Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Mont-Saint-Éloi (Pas-de-Calais). Rue du général Bardot

Responsable d’opération : Jean-Michel Willot
p. 226

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011, 2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

Bilan de la campagne de fouille triennale 2011-2013.

1Les deux tours de l’église abbatiale du Mont-Saint-Éloi, derniers vestiges en élévation préservés de l’abbaye, sont localisées à 7 km au NO d’Arras, dans le centre du village du Mont-Saint-Éloi. Le Département du Pas-de-Calais, propriétaire des deux tours depuis 2008, a organisé une fouille programmée dont les résultats participeront à la valorisation prochaine du site. L’opération archéologique qui s’est déroulée durant les étés 2011 à 2013, a porté sur une surface de 4 800 m² localisée à l’arrière des deux tours.

2Le passage de saint Éloi (588-659) sur la colline au début du viie s. repose sur un témoignage de l’un de ses contemporains et disciples, saint Vindicien, évêque de Cambrai. Ce dernier, à l’origine d’une première communauté cénobitique, est, à sa demande, inhumé au Mont-Saint-Éloi. Dans la première moitié du xe s., une nouvelle communauté est fondée à la suite de la découverte miraculeuse du tombeau de saint Vindicien dont les reliques sont déposées dans une nouvelle église. Cette dernière, ruinée lors d’une tempête, est entièrement reconstruite entre 1210 et 1221. L’édifice, en dehors de travaux d’entretien, sera conservé sans aménagement majeur jusqu’à son démantèlement au milieu du xviiie s., lors de la construction d’un nouveau sanctuaire. Après la révolution, le site est transformé en carrière de pierre. Les tours, gravement endommagées en 1915 par des tirs d’artillerie allemande, sont classées Monument historique le 8 juin 1921.

3En quatre campagnes, 3 965 m² sur les 4 800 m² du site ont été explorés, Le sous-sol archéologique présente des états de conservation très disparates.

Le site entre le xe et le xiie s.

4La découverte majeure pour cette période demeure la mise au jour partielle de la crypte de l’église abbatiale romane. Un massif d’angle, deux pans de murs en grès correspondant aux élévations côté nord de la crypte et une descente d’escalier ont été mis au jour. La crypte devait être constituée à l’origine d’un vaisseau central et de deux collatéraux, respectivement larges de 3,50 m et 2,30 m dont le voûtement disparu reposait sur des dosserets. Les murs ont été entièrement enduits d’un badigeon blanc gris, support d’un décor peint en faux-appareil. À une quarantaine de mètres plus au nord, des bâtiments excavés et des inhumations datés du xie s. ont été repérés, un secteur qui devient à partir du xiie s. une aire funéraire, matérialisée par des marquages au sol (fossés et poteau).

L’abbaye à l’époque gothique (xiiie-xve s.)

5Lors de cette phase, l’édifice religieux a fait l’objet de travaux importants signalés par une reprise des fondations. Le sol primitif de la crypte a été décaissé au ras des maçonneries sur une profondeur supérieure à 1,50 m (le fond n’a pu être observé), impliquant la destruction des supports intérieurs et du voûtement. Le précédent accès à la crypte a été abandonné au profit de deux nouveaux escaliers installés dans les angles nord de la crypte. À l’ouest, un espace de circulation extérieur de plus de 10 m de large, matérialisé par des sols en craie damés, a été créé entre l’édifice et le bord ouest de la colline. Au nord, l’aire sépulcrale localisée en façade de l’église gothique s’étend au-delà des anciennes limites fixées par des fossés. Des structures assez élevées, sans doute des croix, compte tenu de la taille de leur ancrage dans le sol, ont été implantées dans le cimetière.

La population inhumée

6La fouille de l’aire sépulcrale médiévale a permis l’exhumation de 91 sépultures datées du xie s. au xve s. Cet échantillonnage, qui ne peut pas être représentatif d’une population inhumée estimée à plus de 800 individus, a le mérite d’apporter des informations sur sa nature et les pratiques funéraires. L’étude anthropologique a révélé notamment qu’il s’agissait d’une population d’hommes, de femmes et d’enfants d’origine villageoise.

La clôture du site

7Deux siècles après la construction de l’église gothique, le paysage monastique est à nouveau profondément bouleversé. Au début du xve s., l’abbaye est enclose d’une enceinte dont les vestiges du mur occidental, large de 1,50 m et flanqué d’une tour de 7 m de diamètre, ont été mis au jour sur 60 m de long.

Le chantier de l’abbatiale moderne 1750-1765

8L’église classique, de 93 m de long sur 43 m de large au niveau du transept, est décalée de 25 m vers l’ouest et d’une cinquantaine de mètres vers le nord par rapport à la précédente. La moitié occidentale du vaisseau a été fondée en contrebas de la butte. Cette différence de niveau a conduit les bâtisseurs à adopter deux modes de fondations. Les soubassements de la moitié septentrionale de l’église ont été installés dans des tranchées creusées dans le substratum. En revanche, les fondations de la moitié sud ont été dressées de plain-pied en contrebas du relief ; la différence de niveau (près de 3 m de dénivelé) a été rattrapée en rehaussant le terrain à l’aide des remblais de démolition de l’église gothique. Finalement, le plan de l’édifice adopte celui d’une croix allongée et symétrique, dont les branches se terminent par des absides courtes.

9Les campagnes de la fouille triennale 2011-2013 ont apporté des éléments d’information inédits renouvelant ainsi la connaissance du site. La collégiale médiévale a beaucoup souffert des destructions contemporaines mais il en subsiste un des éléments importants, la crypte de dimensions exceptionnelles ramenées à la taille de la collégiale. La structuration de l’abbaye est également mieux connue pour cette période côté occidental grâce notamment aux découvertes de l’aire funéraire, de la clôture ainsi que des espaces de circulation. L’intérêt de cette campagne de fouille réside également dans l’examen archéologique complet de la collégiale moderne. Les données issues de la fouille ont permis non seulement de retrouver et de corriger le plan de la collégiale mais elles ont aussi révélé un édifice original dans sa conception tant en fondation qu’en élévation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Willot, « Mont-Saint-Éloi (Pas-de-Calais). Rue du général Bardot », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 226.

Référence électronique

Jean-Michel Willot, « Mont-Saint-Éloi (Pas-de-Calais). Rue du général Bardot » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9212

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Willot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Michel Willot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals