Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Pussigny (Indre-et-Loire). Le Vigneau

Responsable d’opération : Arnaud Coutelas
p. 204

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’opération se développe dans la partie supérieure du plateau qui domine la vallée de la Vienne, à l’est, et le ruisseau de la Veude, au nord. Dans le secteur, le substrat est constitué de craie micacée, ou « tuffeau blanc », du Turonien moyen. Les occupations s’étagent le long d’un versant exposé plein ouest, à une altitude moyenne de 86-90 m. La fouille, conduite sur 2,3 ha, a mis en évidence plusieurs phases d’occupation allant du Néolithique moyen jusqu’au Moyen Âge.

2Le secteur en haut de la pente est occupé par une nécropole. Celle-ci a connu deux phases d’utilisation, la première au Néolithique moyen et la seconde au bronze final. Le centre de l’emprise se caractérise par une occupation antique divisée en deux secteurs. Le premier, au NE, est occupé par un fanum, extrêmement arasé. Le second comprend un ensemble de bâtiments sur poteaux ou maçonnés, 50 m à l’ouest. Ceux-ci, le plus souvent à plan linéaire ou constitués d’une unique pièce, s’organisent selon un axe NNO-SSE.

3Le quart SO de l’emprise, au bas de la pente, a révélé quatre souterrains dont la phase d’occupation principale est datée des xie-xiiie s. Leur structuration est assez inédite. La partie supérieure correspond à un habitat semi-excavé donnant accès, via un escalier principal, à une ou plusieurs salles creusées dans la roche. Ces cavités aménagées se démarquent en cela de celles retrouvées le long du tracé de la LGV-SEA (particulièrement en Poitou-Charentes), avec ici une relative pauvreté en aménagements défensifs, au profit d’une structuration de l’espace vouée clairement aux activités de stockage et, probablement, d’habitat.

4La partie supérieure de chaque ensemble est riche en aménagements, notamment des zones de foyer, des trous de poteau et des silos creusés dans la roche. Certains de ces derniers ont été trouvés vides et encore protégés par leur dalle de scellement. La partie souterraine correspond généralement à une grande salle ouvrant sur plusieurs alcôves, de dimensions diverses. Des foyers sont souvent implantés à l’entrée de l’espace principal, au pied de l’escalier, afin de permettre une bonne évacuation des fumées. L’un de ces espaces a livré des niveaux d’occupation correspondant à un millefeuille de cendres. Ces niveaux sont en lien avec l’utilisation de deux foyers, dont l’un présente une sole plusieurs fois refaite. D’autres niveaux d’occupation, parfois riche en mobilier (pots et vases de réserve), ont été découverts.

5Le quatrième souterrain, le plus grand, a la particularité de se trouver en limite de l’occupation romaine. Son comblement révélait un grand nombre de moellons et son accès au nord présentait un chemisage de la paroi (marneuse) réalisé avec des pierres, sans doute récupérées des bâtiments antiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Coutelas, « Pussigny (Indre-et-Loire). Le Vigneau »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 204.

Référence électronique

Arnaud Coutelas, « Pussigny (Indre-et-Loire). Le Vigneau » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9098

Haut de page

Responsable d’opération

Arnaud Coutelas

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals