Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Biard (Vienne). Larnay

Responsable d’opération : Sylvain Guillin
p. 181-182

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1La découverte en 2010 d’une importante occupation médiévale, semble-t-il inhérente à la présence d’une ancienne maison forte aujourd’hui disparue a entraîné, sur une superficie de 3,6 ha, une fouille pour statuer sur la nature et la fonction de ce site rural médiéval.

2Dans un premier temps, le site a fait l’objet d’une étude documentaire qui a montré que le domaine actuel est fondé sur un ancien fief appartenant d’abord à des milites, puis à des familles nobles ou aspirant à le devenir grâce à l’acquisition de ce domaine. Sa première mention n’apparaît qu’en 1232 mais il serait bien plus ancien et pourrait trouver son origine dès l’époque carolingienne. Il s’agirait d’un hebergamentum au sens juridique du terme, c’est-à-dire un défrichement en contrepartie duquel les paysans ne payaient qu’une imposition très faible.

3La fouille a mis en avant une occupation continue du iie au xiiie s. et a révélé que Larnay s’inscrivait dans ce que Robert Fossier appelait l’« encellulement », phénomène inhérent aux mutations de l’an Mil. Dès la fin du ive s., Larnay se caractérise par la présence d’au moins trois grands enclos (peut être quatre à l’origine) à l’intérieur desquels des bâtiments ont été érigés. Les découvertes pour cette période, associées à la configuration même des espaces plaident sans conteste pour des zones de pacage. Ces zones, qui pourraient être délimitées dès le iie s., sont avérées sur le site au ive s. et perdurent au moins jusqu’au viie s. Elles devaient certainement s’articuler autour d’une villa qui n’a pas pu être repérée lors de cette opération.

4Les découvertes faites dans et autour de ces bâtiments ne permettent pas de connaître leur fonction avec certitude. Ces bâtiments avaient sans doute une partie dévolue à l’habitation et l’autre au bétail ou à un l’artisanat d’autosuffisance essentiellement tourné vers le filage/tissage.

5Ce n’est qu’à partir du viie s. que semblent apparaître les premiers indices d’une mise en culture des terres, avec l’existence supposée des premiers greniers aériens. Avec ces premières constructions de stockage, on observe une subdivision croissante du parcellaire mais, paradoxalement, indépendamment d’une diffusion des constructions. C’est aussi à cette période qu’apparaissent les premières fosses dépotoirs, signe d’une occupation plus dense, confirmée par le nombre accru des restes céramiques et ostéologiques.

6L’occupation du site entre le viie et le ixe s. est aussi avérée par la présence des seules sépultures retrouvées proches d’un bâtiment déjà présent dès le ive s. à l’est et qui semble donc toujours utilisé à cette période.

7À la fin du ixe s., il paraît certain que Larnay s’inscrit pleinement dans la typologie des villages carolingiens, c’est-à-dire dans l’occupation de tènements par des paysans regroupés en communauté et certainement sous l’égide de la collégiale située à quelques kilomètres du site, Saint-Pierre le Puellier de fondation mérovingienne.

8Dès lors, toutes les conditions sont réunies à Larnay pour voir se densifier la population. Ce développement qui, au regard des périodes précédentes, est bien plus rapide et dense, paraît lié à la création de l’hebergamentum de Larnay.

9L’apparition de la « seigneurie » de Larnay permet alors non seulement de fixer une population existante mais, encore, semble-t-il, d’attirer en plus d’autres paysans. La multiplication des constructions en matériaux périssables comme en pierre, en est un signe évident. Les nouvelles unités, dont la surface varie entre 30 et 70 m², se créent ex nihilo et sont souvent associées à un enclos ainsi qu’à un élevage et un stockage retrouvé sous forme de nombreux fragments de vases. La particularité de ces nouvelles unités est qu’elles semblent s’articuler autour d’un point d’eau présent depuis l’Antiquité tardive, une mare. Les restes de radiers ou de solins de fondations (?) retrouvés en périphérie voire en partie sur les bords de la mare montrent la présence d’un aménagement au plus proche de ce point d’eau. Parmi les très nombreux artefacts retrouvés, outre des fragments céramiques, on compte des pesons, pierre à aiguiser, dents de peignes à carder ou couteau à soie à mettre en rapport avec l’artisanat textile.

10De plus, seul un grenier aérien (jusqu’à trois pour l’ensemble des périodes) attenant à un bâtiment a pu être observé. On peut penser à une zone de stockage plus importante à proximité, sans en connaître la nature. En outre, on observe pour cette période une augmentation importante du volume des restes d’équidés d’âge adulte, d’agneau et de faune sauvage (cerf ou chevreuil). L’élevage important de caprinés et la chasse d’espèces comme le blaireau confortant l’hypothèse d’un artisanat tourné plutôt vers le textile et la fourrure.

11Enfin, cette occupation perdure sur trois siècles pour disparaître assez brutalement avant le xive s. Cet abandon du site ne trouve pas d’explications précises, ni dans les textes ni dans l’archéologie. Même s’il est indéniable qu’une petite activité perdure après le xiiie s., elle n’a rien de comparable avec les périodes précédentes. Le site de Larnay est un exemple de plus de l’évolution d’une occupation rurale tardo-antique. Son abandon au xiiie s. n’est pas non plus un cas exceptionnel. Il reste à comprendre l’agencement de son territoire et la segmentation de ses activités (culture, élevage, artisanat, habitation, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Guillin, « Biard (Vienne). Larnay », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 181-182.

Référence électronique

Sylvain Guillin, « Biard (Vienne). Larnay » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9010

Haut de page

Auteur

Sylvain Guillin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Guillin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals