Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...I. – Construction et habitats civ...I 3. – Projets collectifs de rech...Lagrasse (Aude). L’abbaye, le bou...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 3. – Projets collectifs de recherches

Lagrasse (Aude). L’abbaye, le bourg, le terroir

Responsables d'opération : Nelly Pousthomis-Dalle, Nicolas Poirier et Julien Foltran
p. 217-218

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le PCR sur « Lagrasse, l’abbaye, le bourg, le terroir » entame un deuxième volet qui fait suite à un premier programme (2007-2012) consacré à l’abbaye et dont les résultats ont été publiés en 2013. Or, l’abbaye n’est qu’un élément de la recherche et il convient de souligner l’étroite imbrication spatiale et économique entre ces trois composantes que sont l’abbaye (bâtiments et enclos), le bourg et le terroir. Aucune ne peut se comprendre totalement sans les autres, que ce soit dans leurs origines respectives ou leur articulation au fil des siècles.

2Le terroir, entendu comme l’espace – ou le finage – dans lequel l’abbaye est implantée, a fait l’objet de premières investigations documentaires et archéologiques par un premier bilan géoréférencé des connaissances sur le temps long. Ce SIG sera mis au service de l’ensemble des actions menées dans le PCR. Ce bilan, destiné à appréhender le contexte d’occupation avant la fondation de l’abbaye, son impact et celui du bourg sur l’occupation et l’exploitation du terroir, donne l’image d’un espace où l’occupation protohistorique et antique est bien attestée, mais où le haut Moyen Âge est moins visible pour l’instant. Sur le terrain, outre une visite prospective des composantes paysagères et bâties, deux campagnes de prospection ont concerné, sur une surface réduite, des contextes topographiques particuliers : des terrains actuellement mis en culture, situés pour l’essentiel en fond de vallée ou sur les pieds de pente des versants. Les secteurs forestiers ou de garrigue n’ont pas été testés à cause d’une visibilité insuffisante des vestiges en surface. Si cela explique le très faible nombre de sites identifiés, on est toutefois surpris par les très faibles occurrences hors site de mobilier antérieur à la période moderne (15 % de la céramique récoltée). La période la moins représentée (sous réserve d’études plus poussées) est le Moyen Âge, alors même que les prospections ont porté sur les abords immédiats de l’abbaye, du bourg et de domaines tels que Borderouge et Saint-Auriol. Aucune information ne permet de connaître la nature des activités développées à proximité de ces points de peuplement au cours du Moyen Âge ; le recours aux sources écrites sera indispensable pour voir si cette lacune est liée à des modalités particulières de mise en culture, excluant, par exemple, le recours aux amendements.

3Entre bourg et abbaye, le « béal » a fait l’objet d’un bilan documentaire et archéologique incluant son relevé topographique au GPS différentiel. Son état du xive s., daté de 1380 par une inscription et les armes de l’abbé Guy 1er du Breuil placées sur le talon de la chaussée, est désormais bien documenté jusqu’au niveau de l’abbaye, alors même que des mentions antérieures existent (1212) et que son tracé médiéval à l’intérieur de l’enclos n’est pas précisément connu.

4L’étude de l’espace et de la vie économique du domaine monastique et, plus largement, de la structuration de l’espace rural du site de Lagrasse est également menée d’après les textes (chartriers, registres notariés, compoix, etc.), archives qui sont aussi exploitées pour l’étude du bourg et des maisons.

5L’ancienne église paroissiale a pu être identifiée dans le cimetière, aux portes de l’abbaye, sur la rive gauche : ses vestiges, qui affleurent, ont été relevés en plan et par orthophotographies et analysés selon la méthode stratigraphique des élévations. On sait désormais qu’il s’agit d’un édifice à nef unique probablement charpentée, avec une abside semi-circulaire. Elle n’apparaît dans les textes qu’en 1359, au moment où l’abbé accepte qu’une église paroissiale soit construite dans le bourg, laquelle est achevée à la fin du xive s. Si son vocable était déjà Saint-Michel, d’ailleurs parfaitement adapté à un contexte funéraire (mais le cimetière n’est cité pour la première fois qu’en 1384), cette dédicace, surtout en vogue à partir de la période carolingienne, pourrait témoigner de son ancienneté. Il n’est donc pas exclu que le vaste édifice dont les vestiges ont été reconnus soit le fruit d’une reconstruction, qu’on pourrait situer dans une période large, du xie au xiiie s., et que son sous-sol puisse conserver les restes d’un édifice plus ancien. L’époque de destruction reste également inconnue, le document de 1359 relatif au transfert de son statut à celui d’église paroissiale n’indique aucun projet de destruction, de récupération des matériaux, ni d’entretien de l’ancienne église.

6Le bourg de Lagrasse se situe sur la rive droite de l’Orbieu, face à l’abbaye, au cimetière et à l’ancienne église paroissiale. Sans doute clos de murailles dès son origine, il est accessible depuis l’abbaye par le pont vieux, anciennement fortifié, dont la base des piliers peut être datée du xiie s. D’une superficie de 535 ares, son réseau viaire suit une trame relativement régulière, qui pourrait replacer le bourg dans le mouvement des villes nouvelles du xiie ou du début du xiiie s. L’étude, menée dans le cadre d’une thèse d’archéologie, porte sur l’urbanisme et les équipements de l’agglomération et, dans cette optique, un suivi de travaux, avec couverture photographique avant et après travaux, a été réalisé lors de la réfection de la calade de la place de la halle. De plus, un inventaire exhaustif de tous les vestiges médiévaux visibles sur les façades, ou observés à l’occasion de visites des cours arrière ou de l’intérieur lorsque cela est possible, notamment à l’occasion de travaux, servira de base à une étude de l’architecture domestique. Le bourg intra-muros comprend environ 290 maisons médiévales recensées. Grâce à la coordination entre l’équipe du PCR et l’Association internationale de Recherche sur les Charpentes et Plafonds Peints Médiévaux (RCPPM), un programme d’identification des demeures lagrassiennes possédant des plafonds peints est engagé : on compte aujourd’hui 11 demeures civiles et religieuses, publiques et privées, témoignant de l’art des plafonds peints du xiiie au xviie s., soit 13 plafonds comptant un corpus de 565 closoirs historiés.

7Les projets pour l’année à venir portent sur l’occupation de la périphérie de l’abbaye, avant et depuis sa fondation en 779. Un sondage, en limite de l’enclos monastique, dans un espace occupé par un jardin depuis le xviie s. au moins, devrait permettre de vérifier l’hypothèse d’un habitat primitif, en particulier pour la familia, que l’ancienne église paroissiale et le cimetière proches semblent suggérer. Ce sondage concernera aussi l’hôtellerie médiévale, type de bâtiment peu étudié par ailleurs et dont subsiste ici le mur oriental. Un autre sondage concernera la chapelle sud du bras nord du transept : située contre le sanctuaire, transformée en passage vers l’extérieur, elle a sans doute remplacé au xive s., comme ses voisines, une absidiole du xie s. analogue à celles qui sont conservées sur le bras sud du transept. Toutefois, sa moindre largeur (2,20 m au lieu de 2,70 à 3,90 m pour les autres chapelles) pose question. Faute de pouvoir analyser ou sonder le reste de l’église (toujours dévolu au culte), ce sondage pourrait permettre d’observer la fondation du mur nord du sanctuaire, côté extérieur, et donc, peut-être de mettre au jour un fondement du xie s. voire antérieur.

8Dans le bourg, l’étude des maisons médiévales inventoriées sera poursuivie, ainsi que l’inventaire et l’étude des plafonds peints médiévaux. Le suivi de travaux concernera la suite de la réfection de la calade (place de la Halle) ainsi que d’autres travaux suscités par des propriétaires privés et/ou la municipalité.

9Dans le terroir, on poursuivra la prospection pédestre sur les secteurs commencés, et sur de nouveaux secteurs, cultivés mais également forestiers et de garrigues afin de localiser et documenter plusieurs sites en ruines visibles en photographie aérienne, et d’éventuels vestiges de terrasses de culture sur les versants. Les aménagements le long de l’Orbieu et du « béal » seront abordés à partir d’un inventaire des ponts-canaux, des ponts et des moulins.

10Les recherches documentaires accompagneront les opérations de terrain, notamment pour éclairer la formation et la gestion du temporel de l’abbaye de Lagrasse afin de caractériser la maîtrise de l’espace par le monastère dans son environnement proche : nature de la mise en valeur, équipement et infrastructures, parcellaires. Des études ciblées seront réalisées sur certains dossiers documentaires qui permettront également un croisement avec les données de prospection : métairies, travaux sur le « béal » et les moulins, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Pousthomis-Dalle, Nicolas Poirier et Julien Foltran, « Lagrasse (Aude). L’abbaye, le bourg, le terroir »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 217-218.

Référence électronique

Nelly Pousthomis-Dalle, Nicolas Poirier, Julien Foltran, « Lagrasse (Aude). L’abbaye, le bourg, le terroir » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9159

Haut de page

Auteurs

Nelly Pousthomis-Dalle

Articles du même auteur

Nicolas Poirier

Articles du même auteur

Julien Foltran

Haut de page

Responsables d'opération

Nelly Pousthomis-Dalle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Nicolas Poirier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Julien Foltran

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search