Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Saint-Léger-Près-Troyes (Aube). La Couture

Responsable d’opération : Vincent Marchaisseau
p. 209-210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Sur une superficie de 5 300 m², dans l’ancien hameau d’Herbigny, la fouille a mis en évidence une première occupation domestique à la transition entre La Tène finale et l’époque gallo-romaine, sous la forme d’un enclos fossoyé dont seul un angle a pu être perçu. De grandes fosses d’extraction de limon et un nouveau fossé, linéaire et parallèle à l’un des côtés de l’enclos précédent, confirment la continuité d’un habitat à proximité immédiate durant le Haut-Empire. Seuls quelques tessons en position résiduelle témoignent de la fréquentation des lieux durant l’Antiquité tardive.

2Un puits, un silo et des fosses domestiques se rapportent à un habitat de la seconde moitié du vie s. Une inhumation d’immature et deux sépultures en silos ont été datées par radiocarbones des viiie-xe s. Cet espace funéraire prend place au sein d’une batterie de silos isolée.

3Les xie-xiiie s. semblent assez mal représentés au sein du corpus céramique. Toutefois, aucun hiatus n’est réellement envisageable. L’occupation majeure reconnue lors de la fouille (xive-xvie s.) s’installe sur une plus grande partie de l’emprise : des bâtiments sur solins de pierres contre un chemin (l’une des deux routes menant au hameau d’Herbigny, d’après le cadastre du xixe s., mais hors emprise)  ; plusieurs puits, silos, caves et fosses d’extraction entourant les bâtiments d’habitation ; deux bâtiments sur solins, peut-être des granges ou des espaces de stabulation à l’arrière, enfin un fossé, parallèle au chemin principal, qui semble délimiter l’espace domestique et de travail proprement dit puisque seules des fosses de plantation et des chablis ont été repérés au-delà (vergers ?). Tous les éléments d’un parcellaire laniéré perpendiculaire à l’axe viaire semblent donc réunis depuis au moins la fin du Moyen Âge. Il faut noter la présence d’une cave de 18 m² du début du xvie s.  : bien préservée, elle est constituée de murs en blocs de craie calibrés afin d’obtenir des assises régulières sur 1,20 m de hauteur. Cet élément pourrait appartenir à la maison d’un vigneron. Le mobilier métallique témoigne d’une certaine aisance des propriétaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marchaisseau, « Saint-Léger-Près-Troyes (Aube). La Couture », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 209-210.

Référence électronique

Vincent Marchaisseau, « Saint-Léger-Près-Troyes (Aube). La Couture » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9117

Haut de page

Auteur

Vincent Marchaisseau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Marchaisseau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals