Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (Orne). L’abbaye

Responsable d’opération : Anne-Sophie Vigot
p. 239-240

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1C’est essentiellement sur l’historique de l’abbaye et de sa fondation que portent les écrits dont nous disposons. Lors de ses fouilles, V. Hincker a donné une nouvelle dimension aux bâtiments conventuels, aujourd’hui disparus. Les éléments retrouvés dans la salle capitulaire ont permis, non seulement de replacer l’architecture de ce bâtiment dans un mouvement de reconstruction gothique normande, mais aussi de comprendre le rôle de cette salle qui semble avoir une situation privilégiée dans l’abbaye durant près de six siècles.

2À l’issue de l’opération, deux tiers de cet espace restaient encore à explorer. L’opération archéologique menée en 2013 a permis de faire un premier bilan de l’état de conservation des vestiges et de répondre à certaines questions restées en suspens.

3D’importantes perturbations ont perturbé les vestiges. Une importante tranchée, réalisée lors des fouilles de 1999, perce la pièce d’est en ouest. Elle recoupe perpendiculairement quatre sections ­parallèles, issues très probablement de « fouilles » réalisées au xixe s. Ces percées ont bouleversé la quasi-totalité des niveaux de sols médiévaux et modernes. On note de plus une récupération importante des murs jusqu’à leur niveau de fondation. Il semble, cependant, que la majeure partie des niveaux funéraires soit conservée.

4À l’issue de l’opération de 1999, une proposition de restitution architecturale avait pu être réalisée. La mise au jour de l’essentiel des murs et des structures maçonnées encore en place (colonnes murales, piles centrales…) a permis de confirmer la restitution initialement proposée. La salle capitulaire de l’abbaye de Saint-Évroult est donc une salle rectangulaire orientée O-E, accolée au transept sud de l’église et composée de deux nefs divisées en quatre travées chacune. Les dimensions intérieures sont de 9 m de large sur 14,6 m de long. Les fondations sont épaisses, entre 2,6 m pour les murs orientaux et occidentaux et 2,3 m de large pour le mur sud dont les fondations atteignent 1,45 m pour le dernier.

5Trois piles centrales séparent les deux nefs. Leur fondation, de conservation inégale, est de forme rectangulaire d’environ 1,5 à 1,75 m par 2 m. Ces piles devaient supporter des voûtes en plein cintre qui reposaient ensuite sur les colonnettes murales, placées en vis-à-vis.

6Ce plafond devait soutenir le dortoir situé au-dessus. La découverte de deux murs se prolongeant perpendiculairement à la pièce vers le sud, l’un partant du centre du mur sud de la salle du chapitre, indique qu’un autre bâtiment lui était collé et surtout que l’étage ne devait pas recouvrir l’intégralité de l’espace. En effet, il semble que la partie orientale du chapitre soit autonome et tournée vers l’extérieur de l’abbaye.

7Deux contreforts ont été repérés sur la façade orientale de la salle. L’un est situé au milieu du mur est et devait servir de soutien, le second est un contrefort double venant renforcer l’angle SE de la salle.

8Les nombreuses tranchées de récupération, bien qu’elles aient largement perturbé le site, ont livré un grand nombre de pièces lapidaires, d’éléments de terre cuite architecturale ou même de vitrail.

9Les enduits peints issus des blocs lapidaires supposent une décoration de la pièce peinte de bandes blanche, jaune et rouge. Les nombreux pavés découverts indiquent une variété de décors intéressants, allant du motif floral, géométrique, mythologique ou encore animalier. Cet ensemble hétéroclite et la présence de fragments de plate tombe, indiquent que ce sol devait s’organiser au gré de nombreuses réouvertures liées à l’usage funéraire.

10Ces artefacts donnent également des indices sur les différentes périodes de restauration de la salle. Au vu des éléments encore en place et des informations historiographiques, il semble que les murs datent du xiiie s., néanmoins, le dortoir s’effondre et est reconstruit à différentes époques. Ainsi, les éléments de voutains découverts confirment une restauration du plafond de la salle du chapitre vers la fin du Moyen Âge. De même, la typologie du vitrail suggère, une réfection des fenêtres lors de la période mauriste.

11La fouille réalisée en 1999 a permis de découvrir la présence de seize tombes médiévales, sur l’équivalent d’un tiers de la pièce, ce qui induit une densité d’occupation non négligeable.

12Si les tranchées réalisées au cours du xixe s. ont largement perturbé les niveaux de sols de la salle du chapitre, la mise au jour de quatre sépultures au fond de ces tranchées de récupération, indique que les niveaux funéraires n’ont pas été totalement touchés. Il faut ainsi envisager la fouille de cet ensemble sépulcral pour les campagnes à venir afin de répondre à d’autres problématiques liées à la salle du chapitre et à l’occupation de son sous-sol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Vigot, « Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (Orne). L’abbaye »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 239-240.

Référence électronique

Anne-Sophie Vigot, « Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (Orne). L’abbaye » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9235

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Vigot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Sophie Vigot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals