Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Béziers (Hérault). Chaudronniers

Responsable d’opération : Elian Gomez
Notice rédigée avec Elsa Vidil
p. 180

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’îlot des Chaudronniers, deux ensembles médiévaux ont pu être restitués. L’homogénéité du premier ensemble médiéval permet de restituer les grandes lignes du bâtiment. Sa surface au sol, de 51 m², est divisée en deux pièces par un grand arc ; la plus importante donnait sur la rue de l’Argenterie. Là, deux autres arcs en plein cintre permettaient la communication avec l’extérieur, tandis qu’une porte s’ouvrait vers les ensembles voisins, à l’ouest.

2Aux vestiges de l’ancien plancher correspond une corniche en façade au-dessus de laquelle s’ajoute une élévation à pan de bois. Intérieurement, la division des espaces se fait également au moyen d’une cloison à pan de bois où subsistent deux portes en lien avec les niveaux de circulation du xive s.

3Au-dessus du premier étage médiéval, les restes de toitures à deux pentes ainsi qu’une section de poutre faîtière permettent d’envisager la présence de combles peu élevés. La hauteur totale du bâtiment atteignait 8,41 m.

4Le plan d’ensemble autorise à envisager qu’un ensemble symétrique au premier se développe plus à l’ouest, séparé du premier par un espace en longueur vers lequel convergent des portes et qui a pu remplir une fonction distributive.

5Enfin, plus au nord, d’autres pièces et cours intérieures ont pu être associées à partir du xve s. En effet, vers la fin de ce siècle, de nombreux réaménagements sont entrepris tant sur les murs porteurs que sur les équipements intérieurs : cloisons, plafonds/planchers et changement vraisemblable de la fonction de certains espaces.

6Sur les bâtiments plus au nord, l’étude du bâti a mis en lumière une série d’élévations remontant au xive s. Trois parcelles (LY 46, 47 et 48) ont conservé une certaine unité liée à leur phase médiévale. L’homogénéité des éléments architecturaux du xive s. présents dans les cave, rez-de-chaussée et premier étage permet de restituer un bâtiment s’étendant sur ces trois parcelles et limité par les rues de l’Argenterie, Général-Miquel et un probable passage à l’est. Sa surface est estimée à 114 m². Des arcs de décharges, portes, escalier à vis et planchers témoignent de cette phase. Des indices de divisions internes et de circulation ont également été mis en évidence.

7L’ensemble du bâtiment est restructuré sur la même emprise vers la fin du xve s. en reconfigurant les distributions verticales et horizontales et en remettant au goût du jour les ouvertures et les plafonds.

8Les parcelles mitoyennes à l’est ont été largement réaménagées aux époques modernes et contemporaines. Seuls quelques éléments architecturaux très épars (arcs de décharge et portes de communication internes) témoignent d’une phase médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Vidil, « Béziers (Hérault). Chaudronniers »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 180.

Référence électronique

Elian Gomez, Elsa Vidil, « Béziers (Hérault). Chaudronniers » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9007

Haut de page

Auteur

Elsa Vidil

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Elian Gomez

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals