Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Béziers (Hérault). Saint-Jacques

Responsable d’opération : Elsa Vidil
p. 180-181

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic de l’îlot Saint-Jacques a permis d’évaluer sur 842 m2, 14 parcelles situées sur les rues de la Tible, Saint-Jacques et des Capucins. Il fait suite à une première intervention aux numéros 5, rue de la Tible, 5 et 7, impasse du même nom et aux numéros 24 à 28, rue Saint-Jacques. Mis à part la parcelle LX 160 qui ne comprend qu’une cour intérieure, toutes les autres sont d’époque contemporaine. Une étude du bâti, deux sondages en sous-sol et une recherche documentaire ont été associés dans le but de mieux cerner la densification du quartier.

2Le secteur 1 concerne les sept parcelles rue de la Tible (du numéro 9 au 21). Les cadastres montrent que, pour ce secteur, le parcellaire n’a pas bougé depuis 1830 mais que les façades ont été réalignées avant 1972 et que certains corps de bâtiments ont été détruits après cette date. Quelques vestiges plus anciens perdurent quand même en partie basse des bâtiments et exclusivement sur les murs perpendiculaires à la rue de la Tible. Ainsi, les sondages ont mis au jour un mur construit en grand appareil de calcaire conservé en rez-de-chaussée sur une hauteur maximum de 1,80 m. Au-dessus vient se placer, dans un second temps, un mur monté suivant la technique de la bauge. Cette technique est bien connue pour Béziers médiéval. Elle semble avoir surtout été utilisée pour les xiiie et xive s. Un autre mur présente un état ancien avec la présence de deux arcs jumelés, légèrement brisés, d’un type bien connu pour l’architecture biterroise du plein Moyen Âge. Ils possèdent, respectivement du sud au nord, une ouverture de 3,55 m et 3,80 m pour une hauteur actuelle sous la clef de voûte de 2,96 m et 2,30 m. Ils sont surmontés d’un mur à parement de pierre et fourrure montée en lits de terre similaires à ceux observés sur le mur en bauge décrit plus haut. Ce parement paraît être une consolidation postérieure du mur. Les autres murs composant les bâtiments de ce secteur viennent se greffer sur ces structures préexistantes. Leur construction s’étale sur la période moderne et contemporaine. Le sondage en sous-sol, effectué dans la partie ouest du bâtiment situé dans la parcelle LX 177, a mis en évidence un important remblai moderne. Il a une puissance d’au moins 1,80 m, alors que le substrat se situe à 1,90 m sous le niveau de sol actuel (soit à une altitude de 50,92 m NGF). Cette absence d’éléments antérieurs à la période moderne pourrait s’expliquer soit par une destruction totale des édifices antérieurs soit par l’absence réelle de structure. La présence du vocable « Rue des Prés » sur le cadastre napoléonien en bordure de la zone de diagnostic à l’est dévoile la faible urbanisation du secteur.

3Le secteur 2 n’est constitué que d’une grande parcelle ouvrant sur la rue Saint-Jacques. L’étude des plans parcellaire de 1830 montre que de nouveaux corps de bâtiment ont été construits à son extrémité occidentale. À la différence du secteur 1, celui-ci présente le même aspect qu’en 1972. Les constructions s’étendent à l’est jusqu’en bordure de l’amphithéâtre romain. Les murs bordant la parcelle au sud et au nord ont un tracé largement tributaire de ce monument : ils ne sont pas parallèles mais convergent vers la cavea. Seul le corps de bâtiment construit sur la partie orientale de la parcelle a livré des éléments intéressants. Comme dans le secteur 1, ceux-ci se concentrent en rez-de-chaussée. Ainsi le mur nord et le mur de refend d’axe EO sont-ils construits en grand appareil de calcaire, utilisant des éléments antiques en remplois. Ces blocs sont caractérisés par leur volume et les trous de levage. Le mur sud n’a pu être observé mais il y a de forte probabilité pour qu’il soit construit selon la même technique puisque nous avons trouvé des lambeaux de ce grand appareil au niveau supérieur. Dans les deux cas observés, le grand appareil est interrompu par la présence d’un grand arc légèrement brisé construit en même temps que le parement. En outre, une cheminée est venue s’insérer dans le mur nord au niveau de la retombée occidentale. L’autre retombée n’a pas été retrouvée. Le deuxième arc, découvert sur le mur de refend, était à l’origine passant. Il possède une ouverture de 5,30 m pour une hauteur de 3,38 m actuellement. Il est donc beaucoup plus important que ceux découverts en secteur 1. Cette hauteur, corroborée avec d’autres informations recueillies sur les divers sondages (ancrage de poutres et négatifs d’anciens escaliers), indique un changement des niveaux de plancher. Les autres éléments n’apportent que peu d’informations, si ce n’est le fait qu’ici aussi les façades ont été remontées à l’époque moderne.

4Le secteur 3 correspond à un groupe de parcelles issues de la division d’un ensemble plus grand sur le cadastre napoléonien. Seule l’extrémité sud de l’ensemble était bâtie en 1830. Des sondages ouverts, il résulte que l’ensemble du bâti est moderne. Un second sondage a été ouvert dans la cour située au nord de la parcelle LX 159. Il a d’abord atteint une importante couche de remblais moderne (environ 2,50 m d’épaisseur). En revanche, à la différence du sondage ouvert en secteur 1, ces remblais ne sont pas posés directement sur le substrat. En dessous, une couche de démolition renfermait un mobilier céramique homogène attribuable à la fin du xive ou au début du xve s. Sous ce niveau de démolition, subsistaient des traces d’une structure maçonnée (massif de mortier et blocs) qui vient en partie entailler le substrat. Ce dernier est perturbé par deux autres fosses. Sous le massif maçonné, il s’agirait plutôt d’une fosse à profil en ampoule dont seulement un quart a pu être fouillé dans le sondage et dont le remplissage n’a pas permis d’avancer une datation certaine. Cet îlot a donc connu des phases d’occupation plus anciennes, soulignant les abandons répétés de ce quartier. L’analyse du bâti montre une phase de délabrement des bâtiments à la fin du Moyen Âge, puis une refonte des parcelles à l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Vidil, « Béziers (Hérault). Saint-Jacques »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 180-181.

Référence électronique

Elsa Vidil, « Béziers (Hérault). Saint-Jacques » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9009

Haut de page

Auteur

Elsa Vidil

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Elsa Vidil

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals