Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Châteauroux (Indre). Le couvent des Cordeliers

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 224

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le couvent des Cordeliers fut l’une des premières fondations de l’ordre en France et l’une des plus importantes. La date de fondation de 1214 fondée sur l’Obituaire du couvent a été remise en question par des recherches historiques qui imposent une fourchette plus large. La fondation ne peut être antérieure à 1219 et l’achèvement de la construction pourrait s’échelonner entre 1233 et 1248.

2Un projet d’aménagement de la cour actuelle sur l’emplacement du cloître disparu a conduit à la réalisation d’un diagnostic archéologique sous la forme de sept sondages perpendiculaires aux murs des bâtiments subsistants.

3Il a été possible de confirmer l’emplacement du mur bahut du cloître et d’évaluer son état de conservation. Le nettoyage des maçonneries a mis en évidence deux états majeurs de construction.

4Dans un sondage devant l’aile nord, emplacement supposé de la cuisine et du réfectoire, le décapage a mis au jour des vestiges d’une canalisation maçonnée. La fouille d’un tronçon de 3 m a permis d’enregistrer deux phases d’utilisation. La première consiste en un tronçon de canalisation composée de deux parements de pierre scellés avec du mortier et couverte par des dalles plates. Le drain avait été recouvert par des remblais de construction pour former une surface de circulation. Ce premier état était perpendiculaire à l’aile nord et la pente indique un écoulement depuis les bâtiments vers le cloître.

5Le deuxième état consiste au branchement d’un drain maçonné similaire à la construction d’origine. En revanche, la canalisation est composée de trois tronçons de tuyaux en terre cuite dont deux ont été retaillés à la longueur nécessaire pour assurer la connexion avec le drain préexistant. Le branchement du nouveau drain s’accompagne de la condamnation du tronçon amont de l’ancien et d’une reprise des maçonneries avec un mortier de tuileau. Le tronçon intact présente une longueur de 0,46 m avec un diamètre de 0,10 m à l’extrémité proximale qui se réduit à 0,06 m juste avant l’extrémité distale. Celle-ci est marquée par un rétrécissement destiné à son emboîtement dans le tronçon suivant. Les marques de tournage indiquent une fabrication à l’aide d’un tour.

6Deux sondages à l’emplacement de l’aile ouest du couvent ont mis en évidence l’existence de deux états de construction. Le premier, contemporain de la construction primitive de l’ensemble, consiste en un grand mur N-S qui fermait le côté occidental de la cour. Il servait sans doute de mur de soutènement car un fort dénivelé a été constaté à l’ouest, à l’extérieur. Le deuxième état consiste en la construction du gouttereau ouest de l’aile occidentale avec des refends E-O qui divise le bâtiment en trois grandes salles principales. Ce deuxième état semble comprendre l’insertion d’un petit caveau maçonné dans l’angle SO du cloître, sans doute un ossuaire.

7Les sondages ont également permis d’établir l’existence du mur bahut cloître sur au moins trois des quatre côtés mais un doute existe quant à la configuration du côté ouest : le mur bahut n’a pas été observé dans les sondages mais cette absence est peut-être le résultat des conditions de conservation et d’observation. Les documents iconographiques suggèrent l’existence d’une galerie sur les quatre côtés. Les vestiges archéologiques indiquent en réalité un rectangle de 17 m de large N-S sur 20,80 m de long E-O, distances prises entre les murs conservés. En revanche, la restitution de l’hypothétique mur bahut ouest permet de retrouver un cloître carré. Finalement, l’intervention a montré que les zones d’inhumation dans la cour centrale du cloître avaient été détruites (relèvement volontaire du cimetière ou destructions provoquées par des aménagements plus tardifs ?). Cependant, les sépultures dans les galeries sont encore présentes à partir d’une profondeur de 0,80 m environ, conformément aux observations faites lors des premières fouilles en 1977-1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Châteauroux (Indre). Le couvent des Cordeliers »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 224.

Référence électronique

Simon Bryant, « Châteauroux (Indre). Le couvent des Cordeliers » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9183

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals