Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Isle-sur-la-Sorgue (L’) (Vaucluse). Tour d’Argent/hôtel de Brancas-Villars

Responsable d’opération : François Guyonnet
p. 193

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Au cœur de l’îlot de la Tour d’Argent, la cour de l’hôtel de Brancas-Villars est un espace riche en vestiges. La construction repérée en 2012 au centre de la cour est aujourd’hui clairement lisible. Il s’agit d’une tour de plan presque carré aux murs d’un mètre de large, placée en saillie d’un bâtiment plus important implanté sous la partie occidentale du Lido. Probablement élevée au xiiie s., elle possédait au moins deux étages sur un rez-de-chaussée percé d’une porte à l’ouest et agrémenté d’une cheminée monumentale au sud. Son foyer est constitué de tuiles peintes de l’Antiquité tardive et encadré par deux bases de colonnettes de style roman. Une succession de niveaux de sols en terre battue atteste une utilisation continue de cette pièce du xiiie s. au xviiie s. Le tissu urbain s’étant progressivement densifié, les espaces libres sont devenus des courettes et plus précisément des cloaques où l’on positionnait des appentis à usage domestique et où l’on jetait les ordures. La fouille du dépotoir (2012) a apporté un échantillonnage représentatif d’un vaisselier de la fin du xve s. (céramiques communes de type Uzège, importations espagnoles et orientales, etc.).

2Dans l’hôtel particulier du xve s., la tour occupait la façade méridionale de la cour. Le bâtiment associé se développant dans le Lido est alors profondément restructuré. Un plafond d’environ 30 m2 conservé dans l’angle du Lido est l’unique témoignage de ces modifications. Il est conçu avec de larges solives en bois ornées de moulures simples, entre lesquelles ont été coulés des entrevous en plâtre dont la sous-face est décorée. L’ornementation se développe sur toute la longueur de l’entrevous en une grande guirlande d’entrelacs aux motifs floraux stylisés ou polylobés placés en alternance. C’est l’un des rares témoignages de la gypserie médiévale conservé en Provence, particulièrement représentatif de l’art des maîtres-platriers l’islois dont on connaît, par les textes, l’activité dès le xive s. L’importance des gisements de gypse, aux confins orientaux de la plaine comtadine (Mazan, Velleron, L’Isle, etc.), est à l’origine d’une utilisation massive du plâtre dans la construction locale dès le Moyen Âge. Les « gypiers » l’islois fournissent par exemple le plâtre pour l’édification du palais des Papes d’Avignon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Guyonnet, « Isle-sur-la-Sorgue (L’) (Vaucluse). Tour d’Argent/hôtel de Brancas-Villars »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 193.

Référence électronique

François Guyonnet, « Isle-sur-la-Sorgue (L’) (Vaucluse). Tour d’Argent/hôtel de Brancas-Villars » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9058

Haut de page

Auteur

François Guyonnet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Guyonnet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals