Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Marcel Moussette, Gregory A. Waselkov, Archéologie de l’Amérique Coloniale Française

Jean Chapelot
p. 340-345
Référence(s) :

Marcel Moussette, Gregory A. Waselkov, Archéologie de l’Amérique Coloniale Française, Montréal, Levesque éditeur, 2014, 464 p., ISBN  : 978-2924186381, prix  : 80 $

Texte intégral

1Le compte rendu d’ouvrage est un exercice classique dans toutes les disciplines scientifiques, mais il ne s’impose vraiment que quand il s’agit d’ouvrages remarquables dont il faut souligner l’importance. Le livre de Marcel Moussette et Gregory A. Waselkov est de cette sorte. Il a été écrit par deux auteurs bien différents, un Québécois, et un Américain que presque une génération sépare, mais dont les centres d’intérêt se complètent : l’un étudie la culture matérielle du Québec, l’autre les traces archéologiques de la présence française dans les états du sud-est des États-Unis, tout spécialement en Alabama.

2Avant d’examiner plus avant cet ouvrage, il convient de rappeler quelques données essentielles pour en comprendre la nature, dont certaines que ce livre n’évoque pas ou peu.

3L’ouvrage prend en compte les deux siècles et demi qui vont des premières traces de la présence de pêcheurs français au Canada au tout début du xvie s. jusqu’à la perte de la Nouvelle France par le traité de Paris en 1763. Il examine la présence française pendant cette période dans une immense zone  : six des dix provinces canadiennes (Terre-Neuve et Labrador, Île du Prince Édouard, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Québec, Ontario) et une douzaine au moins des cinquante états qui composent les États-Unis actuels.

4Quelques spécificités importantes du sujet doivent être soulignées.

  • 1 Marcel Trudel, Initiation à la Nouvelle France. Histoire et institutions, Montréal et Toronto, 197 (...)

5La première est la faiblesse du peuplement français dans cette zone pendant cette époque. La Nouvelle France compte vers 1760 une population de 85 000 personnes  : 4 000 en Acadie insulaire et continentale, 76 000 dans le Pays du Saint-Laurent, 600 dans le Pays d’en haut (la région des grands lacs) et 4 000 en Louisiane1, soit moins que la plus petite des généralités de la métropole.

6L’ouvrage est avant tout centré sur le peuplement français, mais la présence des autochtones ou des esclaves est évoquée sous diverses formes  : l’existence dans les sites européens d’objets d’origine autochtone ou des objets de traite dans les sites autochtones, les relations entre les lieux de peuplement amérindiens et français, quelques indications sur les esclaves aux Antilles. De même, si rien ou presque n’est dit de la présence des autres nations européennes sur le continent américain, le problème apparaît par l’étude des artefacts issus des colonies espagnoles ou anglaises et venus dans le secteur français par un commerce licite ou illicite.

7Il faut ensuite évoquer la nature des sites archéologiques présentés dans l’ouvrage. Dans certains cas, par exemple celui des premiers établissements comme les lieux d’hivernage de Cartier et de Roberval en 1541-1543 ou de Champlain en 1603-1604, il s’agit de sites qui n’ont été occupés que par une faible communauté humaine et pendant très peu de temps et qu’il faut localiser à partir de descriptions sommaires, appuyées quelquefois par des cartographiques ou des représentations graphiques contemporaines. À l’opposé, d’autres sites ont bénéficié d’une continuité d’occupation jusqu’à nos jours et il faut chercher sous les constructions actuelles les traces des occupations anciennes : ainsi dans le cas de villes comme Québec, Montréal ou la Nouvelle Orléans.

8Les vestiges de surface qui peuvent guider les archéologues dans leurs recherches des sites archéologiques sont d’une nature très contrastée. D’un côté ce sont des sites de pêche du xvie s. de la côte nord du Saint-Laurent ou du détroit de Belle Isle, dans des zones inhospitalières, encore actuellement pratiquement inoccupées, où la sédimentation est nulle, mais où la présence de ces pêcheurs peut être marquée par d’importants dépôts de tuiles qui couvraient leurs installations. Certains sites, comme des postes de traite ou des forts construits en bois et établis à l’ouest des Grands Lacs, dans l’Illinois ou sur les bords du golfe du Mexique ont été occupés peu de temps par un petit nombre de Français et ils se trouvent dans des zones très boisées ou à la végétation subtropicale luxuriante  : même avec des textes et parfois des indications topographiques ou même cartographiques de l’époque, il n’est pas facile de les localiser précisément. Dans quelques cas, nous sommes à l’opposé en présence d’établissements, souvent des forts, qui ont été construits ou reconstruits en pierre et qui subsistent à l’état de ruines bien visibles : l’exemple emblématique est la ville portuaire de Louisbourg, créée par les Français en 1714 et détruite par les Anglais en 1760.

  • 2 Gilles Samson et Richar Fiset (dir.), Chantier archéologique Cartier-Roberval : promontoire du cap (...)

9Enfin – et point qui n’est pas abordé d’une manière synthétique dans l’ouvrage, mais sur lequel celui-ci produit des éléments dispersés très éclairants –  : la constitution récente de cette archéologie des xvie-xviiie s. Parfois dès la fin du xviiie s. commence la recherche – et même la fouille – de quelques grands sites célèbres dans l’histoire coloniale. Ainsi à l’île Sainte-Croix (Maine), site du premier hivernage de Champlain en 1603-1604, des fouilles sont faites dès 1796, reprises en 1950 puis en 1969 et enfin en 2006 (p. 44-54). Le site d’hivernage de Jacques Cartier et de Jean-François de La Rocque, sieur de Roberval, en 1541-1543 sur la rive gauche du Saint-Laurent et à quelques kilomètres en amont de Québec est recherché dès 1952, découvert en 2005 et est l’objet d’un grand programme de fouille (p. 26-30)2 p. La mission de Sainte Marie aux Hurons à la baie Georgienne près du lac Huron, occupée par les Jésuites de 1639 à 1649, est fouillée de 1941 jusqu’en 1951 (p. 199-208). Les forts La Tour (Nouveau Brunswick), Beauséjour sur la baie de Chignectou, entre le Nouveau Brunswick et la Nouvelle Écosse, et Gaspareau près de Beauséjour sont fouillés en 1955-1956 (p. 58-62), 1962 (p. 130-135) et 1966 (p. 135-138). Le fort de Michillimakinac (Michigan), dont nous reparlerons plus bas, est fouillé dès 1932, un grand programme de fouille, toujours en œuvre, commençant en 1959 (p. 335) et faisant de ce lieu « le plus long projet continu d’archéologie de terrain aux Etats-Unis » sur un site unique (p. 339). À Louisbourg, une ville portuaire fortifiée créée par les Français en 1714, prise par les Anglais en 1745 et de nouveau en 1758 et détruite par ceux-ci en 1760, un vaste projet de fouille est élaboré en 1960 pour pallier la fermeture de mines de charbon locales et le chantier commence en 1961 (p. 103-130  : voir p. 1).

10Mais c’est à partir de la décennie soixante-dix que prend son essor l’archéologie des sites coloniaux français avec de 1969 à 1972 la fouille de l’épave du Machault, parti de Bordeaux au printemps 1760 et coulé le 8 juillet dans la baie des Chaleurs dans la rivière Restigouche (p. 317-329) ; à partir de 1970 et sans interruption depuis l’étude du site du fort Ville-Marie et du château de Callière à Montréal (p. 276) ; de 1976 à 1988 à Québec, cinq campagnes de fouilles sur le site de l’habitation de Champlain créée en 1608 et reconstruite en 1624 (p. 179-191) ; de 1978 à 1988 les très importantes fouilles du site terrestre et de l’épave de Red Bay (Labrador) (p. 150-156) ; à partir de 1981 trois campagnes successives de fouille à Pentagouet (Maine), un fort créé en 1635 et détruit par les Anglais en 1674 (p. 62-67).

11Même si toutes ces fouilles n’ont pas été publiées d’une manière complète, notamment les artefacts, elles ont été des opérations pionnières et novatrices et ont produit un matériel abondant à partir duquel des typologies céramiques, de la quincaillerie de construction, du verre, etc., ont été faites. Plus au sud, en Louisiane, le développement de l’archéologie coloniale des sites français est plus récent : elle ne devient une sous-discipline qu’après une réunion de spécialistes en 1988 (p. 352), une grande attention étant accordée aux établissements civils français dans le pays des Illinois dans les trente dernières années (p. 353). Dans le cas de la Nouvelle Orléans, la première fouille urbaine est organisée seulement en 1991 (p. 405).

12Les deux auteurs écrivent sur ce point  : « depuis trois quarts de siècle (et avec une intensité et un professionnalisme grandissant depuis les années 1960) les archéologues ont entrepris des fouilles dans toutes les régions des Amériques susceptibles de révéler des traces laissées par cette occupation française » (p. 11-12). Pour apprécier l’ampleur du travail accompli, il suffit de rappeler que dans sa synthèse sur l’archéologie de la France coloniale en Amérique du Nord, Gregory A. Waselkov recensait en 1997 plus de 1 900 titres publiés sur le sujet, la plupart « de nature strictement empirique » (p. 12).

  • 3 Jean Chapelot, « L’historical archaeology et l’archéologie médiévale et moderne en France. Quelque (...)
  • 4 Jean Chapelot, François Gentili, « Trente ans d’archéologie médiévale en France » dans Jean Chapel (...)

13Globalement, cette histoire de l’archéologie des sites coloniaux français est la même que celle de l’ensemble de l’archéologie de la période historique en Amérique du Nord3 et elle est aussi assez proche de celle de l’archéologie médiévale dans notre pays4.

  • 5 Jean Chapelot, « L’historical archaeology… ».

14Il n’est pas enfin sans intérêt de relever les motifs de ces fouilles. Dans une première époque, il s’agit avant tout de la recherche des grands sites historiques aux origines de la colonisation aux xvie-xviie s. ou qui tiennent une place majeure dans l’histoire de l’Amérique du Nord coloniale. Un autre motif a été aussi parfois dans ces entreprises anciennes ou même dans de plus récentes la volonté de reconstituer certains sites, notamment des forts, ou, ce qui n’est pas incompatible bien au contraire, de faire grâce à de telles opérations une action d’éducation populaire. On retrouve là une des caractéristiques anciennes de l’archéologie historique nord-américaine, avec comme exemple majeur celui de Williamsburg (Virginie)5. Dans le cas des sites coloniaux français on peut citer Louisbourg et plus récemment le projet archéologique du fort Saint-Joseph (Michigan), un fort créé en 1691 et où les travaux de fouille ont commencé en 2002 (p. 355-357). Mais comme dans le cas des États-Unis, il faut souligner les dérives possibles de ce genre d’opérations qui peuvent à la fois détruire les vestiges conservés ou empêcher leur fouille ultérieure, comme c’est le cas à Port-Royal (Nouvelle-Écosse), un établissement créé par Champlain en 1605 et occupé pendant huit ans, un des premiers sites canadiens à avoir été reconstitué (p. 54-57), et surtout les catastrophes archéologiques qu’ont été la reconstitution du fort Toulouse (Alabama) (p. 399-402) ou de la mission jésuite de Sainte Marie aux Hurons (p. 199-208).

15À partir des années 1970 apparaissent trois motifs classiques de fouille  : des opérations préventives préalables à des aménagements, notamment à Montréal et surtout à Québec ; une recherche générée par la constitution de l’archéologie de cette période, par exemple sur les sites de pêche basques de la côte nord du Saint-Laurent ou du Labrador ; enfin la localisation et l’étude de sites mentionnés dans les archives. La recherche puis la fouille de plusieurs épaves dont il sera question plus bas, comme celles du San Juan, du Machault ou de l’Auguste, ont pour origine des indications fournies par des sources écrites. D’une manière générale et à quelques détails près, l’archéologie des sites coloniaux français au Canada et aux États-Unis a donc comme élément de départ des circonstances que l’on retrouve classiquement dans le cas de la France et pour le Moyen Âge ou l’époque moderne.

16Ces quelques remarques liminaires étant faites, il faut souligner maintenant le triple intérêt de cet ouvrage  : il nous donne une belle synthèse sur l’archéologie et la culture matérielle d’une large part de l’Amérique du Nord ; des éléments comparatifs sur l’archéologie de la période historique et notamment des informations qui sont très importantes pour ceux qui étudient cette période en France ; enfin une réflexion sur la nature de l’archéologie de cette époque.

17Cet ouvrage est d’abord une magnifique synthèse qui présente à la fois la culture matérielle et la diversité des modes d’installation et de cadre de vie des Français aux États-Unis et au Canada aux xvie-xviiie s.

18Après un premier chapitre sur les Européens et les Français en Amérique du Nord, l’ouvrage développe son sujet avec un plan qui est à la fois chronologique et géographique. Chronologique car il s’ouvre avec les traces de la présence au début du xvie s. et sur le littoral atlantique de pêcheurs basques et bretons chassant la baleine et pêchant la morue (chapitre 2) pour se terminer avec la Louisiane, les Antilles et la Guyane au xviiie s. (chapitre 5) ; géographique aussi puisque ce vaste tableau part du nord-est du continent avec le chapitre 2 pour aboutir au Golfe du Mexique et à la mer des Caraïbes avec le chapitre 5 en passant tout naturellement par le fleuve Saint-Laurent ou Canada (chapitre 3) et le secteur des Grands Lacs ou Pays d’en haut (chapitre 4). Dans chacun de ces chapitres, surtout dans celui consacré au Canada, qui avec 187 pages constitue presque la moitié de l’ouvrage, les auteurs établissent autant que la documentation le permet une typologie des sites puis ils présentent ceux-ci ou les problèmes de fond par le biais de monographies plus ou moins développées fondées sur des fouilles ou des sujets de synthèse. Le chapitre 5, sur la Louisiane, les Antilles et la Guyane au xviiie s., avec 49 p. seulement, traduit bien le retard de la recherche archéologique française dans ce secteur et cela d’autant plus qu’une part notable des opérations archéologiques y est faite par des Américains ou des Canadiens.

19L’un des grands mérites de l’ouvrage de Marcel Moussette et Gregory A. Waselkov est de restituer les multiples aspects d’une aventure humaine exaltante et complexe  : l’adaptation des Européens à un continent inconnu puis les conditions de leur implantation définitive.

20Quelques synthèses présentent les grandes ou moins grandes fouilles qui ont jalonné l’archéologie du secteur considéré depuis les années soixante : ainsi la recherche et l’étude préliminaire du site d’hivernage de Cartier et Roberval en 1541-1543 (p. 26-30) ; la fouille à Red Bay (Labrador) du site terrestre de pêcheurs basques de baleine du xvie s. avec, dans la baie, la découverte de deux bateaux contemporains dont probablement le San Juan dont on sait par un document de 1565 qu’il a coulé ici – et qui a été étudié d’une manière minutieuse et publié d’une façon exemplaire (p. 150-156) – ; la fouille du site d’hivernage de Champlain dans l’île Sainte-Croix en 1603-1604 (p. 44-54) ; celle du fort Pentagouet (Maine) (p. 62-67) ; de Québec, avec l’étude de l’habitation de Champlain fondée en 1608, de la place royale, des espaces environnants (p. 179-191) et du reste de la ville, notamment celle du plateau, et des installations portuaires (p. 216-257) ; d’une part de la ville de Montréal (p. 257-284) ; du fort Michillimackinac (Michigan), fondé vers 1715 sur la rive sud du détroit du même nom entre le lac Huron et le lac Michigan et près du passage vers le lac supérieur au nord (p. 333-341) ; de la colonie de Cavelier de La Salle créée en 1685-1688 sur la côte du Texas avec la fouille de l’épave de la Belle (p. 371-376) ; de la colonie de Pierre Le Moyne d’Iberville fondée à partir de 1689 dans le secteur de Pensacola (Floride) déplacée dans la baie de Biloxi (Mississipi) avec le fort Maurepas et enfin sur le site de Vieux Mobile, une ville fondée en 1711 (p. 376-387) ; de la forteresse de Louisbourg (Nouvelle-Écosse) (p. 103-130) ; des forges du Saint-Maurice (Québec) fondées en 1730 et abandonnées seulement en 1883 (p. 285-294), etc.

21Les auteurs présentent aussi des fouilles moins amples et moins célèbres, mais néanmoins très intéressantes ou des aventures exceptionnelles, comme le périple de Luc de la Corne qui, partant du Canada, fit naufrage à la sortie du Saint-Laurent le 16 novembre 1761 dans la baie d’Aspy à l’est de l’extrémité nord de l’île du Cap Breton. Il rejoint alors Montréal en plein hiver après avoir parcouru à pied avec son domestique 550 lieues soit 2 444 km en 75 jours avec l’aide de guides acadiens (p. 141-144). L’Auguste, qui le transportait, a été localisé et fouillé et des objets personnels de cet homme ont été découverts dans l’épave.

22Les auteurs présentent aussi des thématiques originales. Ainsi les modalités de mise hors d’eau de riches terres agricoles par les Acadiens dans la baie française (baie de Fundy) par des techniques d’endiguement reprises des marais poitevins (p. 85–90) ou l’étude des jardins à Québec (p. 254-255) et à Montréal (p. 273). Il faut souligner l’intérêt du chapitre intitulé « Le chemin qui marche » (p. 316-329) qui évoque la navigation sur le Saint-Laurent et dans les grands lacs et les divers bateaux qui ont été découverts et fouillés dans ces eaux  : cette thématique est l’une des recherches d’excellence de l’archéologie canadienne depuis quelques décennies, la fouille du Machault, évoquée plus haut, ayant été dès 1969-1972 pionnière.

23Par nature, cet ouvrage est une source documentaire de premier ordre pour ceux qui en France étudient la vie matérielle des xvie-xviiie s. Beaucoup des sites fouillés, notamment les fortifications de pierre comme celles de Louisbourg ou d’ailleurs, et une part du bâti, urbain notamment, sont des réalisations d’architectes ou d’ingénieurs métropolitains qui reprennent les principes qu’ils ont appris en France. Le San Juan, le Machault, l’Auguste sont des bateaux construits en France ou au Pays basque et, tout spécialement dans le cas du San Juan, parmi les mieux connus actuellement de ceux bâtis à leur époque. Les forges du Saint-Maurice, avec un début de production en 1730 selon l’archaïque procédé direct, puis le passage au procédé indirect en 1734, est l’une des plus belles illustrations archéologiques de l’histoire de la métallurgie du xviiie s. dans le domaine francophone.

  • 6 Sur la chronologie de l’étude des céramiques archéologiques médiévales et modernes : Jean Chapelot (...)

24Mais le très grand intérêt de l’archéologie des sites français d’Amérique du Nord est ce que nous pouvons apprendre de l’étude des artefacts, tout spécialement de la céramique. Dans une première phase de développement de cette archéologie, les spécialistes nord-américains ont établi des typologies détaillées du matériel issu de leurs fouilles et certaines de celles-ci, comme Louisbourg, la place royale de Québec, le San Juan, le Machault, etc., ont été spécialement riches en artefacts. Nous disposons ainsi de grandes typologies publiées sur des sujets variés, comme la quincaillerie d’architecture, les pipes à fumer le tabac, le verre de table et surtout la céramique. Il s’agit de publications doublement précieuses. Ce matériel, qui vient d’épaves ou de sites dont la date de fondation et la période d’occupation sont bien connues, est très bien daté. Par ailleurs, ces publications, celles de la céramique de la Place Royale à Québec ou de Louisbourg ont été parmi les premières études sérieuses des productions céramiques de la France métropolitaine aux xvie-xviiie s.  : les terres cuites communes et les grès français trouvés à Louisbourg sont publiés en 1967 et 1968 (p. 118), les grès de la Place Royale à Québec en 19796.

  • 7 Jean Chapelot, « L’historical archaeology… », p. 131.
  • 8 Peter E. Pope, Michael Batt, Michael J. Hughes, Roger T. Taylor, « Post-medieval Breton earthenwar (...)

25Ces premières publications canadiennes ont joué un rôle essentiel dans la genèse d’une archéologie des xvie-xviiie s. en France, même si jusqu’à une date récente les relais, c’est-à-dire les chercheurs spécialisés, y étaient peu nombreux. Il suffit à ce propos de citer trois exemples. Les découvertes de grès normands dans des sites comme l’île Sainte-Croix ont joué un rôle essentiel dans l’intérêt pour les ateliers de la Manche. L’étude de la céramique de Saintonge a pour origine l’identification en 1972 de ces productions dans le trésor des Tonicas (Mississipi)7. Plus récemment, l’identification dans des sites de pêche de Terre-Neuve de tessons de céramiques venant d’ateliers bretons a mis ces derniers au centre des préoccupations de chercheurs français et relancé l’intérêt pour ces ateliers qui n’avaient jusqu’à ce jour guère attiré l’attention que des ethnologues8.

26Troisième grand intérêt de cet ouvrage : nous donner des éléments de réflexion sur ce qu’est ou peut être l’archéologie des xvie-xviiie s.

27Les auteurs, à diverses reprises, déplorent le manque de publication de résultats des fouilles, notamment urbaines (p. 216), en particulier à Québec et plus spécialement sur le site du musée de la civilisation (p. 247). Ce manque de publication concerne aussi les artefacts et les écofacts, ce qui pose de multiples problèmes (p. 418). Les auteurs soulignent que « Dans beaucoup de cas, on se contente de faire la fouille, d’en rendre compte dans un rapport technique, puis de passer à une nouvelle intervention sur un autre site » (p. 418). Ils remarquent aussi qu’une proportion importante de la documentation est de la littérature grise (note 2, p. 419).

28Plus largement, ils montrent comment l’archéologie des sites français des xvie-xviiie s. en Amérique du Nord est passée par deux étapes successives. Dans un premier temps, dans les décennies soixante, soixante-dix, on se contente d’études fragmentées du matériel venant d’un site donné, chacune de ces études étant confiée à un ou une spécialiste et portant sur la céramique, le métal, le verre, etc., ce qui a des conséquences graves en ce qui concerne la synthèse qui n’est pas écrite ou qui passe à côté de questions importantes comme les relations entre Européens et autochtones (p. 138 et 162). Cette phase est celle, selon le mot de Marcel Moussette, notamment à propos des fouilles de Montréal, des « fouilles d’inventaire » (p. 274). Plus récemment et dans un second temps, apparaît un changement d’optique  : après cette première phase de constitution des chronotypologies du matériel, les archéologues passent à des approches plus synthétiques (p. 239 et p. 247).

29Ce qui précède ne sera pas dépaysant pour ceux qui suivent l’évolution de l’archéologie préventive en France…

30Les deux auteurs soulignent un certain nombre d’autres problèmes qui handicapent l’archéologie de l’époque moderne : à ce jour et très couramment, l’archéologie sert avant tout à illustrer le texte des ­historiens, très peu de ces derniers étant formés à l’archéologie (p. 13). L’enjeu est pourtant d’utiliser les témoignages matériels pour écrire l’histoire (p. 11). Inutile de souligner qu’il s’agit d’un problème qui concerne de près l’archéologie médiévale et moderne française…

31Au-delà de ces remarques générales, cet ouvrage développe un certain nombre de questions méthodologiques qui sont d’un très grand intérêt pour des archéologues médiévistes ou modernistes français.

32Un premier point, celui des relations entre sources écrites et archéologie, est bien illustré par divers exemples. C’est en croisant les données des inventaires après décès avec l’examen des artefacts qu’il a été possible de comprendre le statut socio-économique de Roma, un établissement de pêche actif de 1732 à 1745 dans l’île du prince Édouard et notamment la signification de la faïence brune dite cul noir (p. 75-77) ou d’analyser certaines des données de la fouille de Louisbourg (p. 126-129). L’étude de Dean Anderson en 1991 sur les livres de comptes et les registres des marchands de Montréal qui, entre 1715 et 1748, approvisionnaient les traiteurs du pays d’en haut « a ouvert un nouveau domaine d’enquête pour les archéologues travaillant sur les postes de traite avancés de la région » du pays d’en haut (p. 343).

33L’étude des sites de pêche de l’estuaire du Saint-Laurent, du détroit de Belle Isle et de la côte nord de Terre-Neuve a commencé et s’est affirmée grâce aux dépouillements d’archives faits par Selma Barkham ou Laurier Turgeon, le projet de Peter Pope sur les pêcheries sédentaires des Basques, Normands et Bretons au Petit Nord à Terre-Neuve étant un prolongement récent de ce type de recherche (p. 77-84). D’une manière générale, les Nord-Américains spécialistes de la culture matérielle, qu’ils soient archéologues ou historiens de formation, développent depuis plusieurs années des thématiques de recherche reposant sur l’utilisation conjointe de toute la documentation disponible, qu’il s’agisse des données archéologiques, des inventaires, de la correspondance, du bâti, etc., produisant ainsi des synthèses remarquables dont certaines portent sur des sujets, par exemple les esclaves dans les plantations du sud des États-Unis, sur lesquels la documentation écrite est inexistante ou très pauvre. Une abondante littérature développe depuis plusieurs années ces approches, l’un des plus beaux et des plus récents exemples étant l’étude du colonialisme français en Louisiane et tout spécialement de la Nouvelle Orléans, développée par Shannon Lee Dawdy (p. 405-406).

34Sur des questions qui peuvent paraître spécifiques à l’archéologie historique nord-américaine, Marcel Moussette et Gregory A. Waselkov développent plusieurs exemples où le travail des historiens a conduit les archéologues à aborder d’une manière nouvelle leur recherche de terrain et surtout leur interprétation des résultats de fouille. Nous en citerons deux. Le premier est fondé sur le travail de l’historien Joseph Zitomersky, publié en 1994  : il a avancé l’idée d’un schème d’établissements duels autochtones-français, ces derniers s’installant régulièrement près d’une implantation des premiers qui eux aussi ont tendance à venir s’installer près des Français (p. 352 et p. 393). Plusieurs exemples archéologiques, notamment dans l’Illinois ou au sud des États-Unis, illustrent la pertinence de la proposition de cet historien.

35L’autre exemple d’une utilisation d’un travail d’historien pour repenser celui des archéologues est d’une plus grande importance encore : il est la conséquence des travaux de Richard White publiés en 1991 et 2011. Celui-ci a défini, à propos du Pays d’en haut, le concept de middle ground qui est un essai de réinterprétation des relations entre Français et autochtones  : ce travail a eu un grand succès auprès des archéologues. Le paradigme antérieur sur lequel travaillaient ces derniers était celui de l’acculturation des autochtones. S’appuyant sur l’ethnohistoire et l’anthropologie Richard White a développé une triple approche autour des concepts de métissage culturel, de créolisation et d’ethnogenèse (p. 344-355, spécialement p. 345 et ss).

36Reprenant une idée qui est celle d’archéologues médiévistes, les auteurs soulignent que l’archéologie relance l’étude des sources écrites et génère ainsi des problématiques nouvelles (p. 375-376). Cela étant, ils remarquent aussi, ce que les archéologues médiévistes et modernistes français ne peuvent qu’approuver, c’est que les sources écrites ne sont pas plus fiables que les données archéologiques (p. 380).

37Une part importante de l’ouvrage est consacrée à l’étude des artefacts et des écofacts et aux problèmes de méthode que pose leur étude, la céramique étant spécialement mise en avant.

38Tout au long de leur ouvrage, reflétant ainsi un intérêt ancien des archéologues nord-américains pour ces questions, Marcel Moussette et Gregory A. Waselkov reprennent des observations faites à partir d’écofacts. Ils portent une grande attention aux assemblages ostéologiques et au rapport entre taxons d’animaux sauvages et domestiques et entre taxons de plantes comestibles importées ou locales  : il en est ainsi tout aussi bien à propos du site Cartier-Roberval (p. 30) que pour Louisbourg (p. 129) et d’autres sites. De cette manière, il s’agit notamment de comprendre le rapport à la nature des occupants des diverses sortes de sites français, notamment la place de la chasse et des espèces végétales importées de métropole dans l’alimentation, des observations essentielles dans un contexte comme l’Amérique du Nord coloniale.

39Très intéressants sont les passages où les auteurs examinent le problème des « assemblages » céramiques et plus largement la signification de l’étude de la céramique. Ils soulignent d’abord que les assemblages d’objets importés, notamment les rassades (perles de verre) ou les poteries, permettent de caractériser les relations entre les autochtones et les Français. Ils développent ainsi les cas très opposés au xvie s. des Béothuks, une population amérindienne de Terre-Neuve et qui évitait le contact avec les Européens, et celui des Mi’kmaqs, une autre population amérindienne installée dans une part des provinces maritimes et à Terre-Neuve, navigateurs habiles fréquentant régulièrement les Européens (p. 40-41). Dans un très intéressant chapitre sur « la protohistoire et les sites de contact » Marcel Moussette fait d’importantes remarques méthodologiques, montrant comment pendant longtemps le problème des relations entre Européens et autochtones a été mal perçu à cause des études fragmentées des diverses sortes d’artefacts (p. 162-176 ; cf. aussi p. 274 à propos de la fouille de la maison le Moyne-Le Ber à Montréal et p. 346 à propos du Pays d’en haut). Évoquant « L’interaction entre Français et Amérindiens » à partir notamment de ses fouilles du site d’Old Mobile et d’une maisonnée d’Amérindiens établis à proximité de cette ville coloniale, Gregory A. Wasselkov donne un tableau qui analyse les réseaux d’approvisionnement céramique venant de France, d’Espagne, du Mexique ou d’origine amérindienne ou métissée (p. 389-396  : tableau p. 391).

40À propos de plusieurs sites français, par exemple l’établissement permanent de pêche à la morue fonctionnant à Pabos (Gaspésie, Québec) de 1730-1758 et fouillé de 1981 à 1989, Marcel Moussette fait une intéressante comparaison avec les artefacts mis au jour dans les fouilles proches du fort Beauséjour, donne un tableau des assemblages céramiques et montre ce qu’ils signifient (p. 294-300).

41Pour en rester à l’étude des artefacts, l’ouvrage développe deux sujets d’un très grand intérêt. Le premier est une étude de la distribution et de la signification d’un type de pipes à fumer en pierre (p. 357-366), originairement considérées comme une production des Mi’kmaqs, une population amérindienne évoquée plus haut et essentiellement installée dans une partie des provinces maritimes. Les auteurs montrent comment l’extension de l’archéologie nord-américaine prouve que ce type de pipes se retrouve, avec des variations de densité de trouvailles, dans l’ensemble du domaine colonial français. « Cet essai sur les pipes à fumer comme signifiants d’une identité créole française, donc lié au concept d’accommodation, est fondé sur les concepts d’ethnogenèse, de métissage et de créolisation » (p. 357) et les auteurs concluent ce remarquable développement en écrivant que « grâce aux efforts d’un grand nombre d’archéologues ayant travaillé pendant plus d’un siècle dans toutes les régions de l’Amérique du Nord colonisées par les Français pendant les xviie et xviiie s., nous pouvons maintenant faire le constat que les colons français ont utilisé partout une espèce particulière de petite pipe de pierre pour proclamer leur identité et leur unité ethnique » (p. 365).

42Le second bel exemple d’une utilisation des artefacts pour caractériser un site est un texte de Gregory A. Waselkov intitulé « Évaluer la richesse » et qui porte sur les résultats de ses fouilles à Old Mobile ou réalisées dans d’autres sites du secteur. Il s’agit de vérifier si le matériel céramique ou d’autres artefacts comme les monnaies confirment la mauvaise réputation de la Louisiane dans les écrits des historiens (p. 387-389). L’auteur montre comment une culture matérielle qui témoigne d’une certaine aisance conduit à s’interroger sur l’image donnée par les historiens des conditions de vie dans la colonie.

43En conclusion et comme on l’aura compris en lisant ce qui précède, cet ouvrage est remarquable par la manière dont il traite son sujet, par les perspectives qu’il ouvre quant à l’avenir de l’archéologie de la période historique et enfin, pour ce qui concerne les lecteurs français, par tout ce qu’il fait connaître de l’approche spécifique des spécialistes nord-américains.

44On regrettera, avant de conclure, deux choses. La première tient à la forme de l’ouvrage. Il est remarquablement présenté, très bien illustré, mais il manque une table des noms de lieux et de personnes, des plans localisant les fouilles, notamment dans des villes comme Québec ou Montréal, et enfin quelques clichés d’ensemble de grands sites comme Red Bay, Michillimackinac, Old Mobile, etc.

  • 9 Consultation du Catalogue collectif de France le 14 octobre 2014.
  • 10 Jean Chapelot, « L’historical archaeology… », note 4, p. 118.

45Le second point qu’il faut soulever tient à la diffusion de cet ouvrage en France : il faut qu’il soit rapidement dans toute bibliothèque d’archéologie. Or, au 14 octobre 2014, bien que sorti en janvier de la même année, il n’était présent en France que dans la seule bibliothèque du Centre Michel de Boüard (Craham) à Caen9. Rappelons que la majorité de la littérature nord-américaine consacrée à l’archéologie des xvie-xviiie s., même quand elle étudie le domaine colonial français, est inconnu des bibliothèques publiques françaises, ce qui en dit long sur le niveau de développement de ce type de recherche dans notre pays10.

46Dans leur introduction et leur conclusion, les deux auteurs évoquent des problèmes généraux qui traversent leur ouvrage et qui peuvent sembler spécifiques au secteur et à l’époque qu’ils étudient. En fait, il s’agit d’approches méthodologiques classiques dans l’archéologie nord-américaine, mais que les archéologues français spécialistes des périodes historiques devraient méditer.

  • 11 Ibid.

47Reprenant un article publié en 1991 par Kathleen Deagan, éminente spécialiste de l’archéologie du domaine colonial espagnol, ils évoquent les « cinq façons dont les archéologues peuvent faire des contributions originales à notre compréhension de l’Amérique depuis l’arrivée des Européens »  : les contacts culturels et la colonisation ; la reconstitution des environnements physiques et matériels à partir des études de paléobotanique et de zooarchéologie ; la paléoanthropologie de la santé, de la nutrition et du régime alimentaire ; les gens marginalisés (p. 13-14). Nous trouvons dans ces recommandations le projet intellectuel classique des spécialistes de l’archéologie historique nord-américaine11.

48Marcel Moussette et Gregory A. Wasselkov s’inscrivent modestement en retrait par rapport à ce vaste programme  : « Même si nous trouvons très à propos les recommandations de Deagan et que nous encouragerons leur exploration, nous nous concentrerons sur le phénomène colonisation dans le présent volume, un sujet dont les archéologues ont à peine entamé l’examen systématique » (p. 14). Pour eux, trois concepts sous-tendent leur travail : l’accommodation, l’adaptation et l’exploitation (p. 15). Ils y reviennent régulièrement, notamment dans leur conclusion. Leur ouvrage démontre sans difficulté le caractère opératoire de ces concepts, de même qu’il prouve la véracité et la force de leur ambition, qui devrait être celle de tout archéologue spécialiste de la période historique en Amérique du Nord comme en France  : « notre vœu sincère et que, dorénavant, l’archéologie soit pleinement en mesure de contribuer aux études sur la présence française en Amérique et peut-être même de mener à une vision renouvelée du passé français de cette contrée » (p. 12).

49La lecture de leur ouvrage montre que Marcel Moussette et Gregory A. Wasselkov ont déjà largement réalisé leur vœu.

Haut de page

Notes

1 Marcel Trudel, Initiation à la Nouvelle France. Histoire et institutions, Montréal et Toronto, 1971, p. 142.

2 Gilles Samson et Richar Fiset (dir.), Chantier archéologique Cartier-Roberval : promontoire du cap Rouge (CeEu-4), Québec, Canada : rapport synthèse des fouilles 2007-2008, Culture et communications Québec : Commission de la capitale nationale Québec, 2013. http://www.capitale.gouv.qc.ca/medias/document/6_177_Rapport.Cartier-Roberval-BQ_br.pdf

3 Jean Chapelot, « L’historical archaeology et l’archéologie médiévale et moderne en France. Quelques réflexions dans la suite de l’autobiographie d’Ivor Noël Hume » Archéologie médiévale, t. 33, 2013, p. 117-143.

4 Jean Chapelot, François Gentili, « Trente ans d’archéologie médiévale en France » dans Jean Chapelot (éd.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Actes du congrès de la Société d’archéologie médiévale, Vincennes, 16-18 juin 2006, Caen, publications du CRAHM, 2010, p. 9-30.

5 Jean Chapelot, « L’historical archaeology… ».

6 Sur la chronologie de l’étude des céramiques archéologiques médiévales et modernes : Jean Chapelot, « L’historical archaeology… », p. 131-132.

7 Jean Chapelot, « L’historical archaeology… », p. 131.

8 Peter E. Pope, Michael Batt, Michael J. Hughes, Roger T. Taylor, « Post-medieval Breton earthenwares in Newfoundland », Post-Medieval Archaeology, volume 42, Number 1, June 2008, p. 48-74.

9 Consultation du Catalogue collectif de France le 14 octobre 2014.

10 Jean Chapelot, « L’historical archaeology… », note 4, p. 118.

11 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Chapelot, « Marcel Moussette, Gregory A. Waselkov, Archéologie de l’Amérique Coloniale Française », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 340-345.

Référence électronique

Jean Chapelot, « Marcel Moussette, Gregory A. Waselkov, Archéologie de l’Amérique Coloniale Française », Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8216

Haut de page

Auteur

Jean Chapelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals