Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Colleville-Montgomery (Calvados). La Mare Gobe

Responsable d’opération : Emmanuel Ghesquiere
p. 187

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic a porté sur une surface de 4 ha. L’occupation est dense sur presque toute l’emprise de l’aménagement.

2À la période gallo-romaine (ier-iie s. apr. J.-C.) est rattaché un enclos de 60 m sur 50 à 70 m dans l’emprise. À l’intérieur, le quart SE est occupé par une couche de terres noires intra-limoneuse. Une petite zone funéraire a été identifiée à 45 m au nord de l’enclos. Elle ne contient (pour l’instant) qu’une seule sépulture à incinération.

3L’occupation médiévale est localisée dans la moitié orientale du diagnostic. Elle s’étend vraisemblablement du xie-xiie au xive-xve s, même si la présence isolée d’un élément de parure mérovingien (viie s.) pourrait correspondre à une occupation antérieure. Quatre bâtiments ont été partiellement observés, s’étageant sur toute la période. Plusieurs autres sont manifestement présents, comme l’attestent de nombreux trous de poteau diversement répartis dans les tranchées 6 et 7 en particulier.

4La première phase (xie-xiie s.) correspond à l’occupation la plus importante. Elle comprend un système fossoyé délimitant un enclos (partitionné ?) de 25 m de côté au moins, dont le remplissage livre de très nombreuses plaquettes calcaires destinées à la construction et des éléments mobiliers (faune, céramique) dispersés sur toute la longueur du décapage. Une probable structure bâtie pourrait appartenir à cet ensemble, voire être incluse dans l’enclos. Plus à l’ouest, un fossé au tracé sinueux appartient également au xie-xiie s. Le remplissage et le mobilier sont semblables à celui de l’enclos. Comme pour la période gallo-romaine, le réseau fossoyé en relation avec le puissant fossé d’enclos du xi-xiie s. pourrait avoir joué un rôle important pour le drainage.

5Pour le xiie-xiiie s., un bâtiment au moins a pu être observé en limite NE de l’emprise. Il est monté sur sablière dont il reste deux assises de fondation. Un fossé l’encadre, délimitant un petit enclos de 30 m de largeur (longueur inconnue, 10 m maximum dans l’emprise). Là encore, une partie du réseau fossoyé et des fosses jouxtant l’enclos pourraient relever de cette occupation.

6Le bâtiment le mieux défini est celui daté du xiiie-xve s., à l’extrémité nord de la tranchée 6. L’extension de la tranchée 6 bis témoigne de la complexité de ce bâtiment dont il est encore impossible de définir la forme exacte, mais qui semble en relation avec un fossé circulaire l’encadrant (ou constituant les parois).

7Un autre bâtiment très probablement sur sablière a été identifié à l’extrémité sud de la tranchée 1. Les éléments de datation y sont encore trop rares mais témoignent vraisemblablement du Moyen Âge classique. Il s’agit d’un bâtiment incomplet, probablement basé sur un plan rectangulaire de 6 m de largeur.

8L’occupation bâtie, témoin de l’extension du village de Colleville autour de l’église paroissiale (sise à 200 m du site), semble s’interrompre dans la parcelle à la fin de la période médiévale. Au début de l’époque moderne, la construction d’un ensemble agricole de grande dimension (à l’intérieur des murs dans le quart de la parcelle non incluse dans l’aménagement) semble marquer le retour à un usage agricole entrecoupé uniquement du creusement de grandes fosses à usage de carrières et/ou de drainage dans sa partie orientale. L’époque contemporaine voit se figer cette occupation, comme le montre l’adéquation entre le cadastre napoléonien et l’état actuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Ghesquiere, « Colleville-Montgomery (Calvados). La Mare Gobe »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 187.

Référence électronique

Emmanuel Ghesquiere, « Colleville-Montgomery (Calvados). La Mare Gobe » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9034

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ghesquiere

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Ghesquiere

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals