Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Douai (Nord). Extension du palais de justice

Responsable d’opération : Sébastien Bernez
p. 188-189

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le projet d’étendre le palais de justice de Douai vers le sud, le long de la Scarpe, a donné lieu à la fouille d’une parcelle localisée sur la rive droite de la rivière, à l’emplacement d’un ancien pâté de maisons du xviiie s., rasé vers 1975. La moitié nord de la parcelle étant hors champ d’investigation, la surface d’intervention s’est limitée à l’aire de stationnement qui occupe la moitié sud (environ 400 m²).

2Avant de devenir au xiie s. l’une des principales villes du bassin de l’Escaut, l’agglomération douaisienne naît au début du xe s., le long de la Scarpe, sous forme d’un portus et d’un castrum mentionnés pour la première fois en 930. La parcelle fouillée se situe dans une position topo-historique cruciale pour la compréhension des origines et du développement économique fluvial de la ville. À Douai, le point de rupture de charge, a toujours été le Pont à le Laigne, actuel Pont de la Massue qui traverse et barre la rivière très précisément au niveau de la parcelle fouillée.

3La conjonction d’un point de rupture de charge et d’un axe terrestre est favorable à l’établissement d’un marché. La fouille est située le long du rang nord de l’actuelle place du Marché aux Poissons. Cette dénomination (et cette fonction) remonte au milieu du xiiie s., date à laquelle l’accroissement de la population urbaine poussa les échevins à multiplier et à spécialiser les places de marchés. Au début du xiiie s., l’endroit se nommait simplement « As viés maisiaux », c’est-à-dire « au vieux marché ». Il pourrait s’agir du marché primitif dont la première apparition documentaire (indirecte) remonte à 987-988.

4Par ailleurs, toujours à partir du xiiie s., les modalités du transit sur la Scarpe apparaissent clairement. La plus grande partie des rives intra muros étaient fractionnées et incluses dans le parcellaire urbain. Les particuliers disposant de ces parcelles pouvaient y faire aborder des embarcations. En revanche, les débarcadères publics étaient d’étendue très limitée. Le principal était le Rivage, une grève d’une soixantaine de mètres de longueur, située rive droite, à quelques mètres en aval de la parcelle étudiée.

5Enfin, outre les fonctions commerciales liées directement à la rivière, des activités artisanales déductibles du nom des rues sont envisageables à proximité immédiate. Depuis le xiiie s., la rue située au sud porte le nom de rue de la Cloris, anciennement « clauwerie », c’est-à-dire rue des fabricants de clous. De même, au Moyen Âge, l’actuelle rue Merlin de Douai qui borde la parcelle sondée à l’est, porte le nom de rue de la Sannerie, c’est-à-dire des raffineries de sel.

6La fouille s’inscrit donc dans un contexte topographique et historique important. Selon Étienne Louis, même si le castrum Duacum, au sens militaire, politique et religieux du terme, se situe sur la rive opposée de la rivière, autour de l’actuelle place Saint-Amé (site de la résidence comtale et de la première collégiale), le portus qui en justifie, depuis le xe s., l’existence historique et le développement économique, se place vraisemblablement sur la rive droite, autour du Castel Bourgeois, du « vieux Marché » et du Rivage, au débouché du pont qui barre la rivière et forme l’angle SO de la parcelle fouillée. La fouille a révélé une stratification importante et complexe. La phase la plus ancienne est probablement située entre le xiie et le xiiie s. À cause de la profondeur des vestiges (plus de 3 m) et du niveau de l’eau de la Scarpe, elle n’a pu être observée que partiellement et sur une surface réduite. Elle est caractérisée par trois aires de chauffe dont la fonction n’a pas encore été déterminée. Deux sont constituées d’un four quadrangulaire excavé dont subsistent quelques sections de parois verticales et plusieurs niveaux rubéfiés successifs. La troisième présente également plusieurs niveaux rubéfiés successifs, mais aucun indice d’excavation ou de paroi n’a été clairement mis en évidence. Ces trois aires semblent procéder d’une même technique de construction. Les fours sont creusés ou posés sur une large et épaisse dalle quadrangulaire constituée de limon déposé dans une grande fosse. Ces aires ont été entretenues et utilisées plusieurs fois. Une des trois aires de chauffe pourrait être associée à un espace de travail quadrangulaire. Ouvert sur l’aire en question, il est délimité, sur les trois autres côtés, par une paroi en bois isolée de l’extérieur par une bande de limon, selon une technique similaire à la construction des dalles.

7Trois grandes fosses quadrangulaires pourraient également se situer entre le xiie et le xiiie s. Pourvues d’un planchéiage de parois et comblées par de nombreux niveaux plus ou moins organiques, elles présentent toutes les caractéristiques de fosses à latrines en tronc de pyramide inversé. Aucune structure d’habitat n’ayant été mise en évidence (ou conservée) pour cette période, elles apparaissent pour l’instant détachées de tout contexte.

8Toutes ces structures sont scellées par plusieurs couches successives constituées d’éclats et de blocs de grès posés à plat, parfois mêlés avec des restes de faunes et de céramiques, et de niveaux organiques plus ou moins épais. Cette séquence stratigraphique se retrouve globalement sur toute la surface du site qui n’a pas été détruite par les caves en front de rue. Elle est interprétée comme une phase d’occupation alternant sols extérieurs et niveaux d’accumulation ou de remblais de rehaussement. La présence de la Scarpe incite tout naturellement à envisager un rivage, ou du moins un jardin aménagé pour permettre l’accès à la Scarpe, dont le statut reste à définir. Le mobilier semble plutôt dater des environs du xiiie s.

9Les premières traces d’habitat sont au plus tôt contemporaines de ces niveaux. Hormis une fondation en arc de décharge conservée au milieu d’ouvrages plus récents en briques, elles correspondent toutes à de plus ou moins larges, mais profondes, fondations classiques en blocs de grès équarris. Quelques articulations entre fondations témoignent de transformations spatiales et, en particulier, de phases d’agrandissement des bâtiments. La présence de caves est avérée par plusieurs sols en craie ou en terre battue s’appuyant sur les assises les plus basses des fondations. Ces fondations marquent l’émergence d’un habitat se développant en front des rues actuelles de La Cloris et Merlin de Douai, selon une trame parcellaire qui allait perdurer jusqu’au xxe s.

10Au bord de la Scarpe, plusieurs fondations et restes d’élévations en grès ont également été mis en évidence. Les plans sont très lacunaires, mais quelques sols en terre battue se développant vers la Scarpe permettent d’envisager des constructions au bord de l’eau, soit de type hangar ou entrepôt, soit de véritables habitations telles qu’il en existe encore de nombreux exemples actuellement.

11Des réaménagements et reconstructions de plus grande ampleur des bâtiments du secteur ont pu être observés par la reprise ou la démolition des fondations médiévales en grès. Ils sont caractérisés par l’emploi quasi-exclusif de la brique dont la généralisation dans les constructions douaisiennes intervient dans le courant du xvie ou du xviie s. Ces transformations s’accompagnent d’autres ouvrages maçonnés dans le même matériau : égouts, latrines, soupiraux de cave, etc. qui témoignent d’une occupation dense et continue de la parcelle jusqu’à la démolition finale de l’habitat vers 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Bernez, « Douai (Nord). Extension du palais de justice »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 188-189.

Référence électronique

Sébastien Bernez, « Douai (Nord). Extension du palais de justice » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9042

Haut de page

Auteur

Sébastien Bernez

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Bernez

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals