Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Église de la Madeleine (ancienne église des Prêcheurs)

Responsable d’opération : Sandrine Claude
p. 219

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1Au NE de la place des Prêcheurs, la Madeleine a été, jusqu’à la Révolution, l’église conventuelle d’une communauté de Dominicains établie à Aix, en 1272. Elle doit en grande partie ses dispositions actuelles aux travaux des maîtres maçons, Jean et Laurent Vallon, qui entre 1691 et 1703 ont donné à l’édifice son unité architecturale classique rendant aujourd’hui presque imperceptibles les campagnes de construction qui les ont précédés depuis la fin du xiiie s. Les restaurations et consolidations commandées par les Monuments historiques sur cette église ont fait l’objet, à la fin de l’année 2012 et en 2013, d’un suivi archéologique conduit dans le cadre d’une fouille préventive qui a contribué à révéler l’édifice de la fin du Moyen Âge.

2Les textes signalent la reconstruction de l’église primitive peu avant le milieu du xive s. Si l’on ne peut totalement exclure le maintien de certains éléments de la fin du xiiie s. dans les élévations de la « nove ecclesie » mentionnée en 1344, les vestiges les plus anciens mis au jour doivent, en toute vraisemblance, être attribués aux reconstructions du xive s. qui ont pu s’échelonner sur plusieurs décennies. De cet édifice, ont été reconnus, en fondation et en élévation, cinq segments du mur gouttereau sud, répartis sur plus de 45 m de long et conservés, par endroits, sur environ 15 m de haut. Les restes de l’élévation intérieure de son pignon occidental, traversée par un oculus de 4,20 m de diamètre, ont également été saisis sous les remaniements de la fin du xviie s., au revers de la façade néo-classique actuelle. Ce mur a gardé les traces d’une toiture à deux versants, de sa poutre faîtière et de sa couverture de tuiles. À l’est, le chevet formant une enveloppe extérieure à pans coupés renforcée par quatre contreforts et ajourée par des fenêtres en arc brisé pourrait également avoir été établi dans le courant du xive s.

3Ces constructions dessinent une église longue dans-œuvre de 62 m et large de 12 m, à un seul vaisseau de nef. La faiblesse des murs latéraux – environ 1 m d’épaisseur en fondation – ainsi que la documentation d’archive, imposent la restitution d’une couverture charpentée sur ce volume en place avant 1410. Le morcellement extrême des vestiges qui n’ont pas livré de renforts latéraux le long de la nef, et la seule fenêtre haute partiellement conservée, ne permettent de déceler aucun rythme de travée dans cet ensemble. Ils interdisent également de saisir les éventuelles campagnes de travaux, donnant à l’église des Prêcheurs une continuité architecturale qui n’est sans doute qu’apparente.

4Ces dispositions simples et amples, parfaitement adaptées à l’accueil des fidèles, à la prédication et aux offices monastiques, ont guidé tous les développements ultérieurs de l’édifice qui s’est progressivement agrandi sous la pression des dévotions privées. Les abords de la nef et du chœur monastique sont ainsi investis, dès le début du xve s., par des chapelles latérales, indépendantes les unes des autres et qui, si l’on en croit les nombreux réemplois piégés dans les maçonneries ultérieures, étaient voûtées sur nervures et richement décorées. Seules les deux premières chapelles latérales nord et sud, entièrement appareillées en pierre de taille et voûtées sur croisées d’ogives, ont été conservées presque intactes dans les reconstructions de la fin du xviie s.

5À partir de 1691, les interventions de Jean et Laurent Vallon vont unifier et moderniser l’architecture de ce bâtiment composite : la nef médiévale laisse place au vaisseau central de la nef moderne, rehaussé d’un niveau de fenêtres hautes et voûté. On crée un transept doté d’une coupole à sa croisée et les anciennes chapelles latérales sont unifiées en bas-côtés. Si ces travaux ont largement gommé l’édifice médiéval, la nouvelle église reste, par son plan et son emprise, totalement héritée de ce dernier. De même que les piliers du vaisseau central de la nef moderne et de la croisée du transept reprennent exactement le tracé des murs gouttereaux de l’église du xive s., les bas-côtés sont insérés dans l’enveloppe des anciennes chapelles latérales n’oblitérant que leurs voûtes, tandis que la façade occidentale et le chevet de la fin du Moyen Âge ont été, semble-t-il, repris en l’état dans les constructions du xviie s. et simplement rehaussés pour s’adapter aux nouvelles élévations.

Aix-en-Provence, restitution en plan de l’église des Prêcheurs du xive au xvie s.

Aix-en-Provence, restitution en plan de l’église des Prêcheurs du xive au xvie s.

DAO : S. Ranchin, Direction Archéologie de la ville d’Aix-en-Provence

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, restitution en plan de l’église des Prêcheurs du xive au xvie s.
Crédits DAO : S. Ranchin, Direction Archéologie de la ville d’Aix-en-Provence
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Église de la Madeleine (ancienne église des Prêcheurs) », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 219.

Référence électronique

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Église de la Madeleine (ancienne église des Prêcheurs) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9170

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Claude

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals