Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1.  – Opérations de terrainGisors (Eure). La chapelle Saint-...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Gisors (Eure). La chapelle Saint-Luc de la léproserie Saint-Lazare

Responsable d’opération : Aminte Thomann
p. 227

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique effectué en avril 2013 par l’Inrap à l’intérieur de la chapelle Saint-Luc de la léproserie Saint-Lazare de Gisors a mis en évidence des niveaux d’occupation principalement funéraires, mais également une fosse dont la fonction et la datation sont indéterminées et un trou de pilier d’époque moderne ou contemporaine.

2Au sein des deux sondages effectués (dans le chœur et dans la nef), cinq sépultures ont été observées et quatre ont été fouillées. Ces sépultures se trouvent toutes dans l’axe central de l’édifice. La sépulture du chœur, creusée dans le sol géologique, a la particularité d’être orientée E-O et son coffrage en bois très bien conservé. Les sépultures de la nef s’étagent sur plusieurs niveaux appartenant à deux périodes d’occupation, une au Moyen Âge et une à l’époque moderne. L’intervalle entre ces deux périodes voit l’installation d’un niveau de sol. Les quatre tombes en place observées dans la nef sont toutes O-E.

3L’observation de niveaux de terre de cimetière remuée dans les deux sondages témoigne de la présence d’autres sépultures perturbées anciennement. Le décompte des ossements déconnectés a pu mettre en évidence la présence d’au moins huit adultes et d’un adolescent en plus des cinq individus en place. La synthèse de nos données avec celle d’un sondage archéologique effectué en 1996 au centre de l’édifice indique la présence d’au moins sept sépultures. Si la sépulture du chœur et celle du sondage de 1996 affleurent sous le niveau de préparation du sol actuel, les inhumations de la nef vont jusqu’à une profondeur d’1,30 m.

4L’étude biologique des squelettes montre un échantillon d’adultes composé de deux jeunes femmes, d’un homme et de trois individus de sexe indéterminé. L’observation de lésions pathologiques sur les squelettes a pu mettre en évidence un cas de rachitisme pendant l’enfance et, sur le même individu, un cas possible de goutte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aminte Thomann, « Gisors (Eure). La chapelle Saint-Luc de la léproserie Saint-Lazare »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 227.

Référence électronique

Aminte Thomann, « Gisors (Eure). La chapelle Saint-Luc de la léproserie Saint-Lazare » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9195 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9195

Haut de page

Auteur

Aminte Thomann

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Aminte Thomann

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search