Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Granges-le-Roi (Essonne). Abbaye Notre-Dame de l’Ouÿe

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 227-228

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’abbaye Notre-Dame de l’Ouÿe est un prieuré de l’ordre de Grandmont fondé vers 1163 par Louis VII, peut-être sur le site d’un oratoire préexistant. L’établissement a connu un essor important aux xiie et xiiie s. et a subi les vicissitudes de la guerre de Cent Ans et se trouve dans un état de ruine vers la fin du xve s. Le premier abbé commendataire entreprend une campagne de reconstruction importante en 1518. Une déclaration faite au roi François Ier mentionne la construction d’une grange en charpente (pan de bois ?), des étables, d’une bergerie et d’un colombier, sans compter la reconstruction de l’église. Le site souffre encore des guerres de Religion et le prieuré est abandonné pendant un demi-siècle suite aux troubles de la Ligue en 1567.

2Au début du xviie s., il nécessite de lourds travaux mais ceux-ci n’ont été réalisés qu’entre 1664 et 1667. La situation est compliquée par la réforme menée à partir de 1679 et qui a fini par faire disparaitre la communauté en 1770. Avant cette date cependant, d’importantes campagnes de travaux avaient eu lieu entre 1721 et 1724 et à partir de 1758. Le prieuré était dans un excellent état lors de la suppression de l’ordre. À partir de 1775, le prieuré devient un pensionnat pour des filles de bonne famille, une fonction qui a perduré jusqu’à la Révolution. Vendus comme biens nationaux, les bâtiments et le domaine changent de propriétaire à plusieurs reprises avant d’être attribués aux sœurs Ursulines après 1945.

3Malgré les destructions et les transformations successives, l’ensemble prieural est bien conservé avec la chapelle et l’essentiel des trois autres ailes des bâtiments conventuels. Le site conserve également une grande partie des bâtiments agricoles de la basse cour, dont un colombier circulaire en brique, une grande grange sur poteaux, des étables et une bergerie.

4Un diagnostic archéologique fut prescrit dans le cadre d’un projet d’aménagement du site. Les objectifs étaient la détection des vestiges du prieuré dans les espaces vides (cloître, basse-cour et enclos à l’ouest) et l’évaluation du potentiel archéologique des bâtiments encore en élévation.

5En plus des sondages mécaniques et manuels, l’ensemble des bâtiments a fait l’objet d’une première analyse archéologique, appuyée par la réalisation d’orthophotos des façades et de certains parements internes.

6Les sondages ont montré que la basse cour et l’enclos ouest étaient vides de structures et que les niveaux de circulation n’ont guère changé depuis la construction des bâtiments agricoles. La stratigraphie dans le cloître semble avoir été détruite par les aménagements tardifs, avec une reconstruction totale au milieu du xviiie s. Un des sondages a toutefois mis en évidence les vestiges de l’angle SO des bâtiments conventuels, sans doute la cuisine.

7L’analyse des élévations a permis d’identifier des éléments de la construction primitive, datables du xiie s. : l’aile sud avec le réfectoire, couverte par des voûtes d’arêtes ; les vestiges de l’aile ouest, le logis des hôtes ; l’aile orientale avec la salle capitulaire et le cellier au sud et le dortoir à l’étage. Ce dernier conserve l’essentiel de ses fenêtres étroites d’origine ainsi que des traces d’un réaménagement de la fin du Moyen Âge. Il a également été possible d’identifier la campagne de reconstruction du cloître et d’une partie de l’aile ouest au milieu du xviiie s.

8L’observation des bâtiments agricoles de la basse cour a permis d’identifier au moins trois états de construction des étables et de la bergerie : un premier édifice à pan de bois avec des pignons maçonnés, probablement ouvert sur les côtés. Cette structure charpentée fut englobée par des gouttereaux maçonnés avant d’être agrandi par un prolongement du corps de bâtiment d’origine vers le sud. Les deux premiers états sont probablement datables du xvie s. et peuvent être contemporains du colombier. Le côté sud de la basse cour est formé par la grange sur poteaux, une construction homogène qui reste à dater. Elle pourrait être contemporaine de la construction des portails nord et sud, réalisés entre 1721 et 1724.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Granges-le-Roi (Essonne). Abbaye Notre-Dame de l’Ouÿe »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 227-228.

Référence électronique

Simon Bryant, « Granges-le-Roi (Essonne). Abbaye Notre-Dame de l’Ouÿe » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9196

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals