Navigation – Sitemap
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Moissac (Tarn-et-Garonne). « Patus »

Grabungsleiter: Patrice Georges
p. 231

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2013
Seitenanfang

Volltext

1L’aménagement de la partie orientale de l’abbaye de Moissac a entraîné la découverte fortuite de caveaux et d’un édifice religieux dans un état de conservation assez remarquable, tout du moins pour la partie qui n’a pas été détruite lors de l’intervention d’engins mécaniques. Une opération de sondage a permis à l’Inrap de faire quelques observations. Cette découverte, qui intervient notamment après la mise en évidence d’une autre chapelle l’année précédente (chapelle de Tous les Saints), permet en effet de reconsidérer cette partie de l’abbaye.

2L’édifice mesure hors œuvre au moins 15,70 m de long sur 9,30 m de large au niveau de la nef. Il présente des murs encore en élévation, servant d’appui à des banquettes, et un pavement polychrome (carreaux glaçurés et de faïence). Ce dernier, daté de la fin du xiiie s., recouvre le pavement initial, non décoré. Plusieurs des signes lapidaires qui ont été relevés se retrouvent également dans la tour-porche de l’abbaye datée du xiie s.

3La nef comporte au moins deux ouvertures latérales condamnées par des maçonneries en briques. L’une d’entre elles s’ouvre sur un espace dont le sol est également carrelé. La relation physique ou stratigraphique avec la salle capitulaire, à proximité de laquelle le bâtiment se situe, n’a pas pu être révélée faute d’autorisation. De même, si une extension rectangulaire, dont les murs sont arasés, a été observée au sud de la nef (contemporanéité attestée avec cette dernière), il n’est pas possible de savoir si une extension comparable existait au nord. Enfin, seule une petite partie de l’élévation du chevet a également été dégagée. Il demeure de fait difficile d’en déterminer la forme exacte ; un contrefort a toutefois été observé au sud.

4Compte tenu des informations chronologiques et de la situation de cet édifice, l’hypothèse qu’il s’agisse de la chapelle Notre-Dame de Lemboulari, dont les premières occurrences dans les textes remontent au début du xiiie s., a été avancée. Cette découverte s’inscrit de facto dans la problématique de l’influence clunisienne sur l’abbaye de Moissac qui concerne l’aménagement de l’enclos monastique et sans doute donc de la liturgie.

5Plusieurs pièces architecturales de première importance ont été retrouvées à l’occasion de cette opération. C’est ainsi le cas d’une plaque de marbre ornée d’un motif d’écailles et d’un élément de marbre présentant un décor d’ondulations identique à celui habillant le pilier de la galerie nord du cloître de 1100.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Patrice Georges, « Moissac (Tarn-et-Garonne). « Patus » »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 231.

Online-Version

Patrice Georges, « Moissac (Tarn-et-Garonne). « Patus » » [archäologische Miszelle],Archéologie médiévale [Online], 44 | 2014, Online erschienen am: 15 April 2018, abgerufen am 30 März 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/9211

Seitenanfang

Autor

Patrice Georges

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Patrice Georges

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Archéologie Médiévale

Seitenanfang
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals