentation conservée et de comparaisons, notamment avec le palais de Foggia. Elle évoque ensuite le chantier, cosmopolite, qui l’a édifiée et souligne le poids de la présence cistercienne, mais également l’importance des maîtres sarrasins de la colonie voisine de Lucera susceptibles d’apporter, comme les Sarrasins l’avaient fait à Palerme, armes, étoffes, vêtements, peaux et tapis. Elle analyse ensuite la fonction de l’édifice, lieu de plaisance, dans son rapport avec la nature, et en tout premier lieu la chasse. Elle dresse enfin un parallèle enrichi de nombreux clichés anciens entre les cités jumelles de Fiorentino et Montecorvino, puis aborde les liens entre Fiorentino et la forteresse de Lucera. Une étude archéométrique des terres cuites architecturales et des enduits de Fiorentino et de Lucera, présentée par Giacomo Eramo, Rocco Laviano et Filippo Vurro, complète cette partie conclusive.

12De nombreuses études complémentaires viennent enrichir le volume et apparaissent comme différents appendices. Le premier, d’Austacio Busto, présente l’apport de l’archéologie (campagne de fouilles 1994-1996) à l’étude de la cathédrale dont les vestiges, notamment les sols conservés, sont bien mis en évidence ainsi que le mobilier funéraire de belle facture, puis, Daniela Rosetti apporte quelques éléments de comparaison à un fragment de verre émaillé peint. L’appendice 3, sous la plume de Francesco Carofiglio, est consacré au projet de mise en valeur de Fiorentino tandis que l’appendice 4, de P. Gruelle et G. Ducomet, livre les résultats des prospections électriques réalisées en 1997 à Fiorentino afin de mieux connaître les fortifications de la ville. Elles ont révélé des anomalies qu’on aimerait retrouver sur une carte synthétique pour les situer visuellement.

13Cet imposant volume est complété par une liste des sources, une bibliographie et un index général.

14Trente-trois ans après sa mise en route, le grand projet conduit par Maria Stella Calò Mariani trouve enfin un aboutissement avec cet imposant volume dont on doit excuser les insuffisances manifestes. La multiplicité des auteurs, leur éparpillement géographique, la dilution des recherches dans le temps, la disparition prématurée de certains des participants expliquent ces manques ; quoi qu’il en soit l’entreprise qui visait à faire revivre la cité dans son environnement proche et à la replacer dans son contexte, a été menée à bien et la documentation réunie, imposante, constitue désormais une base de données essentielle pour la connaissance des Pouilles du nord et de leur histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Hericher, « Maria Stella Calò Mariani, Françoise Piponnier (†), Patrice Beck et Caterina Laganara (édité par), Fiorentino, ville désertée nel contesto della Capitanate medievale (richerche 1982-1993) »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 339-340.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Hericher, « Maria Stella Calò Mariani, Françoise Piponnier (†), Patrice Beck et Caterina Laganara (édité par), Fiorentino, ville désertée nel contesto della Capitanate medievale (richerche 1982-1993) »Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8211

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals