Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Vicq (Yvelines). Rue du Radet

Responsable d’opération : Marie Deschamp
p. 214

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1La fouille, sur une surface d’un peu plus d’un hectare est localisée à proximité d’une des plus importantes nécropoles mérovingiennes de France. La zone étudiée présente une forte pente délimitée par le chemin du Radet en partie haute au nord, et le Lieutel au sud.

2Si la fouille n’a pas livré la continuité des ensembles funéraires mis au jour autour de l’église du village, elle a néanmoins permis de mettre en évidence un habitat rural dense qui semble perdurer depuis les vie-viie s. jusqu’à la période moderne.

3L’occupation du haut Moyen Âge se présente sous la forme de plusieurs bâtiments sur poteaux, de silos, de fonds de cabane dont la typologie évoque tantôt les structures mérovingiennes, tantôt celles plus tardives des xe-xiie s.

4Le parcellaire est peu présent sur l’ensemble du site ; les quelques fossés mis au jour semblent appartenir aux périodes médiévale et moderne plutôt qu’au haut Moyen Âge. Plus d’une vingtaine de silos sont répartis sur l’ensemble du site, de formes et profondeurs variées, certains pouvant aller jusqu’à 1,70 m de profondeur.

5Certains fonds de cabane sont pourvus d’aménagements internes de type « fosses d’ancrage » de métiers à tisser, attestant ainsi une activité artisanale assez présente puisque six structures au moins comportent ce type d’aménagement. D’autres à quatre poteaux d’angle, au sud de la parcelle fouillée, pourraient appartenir aux vie-viie s. En effet, l’un d’entre eux a livré un argenteus franc émis dans la première moitié du vie s. La typologie du fond de cabane dont la monnaie est issue semble correspondre à cette période chronologique.

6La disposition des trous de poteaux, pour la grande majorité très bien conservés et lisibles, indique la présence de plusieurs bâtiments allant de 35 à plus de 90 m². La densité de ces structures sur certaines parties du site traduit une occupation longue, avec des réfections et réaménagements successifs. L’occupation alto-médiévale pourrait avoir perduré sans discontinuer depuis les vie-viie s. jusqu’au xiie s.

7La bordure est du site présente de nombreuses fosses d’extractions, dont une galerie plongeant verticalement après une pente douce d’une dizaine de mètres vers le nord. Un bâtiment légèrement excavé en raison du pendage du terrain s’installe au sud de la galerie d’extraction à l’entrée de laquelle une cave est aménagée. Ce bâtiment semble fonctionner avec une cheminée découverte à proximité immédiate et de facture similaire à celle retrouvée dans l’habitat médiéval recoupant la nécropole près de l’église.

8Une découverte inhabituelle prend place à l’extrémité sud du terrain. La chambre de la roue horizontale d’un moulin et son système d’approvisionnement en eau ont été mis au jour. Une galerie creusée dans le substrat permet de capter l’eau en provenance des sources existant en amont du site, mais également depuis une probable dérivation du Lieutel. Cette galerie présente les traces de plusieurs types d’outils. La datation de cette structure, médiévale ou moderne, devra être étayée par l’étude céramique ainsi que des analyses 14C effectuées sur du charbon de bois retrouvé au fond de la fosse accueillant l’arbre sur lequel la roue était fixée. Il pourrait s’agir des restes de la crapaudine sur laquelle ce dernier reposait.

9Enfin, on note la présence d’un bâtiment moderne avec une cave en partie conservée au SO du site. Ce bâtiment figure sur un plan d’intendance daté de 1705. Deux sols recouverts de tomettes ont été partiellement préservés, de part et d’autre de l’accès à la cave. L’une des salles attenantes à cet accès présente une dalle de cheminée encore conservée, ainsi qu’un four.

10L’occupation de ce site semble continue depuis le début du haut Moyen Âge jusqu’à la période moderne. La présence, à proximité, de la nécropole induit un lien entre les population inhumées et cet habitat mis au jour à quelques centaines de mètres à peine de ces installations funéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Deschamp, « Vicq (Yvelines). Rue du Radet »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 214.

Référence électronique

Marie Deschamp, « Vicq (Yvelines). Rue du Radet » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9134

Haut de page

Auteur

Marie Deschamp

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie Deschamp

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals