Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Bourges (Cher). Rues Carolus et Jean Baffier, site Marie Immaculée

Responsable d’opération : Philippe Maçon
p. 222

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic mené de juin à juillet 2012 à l’emplacement du complexe religieux de Saint-Oûtrille-du-Château a permis de reconnaître, entre autres, les vestiges d’édifices de culte successifs et de cimetières qui leur sont associés au sud. Ce diagnostic complète les découvertes effectuées fortuitement au xixe s. et lors d’une fouille menée en 1981 (dir. O. Ruffier) au nord de l’édifice, notamment au sein du cloître d’époque romane.

2L’emprise diagnostiquée se situe hors les murs du centre urbanisé ancien de Bourges, en bordure d’une voie d’origine antique reliant Bourges à Lyon. Selon la tradition, la fondation du complexe religieux de Saint-Oûtrille-du-Château intervient dans le courant du vie s., sous l’impulsion de l’évêque Oûtrille qui y fait édifier sa basilique funéraire. À sa mort, l’édifice accueille une communauté monastique dirigée par un abbé ; il est alors doté d’un hospitium et d’une matricula. L’église d’origine est reconstruite vers la fin du xie s. et devient chef-lieu de paroisse dès le xiie s. au moins ; elle accueille alors une communauté de chanoines séculiers. Plusieurs espaces funéraires successifs et parfois concomitants sont associés à l’établissement tout au long de son existence. Un cimetière paroissial notamment est ouvert dans le courant du xvie s. contre le flanc sud de l’église, à l’emplacement de l’emprise prescrite au diagnostic. L’établissement et son cimetière seront démantelés à l’aube du xixe s.

3Jusqu’alors, la fondation de la basilique funéraire du haut Moyen Âge était réputée intervenir ex nihilo. L’opération de diagnostic permet pourtant de démontrer que le secteur, alors probable terrain vague, est régulièrement investi durant l’Antiquité tardive pour la pratique de l’inhumation. Au moins une tombe construite compte parmi les sépultures découvertes.

4L’emplacement de cet espace funéraire accueille avant le viie s. les fondations d’un édifice abritant une salle souterraine, dont l’emplacement privilégié sera pérennisé sous le chœur de l’église romane. Le sol de cette salle devait à l’origine accueillir une mosaïque, détruite par les inhumations successives. L’un de ses murs au moins est orné d’un dessin au graffite, représentant un individu de face, vêtu d’une tunique et pointant de son index et de son majeur gauches un agneau faisant face à un serpent (fig.). Ces vestiges sont rapprochés de la basilique funéraire d’origine. Un espace funéraire du haut Moyen Âge, reconnu anciennement et lors du présent diagnostic, se développe autour de l’édifice.

5Le diagnostic fut également l’occasion d’identifier une partie des murs et des espaces de circulation de l’église d’époque romane, réédifiée selon toute vraisemblance en lieu et place de l’édifice primitif. Au NE de l’emplacement du chevet de l’église, la construction souterraine dite « crypte de Sainte-Blandine » a pu être observée. L’un des espaces funéraires en relation avec l’église d’époque romane a été reconnu le long de son flanc sud. L’opération de fouille menée en 1981 avait par ailleurs permis d’identifier le cimetière des chanoines, au sein du cloître de l’église d’époque romane.

6Dans le courant du xvie s., un cimetière paroissial couvrant une superficie de près de 1 200 m² est ouvert contre le flanc sud de l’église. Les sondages pratiqués à son emplacement dans le cadre du diagnostic ont permis d’apprécier la densité des inhumations puisque celles-ci s’y succèdent sur près de 2,50 m d’épaisseur stratigraphique. Des apports réguliers de remblais répondent aux contraintes de saturation de l’espace funéraire ; ils occasionnent de fait un tel exhaussement que le niveau de circulation du collatéral sud de l’église s’en trouve nettement plus bas que celui du cimetière. Ledit collatéral, finalement désaffecté et massivement remblayé, accueille un groupe de sépultures tardives.

7Les données collectées au cours de ce diagnostic permettent de mieux cerner les conditions d’implantation et de développement de l’un des complexes religieux qui restera parmi les plus influents de Bourges jusqu’à la Révolution.

8La mise en évidence d’un espace funéraire de l’Antiquité tardive précédant l’édification de la basilique funéraire du haut Moyen Âge interroge sur les modalités de gestion de l’espace dédié au monde des morts dans un large secteur SE de la ville durant l’Antiquité. Cette découverte remet également en question les conditions d’implantation du premier édifice chrétien, jusqu’alors réputé fondé ex nihilo.

9Une salle souterraine décorée antérieure au viie s., dont l’emplacement privilégié sera perpétué par celui du chœur de l’église romane, peut sans doute être rapprochée de la crypte réputée accueillir à l’origine les sépultures d’Oûtrille et des premiers évêques de Bourges.

Bourges, rues Carolus et Jean Baffier, site Marie Immaculée.

Bourges, rues Carolus et Jean Baffier, site Marie Immaculée.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Bourges, rues Carolus et Jean Baffier, site Marie Immaculée.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Maçon, « Bourges (Cher). Rues Carolus et Jean Baffier, site Marie Immaculée »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 222.

Référence électronique

Philippe Maçon, « Bourges (Cher). Rues Carolus et Jean Baffier, site Marie Immaculée » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9179

Haut de page

Auteur

Philippe Maçon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Maçon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals