Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Saint-Germain-du-Puy (Cher). Les Boubards

Responsable d’opération : Emmanuel Marot
p. 209

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le site, sur un versant contraint au nord par une voie en usage depuis l’Antiquité menant de Bourges à Sancerre/Saint-Satur, au sud par une petite rivière (« Le Langis »), est occupé dès le Néolithique, puis plus intensément, sous la forme d’un établissement agricole, durant La Tène ancienne et finale ; plusieurs états d’une villa se succèdent du ier s. apr. J.-C. jusqu’au iiie s.  ; les structures du Bas-Empire sont difficilement intelligibles mais une fréquentation, si ce n’est une occupation des lieux, est attestée pour cette période ; enfin, durant le haut Moyen Âge, une nécropole prend place légèrement à l’écart des lieux de vie la précédant (fin vie s.-début viiie s.), ces derniers alors investis par des murets de pierres dont l’interprétation délicate et de chronologie incertaine (viie-viiie s.).

2L’opération visait à documenter la continuité spatiale de l’établissement agricole protohistorique et de la villa antique (pars rustica) ainsi qu’à caractériser la nature de l’occupation durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge et le lien de ces différents établissements avec la rivière.

3Il ressort que l’occupation du haut Moyen Âge fait suite à une importante phase d’érosion de la pente, consécutive de la désaffection de la villa dans sa forme du Haut-Empire. La partie anciennement occupée par la pars rustica de la villa antique ne paraît pas directement réinvestie : de fait, la principale zone d’implantation alto-médiévale se situe au nord, en haut de versant, et correspond à un enclos fossoyé contraignant au moins trois bâtiments sur solins de pierres. Ces trois bâtiments ont été excavés, les solins placés hors excavation ; pour l’un des bâtiments, trois espaces (dont un comportant un foyer en position centrale) ont pu être mis en évidence. Ces trois bâtiments s’organisent autour d’un espace extérieur où prennent place trois sépultures, reprenant l’orientation des maisons adjacentes. L’ouest de l’enclos semble vierge de constructions et paraît avoir été limité aux activités de pacage des animaux.

4Légèrement plus à l’est, un autre bâtiment de même architecture semble appartenir à une autre phase alto-médiévale : par sa bipartition et sa taille importante (environ 25 m de long sur 9 m de large), la structure évoque le plan des maisons-étables. Elle est reliée à un bâtiment au sud par un espace de circulation.

5Plus au sud, à proximité de la rivière, deux structures reprennent le même mode de construction : l’absence d’excavation ou de radier drainant (dans une zone pourtant particulièrement sujette aux remontées d’eau) ne plaide pas pour des lieux de vie ou de travail, peut-être davantage pour des structures en relation directe avec la rivière, ce que les différentes analyses environnementales en cours devraient préciser.

6Puisque la gestion des déchets a été vraisemblablement effectuée par épandage dans les champs environnants ou par dispersion dans la rivière, peu de matériel est à disposition pour interpréter fonctionnellement ces structures et pour les dater ; on observe une continuité de l’occupation rurale des lieux, sous une forme d’habitat groupé, concerté ; une relecture des vestiges découverts lors des opérations précédentes permettra de déterminer l’organisation interne (plusieurs phases, organisation polynucléaire ?). Quant à la chronologie, s’il est probable que cet habitat fait écho à la nécropole mérovingienne située 100 m plus à l’est (fin vie s.-début viiie s.), on ne peut exclure qu’il débute un peu plus tôt durant le vie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Marot, « Saint-Germain-du-Puy (Cher). Les Boubards »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 209.

Référence électronique

Emmanuel Marot, « Saint-Germain-du-Puy (Cher). Les Boubards » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9113

Haut de page

Auteur

Emmanuel Marot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Marot

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals