Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...I. – Construction et habitats civ...I 1. – Opérations de terrainBayeux (Calvados). 5 rue de la Ju...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Bayeux (Calvados). 5 rue de la Juridiction

Responsable d’opération : Florian Bonhomme
p. 179-180

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Deux maisons médiévales ont fait l’objet d’un diagnostic d’archéologie du bâti. Initialement, elles étaient accessibles depuis la rue Bienvenu, par l’immeuble dit « d’Adam et Ève » lui aussi protégé et déjà restauré. Cet ensemble de bâtiments est situé au cœur de la ville antique et médiévale, à une trentaine de mètres de la cathédrale. Les deux maisons, accolées, sont situées en fond de cour et immédiatement en retrait de l’angle NO du parvis. Leurs façades s’ouvraient chacune sur des cours séparées et les maisons n’étaient accessibles que par la rue Bienvenu, située à l’est.

2Quatre phases principales de constructions et de remaniements ont été identifiées. La première construction concerne uniquement les trois premiers niveaux du bâtiment sud, appartenant à la seconde moitié du xiie ou à la première moitié du xiiie s. Les vestiges conservés, très importants, sont les maçonneries du rez-de-chaussée (aujourd’hui semi-enterrées) et du premier étage. Une dizaine de portes et fenêtres conservées dans les maçonneries permettent de restituer les volumes de manière globale, ainsi qu’une partie des circulations.

3La seconde période de construction est probablement rattachable au xve s. Cette phase a vu la reconstruction d’une partie du premier bâtiment sud (pignon nord) et la construction du second, probablement sur les vestiges d’un bâtiment antérieur. Étant donné la porte à mi-niveau du premier bâtiment qui devait correspondre avec le second, l’origine du bâtiment est à priori à rattacher aux xiie-xiiie s. Le bâtiment nord était relié à la maison dite « d’Adam et Ève », sa façade donnant sur la rue par une galerie à deux niveaux sur le côté nord de la cour, schéma classique dans l’urbanisme médiéval. La tour d’escalier qui dessert le second bâtiment est attribuée à cette phase. Vraisemblablement durant la seconde moitié du xve s., des enduits peints ont conclu les travaux. Ces peintures, observées au rez-de-chaussée du bâtiment nord, devaient présenter au moins une frise en partie. Une autre peinture a été identifiée dans la tour de l’escalier ; elle représente un homme avec un chapeau à plume.

4La troisième phase a vu la reconstruction d’une partie du second bâtiment, au nord, avec en particulier les murs gouttereaux. Les moulures des ouvertures et les décors permettent d’attribuer ces travaux à la seconde moitié du xvie s. Le pignon sud ne semble pas avoir été concerné. Le pignon nord a quant à lui fait l’objet de quelques reprises ponctuelles, en particulier côté ouest, dans l’angle. Les trois quarts de la façade orientale ont été rebâtis. La façade occidentale a été reprise de part et d’autre de la tour d’escalier avec la création de nouvelles fenêtres à chaque étage. La surélévation du bâtiment sud est également attribuable au xvie s.

5La dernière période de modifications importantes a eu lieu à la fin du xviie s. ou dans le courant du xviiie s. Elle a eu pour conséquence la redistribution des circulations entre les deux bâtiments, réalisée depuis la tour de l’escalier pour les niveaux supérieurs (premier, deuxième étage et combles). Les percements de portes dans le pignon commun aux deux bâtiments, dont les maçonneries couvrent les derniers badigeons, démontrent qu’ils sont postérieurs au xvie s. Les moulures des cheminées des deux étages viennent confirmer cette attribution chronologique. La disposition de celles-ci correspond à la création de divisions dans les pièces de tous les niveaux à l’aide de cloisons de bois et de torchis dont la dernière a pu être observée au rez-de-chaussée avant sa démolition. Les grandes fissures visibles aujourd’hui sur le pignon sud de la première maison sont peut-être le prolongement des raisons qui ont entraîné la reconstruction d’une importante portion de la partie basse du gouttereau ouest de la maison sud durant cette période de l’Ancien Régime.

6Ces deux maisons ont été occupées jusqu’à la seconde guerre mondiale. Seules les poutres principales des différents niveaux ont été conservées.

Bayeux, détails d’enduits peints de la seconde moitié du xve s. : un griffon et une femme.

Bayeux, détails d’enduits peints de la seconde moitié du xve s. : un griffon et une femme.

Cliché : F. Bonhomme, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bayeux, détails d’enduits peints de la seconde moitié du xve s. : un griffon et une femme.
Crédits Cliché : F. Bonhomme, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Bonhomme, « Bayeux (Calvados). 5 rue de la Juridiction »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 179-180.

Référence électronique

Florian Bonhomme, « Bayeux (Calvados). 5 rue de la Juridiction » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9006

Haut de page

Auteur

Florian Bonhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Bonhomme

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search