Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Riche (la) (Indre-et-Loire). Prieuré Saint-Cosme

Responsable d’opération : Bruno Dufaÿ
p. 237-238

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Deux diagnostics sont venus compléter la grande fouille du prieuré Saint-Cosme réalisée en 2009-2010. Ils avaient pour objectif de contrôler la présence de vestiges à la périphérie du prieuré, en prévision de travaux de mise en valeur du site :

2Les résultats des quatre séries de sondages se répartissent en deux grandes catégories : de nouvelles données sur la genèse de l’île de Saint-Cosme, et des informations nouvelles sur des bâtiments du prieuré, dont certains étaient encore pratiquement inconnus.

3Le prieuré Saint-Cosme était bâti sur une île dans la Loire, dont l’existence était connue par les textes depuis 900. Il s’agissait de s’assurer de sa réalité et d’en comprendre la genèse. Dès la fouille de 2009, puis lors d’un diagnostic sur la ZAC immédiatement au sud du prieuré, des carottages géologiques avaient été réalisés qui avaient permis de vérifier cette existence et d’élaborer un premier scénario d’évolution. Celui-ci a été précisé lors du diagnostic de 2013, grâce à deux grandes tranchées prenant en écharpe la partie nord et la berge nord du paléo-chenal maintenant disparu. Elles sont venues compléter deux grandes tranchées réalisées lors du diagnostic de 2010, qui ont traité de la rive opposée.

4Ces analyses ont montré que cette île s’était constituée vers 3000 av. J.-C. (datation OSL), et que le processus de comblement du paléo-chenal avait démarré pendant l’Antiquité, vers le iie s. apr. J.-C. Ce comblement s’est accéléré aux xie-xve s., pour s’achever au xviie s. La présence d’îlots encombrant le chenal a aussi été mise en évidence, éclairant ainsi la logique des franchissements de ce bras de Loire.

5L’existence d’une autre île en amont de celle de Saint-Cosme a été décelée et l’évolution du réseau viaire mieux compris.

6Trois secteurs ont livré des informations sur les bâtiments du prieuré. L’aile ouest du carré claustral n’était connue que par son mur gouttereau oriental, bordant le cloître, dégagé en 1968. Le diagnostic a permis de retrouver les trois autres côtés de ce grand bâtiment. Celui-ci n’a pas été fouillé puisque l’objectif était précisément de le délimiter pour ne pas y faire de plantations. Mais nous avons pu faire des observations suffisantes pour le restituer et mieux appréhender sa fonction : cellier au rez-de-chaussée, avec la cuisine au contact du réfectoire (la cuisine n’avait pas jusqu’ici été identifiée), et sans doute logis des convers à l’étage. Sa place dans l’évolution du chantier du monastère au xiie s. a pu être précisée.

7Au NE du réfectoire, des maçonneries ont été découvertes, qui étaient attendues : elles figuraient sur les plans du xviiie s. (les plus anciens que nous possédions). Mais nous ignorions leur datation et leurs dispositions précises. On a pu ainsi comprendre qu’il s’agissait de bâtiments récents, postérieurs à la désaffectation du prieuré en 1742, qui ont connu plusieurs phases. Ils ont servi, d’après les textes, de logement pour le jardinier et le gardien du domaine alors qu’il était loué comme résidence secondaire à l’archevêque de Tours, puis comme boulangerie dans la deuxième moitié du xixe s., au moment où le prieuré Saint-Cosme a été transformé en hameau rural, après sa vente par lots à la Révolution.

8Enfin, de nouvelles données ont été acquises sur le logis du prieur, au SE du site. Ce bâtiment très intéressant, construit au milieu de xive s., avait fait l’objet d’une étude de bâti en 2009-2010. Les murs du rez-de-chaussée, à l’intérieur, étaient couverts d’un enduit en ciment datant de la restauration du bâtiment en 1958. Cet enduit a été piqueté en 2013 et des sondages ont eu lieu dans le cadre du diagnostic préalablement à la réalisation d’une tranchée de drainage au pied de la façade occidentale. De surcroît, des relevés en photogrammétrie 3D et lasergrammétrie ont été réalisés. Les informations acquises ont permis de préciser certains points, comme la hauteur du sol d’origine, et de découvrir un nouveau four culinaire et deux portes murées, permettant d’affiner le scénario d’évolution de l’usage du rez-de-chaussée. Parallèlement, un nouveau bâtiment, accolé au NO du logis, a pu être mis en évidence, en utilisant également les données de la fouille de 2009. Il s’agissait d’un corps de liaison entre le logis et l’église et d’un accès à l’étage, construit à la fin du xvie s. et détruit en 1660.

9Ainsi, malgré leur disparité, ces deux diagnostics ont apporté des informations importantes sur le site du prieuré Saint-Cosme, dans le domaine du paléo-environnement comme dans celui de l’architecture monastique.

La Riche, Prieuré Saint-Cosme, plan général.

La Riche, Prieuré Saint-Cosme, plan général.
Haut de page

Table des illustrations

Titre La Riche, Prieuré Saint-Cosme, plan général.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Dufaÿ, « Riche (la) (Indre-et-Loire). Prieuré Saint-Cosme », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 237-238.

Référence électronique

Bruno Dufaÿ, « Riche (la) (Indre-et-Loire). Prieuré Saint-Cosme » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9230

Haut de page

Auteur

Bruno Dufaÿ

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Dufaÿ

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals