Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Cluny (Saône-et-Loire). Les Hôtelleries Saint-Hugues

Responsable d’opération : Charlotte Gaillard
p. 225

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le bâtiment des « Hôtelleries Saint-Hugues » de l’abbaye de Cluny, théâtre actuel de la ville qui borde les places du Marché et du 11 août 1944, fut élevé durant la grande campagne de construction de Cluny III entreprise par Hugues de Semur (1049-1109). Situé à proximité de la porte d’entrée de l’ancienne abbaye, il s’ouvrait sur une grande cour intérieure qui donnait accès au cloître monastique, bordée au sud par l’avant-nef et au nord par l’aumônerie. Cet édifice n’avait finalement fait l’objet que de peu d’investigations jusqu’alors, hormis la solide reconstitution proposée par K. J. Connant. En 2012, le projet de restauration des élévations orientales et méridionales de l’édifice a ainsi permis de réaliser une étude archéologique du bâti concerné, fortement remanié au xixe s. (percement de nouvelles baies, destruction d’une partie du bâtiment pour y faire passer une rue.)

2L’étude, confrontée aux résultats issus de divers sondages effectués à l’avant et à l’arrière des bâtiments dans les années 1990, ainsi qu’aux sources graphiques et archivistiques, conduit à proposer une restitution de l’édifice primitif. Il mesure à l’origine 50 m de long par 11,25 m de large sur 14,75 m de haut (mur gouttereau) et s’organise sur deux étages. La salle basse, non voûtée, dont le plafond repose sur des sablières portées par des piles circulaires, ouvre sur l’est et le sud par une série de petites baies en plein cintre à ébrasement intérieur. Une porte d’entrée, large de 2,50 m, assure les circulations avec la cour intérieure, implantée rigoureusement au centre de la façade orientale (23,80 m de chaque mur pignon). Une seconde entrée était ménagée par ailleurs à l’ouest, dont l’arc est encore visible aujourd’hui dans la maçonnerie rejointoyée. À l’étage prend place une grande salle haute de 10 m environ, abondamment éclairée grâce à un niveau de baies ménagé sous la corniche de la toiture. Deux, voire trois portes en plein cintre ouvrent sur deux galeries en bois larges de 5 m environ dont les solives reposent sur une saillie du mur de 0,30 m environ et les piliers sur des bases circulaires maçonnées dont l’une a pu être retrouvée en fouille. La charpente d’origine qui coiffe le tout a pu être datée de la première décennie du xiie s.

3L’organisation intérieure de l’édifice et la fonction des différents espaces demeurent malheureusement inconnues. Au xviiie s. la salle basse sert en partie d’écuries, mais elle peut être à l’origine un lieu de stockage pour l’approvisionnement. Quant à la salle haute, qui sert à loger les hôtes (elle accueille aujourd’hui le théâtre), aucun aménagement lié à l’habitat, comme des conduits de cheminée par exemple, n’a pu être observé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Gaillard, « Cluny (Saône-et-Loire). Les Hôtelleries Saint-Hugues », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 225.

Référence électronique

Charlotte Gaillard, « Cluny (Saône-et-Loire). Les Hôtelleries Saint-Hugues » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9188

Haut de page

Auteur

Charlotte Gaillard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Charlotte Gaillard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals