Navigation – Plan du site

Livres et périodiques reçus

p. 349-355

Plan

Haut de page

De nombreux ouvrages nous ont été adressés. Tous, malheureusement, n’ont pu faire l’objet d’un compte rendu détaillé ; il nous paraît cependant utile de les signaler et d’en indiquer les caractéristiques principales. Seuls sont exclus ceux qui sont entre les mains des collaborateurs du bulletin critique pour une future recension.

2012

Alain Canal et Christine Pernon, Aix-les-Bains, Document d’évaluation du patrimoine archéologique de France, Éditions du patrimoine, Centre des monuments nationaux, Paris, 2012, quelques cartes et documents bicolores dans le texte, en encart  : portefeuille de 12 plans sur calque format A4, 120 p., ISBN  : 2-85822-746-2, ISSN  : 1159-7569, prix  : 25 €.

Destinée à agir comme un outil de sensibilisation au patrimoine, cette collection confie à une équipe locale le soin de réaliser l’enquête visant à mieux connaître le patrimoine archéologique urbain afin de le protéger. Il s’agit dans ce cas d’A. Canal rattaché au SRA Rhône-Alpes et de C. Pernon, contractuelle, dependant, lors de cette étude, de l’AFAN. Après une introduction et un guide de lecture qui expose le mode d’utilisation du volume, celui-ci débute sur une présentation du site ; puis, des notices de topographie historique découpées selon la chronologie montrent Aix-les-Bains du ier au ive siècle, du ve au xe s., du xie au xvie s., puis de 1600 à 1739, de 1740 à 1808 et enfin de 1809 à 1940. Des notices techniques exposent ensuite la recherche, archéologique sur le terrain, notamment l’épaisseur des sédiments archéologiques, les dispositions réglementaires et permettent d’évaluer le potentiel archéologique.

Neil Christie et Paul Stamper (édité par), Medieval Rural Settlement. Britain and Ireland, AD 800-1600, Oxford, Windgather Press, Oxbow books, 2012, 369 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN  : 978-1-905119-42-4, prix  : 35 £

Cet ouvrage, qui s’appuie sur les données de fouilles archéologiques, des enquêtes, des analyses historique, géographique et documentaire et sur l’étude de la toponymie, vise à mettre en lumière l’origine, les formes et l’évolution de l’habitat rural médiéval en Grande-Bretagne et Irlande du ixe au xvie siècle. La première partie  : contextes, chronologies et formes comprend une série de contributions éclairant l’histoire de la recherche sur l’habitat rural, les méthodologies, les racines du paysage médiéval et l’importance des lieux de pouvoir. Elle est introduite par Mark Gardiner, Neil Christie et Paul Stamper et dessine la mise en place de la recherche sur les établissements ruraux médiévaux. Le développement de ces études, entre 1880-2010 est abordé par Chris Dyer et Paul Everson. L’approche méthodologique, concernant tant les établissements ruraux que les paysages, est abordée ensuite par Richard Jones et Della Hooke. Puis, Gabor Thomas se penche sur ce qu’il appelle la préhistoire des fermes et des villages médiévaux c’est-à-dire la mise en place des Saxons aux Scandinaves. La question des sites seigneuriaux et de l’élite dans le paysage médiéval est traitée par Oliver Creighton et Terry Barry, puis les relations ville et campagne sont présentées par Chris Dyer et Keith Lilley.

La deuxième partie  : enquêtes nationales et régionales rassemble une série d’études de cas détaillant les contextes, les formes, l’évolution et les besoins futurs de la recherche. Pour le sud-est de l’Angleterre, Mark Gardiner présente les formes et la diversité du peuplement rural médiéval. Le centre sud de l’Angleterre est illustré par la contribution de David A. Hinton intitulée  : craie et fromage. Le sud-ouest de l’Angleterre est traité par Sam Turner et Rob Wilson-Nord, le Pays de Galles par Bob Silvester et Jonathan Kissock et l’Irlande par Audrey Horning. Établissements médiévaux et paysages des Midlands sont présentés par Richard Jones et Carenza Lewis), le Cambridgeshire et les régions de tourbières entre 900-1300 par Susan Oosthuizen, le Norfolk, le Suffolk et l’Essex par Edward Martin, le nord de l’Angleterre par Stuart Wrathmell avec Rob Young et enfin l’Écosse par Chris Dalglish.

La troisième partie renferme des annexes sur la méthodologie de la recherche par Carenza Lewis.

Le volume est abondamment illustré, il s’achève par une longue bibliographie un index.

Hierarchies in rural settlements, Ruralia IX, 26th September-2nd October 2011, Götsis, Austria, Brepols, Turnhout, 2013, 462 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN  : 978-2-503-54517-2, prix  : 90 €

Le volume 9 des colloques Ruralia réunit trente contributions qui portent sur les divers aspects de la hiérarchie sociale et économique des établissements ruraux de l’Europe médiévale envisagés surtout d’un point de vue archéologique. Les auteurs appartenant à quinze pays différents livrent une vaste vue d’ensemble sur les problèmes actuels en s’appuyant sur une large bibliographie. Les textes publiés en anglais, allemand ou français sont accompagnés de résumés qui ne sont pas systématiquement traduits dans les autres langues.

Dans l’est de l’Autriche Sabine Felgenhaer-Schmiedt met en évidence une élite dans les villages au Moyen Âge, puis Herbert Knittler présente ses réflexions sur l’implantation des moulins en Basse-Autriche septentrionale du xiiie au xviie  siècle ; Benno Furrer s’intéresse aux hiérarchies dans les villages des Alpes suisses au bas Moyen Âge tandis que Paolo de Vingo aborde la hiérarchie du pouvoir dans les zones rurales de l’Italie septentrionale après le système des villas. Claus Kropp et Thomas Meier tentent l’examen d’un modèle historique du point de vue archéologique  : la « seigneurie » du haut Moyen Âge. C’est encore à la seigneurie, mais en Allemagne centrale, que s’attachent Sonja König et Stefan Krabath qui en observent les habitats, la fortification et les aspects économiques. Rainer Schreg se penche sur les biens communaux, la coopérative et les communautés villageoises du Jura Souabe et Heinrich Stiewe sur les maisons-halles d’Allemagne du nord (xvie-xviiie siècle), demeures de propriétaires terriens. W. Haio Zimmermann observe les représentations des bâtiments ruraux appartenant à une classe sociale élevée dans l’art des Pays Bas du xve au xvii siècle. La question des moyens d’identifier les élites au sein des habitats ruraux est posée par Édith Peytremann pour la moitié nord de la France entre le vie et le xi siècle et par Juan Antonio Quirós Castillo pour le nord de l’Espagne au haut Moyen Âge tandis que Jorge A. Eiora Rodriguez s’interroge sur les hiérarchies dans l’habitat du sud-est d’al-Andalus. Enfin Jan van Doesburg se penche sur les manoirs des Pays Bas.

Michel Lascaris examine le rôle des fossés en tant qu’élément structurant du paysage médiéval dans le sud des Pays Bas entre 1050 et 1250, puis Bert Groenewoudt et Jeroen Benders les équipements d’approvisionnement en eau en milieu rural et dans les petites villes des Pays Bas tant au Moyen Âge qu’à l’époque moderne. Linda Shine étudie l’organisation seigneuriale, en Irlande, du château de Granny et de ses fermes tandis que Jill Campbell s’efforce de comprendre les relations entre la maison manoriale et son implantation dans l’Angleterre médiévale et James Bond la hiérarchie des habitats ruraux de l’ouest du Somerset. Mogens Skanning Høegsberg présente la recherche dans le domaine des habitats ruraux au Groenland. L’étude des tofts, paysans et hiérarchies dans le Danemark médiéval est présentée par Mette Svart Kristiansen, puis la ferme d’Aker, en Norvège, par Vibeke Vandrup Martens et les modifications du peuplement en Norvège au seuil de la période mérovingienne par Frode Iversen. Anders Håkansson étudie les hiérarchies sociales au sud-ouest de la Suède, puis Nikolaj Makarov les habitats ruraux du nord-ouest de la Russie dont Sergey Chernov et Ekaterina Ershova décrivent la colonisation intérieure aux xiiie et xiv siècles à partir de trois villages de la période pré-seigneuriale. La question de la hiérarchie dans l’archéologie de l’habitat médiéval en Hongrie est posée par Miklós Takács à propos de trois périodes différentes. Tibor Ákos Rácztente tente de la définir pour la zone centrale du royaume de Hongrie entre le xe et le xiv siècle et Csilla Zatykó cherche à observer son apparition à partir de deux études de cas. Enfin, Tomáš Klîr tente une interprétation des dispositions du village classique en Bohême et Moravie.

Séverine Hurard (dir.), La ferme du Colombier à Varennes-sur-Seine (xvie-xviiie siècles). Expression matérielle de l’ascension sociale d’élites rurales en milieu humide, Paris, Inrap, CNRS Éditions, 2012, 296 p., très nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, un cahier couleur en fin de volume, ISBN  : 978-2-271-07435-5, prix  : 29 €

L’ouvrage débute par un long avant propos de Joëlle Burnouf qui met en exergue les spécificités du thème abordé : une monographie ayant pour objet un site de l’époque moderne, habitat de membres de la petite élite rurale, installés dans un environnement humide. Il est ensuite introduit par Séverine Hurard qui en rappelle la découverte, en Seine-et-Marne, à l’occasion d’une fouille préventive sur des carrières d’extraction de sable. Le site se présente comme une succession de systèmes d’enclos. L’enclos principal quadrangulaire est occupé par une série de bâtiments. On y accède par une entrée munie d’un pont-levis. La fouille a livré un abondant mobilier relatif à la construction – huisserie, charpenterie, menuiserie – étudié par Vincent Legros. La culture matérielle et les pratiques sociales ont été éclairées par le mobilier recueilli notamment la céramique (présentée par Fabienne Ravoire), par les vestiges qui suggèrent l’aménagement intérieur de l’habitat (Blandine Lecomte-Schmitt) permettant d’en envisager l’organisation. L’alimentation est connue grâce aux semences issues du fossé (Marie-France Dietsch-Sellami) ou aux os qui portent de manière évidente des traces de découpe ou de cuisson (Benoît Clavel). Les objets de bois ou de cuir constituent l’un des intérêts exceptionnels du site ainsi les chaussures de cuir bien qu’elles soient des objets de rebut, incomplets et les accessoires vestimentaires ou destinés à la couture. L’hygiène et les soins du corps ont pu être appréhendés notamment à travers les pots à onguent. Enfin les activités de la ferme sont abordées : outillage agricole, animaux domestiques (élevés, utilisés, consommés). L’artisanat et les autres activités (laiterie) sont présentés. Enfin, au-delà du site, territoire et terroir sont envisagés à travers la reconstitution du paysage, de la végétation de milieux humides, et des réseaux. Le chapitre quatre présente la hiérarchie des petites élites rurales et les rapports de production. Le volume est complété par des pièces justificatives une abondante bibliographie et un cahier couleur.

Jerzy Maik (éd.), Recent research into Medieval and Post Medieval Firearms and Artillery, FAH Fasciculi Archaelogiae Historicae, fasciculus XXV, Institute of Archaeology and Ethnology of Polish Academy of sciences, Polish Academy of sciences, Łódź, 2012, 99 p., dessins et photos noir et blanc dans le texte, PL ISSN 0860-0007, prix non communiqué.

Le présent volume est consacré aux recherches récentes conduites par les spécialistes (archéologues et historiens) des armes et de l’armement. Il porte sur l’artillerie et les armes à feu de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne des armées polonaise, bohémienne et teutonique. Il renferme une dizaine de contributions dont deux dédiées au feu grégeois. Dans la première, Maciej Kokoszko et Mirosław J. Leszka, s’interrogent sur ce feu liquide, arme byzantine « miracle » et sur sa perception par les Bulgares entre le viie et le xie siècle, dans la seconde, Witold Świętosławski aborde le feu grégeois dans l’activité militaire des Coumans. Piotr Strzyż évoque ensuite les caractéristiques de l’artillerie médiévale à la lumière des sources écrites de Bohême et de Pologne et Grzegorz Żabiński, le Grose Bochse, un canon allemand de 1408. Jan Szymczak étudie les armes à feu et l’artillerie dans les Annales seu Cronicae incliti Regni Poloniae puis Tadeusz Grabarczyk présente celles de l’équipement des troupes mercenaires polonaises entre 1471 et 1500 et Aleksander Bołdyrew celles de l’infanterie polonaise durant la campagne de Moldavie de 1538. Munitions et projectiles font l’objet des trois dernières contributions. Adrian Mandzy évoque la bataille de Poltava (1709), Grzegorz Prodrucny et Jakub Wrosek les projectiles des batailles de Zorndorf/Sarbinowo (1758) et Kunesdorf/Kunovice (1759) ; enfin, les boulets du champ de bataille de Pułtusk (1806) sont présentés par Jakub Wrosek.

Revue archéologique d’Île-de-France (RAIF), no  5, 2012, 283 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN  : 2101-3608, prix  : 20 €

Ce numéro renferme neuf contributions toutes accompagnées d’un résumé en français, anglais et allemand, dont quatre consacrées à l’Antiquité tardive, au Moyen Âge et à l’époque moderne, ainsi qu’une contribution traitant de la médiation archéologique. Ainsi Laure Sornin-Petit présente la céramique granuleuse de l’Antiquité tardive d’Île-de-France en comparant les découvertes réalisées sur huit sites franciliens, elle remarque la diversité des groupes techniques pour des produits typologiquement très semblables. Laure Simon étudie le verre de Lieusaint (Seine-et-Marne), découvert sur le site de la ZAC de la Pyramide, aux périodes gallo-romaine et mérovingienne.

Nicolas Girault, Silvia Païn, Aurore Doridot et Jean-Yves Hunot présentent ensuite une collection de fers de traits, atypique dans la mesure où nombre d’entre-eux (78  %) étaient recouverts d’un alliage à base de cuivre et conservent encore des vestiges de bois. Les observations réalisées ont permis une réflexion sur l’élaboration des fers plaqués et sur le site de l’Hes fûts. Au-delà de l’intérêt que présente le catalogue des objets, ils tendent à démontrer l’importance du spécialiste pour l’étude de ce mobilier et la nécessité de ne pas négliger les produits de corrosion.

Emmanuelle du Bouëtiz, Benoît Clavel et Fabienne Ravoire traitent ensuite des vestiges médiévaux et modernes découverts sur le site de l’Hôtel de Beauvais (4e arrondissement). Il s’agit de vestiges du haut Moyen Âge, de fosses et de substructions du bas Moyen Âge et d’une fosse d’aisances du deuxième tiers du xve  siècle particulièrement riche en mobilier qui pourrait être liée à la maison de ville des cisterciens de l’abbaye de Chaalis qui occupèrent les lieux entre le xiiie  siècle et le deuxième tiers du xve  siècle. La céramique apporte des informations intéressantes sur le statut social privilégié des occupants, ce que confirme l’étude des vestiges de faune avec, notamment, la consommation (rare) de dauphin.

Pour conclure le volume, Isabelle de Miranda et Jean-Luc Rieu dressent un état des lieux de la médiation archéologique en Île-de-France à partir d’une enquête locale mettant en évidence la diversité des structures et leur mode de fonctionnement. Cette enquête fait également apparaître l’inégalité des moyens attribués et de la formation des intervenants, ainsi que la diversité des publics et des actions proposées.

Revue Archéologique de Picardie, 2012, no 3-4, 295 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN :   0752-5656, prix  : 30 €.

Cet épais volume renferme quatre contributions. Les deux premières étant très éloignées de notre champ chronologique, nous nous attarderons sur les secondes qui occupent les trois-quarts du volume. L’une est consacrée au lieu-dit « Les Étommelles » à Villeneuve Saint-Germain (Aisne) où 12 ha ont été fouillés préalablement à un aménagement. Les vestiges s’étagent du ive s. av. J.-C. et le ive siècle apr. J.-C. L’article livre les résultats du diagnostic et de la fouille qui ont montré la présence d’un espace d’abord dédié au stockage (silos de la Tène B/C) puis l’installation un petit cimetière (Tène C1) regroupant trois tombes de rang élevé. À la Tène D1 un établissement est créé, il subsistera une centaine d’années. Au début de notre ère l’activité est très réduite mais elle reprend durant la deuxième moitié du premier siècle. Les fossés de l’établissement gaulois sont comblés et un nouvel habitat s’installe qui durera plus de trois siècles jusqu’au début du ive siècle. La seconde contribution (G. Bruley-Chabot, B. Clavel, G. Jouanin, D. Facquez et V. Legros) présente les fermes d’Herneuse à Verberie, situées entre l’Oise et la forêt de Compiègne et datées xvie-xviiie siècle. Les vestiges découverts permettent de connaître l’aménagement des fermes ainsi que la vaisselle et les outils qui y étaient utilisés.

2013

Danièle Alexandre-Bidon, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie xiiie-xvie siècle, coll. Espaces médiévaux, Picard, Paris, 2013, 336 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte et un cahier couleur, ISBN  : 978-2-7084-0949-1 ; prix  : 44 €

Après son ouvrage consacré aux poteries dans la cuisine (Une archéologie du goût, Picard, 2006), Danièle Alexandre-Bidon se penche sur les poteries d’usage médical, souvent plus tardives et souvent très ornementées puisqu’il s’agit majoritairement de majolique. Elle les envisage sous l’angle d’une histoire de la santé ouverte sur les mentalités. L’ouvrage s’organise en trois parties. La première traite des conteneurs et propose en premier lieu leur inventaire, puis s’intéresse à l’iconographie et aux soins auxquels ils étaient attachés. La seconde partie s’ouvre sur les soins et s’interroge sur la période où ceux-ci commencent à se démocratiser principalement sous forme d’épices ce qui conduit l’auteur à s’interroger sur la fonction de l’apothicaire qui se rapproche alors de celle d’un épicier. Elle rappelle ensuite que la céramique n’est pas la seule à fournir des récipients utilisés dans le domaine médical  : le verre et le bois sont également employés. La troisième partie porte sur la taille des pots qui doit s’adapter à la manipulation autant qu’au stockage et qui doit de plus en plus être calibrée pour répondre à une métrologie rigoureuse. L’étiquetage devient rapidement une obligation légale et la date de fabrication s’impose pour que l’on sache quand le produit est périmé. Les chapitres 4, 5 et 6 étudient les écritures qui ornent les pots. Les mots sont d’abord envisagés sous l’angle de l’épigraphie, puis sous celui du fabricant : qui écrivait ces mots, le faïencier (souvent illettré) ou un scribe rompu à cet exercice ? La question du champ épigraphique et de l’espace qui lui était imparti est abordée ensuite puis celle de l’écriture, normalisée, savante, abrégée, utilisée sur les vases. La dernière partie (chapitres 7, 8 et 9) porte sur le décor, essentiel, dans un but thérapeutique tout autant qu’esthétique, et souvent symbolique. Elle insiste également sur le réalisme de certaines représentations sous-évalué jusqu’à une date récente. Les motifs animaliers, courants ne sont pas réservés au domaine médical et les portraits sont nombreux. Enfin l’organisation des étagères est également présentée.

L’ouvrage s’achève sur une rapide conclusion, une abondante bibliographie et un index.

Alixe Bovey (édité par), Medieval Art, Architecture & Archaeology at Canterbury, The British archeological Association, Conference Transactions XXXV, Maney Publishing, Leeds, 2013, 296 p., illustrations noir et blanc dans le texte, 16 planches couleur en début de volume, ISBN Paperback : 978-1-909662-20-29, prix  : 36 £

Depuis la fondation de sa cathédrale, Canterbury est au cœur de l’histoire ecclésiastique de Grande Bretagne. Cet ouvrage ne se focalise pas exclusivement sur l’édifice mais explore également la législation, l’art et l’architecture sans négliger les apports de l’archéologie depuis le début de la période saxonne jusqu’à la fin du Moyen Âge.

Alexandrina Buchanan se penche en premier lieu sur l’ouvrage de Robert Willis consacré à L’histoire architecturale de la cathédrale de Cantorbéry, puis Richard Gem aborde la reconstruction de la cathédrale par l’archevêque Wulfred (805-832) et Helen Gittos sur les sources de la liturgie de la cathédrale au Moyen Âge central. T. A. Heslop traite de saint Anselme et des arts visuels entre 1093 et 1109.

Le système d’entrée du prieuré de la cathédrale est ensuite étudié par Peter Fergusson tandis que Peter Draper examine, dans son contexte historique, la reconstruction, à la fin du xiie  siècle, de la partie orientale de la cathédrale. Cherchant à définir l’identité d’un saint, Costenza Cipollaro et Veronika Decker se penchent sur les images de Thomas Becket dans l’ltalie du Moyen Âge tandis que Nicola Coldstream, pour sa part, interroge l’Opera Nova du prieur Henri of Eastry. La ­bibliothèque monastique (c. 118o-c. 1250) est présentée par Laura Clever, puis le cadre roman par Jeffrey West et les fers des occuli par Jane Geddes. En annexe Rupert Austin livre ses observations sur les fers de l’oculus de la fenêtre sud. Toby J. Huitson tente de résoudre le mystère de la « vieille boulangerie » chambre située au-dessus de la chapelle Saint-Anselme de la cathédrale. Lesley Milner s’interroge sur le véritable rôle du vestiarium de Cantorbéry et se demande pourquoi il combine les rôles de trésor) et d’arc cimetérial ? Heather Gilderdale Scott s’intéresse à la fenêtre royale (c.  1485) de la cathédrale de Cantorbéry et au « Magnificat window » du prieuré de Great Malvern (worcs.)   : comme témoignages d’une rivalité dynastique dans l’Angleterre du bas Moyen Âge. Après une étude de la parenté et du parrainage architectural dans le Cantorbéry de la fin du Moyen Âge  : les Holland, la chapelle de la dame et le tombeau vide par Francis Woodmann, Julian M. Luxford aborde la grande porte de l’abbaye de Saint-Augustin  : architecture et contexte. Enfin, M. A. Michael presente Jean de Thanet, le maître de la Madone et un fragment de broderie médiévale anglaise.

Jerzy Maik (ed.), From Studies on Ancient Arms and Armour Production Technology, FAH Fasciculi Archaelogiae Historicae, fasciculus XXVI, Institute of Archaeology and Ethnology of Polish Academy of sciences, Polish Academy of sciences, Łódź, 2013, 112 p., dessins et photos noir et blanc et couleur dans le texte, PL ISSN : 0860-0007, prix non communiqué.

Ce nouveau fascicule, préfacé comme les précédents par Jerzy Maik traite des armes et de leur fabrication. Il se compose de huit contributions. La première de Bartosz Kontny et Magdalena Natuniewicz-Sekuła porte sur des découvertes étonnantes  : les éperons de Weklice ; puis Leszek Klimek, Tomasz Kurasinski et Kalina Skora présentent les analyses métallographiques des artefacts militaires des inhumations du haut Moyen Âge de Radom (site 4) tandis qu’une analyse métallographique non destructrice des fers de lance du cimetière de Konskie est relatée par Artur Sierosławski et Władysław Weker. La technologie polonaise du fauchon, sabre droit dont la lame s’élargit jusqu’à la pointe, est étudiée pour la période comprise entre le xive et le xvie  siècle par Tadeusz Grabarczyk et Olgierd Ławrynowicz. Ce sont ensuite les armures de Radzyn Chelminski qui sont étudiées par Krzysztof Cackowski, Marek Kołyszko, Paweł Kucypera et Marcin Wiewióra, puis Máté Varga aborde les moules à armes a feu de Visegrád (Hongrie) et Leszek Klimek, Janusz Stępiński, Piotr Strzyż et Grzegorz Żabiński les armes forgée de la fin du Moyen Âge du musée de Biecz. Enfin Piotr Czubla et Piotr Strzyż abordent le matériel lithique d’une manufacture de canons en Pologne.

David Glomot, « Héritage de serve condition », une société et son espace. La Haute Marche à la fin du Moyen Âge, Presses universitaires de Limoges, Limoges, 2013, 465 p., illustrations noir et blanc avec une planche couleur, dans le texte, CD inclus, préface de Jean-Loup Abbé, ISBN  : 978-2-84287-590-9, prix  : 35 €

La Haute Marche (nord-est du Limousin), à cheval sur la France d’oc et la France d’oil ne connaît pas à la fin de la guerre de Cent ans une phase de reconstruction économique et sociale semblable à ce qui advient dans les autres régions du royaume. La pression de l’Église et des seigneurs est forte. Les paysans pauvres sont incapables de prendre part aux échanges marchands. La communauté familiale est le seul appui et le recours à l’émigration est fréquent. Des innovations apparaissent cependant  : les seigneurs créent des châteaux et des moulins, aménagent des étangs, tandis que les familles paysannes améliorent les herbages et délaissent la vigne. Les mutations paysagères que cela induit sont étudiées et cartographiées par David Glomot qui s’appuie sur un important corpus de terriers des périodes médiévale et moderne.

L’ouvrage organisé en cinq parties est accompagné d’une liste des sources manuscrites, planimétriques, aussi qu’imprimées concernant la période médiévale et moderne, et d’une bibliographie. Des index (locorum, nominorum) complètent le volume. Le CD inclus rassemble les nombreuses cartes du volume en y ajoutant la couleur ainsi qu’une liste des sources.

Philippe Jockey, L’Archéologie, Belin, Paris, 2013, 640 p., format poche, quelques illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN  : 978-2-7011-7560-7, prix  : 10,15 €

Philippe Jockey retrace dans cet ouvrage l’histoire de l’archéologie et sa constitution comme discipline (ce qui occupent les 140 premières pages). Il évoque l’évolution de sa pratique jusqu’aux techniques actuelles, y compris les techniques de pointe et s’interroge sur le métier d’archéologue et sur les enjeux, culturels, sociétaux et géopolitiques qui sont associés à l’archéologie.

Anne et Jean-Pierre Joncheray, Secrets d’épaves, Belin, Paris, 2013, 500 photographies couleur dans le texte, 240 p., ISBN  : 978-27011-7534-8, prix  : 39,50 €.

Anne et Jean-Pierre Joncheray ont consacré leur vie à la recherche et à la fouille d’épaves. Ce livre porte sur vingt-cinq d’entre elles, soigneusement choisies, qui s’échelonnent dans le temps depuis la préhistoire jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Chaque cas est abondamment illustré de cartes, plans et de photos grand format. Un index et un glossaire complètent ce beau volume.

Élisabeth Lorans et Xavier Rodier (sous la direction de), Archéologie de l’espace urbain, Collection « Perspectives, villes et territoires », Presses universitaires François Rabelais, Comité des travaux historiques et scientifiques, Tours-Paris, 2013, 535 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN PUFR  : 978-2-86906-311-2, ISBN CTHS  : 978-2-7355-0821-1, prix  : 44 €.

Cet ouvrage fait suite au colloque « archéologie urbaine » organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires de l’UMR 7324 CITERES qui s’est déroulé à l’université François Rabelais de Tours dans le cadre du 137e congrès du CTHS. Il rassemble les contributions de soixante-dix auteurs d’horizons variés  : universitaires, chercheurs au CNRS, archéologues professionnels ou archéologues en devenir. Il s’ouvre sur une préface de Marc Drouet, alors sous-directeur e l’archéologie au Ministère de la Culture et est introduit par Élisabeth Lorans et Xavier Rodier qui insistent sur l’importance symbolique du choix de Tours pour y organiser un colloque d’archéologie urbaine et justifient la division en trois parties des contributions. La première intitulée « D’une ville l’autre » a comme ambition de traiter du passage de la fouille urbaine à l’archéologie de la ville, la seconde aborde les dynamiques urbaines et la dernière les modèles de villes et les systèmes de villes.

Dans la première partie Olivier Gaiffe, Lionel Izac-Imbert et Pierre Pisani évoquent le cas de Toulouse, puis Dominique Joly aborde le cas de Chartres, François Berthelot, Maxence Poirier et Philippe Rollet celui de Reims entre la période gauloise et le ive  siècle, Emmanuel Grélois celui de Clermont-Ferrand, Philippe Mellinand, Françoise Paone et Bernard Sillano celui de Marseille de sa fondation jusqu’à Louis XIV. C’est à la ville de Bayeux entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge que s’attachent Grégory Schütz, Charles-Édouard Sauvin, Quentin Borderie, Aurélien Piolot et Julien Thiesson tandis que Hammam Saad et Christophe Benech abordent le cas de Damas et Jacques Gaucher et Philippe Husi celui d’Angkor Thom.

Traitant des transformations et dynamiques urbaines, la seconde partie présente d’abord la carte archéologique de Barcelone comme outil de gestion et de recherche (Carme Miró i Alaix), puis le SIG archéologique et historique de Bordeaux (Olivier Bigot et Hélène Mousset) et enfin le SIG ALPAGE qui permet de jeter un nouveau regard sur le Paris médiéval (Hélène Noizet et Boris Bove). Léa Hermenault et Laurent Mirlou s’attachent au tissu urbain parisien et plus particulièrement à l’eau dans la fabrique urbaine de Paris du ier au xix siècle. Benjamin Lefèvre présente le vocabulaire spatial d’Angers du viiie au xiie  siècle et Élisabeth Lorans, Anne-Marie Jouquand, Nicolas Fouillet et Xavier Rodier abordent l’espace urbain à Tours entre le ier et le xe  siècle tandis qu’Émeline Marot décrit la construction de l’identité urbaine de Tours aux xe-xiie siècles. Les terres noires permettent ensuite d’évoquer les processus complexes de stratification et les modalités d’occupation des espaces urbains (Quentin Borderie, Mélanie Fondrillon, Cristiano Nicosia, Yannick Devos et Richard I Macphail) et Quentin Borderie, Jeanne Delahaye, Bruno Desachy, Julie Gravier et Anaïs Pinhède abordent le projet des synthèses archéologiques urbaines. Dans cet ordre d’idée, Mélanie Fondrillon, Laurence Augier, Amélie Laurent et Xavier Laurent tentent une modélisation du potentiel archéologique de Bourges et Bastien Lefèvre pose la question de l’histoire urbaine à travers la collection des Atlas historiques des villes de France.

La troisième partie pose le problème des modèles de villes et des systèmes de villes. Elle s’ouvre sur une question : comment raisonner sur les paramètres temps ? (Jean-Yves Blaise et Iwona Dudek). Bruno Desachy et Geraldine Djament-Tran montrent l’apport de la chrono-chorématique. Hugo Meunier emploie cette technique au Mans, Claire Pichard à Reims, Véronique André-Lamat, Ézéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud et Olivier Pissoat à Bordeaux, et Bruno Dufaÿ avec Christian Grataloup tentent une conclusion provisoire sur cette nouvelle approche.

Michel Vaginay présente ensuite les productions de l’espace urbain au second âge du Fer au nord des Alpes et Sophie Krausz les dynamiques urbaines dans les sociétés celtiques (vie-i er siècle av. J.-C.). Le réseau des agglomérations antiques du nord de la Gaule est décrit par Christian Cribelier. C’est ensuite un outil d’analyse de morphologie urbaine MorphAL qui est présenté par Sandrine Robert, Éric Grosso, Pascal Chareille et Hélène Noizet, puis Gaël Simon, à propos du quartier abbatial de La  Trinité de Vendôme (Loir-et-Cher), utilise la modélisation multi-scalaire d’un espace urbain sur la longue durée. C’est à Nîmes que Pierre Garmy et Lahouari Kaddouri appliquent la même technique et l’ouvrage s’achève sur la présentation des modèles dynamiques en archéologie et géographie (Hélène Mathian, Xavier Rodier et Léna Sanders). Une brève postface d’Henri Galinié clôt ce recueil ainsi que quelques orientations bibliographiques.

Hélène Noizet, Boris Bove, Laurent Costa (sous la direction de), Paris de parcelles en pixels, Presses universitaires de Vincennes, Comité d’histoire de la ville de Paris, Paris, 2013, 346 p., nombreuses illustrations couleur dans le texte, ISBN  : 978-2-84292-364-8, prix  : 45 €

Ce gros volume marque l’aboutissement d’un projet de recherche (ANR) ALPAGE qui se situe à la croisée des sciences humaines et sociales et des sciences et technologies de l’information et de la communication, projet qui s’est achevé par un colloque dont cet ouvrage constitue les actes. Il est présenté par Jean-Michel Roddaz et Bruno Laurioux et introduit par Hélène Noizet, Jean-Marc Ogier, Frédéric Pouget et Boris Bove. Il est organisé en deux parties, la première, qui présente les méthodes de reconstitution du plan Vasselot est elle-même organisée en trois volets : comprendre le plan, intégrer le plan dans un SIG et produire des résultats. La seconde présente les analyses spatiales de l’espace parisien  : les enceintes, les territoires de la ville, la morphologie urbaine et les usages de l’espace.

Les conclusions du colloque sont tirées par Jean-François Cabestan pour le plan « ALPAGE-Vasselot » et par Claude Gauvard quant à l’utilisation historique que l’on peut en faire.

Six annexes et une bibliographie générale complètent le volume.

Revue Archéologique de Picardie, 2013, no 1-2, Sandrine Mouny (coordination), Des Productions céramiques de l’époque gallo-romaine à la Renaissance, Actes des journées d’études de Fosses (95) et d’Amiens (80), (2008-2009-2010), 248 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN 0752-5656, prix  : 30 €.

Ce numéro de la revue Archéologique de Picardie introduit par Fabienne Ravoire est entièrement consacré à la céramique et réunit des contributions présentées à l’occasion de plusieurs journées d’étude tenues tantôt à Amiens, tantôt à Fosses. Sept contributions portent sur la Picardie, trois sur les régions voisines  (Nord, Pas-de-Calais, Basse-Normandie) et une dernière sur la Belgique. Chronologiquement les présentations couvrent toute la période qui va du ier  siècle au xvii siècle, la majorité des lots se rattachant au Moyen Âge. C’est cet ordre, chronologique, qui a été adopté dans l’édition.

En premier lieu Alexandre Audebert, Amélie Corsiez et Gilles Fronteau, avec la collaboration de Vincent Le Quellec et Antony Lefebvre, présentent le four de potier du Pôle d’activité du Griffon à Barenton-Bugny dans l’Aisne qui a produit de la Terra Nigra et de la céramique rugueuse, puis Sylvain Thouvenot et Véronique Harnay étudient la céramique du haut Moyen Âge découverte sur le tracé de l’Autoroute A29 (Amiens-Saint-Quentin) à Athies, Monchy-Lagache et Savy qui comprennent notamment de nombreux décors à la molette mérovingiens ou carolingiens. C’est également de la céramique carolingienne découverte à La Calotterie (hameau de Visemarest) que présente Jean-Claude Routier. Puis Martine Derbois et Annie Lefèvre, avec la collaboration de Nicolas Warmé, livrent les résultats de la fouille d’un autre four, médiéval, découvert à Méru (Oise) dont la production a été datée fin xie-début xii siècle. Encore un autre four, mis au jour à Noyon (Oise), étudié par Sandrine Mouny, semble avoir produit un peu plus tard, dès la seconde moitié du xii siècle. On note la présence de céramique très décorée. Un autre atelier du xiv siècle, situé à Corbie (Somme) est également présenté par Sandrine Mouny. On relève parmi les productions  : des coquemars, des couvre-feux, des jattes et des poêlons.

Puis, abordant les autres régions, Sophie Challe et Sylvie de Longueville fond l’état de la question de la production mosane médiévale en Belgique et Stéphanie Dervin, Claire Hanusse et Anne Bocquet tentent de mettre en évidence l’approvisionnement du village des Fosses Saint-Ursin dans le Calvados tandis que la céramique du xive au xvi siècle découverte à Lille, rue du palais Rihour est publiée par Vaiana Vincent avec la collaboration de Christine Cercy et Corinne Gardais.

Un dernier four de potier de l’Oise, de la fin xvie ou du début du xvii siècle, est présenté ensuite par Sandrine Mouny qui conclut en outre ce recueil par un bilan des connaissances sur les productions céramiques médiévales et modernes en Picardie.

Revue Archéologique de Picardie, 2013, no 3-4, 220 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix  : 29 €.

Ce numéro de la RAP renferme cinq articles dont quatre concernent le Moyen Âge. D’abord A. Gapenne et V. Legros présentent des objets métalliques provenant d’une fosse à Glizy. Il s’agit des restes d’une caisse d’outils destinés au travail du bois et datés de la charnière Antiquité tardive-haut Moyen Âge – nature des artefacts et datation qui auraient mérité de figurer dans le titre –. R. Legoux présente ensuite la nécropole mérovingienne de Cuignières (Oise), riche de 152 sépultures, utilisée du dernier tiers du vie  siècle à la fin du viie  siècle. Deux courts articles complètent le volume  : le premier présente la campagne d’échantillonnage conduite à La Calotterie (62), au sein d’un port du haut Moyen Âge  : Quentovic, et le second les résultats préliminaires d’une étude d’archives associée à une campagne de télédétection par laser aéroporté menée sur le prieuré de Saint-Pierre-au-Mont-de-Châtre.

Maurizio Rossi et Anna Gattiglia (a cura di), Terre rosse, pietre verdi e blu cobalto. Miniere a Usseglio seconda raccolta di studi, Letture dal Museo Civico Alpino, 10, Museo Civico Alpino « Arnaldo Tazzetti », Usseglio, 2013, nombreuses illustrations noir et blanc et pages couleur dans le texte, ISBN  : 978-88-905076-4-9, prix  : 35 €

Dans son introduction, Maurizio Rossi présente ce recueil de textes publié deux ans seulement après le premier et qui en reprend les principaux thèmes. La collaboration entre les minéralogistes et pétrographes de l’université de Turin est affirmée, tout comme la relation avec les musées. Dix-huit contributions composent le volume. Maurizio Rossi et Anna Gattiglia complètent, en premier lieu, l’inventaire des structures archaïques, avec le filon de la Lucellina, dans la haute vallée de L’Arnàs, puis Gregorio Silvestro présente l’une des nouvelles technologies au service de l’archéologie  : les drones radiocontrôlés. À nouveau Maurizio Rossi et Anna Gattiglia interviennent pour présenter le mobilier médiéval relatif aux mineurs, fondeurs et carriers dans les collections du Musée civique alpin d’Usseglio. Renato Nisbet aborde ensuite les restes végétaux des mines d’Usseglio et Maria Stella Siori la faune médiévale des Terre rosse. Puis un groupe composé de Elisa Conz, Diego Bernini, Gisella Rebay et Maria Pia Riccardi étudient la stéatite de la vallée de Lanzo en utilisant l’approche non invasive de la caractérisation. Laura Vaschetti traite pour sa part de la stéatite du Piémont et fait des propositions méthodologiques. Luca Patria présente le district sidérurgique d’Avigliana à la fin du Moyen Âge et Giovanni Donato les problèmes de la pierre verte dans la sculpture et le décor entre Moyen Âge et Renaissance. Tandis que Franca Porticelli aborde l’iconographie avec une cinquantaine de documents de la Bibliothèque nationale universitaire de Turin, Saint Bernard de Malciaussia et ses environs, ainsi que la mine de Masòc (1515-1772) sont présentés par Maurizio Rossi et Anna Gattiglia ; puis entourés de Piergiogio Rossetti et de Daniele Castelli ils évoquent les nouvelles trouvailles des vallées du Servin et du Masòc et avec Francesca Marino, Roberto Castaldi et Piergiogio Rossetti ils présentent des prospections et sondages réalisés dans une mine de cobalt nickelifère et dans les usines métallurgiques d’Usseglio qui a fonctionné entre les deux guerres mondiales. Maurizio Gomez Serito propose une lecture stratigraphique de la Fabrique de l’Azzurro à Usseglio, Martina Ferrari aborde la forge de Villaretto, Claudia Giacomelli les derniers mineurs de Corna et Claudia Chiappino les observations d’un ingénieur des mines du xxie siècle.

Cécile Treffort et Pascale Brudy (sous la direction de) avec la collaboration d’Anne Autissier, 2013, Monastères entre Loire et Charente, Coll. Archéologie et culture, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 319 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte et un cahier couleur de trente-deux planches en milieu de volume, ISBN  : 978-2-7535-2767-6, prix  : 26 €

Cet ouvrage réunit les actes du colloque de Saintes et Saint-Amant-de-Boixe consacré à « L’archéologie monastique en pays charentais. Bilan, exemples et perspectives » qui s’est déroulé du 1er au 3 avril 2005 et les études réalisées dans le cadre du Programme Collectif de Recherches intitulé « Conditions d’implantation monastique en pays charentais. Archéologie, architecture et histoire des établissements religieux entre Charente et Charente-Maritime au Moyen Âge » financé par le Ministère de la culture d’abord entre 2001 et 2004, puis entre 2006 et 2008. La présentation de Cécile Treffort qui ouvre le volume revient sur ces dix années de travail collectif ; elle introduit vingt et une contributions réparties en cinq parties qui portent successivement sur les faits historiques, les logiques d’implantation, les moines dits « de la mer », les moines « du fleuve », et les politiques patrimoniales.

Au titre des précisions historiques, Cécile Treffort présente la vie monastique en pays charentais du ve au xiie  siècle et Luc Bourgeois, Bernard Farago-Szekeres et Brigitte Véquaud, le prieuré Saint-Sonne de Chadenac (Charente-Maritime), en allant de la légende à l’histoire.

Les logiques, complexes, d’implantation, sont abordées en premier lieu par Sylvie Dinet Refalo à propos des prieurés charentais des abbayes poitevines aux xe et xi siècle, elle souligne le rôle du comte de Poitou, duc d’Aquitaine et les initiatives aristocratiques autres que ducales. Puis Anne Autissier se penche sur difficultés d’élaboration des inventaires, en particulier en marge des diocèses, à propos du Confolentais et de la région de Jonzac. De nombreuses cartes illustrent son propos. Le cas d’un prieuré clunisien, Saint-Jean-Baptiste de Ronsenac est présenté par Christian Gensbeitel qui illustre sa présentation de nombreuses photographies et de quelques relevés, tandis qu’Adrien Montigny en présente les fouilles et l’archéologie du bâti puis Bernard Farago-Szekeres, le « pourrissoir », caveau muni d’une grille sur laquelle on disposait successivement des corps. Il en décrit avec précision la morphologie et le fonctionnement ainsi que la fouille des nappes d’ossements qui découlent de son utilisation.

Dans la partie consacrée aux moines de la mer, sont étudiés des établissements installés sur des terres marécageuses, incultes, destinées à être mises en valeur ou sur des îles ou ilots de l’Atlantique. En premier lieu Jean-Paul Nibodeau et Laurent Prysmicki abordent l’abbaye cistercienne des Châteliers sur l’île de Ré. Puis Jocelyn Martineau et Emmanuel Barbier évoquent l’abbaye de Maillezais aux xe et xi siècles d’après les découvertes archéologiques récentes. Ensuite, Éric Normand aborde l’évolution d’un site clunisien  : Saint-Vivien en Charente-Maritime qui passe de la fonction de domus à celle de prieuré claustral. Avec Jean-Claude Bonnin et Bruno Zélib, il décrit ensuite deux matrices de sceaux inédites du prieuré de Saint-Martin de l’île d’Aix qu’il accompagne d’une chronologie des prieurs. Andrei Gh. Vlad se penche sur le cas des moines venus de la Chaise Dieu et établis en Saintonge dans la seconde moitié du xi siècle au prieuré de Sainte-Gemme en Charente-Maritime dont les fouilles font l’objet d’une synthèse due à Philippe Duprat.

Les établissements dont l’implantation est liée à la présence d’un fleuve sont abordés dans la partie suivante d’abord par Marie-Éve Scheffer qui fait une nouvelle lecture de l’abbaye Saint-Cybard d’Angoulème appuyée sur l’archéologie du bâti. Puis, l’abbaye aux dames de saintes est présentée par Alain Michaud, son étude est complétée par celle de Christian Vernou qui présente les vestiges du haut Moyen Âge découverts dans les fouilles entre 1986 et 1988. Enfin Anaël Vignet aborde les fouilles du cloître de l’abbaye de Saint-Amand-de-Boixe.

Dans la dernière partie Véronique Dujardin présente les étapes de protection du patrimoine monastique, puis, avec Marilyse Ortiz elle se penche sur le centre d’interprétation de l’architecture romande de Saint-Amand de Boixe tandis que Daniel Prigent, à propos de Fontevraud, aborde la question des restaurations et aménagements. Pour terminer, Richard Levesque traite de la mise en valeur de l’abbaye Saint-Vincent de Nieul-sur-l’Autise en Vendée.

Une bibliographie générale et un index des noms cités complètent le propos.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals