Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Warmeriville (Marne). La Bassière

Responsable d’opération : Vincent Marchaisseau
p. 215

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’occupation domestique présente l’indéniable intérêt d’être continue depuis la fin du ive s. jusqu’au xie s. inclus. La densité de structures est exceptionnelle : plus de 200 cabanes excavées, 4 bâtiments sur solins de pierre, un réseau fossoyé très développé, quelques sépultures isolées, etc. L’habitat s’est implanté durant l’Antiquité tardive le long d’un chemin creux créé au Haut Empire. Cet axe se décale vers le nord durant le haut Moyen Âge et perdure au moins jusqu’au début de la période moderne.

2La forte densité de vestiges est en partie due à la configuration topographique du site : les structures domestiques sont concentrées entre la voie antique et une zone humide située au NE de la parcelle (un point bas, d’où le toponyme de « La Bassière »). Ainsi le substrat se compose-t-il essentiellement de graviers, mais une butte de craie, au centre du site, accueille la concentration maximale de témoins archéologiques. Des zones limono-argileuses grisâtres, anciennes dépressions humides, sont également présentes ; dans certains secteurs, un niveau organique, permettant à terme des analyses palynologiques, est conservé.

3L’organisation chronologique et spatiale de l’habitat semble indiquer une économie exclusivement tournée vers la production agro-pastorale. Aucune trace de production artisanale n’a pu être mise en évidence, si ce n’est la traditionnelle activité de tissage dans un cadre familial. L’importance de l’élevage, au contact d’une zone humide certainement favorable à un fourrage abondant, est démontrée par plusieurs enclos fossoyés possédant par ailleurs des systèmes d’entrées sinueux permettant l’accès et le contrôle des troupeaux. Un bâtiment sur poteaux, possédant deux rigoles disposées en X, a révélé des taux de pollution au phosphate très importants : il s’agit sans doute d’une bergerie. Les squelettes complets d’une dizaine de moutons ont par ailleurs été retrouvés dans un silo du ve s., témoignant d’une épizootie.

4En raison du nombre de structures et de leur concentration, il semble que nous soyons en présence d’un proto-village dès les vie-viie s. Warmeriville est cité dans le polyptique de Saint-Remi de Reims dans le dernier quart du xe s. Le village actuel se situe sur l’autre rive de la Suippe et plus à l’est ; la villa du xe s. peut-elle être assimilée au site de « La Bassière »  ? Nous ne pouvons répondre par l’affirmative, bien que des entreprises de peuplement menées par l’abbaye rémoise soient connues depuis le début du viie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marchaisseau, « Warmeriville (Marne). La Bassière »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 215.

Référence électronique

Vincent Marchaisseau, « Warmeriville (Marne). La Bassière » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9144

Haut de page

Auteur

Vincent Marchaisseau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Marchaisseau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals