Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Kuttolsheim (Bas-Rhin). Église Saint-Jacques

Responsable d’opération : Jacky Koch
p. 228

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1La présente campagne de sondages archéologiques a été centrée sur le clocher roman de l’église de Kuttolsheim. Les murs extérieurs de la tour, attribuée au troisième quart du xiie s., sont ornés de lésènes et arcatures dont la base est masquée par le remblai du cimetière actuel. En liaison avec un projet de restauration de l’édifice, les sondages du sous-sol, creusés au droit des murs est et nord, ont atteint les bases talutées à une profondeur de 1 m. À sa base, la tour reposait sur une fondation en gros blocs, probablement posée en tranchée étroite dans le terrain argilo-limoneux environnant et liés par un mortier dont la chaux a été très largement dissoute par les mouvements de la nappe. La simplicité du décor de cette tour a été confirmée par la partie inférieure du registre décoratif (socle, base talutée, lésènes et arcatures avec modillons). L’existence de sépultures autour de ce clocher a été confirmée par nos investigations. Plusieurs détails d’ordre typologique peuvent toutefois être constatés. Une dalle servant de paroi et un fragment de sarcophage à cavité céphalique indiquent une distinction qualitative de certaines inhumations. Sur le côté nord de la tour, une fosse ossuaire atteste la purge de sépultures réalisée avant le xve s. Devant l’angle SE de la tour, l’espace semble avoir été réservé pour des immatures, inhumés en pleine terre. La surface limitée de nos sondages ne permet toutefois pas d’appréhender la totalité de ces deux ensembles.

2Dans un second temps, une annexe fut adossée sur le mur nord de la tour. La mise au jour d’un sol en tomettes reposant sur une chape de fondation en mortier de chaux correspondait à l’application d’un enduit au lait de chaux qui a contribué à blanchir le mur roman. Cette reprise était accompagnée du percement d’une porte dans ce mur et d’un bûchage partiel des arcatures. Cette extension, dont le plan n’a pas été précisé, peut être interprétée comme la chapelle dédiée à sainte Catherine, mentionnée la première fois en 1454.

3La nef médiévale et la chapelle nord furent démolies préalablement à la construction de l’église actuelle. Le nouveau chœur fut inséré entre l’ancienne tour romane et la nouvelle nef. Elle entraîna la condamnation des ouvertures du premier niveau de la tour et le percement d’une porte du côté sud. C’est à cette période que le niveau du cimetière fut rehaussé, scellant pour un temps, les bases talutées de la tour romane.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Koch, « Kuttolsheim (Bas-Rhin). Église Saint-Jacques », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 228.

Référence électronique

Jacky Koch, « Kuttolsheim (Bas-Rhin). Église Saint-Jacques » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9197

Haut de page

Auteur

Jacky Koch

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacky Koch

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals