Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Marly-le-Roy (Yvelines). La Rivière et les Nappes

Responsable d’opération : Annick Heitzmann
p. 197

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le domaine de Marly, qui faisait auparavant partie de la dotation du président de la République, a été rattaché au domaine de Versailles en 2009. Ce changement de statut a permis la reprise des fouilles archéologiques. Une première campagne a abordé, de part et d’autre de la grande perspective, les zones de la Rivière (en haut et au sud du parc) et des Nappes (en bas et au nord).

La grande Cascade ou Rivière

2Cette cascade a été mise en chantier en 1697. Elle a connu plusieurs états : d’abord escalier de glaise avec un décor de rocaillage, elle a été refaite en pierre et en marbre en 1704. Elle fut comblée et gazonnée, en 1728, à l’exception de son bassin haut et de la pièce des Vents qui constituait son somptueux bassin bas. La cascade a été fouillée en cinq secteurs : trois tranchées, destinées à étudier ses abords, et deux fouilles en planimétrie pour la cascade elle-même, l’une pour son bassin haut et l’autre pour les gradins.

3Le premier bassin n’a pas été retrouvé : à l’emplacement où il était attendu, il y avait les fondations de la maison forestière établie en haut de la perspective vers 1825 et détruite en 1970, que nous pensions beaucoup plus au sud, au centre de l’esplanade actuelle. L’intervention archéologique a donc prouvé que le terrain avait évolué depuis le début du xixe s., de sorte que la Rivière commençait en fait plus bas, vers le nord. Dans l’autre sondage en plan, trois marches de la cascade ont été retrouvées, dont une complète. Cependant, une saignée oblique y avait été pratiquée, sans doute en 1728. Elle a permis d’étudier le mode de construction de la cascade : les marches étaient constituées d’une épaisse couche de mortier hydraulique ou ciment romain, qui reposait sur de la maçonnerie de moellons. Les blocs de marbre, déposés en 1728 et offerts à l’église Saint-Sulpice à Paris, étaient plaqués contre ce mortier et y ont laissé leur empreinte.

Les Nappes

4Un bassin, creusé en 1683, au nord de la Grande pièce d’eau, terminait, dans le parc, l’enfilade de l’axe médian. Il fut agrémenté, en 1692, du côté sud, de nappes d’eau formant cascade, cascade transformée en 1699, puis simplifiée entre 1734 et 1740. Le bassin fut arasé au début du xixe s. avec les autres structures bâties du domaine.

5Pour étudier le bassin des Nappes, quatre secteurs de fouille ont été ouverts : trois tranchées sur l’axe N-S, destinées à obtenir une coupe du bassin, et un quatrième secteur au NO, à la recherche du débouché de l’aqueduc de trop-plein, qui figure sur certains plans et existe encore sur le terrain. Le contremur (ou mur extérieur) du bassin a été mis au jour en deux endroits différents, ce qui permet de définir son emplacement et d’en comprendre le mode de construction : c’était un bassin à étanchéité de glaise, dont le mur de douve (ou mur intérieur) a disparu mais dont le corroi de glaise, bien conservé, a été retrouvé dans tous les secteurs de fouille. L’épaisseur exceptionnelle du contremur est l’indice des importants terrassements réalisés pour l’aménagement du bassin des Nappes. L’entrée de l’aqueduc, bouchée par un mur de béton, a été dégagée. Son fond, composé d’une cuvette encadrée de deux banquettes, se trouve à une profondeur supérieure à celle du bassin, sous lequel il pourrait passer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Heitzmann, « Marly-le-Roy (Yvelines). La Rivière et les Nappes »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 197.

Référence électronique

Annick Heitzmann, « Marly-le-Roy (Yvelines). La Rivière et les Nappes » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9069

Haut de page

Auteur

Annick Heitzmann

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Annick Heitzmann

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals