Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Salins-les-Bains (Jura). Les galeries de la Grande Saline

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’opération a porté sur la dernière tranche de l’étude archéologique du bâti des galeries de la Grande Saline inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

2Les examens déjà menés sur les maçonneries et les structures des deux puits et du couloir ont livré de nombreuses informations permettant de mettre en évidence 18 phases de construction ou d’aménagement depuis l’installation du premier monument souterrain, le Grand Puits. Celui-ci date de la fin du xie s. (1115, date de mise en service). Jusqu’en 1962, l’année d’arrêt de la production, des réparations ou des aménagements liés à des problèmes structurels ou de production ont touché chacun des trois espaces. Force est de constater que la majeure partie d’entre eux n’était pas datés. La reprise de l’étude documentaire menée par le Service de l’inventaire a permis d’envisager certaines corrélations entre les dates mentionnées dans les sources et les faits archéologiques identifiés. Ces 18 phases de travaux sont désormais pour la plupart relativement bien cernées.

3Les données recueillies dans les sources écrites et les analyses des parements permettent de restituer l’évolution des trois espaces. Le Grand Puits se révèle ainsi être le monument le plus ancien (fin du xie-début du xiie s.) et le mieux conservé. Les structures primitives encore en place révèlent assez bien le plan originel, même si toutes les voûtes ont été reconstruites, notamment de manière assez tardive. L’étude du bâti menée sur la maison du Grand Puits en 2012 a permis d’observer quelques aménagements durant sa construction fixée dans la seconde moitié du xive et le début du xve s. L’établissement du phasage constructif montre que, pour l’essentiel, les grands travaux sont menés à partir du xviie s., sans pour autant altérer la physionomie première : certaines dimensions évoluent mais les transformations restent secondaires. Cette chronologie est également constatée pour le couloir Cicon qui subit à son tour une quasi-reconstruction des structures aériennes. Le percement du couloir de liaison entre les deux puits à la fin du xiiie et au début du xive s. a entraîné des aménagements. Les puits subissent chacun un important remaniement dans le deuxième tiers du xviie s. (entre 1634 et 1657). Les arcatures et les voûtes sont déposées et reconstruites différemment. Seules des reprises de moindre mesure seront par la suite effectuées, notamment entre 1750 et 1824. Cette phase de travaux touche aussi le Puits à Grey. Sa construction originelle (mise en service entre 1224 et 1248) est difficilement concevable dans un premier temps, car deux reconstructions de certaines travées deviennent perceptibles à la lecture des parements. Le monument premier, constitué de trois travées latérales, subit une refonte complète par l’installation de seulement deux travées latérales, notamment illustrées par Anatoile Chastel au début du xviie s. Ce document exceptionnel atteste la potentialité des découvertes difficilement crédibles au regard des travaux colossaux engendrés. Ce deuxième état dont la date de démarrage des travaux n’est pas connue s’avère de ce fait encore en place au début du xviie s. Ils seront entièrement repris vers 1740-1743 par une nouvelle reconstruction des travées centrales. L’architecture dévoilée par Anatoile Chastel est démantelée. C’est encore la documentation conservée aux archives qui conforte les interprétations. Les deux travées sont conservées mais les voûtes nervurées disparaissent au profit de pleins cintres, confortés par une arcature sans chanfrein. La nature géologique des moellons rompt aussi la tradition. Le marno-calcaire taillé à la bretture ou au marteau taillant est remplacé par le calcaire blanc équarri à la broche. Par la suite, les transformations deviennent plus modestes mais encore importantes, certaines voûtes étant reconstruites. Les derniers travaux sont réalisés dans le courant de l’année 1984.

4Les résultats de l’opération marquent encore une fois le potentiel très important du patrimoine de Salins-les-Bains et plus particulièrement celui des salines. Cette étude ne montre cependant que l’aspect architectural du monument et en aucun cas celui de l’activité qui en a été faite pendant près de neuf Cent Ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Salins-les-Bains (Jura). Les galeries de la Grande Saline », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 210.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Salins-les-Bains (Jura). Les galeries de la Grande Saline » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9120

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals