Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Noyon (Oise). Abords de la gare

Responsable d’opération : Hélène Dulauroy-Lynch
p. 233-234

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1La ville de Noyon entreprend de réaménager les abords de la gare. Ce quartier se situe dans un secteur très riche de l’histoire noyonnaise. La présence de la voie romaine Amiens-Soissons, portion de la Via Aggripa, de l’abbaye Saint-Éloi au Moyen Âge et de la citadelle du xvie s. ont motivé la prescription d’un diagnostic archéologique.

2Les résultats obtenus ont confirmé et précisé les informations connues par les sources historiques. Aucun vestige gallo-romain n’a été mis au jour, mais des tronçons de voirie reprenant l’axe de la voie romaine aux périodes postérieures ont été observés. Deux empierrements irréguliers, dont un présentant des ornières, sont datés du Moyen Âge. Deux autres portions parallèles datent de l’époque moderne ; elles sont construites en pavés de grès de grand gabarit et présentent une surface convexe.

3Aucune trace du premier Moyen Âge n’a été découverte et l’abbaye Saint-Éloi pour cette époque reste inconnue. En revanche, des structures de l’abbaye du xiiie s. ont été mises au jour dans de nombreuses tranchées. Les vestiges présentaient un très bon état de conservation et apparaissaient à moins de 0,25 m sous le sol actuel. Le chevet a notamment été observé avec les vestiges de deux chapelles rayonnantes. D’imposantes maçonneries alternant grès et calcaire dans leurs fondations, à l’image de la cathédrale et de la chapelle épiscopale de Noyon, ont en outre été mises au jour. On a pu identifier avec certitude certaines d’entre elles : elles correspondent à la partie droite du chœur et à des structures de la croisée, murs gouttereaux et sols. D’autres structures ne font pas sens avec les plans connus : ces derniers seront ainsi affinés et précisés grâce à ces découvertes. Enfin des structures situées à l’ouest de l’église abbatiale ont été interprétées comme ceux des bâtiments claustraux dont on ne connaît aucun plan. Une petite partie d’un cimetière lié à l’abbaye a en outre été mise au jour. Au nord du chevet tout d’abord, avec une très grande concentration de sépultures de la fin du Moyen Âge, les sujets étaient inhumés en pleine terre, en décubitus et dépourvus de mobilier excepté des petits coquemars percés destinés à brûler de l’encens. Deux sépultures ont par ailleurs été fouillées au sud de l’église ; elles sont cependant postérieures à l’abandon et la démolition de l’abbaye, au milieu du xvie s.

4Au NE de l’abbaye et de la voirie, un important dépotoir de céramique attestant la présence d’un atelier proche a été partiellement fouillé. Les deux couches contenaient des ratés de cuissons. Il s’agit de dégourdis ou de fragments glaçurés de récipients de toute forme, pichets, cruches, tasses, poêlons, couvre-feu, etc. L’ensemble a été daté des xiiie et xive s. La particularité réside dans la découverte d’une dizaine d’éléments moulés anthropomorphes et zoomorphes dont des musiciens, un évêque, des personnages couronnés et des bêliers. La fonction de ces éléments est encore incertaine : jouets, miniatures, ornements de récipients ou éléments de jeu ?

5Si la structure de la citadelle moderne n’a pas pu être comprise grâce à cette opération, les fossés remblayés ont clairement été détectés et des éléments de sols médiévaux réemployés attestent de la réutilisation de l’abbaye et de ses matériaux lors de l’aménagement de la place forte par les militaires. En ce sens ; l’opération archéologique semble confirmer ce que les gravures du xviie s. représentaient : l’abbaye en ruine encore debout au sein de la nouvelle citadelle.

6Les structures et les couches plus récentes témoignent de l’utilisation comme jardin de ce secteur avec quelques constructions éparses, l’ensemble ayant été considérablement détruit et remanié lors de la première guerre mondiale et la reconstruction.

Noyon, ratés de cuisson d’atelier xiiie-xive s.

Noyon, ratés de cuisson d’atelier xiiie-xive s.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Noyon, ratés de cuisson d’atelier xiiie-xive s.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Dulauroy-Lynch, « Noyon (Oise). Abords de la gare »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 233-234.

Référence électronique

Hélène Dulauroy-Lynch, « Noyon (Oise). Abords de la gare » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9220

Haut de page

Auteur

Hélène Dulauroy-Lynch

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Dulauroy-Lynch

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals