Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise

Responsable d’opération : Marie Valenciano
p. 240-241

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’opération réalisée en 2013 concernait l’« église B » située au nord du plateau de Castillon, siège de la bourgade médiévale de Castelveyre. Mise au jour durant les campagnes de 1937 et 1938, cette église n’a pourtant jamais bénéficié d’une relecture approfondie ni d’une véritable publication (fig.).

2L’investissement du secteur au cours de l’Antiquité tardive est marqué par un épisode d’arasement et de nivellement complet des structures antérieures. S’installent ensuite les fondations d’une église de près de 28 m de long pour environ 11 m de large dont le sol régulièrement dallé demeure en excellent état de conservation. Le mur gouttereau nord et le départ de l’abside de ce bâtiment ecclésial primitif ont été reconnus. La maçonnerie soignée des murs d’une largeur d’environ 0,70 m met en œuvre des blocs bien équarris liés au mortier de chaux de bonne qualité et recouverts d’une couche d’enduit. Après relevé et comparaison morphologique des dalles en place dans la chapelle Saint-Blaise encore en élévation, nous sommes en mesure de confirmer l’hypothèse anciennement admise selon laquelle la chapelle romane réutiliserait partiellement le dallage tardo-antique. De plus, l’agencement des dalles situées à l’emplacement supposé du chœur de l’église primitive nous permet de discerner une ébauche d’aménagements liturgiques (type barrière de chancel ?). La chronologie de cette église tardo-antique n’est pas encore assurée par manque de mobilier datant. Cependant, par comparaison avec les techniques de construction déjà observées sur le site, nous situons hypothétiquement cette installation dans le courant du vie s.

3La relecture des archives de fouilles nous a laissés pressentir la présence d’une cuve baptismale à l’ouest de la zone. Le curage d’un ancien sondage pratiqué à cet endroit n’a cependant pas permis de reconnaître les structures baptismales décrites dans les minutes de terrain datant de mars 1938. Sans doute largement altéré par les précédents fouilleurs et l’absence d’entretien des vestiges, ce baptistère a aujourd’hui laissé place à un sondage profond. En outre, les comparaisons architecturales avec les vestiges de baptistères ruraux du sud de la Gaule trouvent de nombreux parallèles avec notre « église B ».

4La phase d’abandon et de destruction de l’église tardo-antique s’avère difficile à reconnaître puisque les niveaux relatifs à cet épisode ont été gommés par l’installation d’un second bâtiment ecclésial et d’un cimetière. Ainsi, le creusement des puissantes fondations de la nouvelle église (15 m de long pour 7 m de large) a percuté les niveaux antérieurs et a nécessité la destruction du mur ouest et du dallage du premier édifice. Cette nouvelle installation ecclésiale, que l’on date très largement, en l’absence de tout indice, entre les viie et xiiie s., a subi de multiples remaniements. En effet, les différents ressauts de la maçonnerie indiquent que la partie SO de la nef semble être plus ancienne que le reste de l’édifice. La dernière occupation est matérialisée par la réfection de l’abside et la construction d’un sol maçonné.

5Parallèlement à l’étude de cette église médiévale, nos investigations nous ont amenés à aborder une problématique oubliée à Saint-Blaise : l’archéologie funéraire. L’étude et les datations à venir du cimetière associé à l’église permettront de répondre aux interrogations inhérentes aux conditions de vie de la population et à la datation des structures.

6Datée par les textes du deuxième tiers du xiiie s., une troisième église de style roman est connue dans les textes sous le vocable de Notre-Dame. L’union du territoire de Castelveyre à celui de Saint-Mitre au début du xve s. marque l’abandon de la zone et la rétrogradation de l’église en prieuré rural occupé par des ermites. Les volumes initiaux de l’église, désormais connue sous le vocable de Saint-Blaise, se sont vus modifiés par l’ajout de contreforts et d’un ermitage au sud.

Saint-Mitre-les-Remparts, relevé des vestiges du secteur de l’« église B ».

Saint-Mitre-les-Remparts, relevé des vestiges du secteur de l’« église B ».

M. Valenciano

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Mitre-les-Remparts, relevé des vestiges du secteur de l’« église B ».
Crédits M. Valenciano
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Valenciano, « Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 240-241.

Référence électronique

Marie Valenciano, « Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9238

Haut de page

Auteur

Marie Valenciano

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie Valenciano

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals