Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Gigny-sur-Suran (Jura). Église Saint-Taurin

Responsable d’opération : Christian Sapin et Sylvain Aumard
p. 226

Entrées d’index

Année de l'opération:

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1La restauration des toitures de l’église de Gigny (2012-2013) a été accompagnée de deux campagnes de recherche archéologiques (tranche ferme et tranche conditionnelle) portant sur ses maçonneries et leur relation avec les différents états des toitures couvrant bas-côté sud et bras sud du transept. Si jusqu’à présent les recherches avaient essentiellement porté sur les sols et les élévations accessibles, le suivi des travaux de restauration était indispensable pour répondre aux nombreuses interrogations subsistantes et pouvant expliquer l’originalité et la précocité de la mise en œuvre.

2Ces travaux ont d’abord été riches d’enseignement sur l’évolution de l’édifice au cours du temps, sa mise en œuvre et ses avaries, comptant pas moins de deux incendies. Cela est tout particulièrement vrai pour ce qui concerne les dispositions architecturales du premier état roman : chapelles basses jumelées, transept et collatéral voûtés en berceau et raidis de tirants et chainages en bois. La précocité de ces techniques de voûtement, déjà établie avant ces recherches, se trouve désormais renforcée par les dernières analyses 14C autorisant à placer ce chantier au début du xie s. En outre, des hypothèses ont pu être formulées à propos des dispositions du cloître carolingien, notamment son aile orientale.

3L’autre principal apport de cette étude touche la mise en évidence de pièces voutées, installées progressivement au cours de l’époque gothique dès le xiiie s. au-dessus des chapelles du chevet et en partie haute du transept, probablement pour accueillir le trésor ou les archives. Enfin, grâce à l’étude des mortiers, l’impact des travaux modernes, notamment ceux des années 1640, a été mieux déterminé en montrant qu’ils ont concerné également le chevet et le transept, contrairement à ce que suggéraient les textes.

4Toutes ces informations sont précieuses pour un monument qui, avec Baume-les-Messieurs (objet également de travaux et de suivis archéologiques), constitue rappelons-le un jalon essentiel dans l’architecture romane. Le dialogue engagé avec l’architecte lors de ces campagnes sur le terrain a permis également d’opérer des choix de restauration tenant compte des témoins archéologiques apparaissant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sapin et Sylvain Aumard, « Gigny-sur-Suran (Jura). Église Saint-Taurin »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 226.

Référence électronique

Christian Sapin, Sylvain Aumard, « Gigny-sur-Suran (Jura). Église Saint-Taurin » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9193

Haut de page

Auteurs

Christian Sapin

Articles du même auteur

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Christian Sapin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Sylvain Aumard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals