Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place Saint-Jean

Responsable d’opération : Jean-Michel Willot
p. 241

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1La fouille préventive de l’église paroissiale Saint-Jean à Saint-Omer, conduite par le Centre départemental d’archéologie du Pas-de-Calais, a concerné une partie du collatéral sud de l’édifice, le cimetière paroissial et son environnement sur 500 m². La fouille a été limitée à 1 m de profondeur. Il s’agit sans doute de l’une des églises les plus mal documentées de Saint-Omer. La fondation de l’église, une chapelle à l’origine, remonterait au xe s., au moment de la fortification du bourg par Baudouin II, comte de Flandre. Localisée sur une butte occupée par un verger appartenant à l’abbaye de Saint-Bertin, elle est détruite lors d’un incendie qui ravage le secteur en 1152. Reconstruite immédiatement après sa destruction, elle est érigée en église paroissiale en 1154. Après la Révolution, elle sert de magasin avant d’être vendue en 1792 et entièrement détruite. En 1830, la Société philarmonique de Saint-Omer construit à l’emplacement de l’édifice religieux le conservatoire qui est actuellement l’objet d’un projet d’extension de la Communauté d’agglomération de Saint-Omer.

2La fouille à l’intérieur de l’église a mis au jour le long du mur sud du collatéral les sols primitifs de la seconde moitié du xiie s. et quelques aménagements ; les élévations comme les fondations de l’édifice ont été totalement détruites après la Révolution. Le sol d’origine, constitué de craie damée a rapidement disparu vers la fin du Moyen Âge sous des apports réguliers de remblais qui ont rehaussé sur plus de 0,50 m le niveau de circulation primitif de l’église. La terre battue comme le pavage en carreaux de 5 cm de côté ont été indifféremment employés pour les nouveaux sols du collatéral jusqu’au xviiie s. Les quelques sépultures observées ont été installées principalement à l’extrémité orientale de ce dernier, probablement à l’intérieur d’une chapelle qui comportait un autel adossé au mur oriental (seule la base a été retrouvée.) L’une d’elles, datée du xiiie s., revêt un caractère particulier puisqu’elle était signalée par une plate-tombe en céramique dont il subsistait uniquement le lit de pose ; il s’agit de la seule plate-tombe de cette nature découverte en fouille à ce jour dans la région, en dehors de la mention d’une ancienne trouvaille à Bourbourg dans le Nord.

3À l’extérieur de l’église, côté sud, un chemin, large de 3 m et constitué d’un radier de rognons de silex surmonté d’un sol en craie, a été aménagé dès le xiiie s. à 2 m de l’édifice religieux. Ce chemin était bordé au sud par un large fossé (plus de 5 m) qui délimite sans doute à l’origine l’enclos paroissial. Alors que le chemin est conservé et régulièrement entretenu avec la pose de remblais de chaussée, le fossé est comblé et disparaît totalement du paysage urbain vers la fin du Moyen Âge. Entre le chemin et l’église, ainsi qu’à l’arrière du collatéral, l’espace est très tôt investi par le cimetière paroissial. Une centaine de sépultures, datées entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne, ont été mises au jour lors de l’opération de fouille. Elles correspondent aux phases tardives de l’usage du cimetière. Ces sépultures ont été installées à l’intérieur d’espaces privilégiés, matérialisés par des murets et probablement des calvaires ancrés dans des fosses de fondations. Les individus, adultes comme enfants, ont été enveloppés dans des linceuls puis déposés dans des cercueils en bois cloués de forme rectangulaire ou trapézoïdale. Le nombre réduit d’individus exhumés n’a pas permis de réaliser une étude anthropologique représentative de la population de la paroisse. Toutefois, des pratiques funéraires ont pu être observées pour la période moderne. Les enfants ont été principalement ensevelis le long de l’église et devant un calvaire installé en retrait de la façade. De même, des femmes et des enfants ont été regroupés sur un secteur limité à l’arrière du collatéral sud.

4La fouille qui portait sur une partie de l’église ainsi que sur les phases tardives du cimetière paroissial, a néanmoins permis d’étudier un cas de structuration de l’aire funéraire et son intégration dans l’espace urbain. L’étude des sols de l’église à l’intérieur du collatéral a également contribué à dater la construction de l’édifice religieux et d’observer partiellement ses installations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Willot, « Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place Saint-Jean », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 241.

Référence électronique

Jean-Michel Willot, « Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place Saint-Jean » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9239

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Willot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Michel Willot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals