Skip to navigation – Site map
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9-11, rue des Templiers

Archaeological project director: Jean-Paul Nibodeau
p. 206-207

Index terms

Year of Investigation:

2013
Top of page

Full text

1Le diagnostic, sur une surface d’environ 600 m², a permis d’identifier deux grandes phases d’occupation du Moyen Âge et de l’époque moderne.

2Situé dans un des quartiers les plus anciens de la ville, à proximité du port et de l’hôtel de Ville, le site s’inscrit dans l’enclos de la commanderie du Temple, à quelques mètres de l’emplacement de l’ancienne église templière, partiellement fouillée durant les années 1980, et de son cimetière. L’ordre du Temple s’installe à La Rochelle dans les années 1130, à la suite de l’impulsion donnée à la ville par le duc d’Aquitaine Guillaume X. Très influent, il est largement doté par Aliénor d’Aquitaine en propriétés (terrains, moulins, etc.) et en droits divers. Au xive s. une famille d’échevins, les Poussard, s’installe dans ce quartier peu avant la dissolution de l’ordre et la commanderie est récupérée par les Hospitaliers. Au cours des guerres de Religion, l’église des Templiers est détruite, faisant place à une halle qui est dite ruinée en 1788 faute d’entretien.

3Vers le milieu du xixe s., la partie NE de l’îlot subit de profonds remaniements avec la création d’une place face à l’hôtel de ville. À sa périphérie sud, subsistaient alors les bâtiments militaires de la « Manutention des vivres ». Ils sont remplacés, en 1903, par celui de la Poste, agrandi jusqu’à la rue des Templiers dans les années 1920.

4La fouille n’a porté que sur la partie SO de l’emprise du projet, une cour et un bâtiment démoli. Les vestiges se répartissent en deux zones, l’une densément bâtie, au nord, alors que la moitié sud est pratiquement restée libre de toutes constructions.

5L’occupation médiévale est réduite à quelques tessons de céramique recueillis dans le paléosol au sommet du substrat calcaire, à environ 2 m de profondeur. De petites fosses et une tranchée orientée E-O, témoignant d’un premier découpage de l’espace qui perdure jusqu’au xxe s., sont les seuls aménagements repérés dans la moitié sud. Au NE, en limite de l’emprise de la fouille, a été observée la face sud d’une construction massive d’apparence quadrangulaire. Elle est parementée en grands blocs de pierre de taille soigneusement ajustés qui évoquent un bâtiment de prestige ou une tour. Les éléments de datation, trop peu nombreux et très fragmentés, ne permettent pas de lui attribuer une datation plus précise que les xiiie-xive s.

6À partir du xvie s., les constructions se multiplient, occupant presque tout l’espace à la fin du xixe s. Une grande façade percée de fenêtres et d’une porte (bâtiment 1) vient prendre appui sur la construction précédente dans la seconde moitié du xvie s. (fig.). Une seconde construction (bâtiment 2), dotée d’une porte donnant sur une pièce au sol de carreaux en terre cuite glaçurée, s’implante perpendiculairement au bâtiment 1. En avant de leur façade s’étend une cour étroite au sol pavé, plusieurs fois refait et surélevé, formant un passage entre la rue et la maison en fond de parcelle. Les surfaces pavées empêchant l’infiltration des eaux, des caniveaux sont mis en place avec des canalisations vers des puits perdus. L’un d’eux est aménagé sous le sol de la cour, dans la moitié ouest.

7Dans le courant du xviie s. ou au début du xviiie s., un ensemble de maisons se développe le long de la rue des Templiers. L’une d’elle (bâtiment 3) est construite sur des caves. Celle qui donne sur la rue est accessible par deux larges trappes aménagées dans la voûte et par un escalier en quart tournant. À l’arrière, l’autre cave est transformée en une vaste fosse d’aisances ; elle semble avoir été utilisée jusqu’au début du xxe s.

8La partie sud du terrain, contiguë au cimetière de la commanderie, paraît avoir toujours été dévolue aux activités culturales. L’absence de sépulture peut signifier la mise en censive des parcelles dès le xiie s. Si, aux xiiie-xive s., on se contente de la terre arable en place, on observe ensuite des apports successifs de terre végétale entrecoupés par des fosses et des creusements en tranchée, qui pourraient correspondre à des secteurs de plantation. Au xviiie s., une grande bâtisse est édifiée dans l’angle SE ; une terrasse donnant sur le jardin est aménagée le long de sa façade occidentale. Au nord, la cour pavée est réduite à l’ouest par la construction d’une maison le long de la rue, entraînant la destruction du bâtiment 2. Un puits est ménagé dans la nouvelle cour encore une fois rehaussée, condamnant les ouvertures du bâtiment 1. Un soupirail, aménagé à travers les remblais près de sa porte bouchée, atteste la transformation du rez-de-chaussée de cette maison en cave.

9Avec l’époque contemporaine l’expansion du bâti se stabilise. Au nord, on n’observe que des transformations mineures, principalement des réfections de sol. Le puits à eau est recouvert par le dernier pavage de la cour et il est transformé en exutoire. À l’ouest, la pièce nord est pourvue d’un dallage de calcaire, des poutres y sont encastrées, servant peut-être de bâti à une machine. Au sud, le jardin reçoit quelques aménagements, un petit bâtiment est construit dans son angle NO. Les dernières transformations sont liées à l’installation de la Poste au début du xxe s., l’emprise bâtie reste sensiblement identique, même si les bâtiments sont entièrement reconstruits. Les dernières interventions consistent en la mise en place d’un important réseau d’assainissement dans le dernier quart du xxe s., il est à l’origine d’importantes perturbations qui ont rendu impossible l’étude de certaines parties du site.

La Rochelle, vue générale prise du nord. Au premier plan, sol dallé du xixe s. avec empreintes d’un bâti de bois. Au centre, le bâtiment 3 sur caves et, à l’arrière-plan, la zone de jardin.

La Rochelle, vue générale prise du nord. Au premier plan, sol dallé du xixe s. avec empreintes d’un bâti de bois. Au centre, le bâtiment 3 sur caves et, à l’arrière-plan, la zone de jardin.

Cliché : J.-P. Nibodeau, Inrap

Top of page

List of illustrations

Title La Rochelle, vue générale prise du nord. Au premier plan, sol dallé du xixe s. avec empreintes d’un bâti de bois. Au centre, le bâtiment 3 sur caves et, à l’arrière-plan, la zone de jardin.
Credits Cliché : J.-P. Nibodeau, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9105/img-1.jpg
File image/jpeg, 943k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9-11, rue des Templiers »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 206-207.

Electronic reference

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9-11, rue des Templiers » [Note of archaeological project],Archéologie médiévale [Online], 44 | 2014, Online since 15 April 2018, connection on 08 August 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/9105

Top of page

About the author

Jean-Paul Nibodeau

By this author

Top of page

Archaeological project director

Jean-Paul Nibodeau

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals