Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Saint-Chaffrey (Hautes-Alpes). Chapelle Saint-Arnoul

Responsable d’opération : David Jouneau
p. 239

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1La chapelle Saint-Arnoul, située dans la commune de Saint-Chaffrey, est réputée pour être l’une des églises les plus anciennes des Hautes-Alpes. Ancienne église paroissiale, ses éléments les plus anciens remontent en effet au xiie s. et les premières mentions de 1118, bien que sa notoriété soit avant tout due à un exceptionnel ensemble d’enduits peints du xve s. Dans le cadre d’un vaste projet de restauration, une équipe de la société Archeodunum SAS est intervenue sur les pourtours et à l’intérieur de l’édifice. Dans l’emprise étroite des tranchées réalisées, en amont de la mise hors d’eau du bâtiment, la côte de fond de fouille maximale de 1,3 m n’a été atteinte qu’au nord de l’église où la puissance des remblais contemporains n’a pas permis d’atteindre les niveaux archéologiques. Des tranchées ont également été réalisées le long des murs de l’extrémité ouest de la nef à l’intérieur du bâtiment. L’intervention du cabinet Archeotech a permis d’obtenir un relevé tridimensionnel de l’église. L’étude des maçonneries n’a pu se faire que sur les fondations et les parements décroutés situés au chevet et au NE de l’édifice. Ces observations font apparaître un bâtiment complexe ayant subi de multiples reconstructions et réfections. Au total, six phases de construction ont pour l’heure été identifiées.

2Un premier édifice (xiie s.  ?) avec une nef rectangulaire se développait jusqu’au portail latéral sud. Aucune trace au sol de la façade occidentale primitive n’a été mise en évidence, elle devait être peu fondée. Toutefois, plusieurs anomalies dans les parements permettent d’en déterminer la position. Des maçonneries arasées et antérieures aux constructions mises au jour au SE, à l’extérieur du chevet, ainsi que de nombreuses irrégularités repérées sous les enduits laissent supposer un premier chevet dont la forme reste à déterminer. Ce dernier est doté d’une abside hémisphérique dans un second temps, dont les fondations viennent recouper plusieurs sépultures. Le nouveau sanctuaire est doté d’un autel maçonné, modifié tardivement avec l’ajout d’une nouvelle table d’autel et masqué jusque très récemment par un autel en bois. À la fin du xiiie ou au début du xive s., l’église est agrandie avec l’adjonction d’un bas-côté au nord, entrainant la démolition du mur gouttereau et son remplacement par deux arcs soutenus au centre par un pilier monumental. Cette nouvelle construction est très homogène, tant au niveau du mortier que des matériaux utilisés. Ensuite, au xve s. au plus tôt, une chapelle latérale est construite sur le flanc méridional de l’édifice. La fouille a permis d’identifier une seconde construction accolée au côté oriental de cette chapelle, le mur mitoyen étant ouvert pour permettre le passage de l’une à l’autre. Au xviie s., la façade occidentale est détruite et l’église est agrandie vers l’ouest. Les maçonneries de cette extension sont là encore très homogènes. L’angle SO est consolidé par un important contrefort, qui pourrait s’expliquer par la forte poussée du terrain subjacent. Enfin, au xixe s., le bas-côté nord est détruit et un mur de placage comble les arcades.

3La fouille n’a pas permis de retrouver de niveaux de sols anciens à l’intérieur de l’édifice. Toutefois, les tranchées effectuées le long du chevet, du gouttereau sud et de la façade ont permis la fouille de 43 sépultures dont les squelettes sont globalement très bien conservés. Il est à noter la présence d’un caveau maçonné orienté N-S dans l’extension moderne de la nef. D’une densité très faible à l’intérieur de l’église et le long de la façade ou du gouttereau sud, l’essentiel des inhumations se concentrent au chevet. Les tombes sont toutes des sépultures primaires individuelles, à l’exception d’une fosse sépulcrale occupée par deux individus immatures.

4Cette intervention a permis, malgré les contraintes dues à la nature de l’opération, d’établir un phasage de l’édifice et d’échantillonner le cimetière paroissial. Les résultats de cette étude permettront de remettre l’église en perspective et d’orienter les futures recherches concernant cet ensemble important pour l’histoire médiévale du Briançonnais.

Saint-Chaffrey, plan général de la chapelle Saint-Arnoul.

Saint-Chaffrey, plan général de la chapelle Saint-Arnoul.

DAO : D. Jouneau

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Chaffrey, plan général de la chapelle Saint-Arnoul.
Crédits DAO : D. Jouneau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Jouneau, « Saint-Chaffrey (Hautes-Alpes). Chapelle Saint-Arnoul », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 239.

Référence électronique

David Jouneau, « Saint-Chaffrey (Hautes-Alpes). Chapelle Saint-Arnoul » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9234

Haut de page

Auteur

David Jouneau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Jouneau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals