Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Église Notre-Dame et Saint-Sulpice et abords

Responsable d’opération : Ivan Lafarge et Pauline Susini-Collin
p. 232-233

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011, 2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1En 2002, l’agrandissement de l’ancien cimetière et l’étude préalable de l’église de Noisy-le-Grand ont permis de réaliser un premier diagnostic archéologique, complété de 2011 à 2013 par plusieurs sondages complémentaires dans l’église, la surveillance des travaux de restauration de l’édifice et par un second diagnostic des terrains attenants au cimetière.

2C’est probablement une croupe formée sur le coteau qui a favorisé l’installation de l’église pour laquelle les sondages de 2002 avaient permis d’évaluer la densité d’inhumation de 800 à 1 000 tombes entre le viie et le xixe s. pour une surface de 730 m².

3La base du clocher et l’abside nord sont attribuées à la fin du xie s. La structure des fondations du xiie s., constituées de deux rangées perpendiculaires de stylobates continus correspondant aux divisions par travées de l’édifice, révèle la phase de construction qui structure encore l’édifice actuel. Les fondations des quatre contreforts de façade correspondant à l’édifice médiéval ont été observées. Le parvis fait l’objet d’un important nivellement au xive s. qui scelle le cimetière de ce côté.

4Dans l’église, de nombreuses portions de sols de plâtre du xiiie au xviie s. ont été mises au jour ; ils sont couverts de tomettes à partir du xviiie s. Ces sols étaient recouverts de remblais sur toute la surface de la nef et des bas-côtés. Outre de nombreux ossements humains remaniés, une monnaie du xviie s., une garniture de hampe de croix processionnelle en alliage cuivreux et un chapiteau du xve s. en proviennent. En parallèle des sols, on a pu observer le coffrage systématique en plâtre des bases de piliers du bas-côté nord après le xiiie s.

5Dans le mur oriental de la chapelle de la Vierge, une baie médiévale obturée a livré des éléments de vitrail du xive s. encore en place. Un remarquable enduit de plâtre peint représentant la Visitation à Saint-Roch (première moitié du xve s.), a été découvert sur le bouchage intérieur de la baie.

6Un couloir de circulation entre l’abside nord et le sanctuaire témoigne d’un état du xixe s. avec des parements agrémentés de lambris et un contrôle de l’accès par une grille en fer forgé.

7Dans les parties hautes, les observations les plus significatives consistent en la mise en évidence des arcatures du xiie s. de la claire-voie sud du chœur, bouchées au xive s. par la mise en place de la chapelle de la Vierge d’une part et dans l’observation de la frise de couronnement des murs longitudinaux de la nef installée au tournant du xvie s., d’autre part. Celle-ci est surmontée par le rehaussement des murs longitudinaux de la nef à partir du xvie s., sur lesquels on observe des ouvertures bouchées et des reprises de charpente.

8Les inhumations observées montrent l’origine alto médiévale de l’église puis le développement de l’usage sépulcral entre le xie et le xiie s. lié à la construction de l’édifice. Le bas-côté sud est édifié au début du xiie s., alors que le chœur est attribuable au second tiers du même siècle. Le bas-côté nord est reconstruit au milieu du xiiie s. L’inachèvement des deux phases de construction des murs longitudinaux de la nef, à un siècle d’écart, semble significatif des moyens limités de la fabrique, malgré le soin apporté au système de fondation sur stylobates. Les xive et xve s. voient la mise en place de la chapelle de la Vierge. Le tournant des xve et xvie s. voit une forme de finalisation de la nef matérialisée par la pose de la frise, l’ouverture de fenêtres hautes et la réfection de la fenêtre de façade. Au xixe s., la façade est refaite en style saint-sulpicien et au sud les murs périphériques et la charpente sont repris, une voûte en plâtre intégralement déposée lors de la restauration est installée probablement à la suite des bombardements de 1870.

9En conclusion, ces nouvelles données s’intègrent tant dans les problématiques de la constitution des réseaux paroissiaux que dans celles de la construction des édifices religieux d’importance secondaire. La fouille, en 2008-2009, de la nécropole des Mastraits (martyrium), à quelques centaines de mètres au SO du site de l’église, avait mis en évidence une occupation continue du très haut Moyen Âge au milieu du xie s. En 1060, le roi Henri Ier, fondateur de l’abbaye parisienne de Saint-Martin-des-Champs, donne le domaine de Noisy-le-Grand à l’abbaye, pour le financement de la reconstruction de son église et, en 1089, Geoffroy, évêque de Paris, lui fait don de l’autel de Noisy et de la terre qui lui est associée. Il semble que ce soit à partir de ce moment-là que l’église acquiert le statut paroissial et que se développe le cimetière autour du sanctuaire. Si le lieu de culte existe dès le haut Moyen Âge, il relève probablement alors d’un statut de chapelle privée à laquelle s’associent des inhumations privilégiées, le cimetière paroissial étant alors situé sur le site des Mastraits. L’abandon de ce dernier au xie s., le développement architectural de l’église, son legs par le roi aux moines de Saint-Martin-des-Champs, ainsi que le développement de l’inhumation ad sanctos à la même époque seraient significatifs du transfert du centre paroissial des Mastraits vers l’église au tournant des xie-xiie s. qui aurait permis l’accession d’une ancienne chapelle privée au rang d’église paroissiale.

Noisy-le-Grand, phasage chronologique de l’église.

Noisy-le-Grand, phasage chronologique de l’église.

DAO : I. Lafarge

Haut de page

Table des illustrations

Titre Noisy-le-Grand, phasage chronologique de l’église.
Crédits DAO : I. Lafarge
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivan Lafarge et Pauline Susini-Collin, « Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Église Notre-Dame et Saint-Sulpice et abords »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 232-233.

Référence électronique

Ivan Lafarge, Pauline Susini-Collin, « Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Église Notre-Dame et Saint-Sulpice et abords » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9219

Haut de page

Auteurs

Ivan Lafarge

Articles du même auteur

Pauline Susini-Collin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Ivan Lafarge

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pauline Susini-Collin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals