Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Cathédrale Saint-Jean

Responsable d’opération : Emmanuelle Boissard
p. 228-229

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Cette opération d’archéologie préventive s’est inscrite dans le cadre des travaux de restauration réalisés sur les élévations intérieures du chœur, de l’abside et des chapelles orientales de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon, sous la maîtrise d’ouvrage de l’État, représenté par la Conservation régionale des Monuments historiques.

2Trois axes d’examen ont présidé à l’opération : l’identification des matériaux employés et l’analyse de leur mise en œuvre, la lecture de la chronologie de l’édification, en lien avec celle établie lors des études antérieures, et la documentation des décors sculptés et polychromes.

3Deux grandes phases de construction peuvent être distinguées pour cette partie orientale de la cathédrale; l’une, du dernier tiers du xiie s., est rattachée à l’architecture romane, l’autre, du 1er quart du xiiie s., à l’architecture gothique

4L’opération archéologique a confirmé que les vestiges des monuments de la ville romaine ont constitué la principale source d’approvisionnement du chantier de construction roman. Les élévations des parements intérieurs réutilisent de grands blocs de choin de Fay, au sein desquels se lisent encore les indices liés à leur exploitation antique : trous de louve, de pince ou d’agrafe notamment. Soigneusement polis, et associés au remploi de diverses variétés de marbres pour les pilastres de l’abside et les décors sculptés, ces éléments fondent la monumentalité du projet architectural de la fin du xiie s. Leur mise en œuvre exploite au maximum les dimensions initiales et les qualités techniques et esthétiques propres à chaque matériau ; les formes obtenues et leur assemblage révèlent une exceptionnelle maîtrise de la stéréotomie.

5Trois bandeaux rythment l’élévation, caractérisés par un décor d’incrustation dont deux autres occurrences seulement sont connues, à quelques dizaines de kilomètres au sud dans la vallée du Rhône dans l’abbatiale Saint-André-le-Bas et la cathédrale Saint-Maurice de Vienne, en Isère. D’un point de vue technique, ce décor d’incrustation repose sur l’association de deux matériaux : le marbre, dans lequel le décor est gravé, et un mortier brun-rouge constitué d’un mélange de chaux et de tuileau finement broyé, auquel s’ajoutait probablement un liant organique. L’agencement complexe des remplois de marbre blanc, aux dimensions et aux formes irrégulières, la continuité des motifs sculptés et la précision des contours du mortier de remplissage témoignent d’un plan de composition précis préalable à une exécution en atelier.

6Tout au long du chantier, la recherche de lumière et les innovations techniques ont conditionné les évolutions du projet ; les baies nord de la chapelle Saint-Pierre ont été agrandies, des voûtes d’ogives ont supplanté les voûtes d’arêtes projetées et le couvrement du chœur a été surélevé à la liaison avec le transept.

7L’étude stratigraphique des revêtements et de la polychromie a également révélé diverses campagnes successives. Le bandeau inférieur a vu disparaître son mortier de tuileau au profit d’un décor temporaire de bleu de lapis-lazuli et de feuille d’or, avant de recevoir un nouveau mortier rouge. Un badigeon rose pâle a recouvert les parements et les voûtes sur lesquelles se sont détachées les nervures rouges, pour disparaître à nouveau sous d’autres badigeons gris et brun postérieurs. La sculpture des chapiteaux et des clefs de voûte a reçu plusieurs décors peints successifs. Une grande campagne de remise à nu de la pierre peut être attribuée aux années 1930.

8Enfin, deux inscriptions ont été découvertes lors de cette intervention. « STEFANUS » souligne un bloc du bandeau inférieur de l’abside, dont le motif unique a servi de modèle à la frise végétale. « STEPHAN FECIT », gravée sur le chapiteau est de l’arcade sud du chœur, en signe la qualité du travail de sculpture et de taille de pierre. Une niche monumentale a également été mise au jour à l’entrée de la chapelle Saint-Pierre ; l’aménagement d’une évacuation semble signaler un lavabo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Boissard, « Lyon (Rhône). Cathédrale Saint-Jean »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 228-229.

Référence électronique

Emmanuelle Boissard, « Lyon (Rhône). Cathédrale Saint-Jean » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9198

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Boissard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuelle Boissard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals